C17  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 28/08/2006
modifié le 18/11/2006


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Questions et réponses sur La Famille

Les femmes ont-elles le droit de prier dans les assemblées ? Le mauvais choix dans le mariage, etc ...



Ce message fait partie d'une série de 7 messages donnés à Cayenne, en Guyane française, en novembre 2003 (références C11 à C17).

 

C'est le dernier message de cette série, sous forme de questions et réponses.

 

 

 

            Cher frères et sœurs, bonsoir. Pour la dernière soirée de cette série de réunions, je vais répondre aux questions que vous pourriez avoir sur le cœur.

 

 

 

Voici la première question qui est posée : Les femmes ont-elles le droit de prier dans les assemblées ?

 

            Je vous lirai simplement ce que l'apôtre Paul dit, en particulier dans la première épître aux Corinthiens, au chapitre 11, à partir du verset 3 : « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme et que Dieu est le chef de Christ. Tout homme qui prie ou qui prophétise la tête couverte déshonore son chef. Toute femme au contraire qui prie ou qui prophétise la tête non voilée déshonore son chef, c'est comme si elle était rasée.  »

 

            L'apôtre Paul dit ceci : "Toute femme qui prie ou qui prophétise", le contexte montre qu'il s'agit de prier et de prophétiser dans l'église, comme le verset 17 nous le montre : « Vous vous assemblez non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires », parce que dans l'assemblée, les choses ne se faisaient pas comme Dieu le voulait. Puisque le Seigneur dit : "Toute femme qui prie ou qui prophétise dans l'assemblée déshonore son chef, si sa tête n'est pas couverte", il est clair que le Seigneur permet à la femme de prier, et même de prophétiser dans l'assemblée. Evidemment, il faut que ce soit dans l'ordre, il faut que ça se passe sous la direction du Saint-Esprit, mais le Seigneur permet clairement à la femme de prier et de prophétiser dans l'église.

 

            Quand le Seigneur permet-Il à la femme de prophétiser et de prier dans l'église ? Personnellement, j'aurais tendance à penser : n'importe quand ! C'est-à-dire que le Seigneur étant toujours présent dans l'église, Il peut pousser un homme ou une femme à prier à n'importe quel moment. Il y a des réunions spéciales pour la prière, mais le Saint-Esprit peut très bien, à certains moments en fonction des besoins et selon sa direction, pousser un homme ou une femme à prier parce qu'il y a un besoin qui nécessite la prière à ce moment-là. On doit laisser la liberté au Saint-Esprit de pouvoir nous conduire à tout moment et quand on est conduit par le Saint-Esprit, ça ne se fait pas dans le désordre.

 

            Quand le Saint-Esprit conduit une réunion de prières, normalement, ça ne va pas dans tous les sens, normalement ça va dans une direction donnée et ensuite le Saint-Esprit nous conduit comme Il veut, mais c'est une réunion où on sent l'ordre et la direction du Saint-Esprit, c'est vraiment conduit par le Seigneur et c'est merveilleux quand c'est conduit par le Seigneur, et chacun de nous, nous devons demander dans la prière : "Seigneur, conduis-moi, pour que tout ce que je peux apporter de ta part dans l'église soit vraiment conduit par toi".

 

            Je sais bien qu'il y a un autre verset où Paul dit que la femme doit se taire dans l'assemblée. Je vais vous le lire, au chapitre 14 et au verset 33 : « Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix, comme dans toutes les églises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler ». Alors, ça pose un problème ! Un peu avant, Paul dit : "La femme qui prie ou qui prophétise dans l'assemblée, qu'elle le fasse la tête voilée". Je vous rappelle que prophétiser, c'est exercer un don spirituel, qui consiste à recevoir du Seigneur une parole dans notre cœur, qui vient vraiment du Saint-Esprit et qui sert à édifier, exhorter et consoler.

 

            Paul dit au chapitre 14 et au verset 3 : « Celui qui prophétise parle aux hommes ». On ne peut pas prophétiser dans son cœur, on peut prophétiser tout seul dans sa chambre, mais ça ne va pas servir à l'église pour l'édifier. Celui qui prophétise parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console. La femme peut donc faire cela dans l'église : exercer un don spirituel qui consiste à parler, inspirée par le Saint-Esprit et donner une parole précise qui va édifier, consoler, exhorter.

 

            Cela se fait dans l'ordre, c'est-à-dire qu'à un certain moment (et tout le monde le sent quand c'est conduit par le Seigneur), le Saint-Esprit saisit un homme ou une femme qui se lève au milieu de l'assemblée, ou qui va trouver un des anciens en disant : "Frère, le Saint-Esprit met sur mon cœur une parole de consolation ou une parole d'édification ou d'exhortation". Il ne s'agit pas d'un enseignement, il ne s'agit pas de prendre la Bible et de faire un enseignement biblique, il s'agit simplement d'apporter une parole qui va édifier l'église et qui va la consoler, et la femme peut faire cela, c'est ma conviction.

 

            Revenons à ce que Paul dit : "Que les femmes se taisent". Il faut toujours voir le contexte du passage. Un verset ne peut pas être pris de manière isolée, il faut voir les versets qui sont avant et après pour voir pourquoi il est dit cela à ce moment-là. Lisons le verset suivant : « Qu'elles soient soumises comme le dit aussi la loi. Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, qu'elles interrogent leur mari à la maison car il est malséant à une femme de parler dans l'église ». Si elles veulent s'instruire sur quelque chose, voilà le contexte !

 

            Il faut savoir aussi que les premiers chrétiens étaient des Juifs, qu'ils continuaient pendant un temps à fréquenter les synagogues, où les femmes étaient à gauche et les hommes à droite. Ils étaient séparés, et dans certaines églises chrétiennes on continuait encore à faire comme cela. Personnellement, je pense que ce n'est pas nécessaire, que l'on peut être tous mélangés. Quand l'enseignement était donné, la femme cherchait l'explication auprès de son mari et perturbait la réunion en lui posant des questions. En disant : "Je n'ai pas compris, qu'est-ce qui se passe ?", elle cherchait à s'instruire à propos de l'enseignement qui était donné, et Paul dit : "Il est malséant de le faire". Normalement ce n'était pas l'homme qui cherchait à interroger sa femme, c'était la femme qui cherchait à interroger l'homme, mais ça perturbait la réunion, c'était malséant ! Malséant signifie que ce n'est pas convenable d'avoir du désordre dans les églises du Seigneur.

 

            Par contre si dans une réunion d'enseignement, l'enseignant propose que chacun peut poser une question s'il le souhaite, à ce moment-là, hommes ou femmes peuvent poser librement une question, parce qu'il a été clairement annoncé que c'était prévu dans le cadre de cette réunion particulière, et ça se fait dans l'ordre.

 

            Mais imaginez que pendant l'enseignement, une sœur veuille s'instruire, et commence à interroger son mari à haute voix en disant : "Je n'ai pas tout compris, explique-moi un peu mieux", et que d'autres soeurs fassent de même ! Cela perturbe la réunion, on n'est plus concentré sur le fil conducteur de l'enseignement, et c'est pourquoi l'apôtre Paul dit que ce n'est pas convenable.

 

            Sinon, on ne pourrait pas expliquer pourquoi par ailleurs, Paul dit : si la femme prie ou prophétise dans l'église. Voilà ce que j'ai sur le cœur en ce qui concerne cette question.

 

Note de Source de Vie :

Au sujet de cette question, nous vous suggérons de lire également les documents suivants

Sur le site Internet Source de Vie (www.sourcedevie.com)

- C127 Le ministère souvent caché mais glorieux de la femme (11 pages)

- C15 Le rôle de l'épouse dans le couple (voir la page 3 du document pdf)

Sur le site Internet Parole de Vie (www.paroledevie.org)

- A359 Femmes pasteurs et femmes anciens (11 pages)

 

 

Question numéro 2 : Une femme chrétienne non mariée doit-elle porter le voile ?

 

            Nous lisons dans 1 Corinthiens 11, au verset 3 : « Je veux que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme et que Dieu est le chef de Christ ». Il ne parle pas là du mari et de son épouse, il parle des hommes et des femmes en général, et sur un plan général, la femme doit toujours être soumise à l'homme. Cela ne veut pas dire, je le répète que l'homme va l'obliger à faire n'importe quoi, la femme n'est pas l'esclave de l'homme. La femme est libre spirituellement, elle a la même valeur que l'homme, mais dans la création, Dieu a fait l'homme et la femme dans une position telle que de manière générale, l'homme doit toujours être le chef, au sens biblique, le chef au sens où Christ est le chef. Il n'y a pas de problème quand on est chef comme Christ. Donc de manière générale, la femme doit toujours être soumise à l'homme.

 

             Ce n'est pas parce qu'une femme n'est pas mariée qu'elle va pouvoir prendre autorité sur les hommes, elle reste soumise, à n'importe quel homme, mais si un homme a envers elle un comportement qui n'est pas conforme au comportement de Christ, la femme peut très bien le lui faire remarquer, avec respect, soumission, et fermeté. Donc le fait d'être soumise ne veut pas dire que la femme va rester dans son coin à ne rien dire et à tout supporter. La sagesse de Dieu va guider les femmes qui sont remplies du Saint-Esprit.

 

            Puisque la femme de manière générale est soumise à l'homme de manière générale (et en particulier l'épouse à son mari), la demande de porter le voile est aussi valable pour la sœur qui n'est pas mariée. La sœur qui n'est pas mariée va porter le voile dans l'assemblée pour manifester à tous qu'en tant que femme célibataire elle est soumise aux hommes en général. « Toute femme au contraire qui prie ou qui prophétise la tête non voilée déshonore son chef », parce que son chef c'est l'homme. Si elle est mariée, son chef c'est son mari, si elle n'est pas mariée, son chef c'est l'homme en général.

 

            Le voile est un signe extérieur de soumission, c'est simplement pour que la femme puisse dire aux hommes en général, en tant que femme fille de Dieu : je manifeste que dans mon cœur il y a une attitude de soumission envers l'homme en général. Et ce signe extérieur est destiné à montrer l'obéissance, la soumission intérieure dans le cœur.

 

            Il ne sert à rien à une femme rebelle dans sa vie à l'extérieur, de venir voilée à l'église. Ce n'est que de la pure hypocrisie. Si une femme est rebelle à l'extérieur, qu'elle domine les hommes à l'extérieur, et qu'elle vienne voilée dans l'église, c'est simplement manifester de l'hypocrisie par rapport à ce qu'elle est réellement. Mais je le répète, si elle se rend compte qu'elle est dominatrice ou rebelle, mais qu'elle veut sincèrement changer et qu'elle dit au Seigneur : "Seigneur, je veux changer, je veux porter le voile pour manifester que dans mon cœur il y a la décision, la volonté de devenir une femme soumise, parce que je te confesse que je ne le suis pas encore, aide-moi Seigneur, je t'en prie, fais ce travail dans ma vie. Et pour manifester que je veux obéir à ta Parole, je me voile".

 

            Mais une femme qui est rebelle, qui est dominatrice et qui ne veut pas changer, je pense qu'il serait mieux pour elle de ne pas se voiler. Dieu n'aime pas l'hypocrisie. Le mieux, c'est de confesser son péché et de mettre sa vie en règle avec Dieu. Et à ce moment-là, on se voile et ce n'est pas un acte d'hypocrisie.

 

            Vous vous rappelez l'attitude du Seigneur envers l'hypocrisie, qui était la marque des pharisiens ? Le Seigneur était sévère envers eux, et Il veut que toute trace d'hypocrisie soit éliminée du milieu de son peuple. C'est important de le comprendre. Notamment en matière de voile. Il ne faut pas que ce soit un acte hypocrite.

 

Note de Source de Vie :

Au sujet de cette question, nous vous suggérons de lire également le document suivant

Sur le site Internet La Trompette (www.latrompette.net)

- A261 Le port du voile des femmes (5 pages)

 

            

Question numéro 3 : Comment le mari peut-il et doit-il manifester son autorité envers sa femme ?

 

            Il doit manifester son autorité en étant rempli du Saint-Esprit. C'est la condition numéro un, parce que son autorité ne doit pas être une autorité de type humain, ou une autorité charnelle. L'autorité charnelle, c'est une autorité qui s'impose, qui impose quelque chose à l'autre par force et par contrainte. Cela c'est l'autorité humaine, charnelle. Un mari qui exerce l'autorité envers sa femme de cette façon, ne l'exerce pas de manière spirituelle, comme le Seigneur le voudrait. La véritable autorité, c'est une autorité spirituelle qui consiste à être rempli de l'Esprit et de la sagesse de Dieu pour pouvoir se comporter en tant que mari le plus près possible de l'attitude de Jésus vis-à-vis de son Eglise. Vous voyez qu'on a besoin d'être rempli du Saint-Esprit et de la sagesse de Dieu.

 

            Un mari qui a besoin de manifester son autorité envers sa femme doit chercher la communion avec Dieu. Il doit demander au Seigneur de le remplir du Saint-Esprit, de sa sagesse, parce que la manière d'exercer l'autorité ne sera pas toujours la même. A un moment donné, le Seigneur lui demandera de se taire, parce que s'il ne se tait pas c'est un clash terrible et il vaut mieux l'éviter. A un autre moment, la sagesse du Seigneur lui montrera qu'il faut parler avec fermeté, dans l'amour. Une autre fois encore, la sagesse de Dieu lui montrera d'agir de façon particulière. Il est donc important que le mari qui veut exercer cette autorité de manière spirituelle, prie, offre sa vie au Seigneur pour que le Seigneur le transforme en premier lui, pour qu'il ait la sagesse d'exercer cette autorité dans l'esprit.

 

            En utilisant les méthodes de la psychologie, il existe des séminaires pour débloquer les hommes et les femmes, mais je vous assure que ce n'est pas ce qu'il faut faire dans l'église. Dans l'église, il faut chercher à être rempli du Saint-Esprit, ne pas appliquer des méthodes humaines, des techniques, mais demander la sagesse du Seigneur, qui Lui a vraiment la réponse à toutes les situations. Ce n'est pas facile, on se trompe souvent, on chute souvent. Mais on doit avoir le cœur bien disposé, et prier en disant : "Seigneur, éclaire-moi, apprends-moi, donne-moi d'être un mari qui exerce l'autorité avec amour, avec fermeté, avec intelligence spirituelle, avec sagesse, fais de moi ce mari-là, Seigneur, toi qui es le bon mari de l'Eglise, je veux que tu me remplisses de cet esprit-là".

 

Note de Source de Vie :

Au sujet de cette question, nous vous suggérons de lire également les documents suivants

Sur le site Internet Source de Vie

- C134 Quel doit être le comportement d'un mari envers son épouse ? (11 pages)

- C14 Le rôle du mari dans le couple (7 pages)

- C50 Les relations époux-épouse dans le couple (14 pages)

- C92 La relation parfaite entre mari et femme (14 pages)

 

 

Question numéro 4 : Combien de temps puis-je rester fâché avec mon mari ?

 

            Pas plus d'une seconde ! Si une femme est fâchée avec son mari, c'est qu'il y a eu une dispute, un désaccord. Si c'est le mari qui est vraiment responsable du problème, ça veut dire que la sœur n'a rien à se reprocher, qu'elle a eu la bonne attitude, mais il y a quand même eu un désaccord, parce que le mari à fait preuve de dureté ou de méchanceté. L'épouse ne doit pas accepter que la colère, l'animosité, ou la méchanceté reste une seconde ! Tant qu'il est possible à la sœur, elle doit chercher la réconciliation, même si ce n'est pas toujours possible de pouvoir se réconcilier rapidement.

 

            Rappelez-vous ce que je disais à propos de ceux qui sont injustement traités. Souvent si un mari traite injustement sa femme, la réaction humaine c'est de ne pas être content, d'être en colère et le manifester. Certaines femmes le manifestent en faisant une crise de nerfs, là je parle de celles qui sont dans la chair. D'autres le manifestent en se fermant et elles ne parlent plus pendant trois jours. Mais de toutes manières, le cœur de la femme qui se referme sur elle-même est en colère parce que son mari lui a fait du mal, ou il y a eu une dispute. Autant qu'il est possible pour elle, il faut qu'elle règle son problème avec le Seigneur, son problème de sa propre colère, le plus rapidement possible. Et si elle a fait mal elle-même, la meilleure façon de montrer à Dieu qu'on a réglé la question, c'est de Lui demander pardon pour sa colère ou sa mauvaise réaction : "Seigneur, pardonne-moi" et puis se tourner vers son mari et lui dire : "Je te demande pardon pour ce que je t'ai fait, pour la colère, pour la mauvaise réaction que j'ai eue envers toi. Pardonne-moi mon chéri, je te demande sincèrement pardon".

 

            Ensuite, il faut que le mari pardonne. Il y a des maris qui disent : "Non ! Ce que tu m'as fait c'est trop grave, je ne te pardonne pas !" S'il ne pardonne pas, c'est très sérieux pour lui, parce que le Seigneur a dit : "Que le soleil ne se couche pas sur ta colère". Si le soleil se couche sur ta colère, tu ouvres pendant la nuit une porte au diable, tu vas être visité par le diable et il ne vient pas pour te faire du bien ! Et Dieu ne sera pas là pour te protéger, parce que tu désobéis à sa Parole.

 

            Il y a des disputes dans tous les couples, avant que l'on apprenne à bien marcher par l'esprit et il y a des disputes parce que la chair n'est pas encore morte. Mais chacun doit comprendre qu'il faut régler cette dispute le plus rapidement possible. Avec ma femme, maintenant on a compris le système. Il y a parfois des moments où en voyage, il faut être pressé, on est tendu, on commence à écarter un peu les yeux de Jésus, et on sent que la tension commence à monter, la tension charnelle, même sans mot, on sent que les nerfs commencent à être à bout, et à ce moment-là on se regarde avec mon épouse, et on commence à rire, et ça fait retomber la pression. Il faut veiller à rester les yeux fixés sur Jésus, à ne pas laisser la tension monter au point que la chair nous domine, car à ce moment-là, c'est la dispute qui éclate.

 

            Il ne faut pas rester fâché longtemps. Le problème de la réconciliation, c'est un problème fondamental dans le couple et dans l'église, parce que les chrétiens qui sont convertis ne sont pas encore sanctifiés complètement, surtout dès le début de la conversion, parce qu'on a besoin d'apprendre à crucifier la chair et à marcher par l'esprit. On a encore des tensions, des disputes dans le couple ou dans l'église, surtout quand on a été injustement traité.

 

            Et la réaction humaine est aussi inspirée par l'orgueil : la chair est pétrie d'orgueil, parce que la rébellion et l'orgueil vont ensemble. Si Satan s'est rebellé contre Dieu, c'était à cause de l'orgueil qui s'est d'abord infiltré dans son cœur. Il en a été de même pour Adam et Eve. Ils ont cru qu'ils seraient comme des dieux ! A la racine de la rébellion, il y a l'orgueil et quand il y a de l'orgueil au milieu d'une dispute, on ne peut pas se réconcilier. Il faut que l'on s'humilie devant le Seigneur, que l'on s'humilie l'un devant l'autre, qu'on reconnaisse au moins les torts qui sont les nôtres et qu'on s'humilie en demandant pardon.

 

            Dans l'église, il y a énormément de problèmes qui sont dus au fait qu'on ne pardonne pas et qu'on ne cherche pas la réconciliation. Tant qu'il est possible de notre part, faisons tout ce qu'il faut pour demander pardon et cherchons la réconciliation. Mais si on a en face de nous quelqu'un qui ne veut pas nous pardonner, ou qui ne veut pas se réconcilier, à ce moment-là, nous ne sommes plus responsables pour notre part, nous avons fait tout ce qu'il fallait, nous nous sommes remis dans la bonne position, nous avons rétabli le contact avec Dieu et nous sommes maintenant dans une bonne position où on peut recevoir des bonnes choses du Seigneur, et les apporter à l'église ou à notre famille.

 

            Il ne faut pas venir dans l'église pour recevoir, il faut venir dans l'église pour donner. Quand un chrétien me dit : "Oh, la réunion a été mauvaise, je n'ai rien reçu !", la question que je pose toujours, c'est : "Qu'est-ce que tu as apporté ? Est-ce que tu as apporté quelque chose ?" Tu viens toujours pour recevoir, recevoir, recevoir, et tu pompes, tu pompes les autres ! Mais quand tu viens pour apporter, tu ne vas plus les pomper, tu vas leur faire du bien, tu vas leur apporter quelque chose, tu vas leur apporter ta présence joyeuse, tu vas leur apporter ton amour, tu vas leur apporter ta paix, tu vas leur apporter un cantique, tu vas leur apporter ta participation à la prière, à la vie de l'église, là tu apportes la vie ! Et pour que je puisse apporter la vie, il ne faut pas que dans mon cœur il y ait de la rancune envers qui que ce soit.

 

            Dans toutes les églises du monde, il y a des frères et des sœurs qui sont injustement traités par un frère ou une sœur, qui n'a pas compris la situation, qui a entendu un faux bruit, qui a mal jugé, qui a jugé de l'apparence et pas selon la vérité et qui a commencé à calomnier ou à critiquer ou à faire du mal à cette sœur ou à ce frère. Et il a été tellement touché dans son cœur, attristé, mais tellement touché par cette injustice, qu'il se retire de l'église. Il dit : "Puisque c'est comme ça, il n'y a pas d'amour dans cette église, j'ai été mal traité, j'ai souffert, je m'en vais !" Mais vous savez que plus le temps passe et plus ça devient difficile pour restaurer la communion.

 

            La seule raison valable pour quitter une église, c'est quand le péché s'est installé dans cette église avec l'accord des responsables, et que ça continue à se développer. A ce moment-là le Saint-Esprit peut parler à quelqu'un et lui dire : "Va-t-en, ta place n'est plus ici, le jugement va tomber sur cette église !"

Et si tu ne veux pas être jugé avec, va-t-en ! : « Sortez du milieu d'elle mon peuple, ne touchez pas à ce qui est impur », parce que le jugement va tomber ! Mais ce sont des situations particulières. Si c'est une simple dispute entre deux frères dans une église, ce n'est pas suffisant pour quitter une église.

 

            La réconciliation, c'est-à-dire le pardon, c'est quelque chose qui est fondamental, et s'il y a un manque de pardon dans un couple, il n'y a pas la bénédiction du Seigneur, c'est une porte ouverte à Satan dans le couple. Il en est de même dans l'église, s'il n'y a pas de pardon entre les frères et sœurs de l'église, c'est une porte ouverte à Satan dans l'église !

 

            Il y a des chrétiens qui pensent que Satan ne peut pas entrer dans une église chrétienne. C'est un gros mensonge, Satan peut très facilement venir dans n'importe quelle réunion de n'importe quelle église, si la présence de Dieu n'est pas suffisante pour l'empêcher d'entrer. Comment la présence de Dieu peut ne pas être suffisante ? C'est quand le péché est dans l'église, quand il n'y a pas de pardon, quand il y a des compromis, quand il y a des choses qui ne sont pas à la gloire de Dieu, qui attristent le Seigneur et qui ne sont pas réglées. Dans ce cas, Satan peut entrer comme il veut.

 

            Nous avons eu l'occasion avec ma femme et d'autres frères et soeurs de nous occuper d'une jeune femme qui avait été une sataniste pratiquante ! Une sataniste pratiquante qui adorait Satan, qui le servait en cachette, qui participait avec son mari à des séances de sacrifices humains, et tous deux fréquentaient depuis des années des églises chrétiennes, et ils avaient même accédé à des postes de responsabilité dans les églises ! Et quand elle s'est convertie et qu'elle a compris que Jésus pouvait la sauver, nous avons eu à nous en occuper personnellement, pendant des mois. Et à la fin elle nous a confessé, (c'est le Seigneur qui l'a poussée à faire cette confession), qu'elle pouvait sans aucun problème s'infiltrer dans la plupart des églises chrétiennes, parce que le péché n'était pas réglé dans l'église. Le compromis était là, il y avait de l'hypocrisie, des manques de pardon, les couples n'étaient pas en règle.

 

            Paul dit aux anciens de l'église d'Ephèse : « Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n'épargneront pas le troupeau, et qu'il s'élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux » (Actes 20:29).

 

            Pourquoi les loups cruels peuvent-ils s'introduire ? Parce que le péché est entré dans l'église ! Et cette sœur dont je viens de parler a pu infiltrer des églises pendant dix ans avec son mari, un sataniste qui prêchait la parole, qui parlait de l'amour de Jésus en pleurant (mais qui ne parlait pas du véritable message de la Croix et du sang de Jésus). Tous les deux étaient pendant dix ans dans diverses églises chrétiennes pour les détruire de l'intérieur ! Pour détruire des hommes et des femmes par des calomnies, en racontant des mensonges, pour les détruire de toutes manières possibles, pour les détruire par la sorcellerie et la magie.

 

            Et cette soeur me disait : Lorsque j'étais sataniste, je pouvais sortir de mon corps de manière invisible par la puissance de Satan, et je pouvais entrer dans n'importe quelle maison de n'importe quelle famille chrétienne qui ne marchait pas droit selon l'Evangile ! Vous vous rendez compte les dégâts que cela peut faire dans une maison ? Et si ce n'est pas un sataniste, ça peut être un ou plusieurs démons, puisque la porte spirituelle est ouverte ! Elle me disait : "Je pouvais entrer dans leur chambre à coucher, écouter, voir tout ce qu'ils faisaient". Tout cela parce que le péché était dans cette famille.

 

            Mais par contre, dans une famille qui marchait droit selon le Seigneur, qui pratiquait le pardon, qui pratiquait la réconciliation, qui voulait marcher avec Dieu dans l'obéissance, elle ne pouvait pas passer la porte de la barrière du jardin, ou de la limite de la propriété. Il y avait une muraille de feu tout autour, avec les anges de Dieu, et c'était impossible d'entrer. Pour une église, c'est la même chose.

 

            J'ai rencontré il y a quelques années une femme chrétienne américaine, médecin, qui avait eu l'occasion de s'occuper d'une sataniste, grande prêtresse de Satan, qui pendant des années s'est infiltrée dans soixante-huit églises chrétiennes où elle a pu faire d'énormes dégâts, étant monitrice de l'école du dimanche. Je le dis, non pas pour vous faire peur, mais parce que ces choses sont extrêmement courantes. Les satanistes sentent la présence de Dieu ! Quand une église est fidèle, quand une famille est fidèle, Satan ne peut pas s'approcher, et ses serviteurs non plus !

 

            Un jour, cette grande prêtresse de Satan a reçu l'ordre de détruire une église parce que dans cette église, on annonçait clairement que le diable a été vaincu à la Croix. Elle devait s'infiltrer, comme elle en avait l'habitude. Elle s'est approchée la première fois, mais elle n'a même pas pu s'approcher de la porte d'entrée, tellement la présence de Dieu était forte. Impossible de s'approcher de la porte d'entrée, elle est restée au bout de la rue, clouée. Mais vous savez, les serviteurs de Satan sont persévérants ! La présence de Dieu dans une église n'est pas toujours au même niveau, il y a des hauts et des bas. Aussi, la fois suivante, elle a pu toucher le bouton de la porte, mais elle n'a pas pu entrer. La fois suivante elle a réussi à se mettre au dernier rang et à rester assise sans rien dire. Mais le frère qui présidait avait le discernement du Saint-Esprit. Du haut de l'estrade, il a vu cette femme entrer, et le Saint-Esprit lui a parlé pour lui dire qui elle était. Il s'est approché d'elle et lui a dit avec amour : "On vous permet de rester chez nous, de venir écouter la Parole de Dieu, mais vous ne pouvez rien faire d'autre ! Venez quand vous voulez pour écouter la Parole". Et les anciens de cette église ont jeûné, ont prié, ont fait prier l'église, sans rien dire à cette femme. Et au bout d'un an, elle s'est convertie ! Satan lui avait demandé de détruire cette église, mais le Seigneur lui avait demandé d'écouter Sa Parole !

 

            Ceci pour vous dire l'importance de la fidélité dans le couple et dans l'église, l'importance de l'obéissance à Dieu. Si vos frères ou vos sœurs ne voient rien de votre vie privée, Dieu voit tout, mais ne croyez pas que Satan ne voit pas ! Il voit très bien !

 

            Nous sommes la lumière du monde, mais quand nous vivons dans le péché et dans le compromis, cette lumière baisse et elle peut s'éteindre ou devenir une toute petite lampe ! Les serviteurs de Satan ont un discernement satanique. Un serviteur de Satan va reconnaître du premier coup d'œil un vrai chrétien du faux chrétien. Il le voit dans le monde spirituel  par la lumière de Dieu qui brille dans ce chrétien. S'il voit entrer un faux chrétien ou un chrétien qui vit dans le compromis et dans le péché, il le voit tout de suite !

 

            Et nous avons connu un sataniste qui dans son pays en Afrique était l'un des principaux satanistes de ce pays, il était membre d'une assemblée chrétienne de son pays, il pouvait participer à des jeûnes, à des prières, il pouvait chanter même sur le sang de Jésus et le nom de Jésus ! Et dans son témoignage, il me disait : "Si je pouvais le faire (parce qu'il s'est converti après), c'est qu'avec mon discernement spirituel (qui ne venait pas de Dieu), je pouvais voir les trois quarts de l'église dans le péché, dans le péché non confessé !" Alors, il pouvait y avoir des prières, du bruit, mais aucune puissance spirituelle, aucune présence réelle de Dieu.

 

            Et quand dans le couple on reste fidèle, quand dans notre vie personnelle nous sommes fidèles, quand l'église est fidèle, il y a une onction et une présence de Dieu, et aucun serviteur de Satan ne peut nous faire du mal. Ils pourront agir seulement s'il n'y a pas de puissance spirituelle divine réelle. Il faut que l'église de Jésus soit une église fidèle où la présence de Dieu est réelle et où les satanistes viendront, mais pour se convertir, pour être délivrés de leurs chaînes ! Et pas pour venir exercer leurs mauvaises pratiques, pour détruire et essayer de détruire l'église.

 

            C'était une parenthèse que j'ai pu faire grâce à la question qui a été posée sur la colère et le besoin de réconciliation. Il est vital pour une église de pratiquer le pardon et la réconciliation le plus vite possible ! Quelles que soient les offenses qui ont été faites, il faut qu'on pardonne à ceux qui nous ont offensés, de tout notre cœur. Et si je ne pardonne pas moi-même, et si Dieu me demande de pardonner et que je ne pardonne pas moi-même et que je persévère dans cette rancune, vous savez ce que Dieu fera ? Il ne pardonnera pas non plus mes péchés ! Cela veut dire qu'Il remettra sur mon dos tout le fardeau de mes péchés passés qu'Il m'avait enlevé à ma conversion !

 

            Dieu a oublié tous mes péchés, mais si je refuse de pardonner à mon mari, à ma femme, ou au frère ou à la sœur qui m'ont méchamment traité, si je refuse, c'est que moi-même je suis méchant comme eux ! Et Dieu va me remettre dessus le fardeau de tous mes péchés. Jésus le dit dans Matthieu 18, au verset 15 : « Si ton frère a péché, reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute tu as gagné ton frère ». Si ton frère a péché contre toi en t'offensant, mais aussi si tu vois clairement ton frère ou ta sœur qui pèche, ta responsabilité c'est d'aller lui parler en privé, et lui dire : "Mon frère, ma sœur, il faut que tu règles ça avec Dieu ! Je ne suis pas là pour te juger, je suis là pour t'aider et te prévenir, il faut régler ça !" « S'il t'écoute, tu as gagné ton frère, mais s'il ne t'écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes afin que toute l'affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. S'il refuse de les écouter, dis-le à l'église », dis-le à toute l'église !

 

            Dieu demande de faire cela dans un esprit d'humilité, de recherche de la vérité et de l'amour. S'il y a un frère ou une sœur qui pèche, on le sait, on l'a prévenu une fois, deux fois, seul, avec témoins, il ne veut pas mettre sa vie en règle ! Toute l'église doit être prévenue, et à ce moment-là, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain ! On coupe toute relation fraternelle avec lui ! On ne le considère plus comme un ami à qui on peut dire : "Viens dîner chez moi, viens on va faire une sortie ensemble". Non ! On ne le fréquente plus !

 

            Et au verset 18 : « Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel  (lié, ça veut dire interdire). Tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel » Autrefois, les juges disaient : "Je lie!" Cela veut dire : "Je prends une décision qui s'impose à toi", et le jour où la décision ou la sanction est levée, on délie.

 

            Et il ajoute : "Je vous dis encore que si deux d'entre vous sont d'accord sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux". Si deux d'entre vous ... Quels sont les deux les plus proches dans l'église ? C'est le mari et la femme ! Si deux sont d'accord, et le mot grec, c'est un mot qui est beau, c'est le mot qui dit Sumphonai, être en symphonie dans le cœur, comme quand l'un chante le chant et l'autre chante la deuxième voix, ça fait une symphonie, c'est beau !

 

            Quand les deux, mari et femme sont en accord comme ça dans leur cœur, parce qu'il y a le pardon, il y a la réconciliation, alors Jésus dit : « Demandez une chose quelconque, elle vous sera accordée! » Parce que la prière est vraiment inspirée par le Saint-Esprit : « Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux ».

 

            Mais il ne faut pas citer ce verset sans discernement, à toute occasion. Il y a souvent dans l'église des personnes qui s'assemblent alors qu'ils sont fâchés avec leur femme, leur mari ou un frère, une sœur. Ne t'imagine pas que Jésus est là au milieu ! Parce qu'on n'est pas assemblé au nom du Seigneur dans la paix du Seigneur et dans la joie du Seigneur, dans un cœur propre et pur. On fait fuir le Saint-Esprit quand on se rassemble avec un cœur qui n'est pas purifié. Bien sûr, Dieu est présent partout, mais Il ne va pas se manifester.

 

            Alors Pierre s'approcha et dit : « Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère (c'est écrit mon frère, mais on peut dire aussi mon mari ou ma femme) quand il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu'à sept fois ? Jésus lui répondit : Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois », c'est-à-dire, sans arrêt, sans arrêt ! Si ta femme t'offense une fois, tu vas lui pardonner son offense. Deux fois, ça va encore, trois fois, mais six fois dans la même journée ! Si, tu vas pardonner encore ! Tu vas savoir ce qu'il faut faire dans la sagesse de Dieu, mais tu pardonneras !

 

            Et ensuite il y a cette parabole du méchant serviteur, je ne vais pas la lire en entier, mais c'est quelqu'un qui devait dix mille talents ! Dix mille talents, ça fait disons, cent milliards d'euros ! Vous voyez ce que ça fait ? C'est énorme, même pour un budget de toute une nation. Ce serviteur doit cela à son maître et il n'a pas de quoi payer ! Il dit à son maître : "Je n'ai pas de quoi payer, mais prends patience". Il a dit : "Prends patience", mais comment envisager de rembourser cent milliards d'euros quand on n'a rien !

 

            Et le maître lui dit : « Je te remets ta dette !». Voilà l'exemple de Dieu qui nous a pardonné le poids de notre péché, qui pesait bien plus que cent milliards d'euros, c'est-à-dire une dette impossible à payer, pour nous, et Dieu grâce au sacrifice de Jésus nous pardonne.

 

            Et ensuite ce même serviteur rencontre quelqu'un qui lui devait cent deniers. Cent deniers, ça fait environ la somme de six mois de salaire d'un ouvrier non qualifié, ce n'est pas rien, mais par rapport à cent milliards d'euros, ce n'est rien ! Et il l'a fait mettre en prison, jusqu'à ce qu'il paye tout ou qu'il vende ses biens. C'est l'image de quelqu'un qui a reçu une offense assez sérieuse, mais qui n'a pas voulu pardonner.

 

            Et le maître, irrité, a appelé ce serviteur et lui a dit : « Serviteur méchant ! Je t'avais remis ta dette, toi aussi tu devais remettre la tienne !» Et à la fin il dit au verset 34 : « Son maître, irrité, (Dieu notre Père, très fâché), le livra au bourreau !» Qui sont les bourreaux spirituels ? C'est Satan et ses démons ! C'est Dieu qui va te livrer à Satan et à ses démons.

 

            Pour moi c'est clair !: « C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera (Jésus parle à ses disciples) si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur ».

 

            Il se peut que certains pensent : "Ah ! Mais tu ne sais pas ce qu'il a fait lui ? Ou elle ? C'est facile de parler comme ça toi ! C'est facile du haut de l'estrade de parler, mais tu ne sais pas ce qu'il m'a fait !"

 

            Dans la dernière guerre en Europe, il y a des nazis qui ont torturé des enfants sous les yeux de leurs parents chrétiens, jusqu'à les mettre à mort sous la torture. Et ces chrétiens-là, après la guerre, ont rencontré les bourreaux, et ils étaient remplis de l'amour de Jésus pour pouvoir leur dire : "Je te pardonne ce que tu as fait !" Seul le Saint-Esprit peut remplir nos cœurs de ce pardon.

 

            Alors, chers frères et sœurs, je m'adresse ce soir aux couples qui ne s'entendent pas parce qu'ils n'ont pas voulu pardonner de tout leur cœur ! Ne dites pas : "Oui, je pardonne, mais je n'oublie pas !" Là ce n'est pas un vrai pardon ! Evidemment, je n'oublie pas au sens que je ne deviens pas amnésique, je n'ai pas perdu la mémoire, mais dans mon cœur il n'y a rien, il n'y a pas de mauvais sentiments. Du fond de mon cœur je pardonne, parce que je sais de quoi j'ai été pardonné, moi ! J'ai été pardonné d'une offense qui mérite la mort. Et quelle que soit l'offense qu'on peut me faire, jamais ça ne pourra se comparer à ce que Dieu m'a pardonné ! Alors, je suis prêt à pardonner instantanément, immédiatement, dès que l'offense m'est faite, j'ai compris la leçon, je l'ai comprise parce que Dieu m'a corrigé et parce que Dieu a changé mon cœur ! Et je sais que nous avons tous reçu un esprit nouveau qui est capable de pardonner. Notre chair, n'est pas capable de pardonner, on n'est pas appelé à marcher selon la chair, mais à marcher selon l'esprit ! Et notre esprit que nous avons reçu de Dieu ne demande qu'une chose, c'est de pardonner tout de suite !

 

            Comme Paul dit, je vous en supplie, soyez réconcilié avec Dieu, et soyez réconcilié avec votre mari, votre femme, tant qu'il est possible pour vous. Si l'autre ne veut pas, ça le regarde, mais au moins vous dans votre cœur, pardonnez, décidez de pardonner, même s'il y a encore des choses qui remuent. Le pardon commence par une décision ferme : "Devant Dieu, devant le diable et devant les hommes je décide de pardonner." Et Dieu va changer mes sentiments, Dieu va me remplir d'amour parce qu'Il m'a déjà donné son amour dans mon esprit, Il va faire passer son amour dans mon âme et dans mes sentiments.

 

            Réconciliez-vous le plus vite possible, il y va de votre destinée spirituelle, il y va de la gloire de Dieu et il y va de notre liberté en tant que couple et en tant qu'église par rapport au diable et à ses démons ! On ne doit rien laisser à l'ennemi ! Pas la moindre petite fente, il en profitera toujours et il a l'œil pour voir où il y a des trous dans notre armure. On peut tromper tous les hommes, on ne peut pas tromper Dieu, mais je vous assure qu'en ce qui concerne le péché, on ne peut pas tromper Satan non plus ! Le péché c'est comme une mauvaise odeur qui attire les mouches, Belzébuth, ça veut dire : le seigneur des mouches, et Satan est attiré tout de suite par la moindre mauvaise odeur.

 

            Et nous, nous devons être la bonne odeur de Christ qui se répand pour tous, la bonne odeur d'un cœur qui pardonne, d'un cœur qui cherche la réconciliation, d'un cœur qui est rempli du Saint-Esprit, d'un cœur qui manifeste la présence réelle de Dieu !

 

 

Question numéro 5 : Dans un couple chrétien où le mariage est brisé, s'il y en a un qui s'en va, et qu'il y ait un divorce, est-ce que celui ou celle qui reste a le droit de se remarier ?

 

           Pour un couple chrétien, voir son mariage cassé et arriver au divorce, c'est très grave, mais ma conviction personnelle, après des années de prières et de recherche du Seigneur, c'est que celui qui reste ne peut pas se remarier tant que l'autre est vivant ! J'en suis absolument convaincu, dans tous les cas possibles.

 

            Mais, je ne peux jamais obliger une personne à obéir à la Parole de Dieu. Même si je dis à quelqu'un : "Tu n'as pas le droit de te remarier, Dieu te l'interdit", si la personne n'en est pas personnellement persuadée par le Seigneur et par sa Parole et qu'elle n'a pas reçu la grâce de Dieu pour marcher par l'esprit et le faire dans l'esprit, si cette personne marche par la chair, elle ne pourra pas obéir par la force d'une volonté humaine à un commandement comme ça ! Par contre, si cette personne marche par l'esprit, les choses deviennent faciles, parce qu'elle se rend compte qu'elle est dans la volonté de Dieu. C'est l'Esprit de Dieu qui convainc de péché, d justice, et de jugement.

 

 

 

       

Note de Source de Vie :

Au sujet de cette question, nous vous suggérons de lire également les documents suivants

Sur le site Internet Source de Vie

- C13 Le remariage est-il acceptable aux yeux du Seigneur ? (11 pages)

- C53 Le divorce et le remariage (8 pages)

- C105 Mariage, séparation, divorce, remariage (14 pages)

 

 

Question numéro 6 : Si un jeune chrétien se marie avec une jeune chrétienne, et que plus tard il constate qu'il a fait un mauvais choix, que peut-il faire ?

 

            Eh bien, le jeune chrétien doit assumer ce mauvais choix et rester avec la femme qu'il a épousée ! Il peut arriver, après quelques mois ou années de mariage, que je constate que la femme que j'avais choisie au début n'est pas aussi agréable, bonne ou spirituelle que j'aurais espéré, et je me trouve devant un problème sérieux. Il se peut que mon épouse soit, par exemple, un frein spirituel à ma progression spirituelle, parce qu'elle aime encore beaucoup les frivolités du monde. Si j'ai fait le mauvais choix, la seule solution, c'est d'aller devant Dieu en disant : "Seigneur, pardonne-moi, j'ai fait le mauvais choix. Si j'avais vraiment écouté ta voix à ce moment-là, tu m'aurais montré que ce n'était pas le choix que tu aurais eu pour moi, mais je n'ai pas été assez sérieux dans la prière. Pardonne-moi ! Et maintenant je te prie pour mon épouse pour que tu la changes".

 

            Si elle est chrétienne, elle est appelée par Dieu à être semblable à Jésus, et son mari aussi, et il va prier pour que Dieu transforme le cœur de sa femme, ainsi que son propre coeur. Il va se mettre à genoux, jeûner et intercéder, et dire : "Seigneur, remplis mon cœur pour que je sois capable d'aimer ma femme, même si à mes yeux elle ne convient pas tout à fait à ce que j'aurais aimé, remplis-moi d'amour pour que je puisse l'aimer de ton amour, la rendre heureuse, et rester dans la foi et la paix pour toujours croire que tu travailles afin qu'elle change et qu'elle s'améliore et qu'elle devienne de plus en plus spirituelle et parfaite". Et là, le Seigneur va intervenir pour que ce soit quelque chose de parfait ! Je vous assure, le Seigneur fait des grands miracles. Il répond aux prières !

 

            J'ai connu plusieurs situations dramatiques, où un pasteur chrétien, marié avec une femme chrétienne, après quelques années de mariage, se disait qu'il devait maintenant se rendre à l'évidence qu'il avait fait un mauvais choix en se mariant, parce que sa femme n'était pas aussi spirituelle qu'une autre sœur de l'église qui est une femme tellement spirituelle, fidèle à toutes les réunions, qui prie merveilleusement, qui a des dons spirituels... Et il a une attirance spirituelle particulière envers elle, et alors, il a vraiment l'impression que Dieu lui parle. Il pense de plus en plus que Dieu lui montre clairement qu'il s'était trompé lors de son mariage, qu'il doit quitter cette première femme qui n'est pas la bonne, qui est un frein à sa vie, pour aller s'unir à cette nouvelle femme, qui va vraiment être son aide selon Dieu !

 

            Mais je vous dis que c'est une séduction épouvantable ! C'est une honte ! C'est un adultère ! Si c'est vraiment un pasteur fidèle, il va assumer son mauvais choix, demander pardon parce qu'il est responsable de son mauvais choix. C'est librement qu'il s'est marié, qu'il a contracté une alliance, et il doit honorer son engagement, dans la foi que Dieu va tout changer.

 

            Les seuls mariages non valables devant Dieu, sont des mariages forcés, obligés. Ils n'ont aucune valeur devant Dieu, ce ne sont pas des mariages ! Un mariage forcé sous la contrainte, ça existe, mais je dirais que même-là, si les deux conjoints sont chrétiens, ils peuvent prier pour que Dieu arrange toute chose.

 

            Il y a des églises où on enseigne que tous les mariages contractés avant la conversion doivent être considérés comme non valables devant Dieu, parce qu'ils n'ont pas été conclus par des chrétiens devant Dieu ! C'est faux, c'est une fausse doctrine ! Même s'ils n'ont pas été conclus devant Dieu, s'il y a eu mariage, il y a eu un engagement libre de prendre une épouse et de prendre un époux et de s'unir par le mariage. C'est un mariage qui est indissoluble devant Dieu, même s'ils ne connaissent pas Dieu. Ils se séparent, ils divorcent, et c'est un péché devant Dieu.

 

            En conclusion, un jeune chrétien qui s'est trompé, qui a fait le mauvais choix, doit assumer, prier, et Dieu va changer son épouse, qui va devenir une épouse merveilleuse, et lui va être changé aussi.

 

 

Question numéro 7 : Il y a des jeunes chrétiens qui pensent que l'on peut se marier avec la première fille venue, est-ce juste ?

 

            Non c'est faux ! Un jeune chrétien ne doit pas se marier avec une fille qui n'est pas chrétienne. De même, une jeune chrétienne ne doit pas se marier avec un garçon qui n'est pas chrétien. Parce que la fille ou le garçon chrétiens sont lumière devant Dieu, alors que celui qui n'est pas chrétien est ténèbre. Paul dit bien : « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? » (2 Corinthiens 6:14).

 

            Et personnellement si on me demandait de venir bénir un mariage entre un jeune chrétien qui se marie avec une femme qui n'est pas chrétienne, je refuserais !

 

            Si tu es converti, et que tu vois une jeune fille qui n'est pas chrétienne et que tu as de l'amour pour elle, tu pries Dieu et tu dis : "Seigneur, je veux vraiment que tu me montres si cet amour vient de toi ou non. Et avant même que je fasse quoi que ce soit de sérieux avec cette fille, je veux te prier que tu touches son cœur".

 

            Mon intérêt spirituel pour elle et l'intérêt que j'aurai dans mon cœur pour elle, ce n'est pas en premier de l'avoir pour mon épouse, mais c'est de l'amener au Seigneur ! Je vais lui annoncer Jésus, et chercher à l'amener au Seigneur en vérifiant qu'elle ne vient pas au Seigneur pour moi, mais qu'elle vient vraiment au Seigneur pour Lui ! Je ne vais pas être pressé pour me jeter dans ses bras, si elle fait semblant de se convertir. Une vraie conversion, ça se voit aux fruits, et il y a aussi des anciens, des chrétiens spirituels qui peuvent m'aider et me conseiller. Mais je vous en supplie jeunes chrétiens, ne vous mariez jamais avec quelqu'un qui n'est pas converti ! Vous le regretterez amèrement !

 

 

Question numéro 8 : L'apôtre Paul a dit : "Maris, aimez vos femmes". Est-ce que c'est une raison pour dire tous les jours à sa femme : "Je t'aime, je t'aime" ?

 

            Non, ce n'est pas une raison. Mais la seule raison qui pourrait me pousser à le dire, c'est mon amour pour ma femme ! Si vraiment j'aime ma femme de tout mon cœur, j'aurai envie de lui dire que je l'aime, et pourquoi pas tous les jours lui dire : "Je t'aime ma chérie !" Mais, ce n'est pas par hypocrisie qu'on le fait, c'est parce qu'on a de l'amour. Jésus a dit que c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle, et si tu ne dis jamais à ta femme que tu l'aimes, il doit y avoir un problème dans ton cœur !

 

            Mais c'est sûr que ce ne sont pas seulement les paroles qui comptent, parce qu'il y a des hommes qui disent à leur femme : "Je t'aime", mais ces paroles ne sont pas suivies par des actes correspondants ! Bien que tu sois le chef, tu peux aussi faire la vaisselle et le ménage pour soulager ta femme !

 

 

            Alors, frères et sœurs bien-aimés, pour conclure cette série de réunions, je sais que le Seigneur fait un travail dans cette église, il faut le laisser aller jusqu'au bout ! Et si vous le laissez aller jusqu'au bout, il va se passer des choses merveilleuses, ces choses vont se passer dans l'ordre et sans division, parce que le Seigneur va contrôler les choses, des âmes nouvelles vont venir et le Seigneur va se glorifier.

 

 

 

            Prions : "Seigneur, je veux te remercier pour ces moments que nous avons passés dans cette église au milieu de nos frères et de nos sœurs. Ma prière Seigneur, c'est que tu fasses fructifier ta Parole par ton Esprit dans tous les cœurs. Que non seulement ces paroles que j'ai pu dire, mais ta Parole sainte tout entière soit vivante dans les cœurs. Je te demande de protéger cette église, de remplir chacun ici de ta sagesse. Que les situations qui n'ont pas été réglées puissent l'être dans les couples, dans l'église, que des pardons soient donnés de tout cœur, que des réconciliations soient faites, que tu puisses avancer ton œuvre, Seigneur, pour ta gloire dans cette ville, dans ce pays, et que l'on sache que tu es un Dieu vivant ici au milieu de ton peuple. C'est ma prière, Seigneur, et je t'en remercie dans le nom de Jésus-Christ, Amen !"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liste des questions posées

 

Question n° 1 : Les femmes ont-elles le droit de prier dans les assemblées ?

Question n° 2 : Une femme chrétienne non mariée doit-elle porter le voile ?

Question n° 3 : Comment le mari peut-il et doit-il manifester son autorité envers sa femme ?

Question n° 4 : Combien de temps puis-je rester fâché avec mon mari ?

Question n° 5 : Dans un couple chrétien où le mariage est brisé, s'il y en a un qui s'en va, et qu'il y ait un divorce, est-ce que celui ou celle qui reste a le droit de se remarier ?

Question n° 6 : Si un jeune chrétien se marie avec une jeune chrétienne, et que plus tard il constate qu'il a fait un mauvais choix, que peut-il faire ?

Question n° 7 : Il y a des jeunes chrétiens qui pensent que l'on peut se marier avec la première fille venue, est-ce juste ?

Question n° 8 : L'apôtre Paul a dit : "Maris, aimez vos femmes". Est-ce que c'est une raison pour dire tous les jours à sa femme : "Je t'aime, je t'aime" ?