C50 Source de Vie - http://www.sourcedevie.com

© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée

mis sur le site le 18/12/01

 

Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.

 

 

Le couple selon le plan de Dieu

Virginité, fiançailles, mariage, relations sexuelles,

enfants, avortement, contraception, adultère, divorce,

restauration du plan de Dieu pour le couple et la famille.

message n� 3

 

Ce message fait partie d'une série de 4 messages (références C48 à C51). Il est le troisième de la série.

.

 

 

Nous pouvons compter sur sa force, et quand il est parlé de victoire, il est parlé de combat. Et dans la Bible, les combats que nous avons à mener ne sont jamais des combats faciles. Ce sont toujours des combats intenses, car nous n'avons pas à lutter contre des hommes, nous n'avons pas à lutter contre notre mari infidèle ou notre femme infidèle, nous avons à lutter contre des esprits, des dominations, des autorités de ce monde de ténèbres, et pour cela nous devons être revêtus des armes de Dieu. Pour cela, nous devons être remplis du Saint-Esprit, pour cela, nous devons être remplis de la soumission au Seigneur. Et à ce moment là, le Seigneur nous donnera sa victoire qu'il a déjà remportée. "A celui qui vaincra", qui sera fidèle, qui mettra en pratique ma Parole, je lui donnerai� Tout ce qu'il a à nous donner dans Apocalypse. Alors consolons-nous avec ces paroles. Si nous sommes dans une difficulté intense, un problème de couple qui n'arrive pas à se régler, sachons que la plus grande crainte que nous ayons à avoir, c'est de perdre dans cette épreuve notre communion avec Dieu, en nous laissant aller à toutes sortes de péchés, d'apitoiement, de crainte, de colère, ou d'amertume. Nous devons à tout prix garder notre communion avec Dieu, cultiver notre communion avec Dieu pour pouvoir recevoir dans ce combat si dur, tout le secours dont nous avons besoin, la solution qu'il nous faut, la délivrance pour notre conjoint et sa conversion. Le Seigneur compte sur notre fidélité ; il compte sur notre fidélité et quand nous voyons les récompenses qui nous attendent, et la récompense la plus grande, n'est-ce pas de s'entendre dire : "Entre, bon et fidèle serviteur, dans la joie de ton maître".

 

 

J'aimerais aussi parler d'un point particulier qui est quand même très important, je voudrais parler en ce qui concerne les relations de couple, du domaine sexuel, parce que j'ai pu remarquer et certainement, beaucoup d'entre vous aussi ont pu le remarquer, qu'il y avait dans ce domaine des problèmes importants, y compris dans les foyers chrétiens. Alors j'aimerais juste sur ce point donner quelques précisions, y compris ce que la Parole de Dieu nous donne sur ce plan là. Et je vous propose de lire dans 1 Corinthiens 7, au verset 3, 1 Corinthiens 7, ce que nous dit le Seigneur à ce sujet. Quand le Seigneur a dit à Adam et Eve, avant la chute : "L'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme et ils formeront une seule chair". Et dans le plan aussi de bonheur que le Seigneur a prévu pour le couple, il y a aussi l'harmonie et l'équilibre sur le plan sexuel, comme sur le plan spirituel et sur le plan psychologique. Et l'apôtre Paul dit aux chrétiens de Corinthe, donc à nous tous chrétiens, au verset premier : "Pour ce qui concerne les choses dont vous m'avez écrit, je pense qu'il est bon pour l'homme de ne point toucher de femme, toutefois, pour éviter l'impudicité, que chacun ait sa femme et que chaque femme ait son mari. Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit et que la femme agisse de même envers son mari. La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari. Et pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme. Ne vous privez point l'un de l'autre, si ce n'est d'un commun accord pour un temps afin de vaquer à la prière. Puis, retournez ensemble de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. Je dis cela par condescendance, je n'en fais pas un ordre". Donc, il donne un conseil, mais un conseil inspiré par l'Esprit du Seigneur : "Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit" et inversement. Et il est important de souligner là que ce n'est pas le mari qui a autorité sur son propre corps mais sa femme, et inversement aussi. Cela veut dire que le mari a des devoirs envers son épouse, la femme en a aussi envers son mari, mais tout cela doit se faire toujours dans l'amour et dans la sagesse du Seigneur. C'est-à-dire que l'un comme l'autre ne doit pas se refuser sexuellement à l'autre lorsque son partenaire le désire. Cependant, y compris dans des foyers chrétiens, et je connais personnellement un exemple tout récent, il y a des occasions où la femme se refuse pour une raison ou une autre. Et dans ce cas là, il est conseillé au mari de ne pas user de son droit d'autorité, mais d'essayer de comprendre pourquoi son épouse se refuse. Et dans beaucoup de cas, si elle se refuse, ce n'est pas simplement par caprice, c'est parce qu'il y a un problème profond. Et c'est au mari à aider son épouse à résoudre ce problème et inversement aussi, bien entendu. Et dans le cas que je connais, il s'agit d'une chrétienne mariée, divorcée une fois, remariée, divorcée une deuxième fois, remariée une troisième fois avec un chrétien, et actuellement, le couple traverse une grande crise. Elle se refuse absolument à son mari, elle est complètement frigide et le mari traverse lui-même une épreuve très difficile parce qu'il n'arrive pas à comprendre ce qui se passe. Et quand il a demandé conseil, le conseil que je lui ai donné personnellement, c'est d'intercéder pour son épouse et d'essayer avec la grâce de Dieu d'établir un contact, une communion, une communication avec elle pour essayer de comprendre ce qui se passe et avoir une discussion en profondeur avec elle, ce qui n'avait pas encore été le cas. Il y a des cas que je connais aussi, où la femme se refusait sexuellement à son mari et elle était complètement frigide parce qu'elle avait été violée dans sa petite enfance. Et ce viol avait entraîné un lien démoniaque sur cette femme, qui l'avait rendue frigide et qui n'arrivait pas à rétablir des relations sexuelles normales avec son époux. Et c'est un couple chrétien. Et il a fallu que la lumière du Saint-Esprit se fasse dans la vie de cette femme, qui avait même oublié qu'elle avait été violée, tellement ça s'était passé dans sa petite enfance. Et dans ce cas là, le Saint-Esprit a dû remettre en lumière cet événement tragique et lui montrer qu'à cette occasion là, un démon était entré en elle et avait pris possession de sa vie et il a fallu qu'elle reçoive une délivrance que le Seigneur lui a donnée, bien sûr, parce qu'il est venu libérer les captifs. Et lorsqu'elle a été délivrée, elle a pu avec joie et bien sûr à la grande joie de son époux aussi, reprendre des relations sexuelles complètement normales avec son époux. Donc, quand il est dit : "Ne vous privez point l'un de l'autre", c'est un conseil qui s'adresse à des chrétiens sains et équilibrés. Mais il y a des cas où malheureusement, cet équilibre n'est pas présent et le Saint-Esprit désire mettre en lumière toutes choses pour que la guérison s'installe dans le couple. Le Seigneur veut que le couple ait des relations sexuelles normales, heureuses, pleines et complètes. Mais il demande aussi, le Seigneur, que d'un commun accord, ils se privent l'un de l'autre pour un temps, afin de vaquer à la prière. Donc, le Seigneur demande que dans certaines occasions aussi, il y ait comme un jeûne sexuel qui soit accepté d'un commun accord par le couple, pour vaquer à la prière. Donc, je pense que le fait de ne pas respecter ce conseil du Seigneur va certainement troubler l'efficacité de la prière. C'est-à-dire que si le couple se livre à des rapports sexuels alors que le Seigneur voudrait les mettre à part pour la prière, ils désobéissent à ce moment là à la volonté du Saint-Esprit. Il y a des moments, conduits par le Saint-Esprit, où l'un comme l'autre doivent reconnaître que le Seigneur demande une mise à part, un arrêt, un jeûne sexuel, parce que rien ne doit nous distraire de la prière dans certains moments. De la même manière que le jeûne de nourriture est parfois indispensable, pour que nous concentrions tous nos efforts dans la prière sur le Seigneur, que nous nous mettions vraiment à part, que nous mettions de côté les désirs naturels et normaux de la chair, pour que nous puissions nous concentrer vraiment sur le Seigneur. Et à ce moment là, le Seigneur peut nous parler, notre c�ur est prêt à l'écouter plus précisément. Et je crois qu'il faut accepter qu'à certains moments, le mari et la femme, d'un commun accord se privent de relations sexuelles pour vaquer à la prière.

 

 

Il y a aussi un point important dans Hébreux 13:4, en ce qui concerne les relations sexuelles. Hébreux 13, verset 4 : "Que le mariage soit honoré de tous et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères". Il parle à des chrétiens. Le lit conjugal doit être pur de toute souillure, et le Seigneur indique deux souillures précises : l'impudicité et l'adultère. Il est évident que le mariage chrétien doit être absolument pur de ces deux souillures. Et je parlerai de manière plus approfondie de l'adultère à un autre moment ultérieurement. Mais en ce qui concerne l'impudicité, je crois qu'il est important de souligner que dans les relations sexuelles entre couples, on ne doit pas faire n'importe quoi entre chrétiens. Et ce n'est pas parce que nous sommes mariés, maris et femmes, même chrétiens, ce n'est pas pour cela que nous avons la permission de faire n'importe quoi. Il y a des relations sexuelles, des attitudes sexuelles qui sont des abominations dans un couple chrétien. Il faut le dire, il n'y a qu'une seule (et je me sens autorisé à le dire sous l'onction du Saint-Esprit), il n'y a qu'une seule position sexuelle qui soit permise par le Seigneur, c'est la position naturelle. Et toutes les autres sont des abominations devant le Seigneur. Que ce soit la sodomie, que ce soit toute autre perversion sexuelle, ce n'est pas parce qu'il y a mariage, mari et femme, qu'ils sont autorisés à faire n'importe quoi. Et il est important, bien-aimés frères et s�urs, que s'il y en a ici ou parmi ceux qui nous écoutent qui se livrent à des attitudes, des positions sexuelles qui ne sont pas valables devant le Seigneur, il faut s'en repentir, et demander que le Saint-Esprit nous conduise dans la sainteté et dans la pureté dans ce domaine là aussi. Il est très important de le réaliser, car Dieu jugera les fornicateurs et les impudiques, et il y a une fornication qui peut exister aussi, même dans un couple chrétien, par la pratique de toutes sortes d'attitudes abominables, qui sont en fait des perversions et qui viennent de l'enfer. Le Seigneur nous demande de rechercher la pureté en toutes choses, que le lit conjugal soit exempt de toute souillure ; de chercher la vertu dans le domaine conjugal.

 

 

Et pour terminer sur ce plan des relations entre couples, je voudrais vous lire deux passages dans la Bible qui nous montrent, en guise de conclusion, ce que c'est qu'un mauvais mari et ce que c'est qu'une bonne épouse. Bon, il se trouve que j'ai pris ces deux exemples, il pourrait y en avoir d'autres, mais ils illustrent très bien ce que peut être un mauvais mari pour sa femme et ce que peut être une bonne épouse pour son mari. Evidemment, vous prendrez le contre-pied, maris, en ce qui concerne le bon mari, il suffit de prendre le contraire de ce qui sera lu ici dans la description du mauvais mari. Mais si nous lisons dans Matthieu 23, le Seigneur s'adresse aux scribes et aux pharisiens hypocrites. Et sans tordre le sens de la Parole de Dieu, j'ai pris cette description des pharisiens et des scribes hypocrites pour qualifier le comportement de mauvais maris. C'est-à-dire de conducteurs spirituels mauvais de leurs familles, et je pense que vous verrez vous-mêmes en lisant cette description, qu'elle peut très bien s'appliquer à la conduite d'un mauvais mari. Elle est très pratique. Et au chapitre 23 et au verset 3, lisons ceci en pensant donc à ce que peut être la conduite d'un mauvais mari. "Faites donc et observez tout ce qu'ils vous disent, mais n'agissez pas selon leurs �uvres ; car ils disent et ne font pas". Voilà ce que fait un mauvais mari. Il dira constamment, mais il ne fera pas. Il critiquera, il reprochera, mais il ne donnera pas le bon exemple. "Ils lient des fardeaux pesants et les mettent sur les épaules", je pourrais dire de leurs épouses, "mais ils ne veulent pas les remuer du doigt. Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ils portent de larges phylactères etc., de longues franges à leurs vêtements, ils aiment la première place dans les festins (ou chez eux) et les premiers sièges dans les synagogues (ou dans leurs salles à manger), ils aiment être salués dans les places publiques, être appelés par les hommes : Rabbi, Rabbi". Le mauvais mari aime bien être reconnu à l'extérieur de chez lui, "mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi, c'est-à-dire directeurs, car vous n'avez qu'un maître qui est le Christ". Et un peu plus loin, il dit, au verset 13 : "Malheur à vous", mauvais maris, "parce que vous fermez" à vos femmes "le royaume des cieux, vous n'y entrez pas vous-mêmes et vous n'y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer". Cela peut se produire aussi. "Malheur à vous parce que vous dévorez les maisons des veuves et que vous faites pour l'apparence de longues prières. A cause de cela, vous serez jugés plus sévèrement". Au verset 16 : "Malheur à vous, conducteurs aveugles qui dites : si quelqu'un jure par le temple ce n'est rien, si quelqu'un jure par l'or du temple, il est engagé. Insensés et aveugles lequel est le plus grand ? L'or ou le temple qui sanctifie l'or ? Ne sommes nous pas le temple aussi du Saint-Esprit ? Si quelqu'un, dites-vous encore jure par l'autel, ce n'est rien. Mais si quelqu'un jure par l'offrande qui est sur l'autel, il est engagé. Aveugles ! Lequel est le plus grand, l'offrande ou l'autel qui sanctifie l'offrande ?" "Malheur à vous", au verset 23, "parce que vous payez la dîme et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi : la justice, la miséricorde et la fidélité" envers votre épouse. Là, c'est moi qui rajoute, mais vous transposez. "C'est cela qu'il fallait pratiquer sans négliger les autres choses, conducteurs aveugles qui coulez le moucheron et qui avalez le chameau". Vous mettez le doigt sur quelque chose qui en fait n'a aucune importance et les problèmes graves qui sont dans votre propre vie, vous les passez de côté. Au verset 25 : "Malheur à vous, parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat et qu'au-dedans ils sont pleins de rapine et d'intempérance, pharisiens aveugles. Nettoie premièrement l'intérieur de la coupe et du plat afin que l'extérieur aussi devienne net". Et vous lirez vous-mêmes le reste de ce chapitre jusqu'au verset 39. Voyez-vous ce que Jésus dit en parlant des conducteurs aveugles ? Le mari est le conducteur de son foyer. Il ne doit pas être un hypocrite, il ne doit pas être quelqu'un qui dit et qui ne fait pas. Il ne doit pas juger et critiquer sur les apparences ou les petites choses, mais il doit être un modèle pour son foyer.

 

 

Et en ce qui concerne la description de l'épouse fidèle et vertueuse, nous avons, vous la connaissez, une merveilleuse description, dans Proverbes 31. J'aimerais lire avec vous ceci, et mes bien-aimées s�urs, vous vous y reconnaîtrez. Il y a dans le livre des Proverbes, un proverbe qui dit : "Une femme vertueuse est la couronne de son mari". C'est dans Proverbes 12. Et dans Proverbes 31, il nous est montré une description de la femme vertueuse, le modèle à suivre. Verset 10 : "Qui peut trouver une femme vertueuse ?" Et je peux dire gloire à Dieu qu'en ce qui me concerne, j'en ai trouvé une. Alléluia ! Gloire à Dieu !"Elle a bien plus de valeur que les perles. Le c�ur de son mari a confiance en elle et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien et non du mal". Il y a d'autres Proverbes qui

disent : "Il vaut mieux habiter à l'angle d'un toit qu'habiter avec une femme querelleuse. Une femme querelleuse est comme une gouttière qui fuit un jour de pluie". Alors mes bien-aimées s�urs, gardez cet esprit doux et paisible, n'est-ce pas, qui est d'un grand prix devant Dieu. "Elle lui fait du bien et non du mal". Si le Seigneur Jésus nous demande de faire du bien, même à nos ennemis, à combien plus forte raison à nos époux, qui est notre prochain le plus proche !"Tous les jours de sa vie", elle lui fait du bien. Et il n'est pas dit là : Elle lui fait du bien simplement les jours où il est de bonne humeur, mais tous les jours de sa vie. "Elle se procure de la laine et du lin. Elle travaille d'une main joyeuse. Elle est comme un navire marchand. Elle amène son pain de loin. Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, elle donne de la nourriture à sa maison et la tâche à ses servantes". Nous dirions aujourd'hui à ses machines. "Elle pense à un champ et elle l'acquiert ; du fruit de son travail, elle plante une vigne ; elle ceint de force ses reins et elle affermit ses bras. Elle sent que ce qu'elle gagne est bon, sa lampe ne s'éteint point pendant la nuit. Elle met la main à la quenouille, et ses doigts tiennent le fuseau. Elle tend la main au malheureux, elle tend la main à l'indigent, elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi. Elle se fait des couvertures, elle a des vêtements de fin lin, de pourpre. Son mari est considéré aux portes". Voyez-vous, mes s�urs ? vous pouvez augmenter la considération de votre mari aux portes de la ville par la vertu dont vous ferez preuve au foyer. "Lorsqu'il siège avec les anciens du pays, elle fait des chemises et les vend". Bien sûr, tout ceci n'est pas à prendre au sens littéral, mais simplement pour montrer que la femme vertueuse est une femme active dans son foyer. Et en passant, puisque nous citons ce passage, j'aimerais souligner que je pense personnellement, je ne vous impose pas cette conviction, mais je pense personnellement de tout mon c�ur, que la place d'une femme chrétienne est dans son foyer ; est dans son foyer pour le bonheur de son mari et de ses enfants. Je sais bien que dans l'esprit du monde actuel, avec tout ce qu'il y a à acheter, les revenus d'un seul mari ne suffisent souvent pas. Et bien souvent, beaucoup de femmes sont amenées à trouver un travail, du moins, en France, c'est le cas. Mais je crois vraiment de tout mon c�ur que le plan parfait de Dieu, c'est que la femme reste au foyer pour s'occuper de son mari et de ses enfants. Et s'il y a des questions d'argent qui se posent, eh bien revenons à la promesse du Seigneur qui nous dit : "Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice et tout le reste vous sera donné en plus". Et là, en ce qui nous concerne, quand nous avons quitté notre travail bien rémunéré pour vivre par la foi avec une famille de cinq enfants, dont des grands qui font des études supérieures, eh bien, nous avons vraiment compté sur la grâce de Dieu et il a été fidèle en toutes choses. Donc, s'il est capable de pourvoir aux besoins d'une famille comme la notre, par exemple, sans salaire mais avec sa grâce, il le fera pour une famille où le mari travaille avec un petit salaire, à plus forte raison. Et vous verrez la paix et joie du foyer grandir. Parce qu'une maman qui travaille à l'extérieur, le foyer a bien du mal à manifester pleinement la paix, la joie de Dieu. Surtout quand il y a des petits enfants. Bien sûr, quand il n'y a pas d'enfant ou que les parents, par exemple, travaillent ensemble à l'�uvre du Seigneur ou à autre chose, il y a des circonstances particulières. Mais comme règle générale, surtout quand il y a des enfants en bas âge, la maman devrait rester au foyer pour animer le foyer, en faire un nid doux pour son mari et ses enfants et manifester pleinement la volonté du Seigneur. Et c'est ce qui est décrit là, dans ce passage. Il est dit au verset 25 : "Elle est revêtue de force et de gloire, elle se rit de l'avenir, elle ouvre la bouche avec sagesse et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, elle ne mange pas le pain de paresse ; ses fils se lèvent et la disent heureuse ; son mari se lève et lui donne des louanges". Voilà une manière d'honorer aussi sa femme. Lui donner des louanges. "Plusieurs filles ont une conduite vertueuse. Mais toi, tu les surpasses toutes". Et un Proverbe qui est très important, le verset 30 : "La grâce est trompeuse, la beauté est vaine, la femme qui craint l'Eternel est celle qui sera louée" par le Seigneur, par son mari et par tous ceux qui l'entourent. "Récompensez-la du fruit de son travail" parce qu'il y a une récompense. Et si le Seigneur dit lui-même : "Récompensez-la, c'est que lui aussi a une récompense en réserve ; et qu'aux portes, ses �uvres la louent. Et aux portes du ciel, ses �uvres aussi la loueront. Alléluia !

 

 

Alors, ne suivons pas le modèle du mauvais mari, évidemment, mais prenons le contre-pied, mais suivons le modèle de la femme vertueuse et la gloire de Dieu se manifestera dans les relations du couple. Alors en terminant sur ce point, je voudrais dire en conclusion que la lecture de tous ces passages nous montre évidemment que bien souvent, le plan parfait de Dieu n'est pas respecté dans le couple. Et l'attitude que nous devons avoir dans cette situation là, c'est l'attitude que nous demande le Seigneur, c'est-à-dire d'ouvrir notre c�ur à sa lumière, de réaliser ce que le Seigneur veut et de nous repentir de nos mauvaises voies. "Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, je l'exaucerai du ciel, je pardonnerai son péché et je guérirai son pays". Et c'est ce que le Seigneur veut faire. Si nous, en tant que maris ou femmes chrétiennes, nous réalisons notre péché, notre égoïsme, notre mauvaise façon de vivre. Il ne faut pas tomber dans la dépression pour cela, mais il faut lever les yeux en haut, se tourner vers le Seigneur et dire : "Seigneur, je reconnais mon péché". Dire à son mari ou à sa femme : "Mon bien-aimé, ma bien-aimée, je reconnais mon péché devant toi et devant le Seigneur. Et je t'en demande pardon, mon Dieu, je t'en demande pardon, mon bien-aimé, ma bien-aimée. Et je me repens de ces mauvaises �uvres et j'y renonce". Je porte du fruit digne de la repentance, il ne s'agit pas simplement de verser d'abondantes larmes et de recommencer le lendemain ou six mois après, mais il faut supplier le Seigneur de nous accorder une repentance profonde, réelle, de nous montrer l'horreur du péché qui a amené la destruction dans le couple et dans le foyer, et dire : "Seigneur, accorde-moi, je t'en supplie, une repentance réelle. Montre-moi ce que c'est que le péché et fais-le moi comprendre pour que je m'en détourne. Et le Seigneur le fera. Il nous donnera le don de la repentance, il nous montrera ce qu'il faut faire et nous le ferons. Nous renoncerons au péché, nous nous relèverons vainqueurs au pied de la Croix, et nous repartirons avec notre épouse ou notre époux dans le chemin que le Seigneur nous trace.

 

 

"Seigneur mon Père, je réalise qu'il y a tant et tant de choses à dire sur ce problème si important. Je n'ai fait qu'effleurer, Seigneur la surface et je te prie de tout mon c�ur, de compléter par ton Saint-Esprit tout ce qui manque à cet exposé ; de faire pénétrer ces paroles dans nos c�urs, Seigneur, pour que nous les mettions en pratique, car ce que tu veux, c'est nous bénir. Ce que tu veux, c'est la bénédiction sur le couple, sur le foyer que tu as créé. Seigneur notre Dieu, nous voulons te prier en particulier pour ceux parmi nous ici, qui sont dans des situations de couples inextricables qui sont à toi, qui t'appartiennent, mais dont le conjoint ne t'appartient pas, Seigneur, et qui subissent des mauvais traitements, qui subissent toutes sortes de souffrances, de vexations, et qui sont là comme des blessés au bord du chemin. Seigneur, tu es le bon Samaritain et nous comptons et nous te demandons ton secours pour ces brebis blessées, ces brebis qui sont sur le bord du chemin, qui sont sur le point de flancher, qui sont complètement découragées. En ce moment même, Seigneur, tous ensemble, nous intercédons pour ces brebis. Nous te demandons, Seigneur, de les renouveler dans la foi, en ton intervention puissante ; de leur montrer que la seule crainte qu'elles peuvent avoir, c'est de ne plus être en communion avec toi, mais que si elles le sont, elles peuvent recevoir de toi, maintenant, et à chaque fois, un renouveau de vie, un renouveau de force, de persévérance, pour aller jusqu'au bout dans la victoire que tu veux leur donner. Et nous te demandons de manière puissante, Seigneur. Je veux vraiment te prier, Seigneur, pour que ces brebis là, tu les renouvelles en ce moment même ; qu'elles sentent en ce moment même un renouveau de ton Saint-Esprit, qu'elles repartent d'ici avec un courage renouvelé, en toi, le Tout Puissant à qui tous les ennemis te sont soumis. Toi, le bon, le grand Berger des brebis. Ô, Père, merci pour ce renouveau ! Et à ceux qui sont fermes dans la foi, nous te demandons, Seigneur, de nous tenir encore debout, jusqu'au bout. Que tu nous fasses la grâce, Seigneur, de pouvoir de pouvoir toujours être à l'écoute de ta voix, de nous comporter toujours mieux, avec l'amour que tu nous donnes pour notre mari ou notre femme et que tu nous révèles pleinement les zones d'ombre de nos c�urs, tout ce qu'il faut encore améliorer, tout ce fruit de l'Esprit que nous n'avons pas encore porté et que tu veux nous voir porter. Père, nous te le demandons au nom de Jésus. Amen".

 

 

Maintenant, j'aimerais parler du problème des enfants, des relations entre parents et enfants et de l'éducation des enfants. Il y aurait tellement, tellement de choses à dire, sur tous ces points, d'ailleurs, que je vais me limiter à l'essentiel, en demandant au Seigneur de compléter ce qui manquera. En ce qui concerne les relations entre parents et enfants, le Seigneur a voulu le couple pour qu'il peuple la terre. Donc, qu'ils se multiplient et qu'ils aient des enfants. Cela fait partie du plan du Seigneur. Et un couple sans enfant, c'est un couple auquel il manque quelque chose et il faudra que le Seigneur supplée. Je connais des cas de couples qui sont très heureux parce qu'ils ont trouvé en Christ, bien sûr, la consolation et le bonheur, même en n'ayant pas d'enfant. Mais je crois que le plan parfait du Seigneur, c'est pour un couple marié, d'avoir aussi des enfants. Et cela implique des responsabilités très graves et très sérieuses dans l'éducation de ses enfants. Le plan du Seigneur, c'est que le mari et la femme forment un foyer uni et heureux dans l'amour du Seigneur pour que les enfants qui viendront aient la possibilité de grandir et de s'épanouir dans l'amour. L'enfant est une plante fragile qui a besoin d'amour pour se développer comme d'oxygène pour respirer. Et la responsabilité d'un mari et d'une femme chrétiens, c'est de créer un foyer rempli de l'amour du Seigneur pour que les enfants se développent harmonieusement. Les enfants doivent être voulus et ils doivent être aimés. On ne fait pas des enfants à la sauvette. Et quand on est mari et femme, on doit faire de la procréation un sujet de prière ardente : "Seigneur, nous voulons ensemble des enfants et nous te prions de nous en donner à notre demande". Ça ne se fait pas comme ça, par hasard. Il y a des enfants qui ont été conçus contre la volonté des parents, qui sont ensuite mal aimés ou rejetés carrément, parce qu'ils n'ont pas été voulus. Et même dans certaines familles chrétiennes, il y a des enfants qui peuvent arriver comme ça, un peu par hasard et c'est vraiment plus un problème qu'une joie. Et il ne faut pas qu'il en soit ainsi. Les enfants doivent être désirés, voulus par le couple et aimés dès la conception. Même les gens du monde savent que dans le sein maternel, il peut déjà se passer des tragédies pour les petits bébés dans le sein maternel ; des enfants qui sont rejetés par leur mère dès le sein maternel et qui en souffrent à l'intérieur. Ils ont besoin, déjà, dans le sein maternel de l'amour de leurs parents et de leur mère pour se développer. Alors il ne faut pas les faire n'importe comment, je reparlerai à la fin du problème de la contraception.

 

 

Donc, premier point, Dieu a voulu que les couples, comme règle normale aient des enfants pour les élever et les amener à lui. Le deuxième point, c'est que le Seigneur semble avoir dans sa Parole une tendresse toute particulière pour les enfants. J'entendais un jour un serviteur de Dieu dire ceci, et j'ai trouvé cette explication émouvante, peut-être parce que les enfants ont été les seuls êtres humains au départ que Dieu n'a pas créés directement. Bien sûr, c'est lui qui les forme dans le sein maternel. Mais Dieu a créé Adam et Eve, Adam de la poussière de la terre, Eve de la côte d'Adam et puis ensuite, eux, ont créé des enfants, avec l'aide de l'Eternel, il nous est dit. Mais Dieu n'a pas créé comme ça des enfants directement. Et le Seigneur a une tendresse particulière pour les enfants. Il veut d'ailleurs que nous-même, nous soyons comme des enfants pour entrer dans le royaume de Dieu. Et je lirai ce passage dans Marc 10, verset 13. On voit constamment cette tendresse du Seigneur pour les petits enfants. "On lui amena des petits enfants pour qu'il les touche. Mais les disciples reprirent ceux qui les amenaient. Jésus voyant cela fut indigné et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants et ne les en empêchez pas. Car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent". Le royaume de Dieu est pour ceux qui ressemblent à des petits enfants. "Je vous le dis, en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n'y entrera point. Puis il les prit dans ses bras et les bénit en leur imposant les mains". Et on voit aussi la révolte de Jésus contre la mort d'enfants ou la maladie de petits enfants, la maladie de jeunes, la mort de jeunes. Les quelques rares cas de résurrection qui nous sont montrés dans la Parole de Dieu, sont le plus souvent des résurrections d'enfants, de jeunes. De la petite fille de Jaïrus et du jeune homme de la veuve de Nain. Le Seigneur aime les petits enfants, il ne veut pas qu'ils soient scandalisés et il veut que nous soyons comme des petits enfants pour entrer dans les cieux. Pourquoi ? Parce que si vous regardez comment est un petit enfant, tout petit, petit enfant, c'est quelqu'un de tout spontané, d'humble. Il n'y a pas de plus humble qu'un petit enfant. Il n'essaye pas de se justifier, il n'essaye pas de se défendre, il est entièrement dépendant de ses parents, sans défense. Plus il est petit et plus il est sans défense. Il dépend entièrement des soins de ses parents. Et c'est comme cela que le Seigneur nous veut. Humbles, petits, sans défense personnelle, entièrement dépendants de notre Père céleste et croyant tout ce que notre Père nous dira. Un petit enfant va croire tout ce qu'on lui dit. C'est pour cela qu'il est tellement important de veiller à ce qu'on lui dit, et pour des parents, de veiller à ce qu'on leur dit à l'école. Parce que là aussi, il y a des choses qui entrent dans les familles chrétiennes par tout ce qu'on enseigne aux enfants dans les écoles. Et il y aura peut-être un temps qui viendra où les ténèbres seront tellement épaisses que les chrétiens seront obligés de créer des écoles chrétiennes et d'y mettre leurs enfants, ou carrément de les éduquer à la maison. Je connais aussi le cas d'une famille chrétienne où le père est docteur en quelque chose et c'est lui qui éduque les enfants à la maison avec l'aide des aînés. Il n'y a pas en France d'obligation de scolarité, il y a une obligation d'éducation et d'enseignement et ensuite, on va passer les examens dans les écoles normales. Bon, bien sûr, je ne le conseille pas systématiquement, mais c'est simplement pour dire qu'il faut veiller à ce qu'on enseigne, à ce qu'on dit à des petits enfants parce qu'ils ont tendance à croire tout ce qu'on leur dit. Et dans le bon sens du terme, il faut qu'il en soit ainsi pour des chrétiens. Si nous sommes des petits enfants, nous croirons et nous serons confiants dans tout ce que notre Père nous dira dans sa Parole. Et là encore, nous voyons dans la Parole de Dieu comment le Seigneur veut que s'établissent les relations entre parents et enfants. Et nous lirons quelques passages à ce sujet.

 

 

Le premier point, en ce qui concerne les relations parents enfants, c'est le suivant : il n'y aura jamais de relations satisfaisantes entre parents et enfants si les relations ne sont pas bonnes entre les parents d'abord. Donc, ce n'est pas la peine d'essayer de bien éduquer des enfants si, au niveau des parents, l'harmonie, la paix et l'amour ne sont pas établis. Les enfants sont extrêmement sensibles à ce qui se passe au niveau des parents ; et même s'ils ne se disputent pas devant eux, ils sentiront dans leur c�ur que leurs parents ne s'entendent pas, ne sont pas en harmonie. Il n'y aura pas cette atmosphère d'amour dans la maison. Et quand nous sommes sensibles, spirituellement, si nous allons visiter des maisons de chrétiens, nous sentirons tout de suite si l'amour de Dieu règne dans cette maison ; en entrant, on le sentira, sans même voir quelque chose de précis. On sentira l'amour de Dieu présent dans le foyer, dans le couple et au milieu des enfants. Et c'est vraiment une réalité, l'amour de Dieu est une substance spirituelle ; "substance", entre guillemets, c'est la présence même du Saint-Esprit dans la maison, et on la sent quand on est sensible spirituellement. Et les petits enfants la sentent. Quand les parents ne sont pas en harmonie, les petits enfants et les enfants le sentent et ils ne vont pas pouvoir se développer spirituellement. Et ce n'est pas la peine d'essayer d'appliquer des règles bibliques de direction et d'éducation des enfants si avant toute chose, les parents ne s'aiment pas de l'amour du Seigneur. Il y a quelque chose qui va manquer. Lorsque l'amour n'est pas présent au niveau d'un couple, il y a un profond sentiment d'insécurité et d'angoisse qui grandit dans le c�ur des enfants. L'enfant est rempli d'insécurité et d'angoisse s'il voit ses parents se disputer ; un tout petit enfant, même quelque chose, par exemple une remarque dure du mari vers la femme, ou quelque chose comme cela, immédiatement, le c�ur de l'enfant se serre, et il commence à craindre. "Qu'est-ce qui va se passer ? Est-ce que mes parents sont en train de se diviser ? Et s'ils se divisent réellement, comme dans une séparation ou un divorce, c'est un drame pour un enfant. Il est en pleine insécurité, c'est comme s'il flottait sur du vide. Il n'a plus de point pour se rattacher. Son père et sa mère qui étaient vraiment le n�ud auquel il s'attachait, le voilà désuni, ce n�ud. Et l'enfant entre dans un sentiment d'insécurité et d'angoisse terrible. Et s'il constate la mésentente au niveau des parents, il y a aussi la dureté dans son propre c�ur qui commence à s'installer. S'il voit la haine au niveau de ses parents, il va ressentir évidemment un manque d'amour personnel. Si la haine est au niveau des parents, il est très peu probable que l'amour soit entre ses parents et lui. Si la haine est dans un c�ur, est-ce que d'une source polluée peut couler de l'eau bonne ? Il va couler de la haine envers les enfants aussi. Et quand la haine et le rejet sont sur un enfant, il va développer un sentiment d'agressivité, de colère et de rébellion. Lorsqu'un enfant est rejeté, il va devenir rebelle. Il va se rebeller et il va lui-même commencer à rejeter les autres et à se rejeter lui-même. Donc, ces choses sont extrêmement importantes et le moindre détail est important. Il faut que nous demandions, nous parents chrétiens au Seigneur, qu'il nous donne un plein discernement pour pouvoir discerner immédiatement, quand nous commençons à nous disputer avec notre épouse ou à avoir une tension. Il faut régler ça immédiatement, demander pardon immédiatement et demander que la grâce de Dieu recoule à nouveau dans nos relations. Il y va non seulement de la paix du couple, mais du bonheur des enfants qui ont besoin d'amour pour se développer. Lisons dans Ephésiens 6:1 ce que dit le Seigneur à propos des enfants, là, le Seigneur s'adresse aux enfants, enfants, écoutez !"Enfants, obéissez à vos parents selon le Seigneur car cela est juste. Honore ton père et ta mère, c'est le premier commandement avec une promesse, afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre". Et ceci est extrêmement important, parce qu'encore une fois, quand une parole sort de la bouche de l'Eternel, elle ne revient pas à lui sans effet. Si les enfants sont rebelles à leurs parents, et ils n'honorent pas leur père et leur mère, eh bien la malédiction de Dieu viendra sur eux, et s'accomplira cette promesse du Seigneur : Tu ne seras pas heureux sur la terre et tu ne vivras pas longtemps sur la terre. Et ce n'est pas la peine de chercher longtemps. Quand des drames pareils peuvent se produire, quand des chrétiens rencontrent le malheur ou la mort prématurée, on peut immédiatement se poser la question (évidemment, il ne s'agit pas toujours de cette raison, bien entendu, mais en tout cas, elle peut faire partie des raisons possibles) : est-ce qu'il a ou elle a honoré vraiment ses parents ? Est-ce que nous honorons nos parents tout au long de notre vie ? Il ne s'agit pas d'honorer ses parents jusqu'à la majorité, et après dire : "Bon, maintenant que je suis majeur, je m'en vais, je quitte mes parents et c'est terminé, je ne m'occupe plus d'eux". Ce n'est pas cela, l'enseignement du Seigneur. Nous devons honorer nos parents jusqu'au bout de leur vie. Et combien de parents âgés sont mis de côté par des enfants chrétiens, ou traités vraiment pratiquement comme s'ils n'existaient

pas ? On ne les visite plus, on ne s'occupe plus d'eux, alors que Dieu dit : "Honore ton père et ta mère si tu veux vivre heureux et vivre longtemps sur cette terre". Et dans Matthieu 15, verset 5, le Seigneur donne un exemple pratique de cette manière d'honorer son père et sa mère. Et honorer, ça veut bien dire : leur rendre honneur, leur faire plaisir, leur faire du bien, les respecter, suivre leur avis, autant qu'il est possible, selon la Parole de Dieu. Matthieu 15, verset 3 : "Jésus leur répondit : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère. Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort ; mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : Ce dont j'aurais pu t'assister est une offrande à Dieu, n'est pas tenu d'honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la Parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites ! Esaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit : Ce peuple s'approche de moi de la bouche et m'honore des lèvres, mais son c�ur est éloigné de moi". C'est-à-dire qu'ils disaient tout simplement : "Je prends ma dîme et je la donne à Dieu et je ne suis pas tenu de te secourir avec de l'argent qui est dû à Dieu". Eh bien, Jésus dit : Si tu fais cela, tu n'honore pas Dieu, en fait ; si tu fais cela. "Ce dont j'aurais pu t'assister est une offrande à Dieu". Alors si nous avons sur le c�ur de faire une grosse offrande à l'�uvre du Seigneur et que nos parents sont dans le besoin sur un plan quelconque, nous n'honorons pas nos parents en le faisant. Occupons-nous d'abord des besoins de nos parents avant de faire une offrande à l'�uvre du Seigneur, si nos parents sont dans le besoin. Il est bon de répéter ces choses parce que malheureusement, on peut constater que dans la vie de foyers chrétiens, il n'en est pas quelquefois comme le Seigneur le demande. Et dans 1 Timothée 5, verset 8 : "Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et là, il parlait des veuves qui n'étaient pas soutenues par leurs enfants. "Si quelqu'un n'a pas soin des siens (et principalement de ceux de sa famille), il a renié la foi, il est pire qu'un infidèle". Il aura beau être membre d'une église, il aura beau faire de belles prières, il aura beau se comporter extérieurement comme un bon chrétien, mais s'il n'honore pas et s'il ne prend pas soin de ceux de sa famille et principalement de ses parents, il est pire qu'un infidèle, il a renié la foi. Dans Colossiens 3:20, l'apôtre Paul dit : "Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur". Cela fait plaisir au c�ur de Dieu. Bien entendu, la limite, c'est toujours la Parole du Seigneur et l'obéissance au Seigneur. On ne peut pas obéir à ses parents s'ils nous demandent de faire quelque chose que la Parole de Dieu interdit. Mais dans cette limite, il nous est demandé de leur obéir en toutes choses, et il ajoute aussitôt : "Pères, n'irritez pas vos enfants de peur qu'ils ne se découragent". Donc, le propre des pères, c'est cette possibilité d'irriter les enfants et de les décourager. Comment les irriter ? En les traitant injustement ; en faisant preuve d'un autoritarisme abusif qui décourage les enfants. Et je sais qu'en matière de délivrance, il y a des enfants qui ont été possédés de démons dès leur petite enfance, simplement parce que leurs parents, leur père ou leur mère, ont fait preuve à leur égard d'un autoritarisme abusif. Ils les ont traités d'une manière trop autoritaire, et cette autorité abusive, petit à petit a renfermé l'enfant dans la rancune, dans l'amertume, dans la rébellion et il a ouvert son c�ur à des puissances des ténèbres. Le fait d'avoir été soumis à une autorité parentale trop dure est une cause de liens démoniaques. Et c'est pourquoi il est important de ne pas irriter, pères, nos enfants par une conduite trop dure ou trop injuste. Mais il est dit que nous devons les élever en les corrigeant.

 

 

Alors en ce qui concerne l'éducation des enfants, je citerai simplement quelques points de la Parole de Dieu qui sont particulièrement instructives. Proverbes 19:18 : "Châtie ton fils car il y a encore de l'espérance, mais ne désire point de le faire mourir". Un peu plus loin, Proverbes 23:13 : "N'épargne pas la correction à l'enfant, si tu le frappe de la verge il ne mourra point ; en le frappant de la verge, tu délivres son âme du séjour des morts". Et dans Proverbes 29, verset 15 : "La verge et la correction donnent la sagesse. Mais l'enfant livré à lui-même fait honte à sa mère". Il nous est dit là que nous devons élever nos enfants en les corrigeant et en les instruisant dans la justice et je crois que dans l'éducation des enfants, il est important de garder à l'esprit que des enfants doivent être corrigés, mais avec amour et avec tendresse. Il ne s'agit pas de laisser exploser une réaction de colère et d'aller flanquer une raclée à un enfant qui a fait quelque chose de mal, mais il faut avec amour le prendre en particulier, lui dire : "Il faut que je te montre que tu as fait là quelque chose de mal. Tu avais été prévenu, tu as passé outre. Il faut que tu comprennes, mon fils, ma fille, que je dois te corriger. Alors, viens ici, retourne-toi, ne crains pas, je le fais avec amour, mais je dois le faire. Je te pardonne, mais je te corrige". Et mes enfants le savent très bien, quand ça arrive quelquefois qu'ils aient dépassé la limite, je les prends à part, dans une chambre tranquille, avec un bâton et je leur explique avec amour et tendresse ce qu'ils ne doivent plus faire. Et ensuite, je leur dit : "Maintenant, retourne-toi, je t'ai pardonné, mais tu dois subir la correction". Et ils la subissent, et je suis sûr que dans leur c�ur, je le vois bien à leurs réactions, ils ne m'en veulent pas parce qu'ils savent que je le fais avec amour. Et au contraire, devant le Seigneur ils développeraient une réaction de mépris vis à vis de moi ou des parents, si je ne le faisais pas. La correction donne un sentiment de sécurité à l'enfant, si elle est faite avec amour et avec justice. Elle donne un sentiment de sécurité et en tout cas, le Seigneur nous demande instamment de le faire. Et pour l'un de mes fils qui était particulièrement rebelle jusqu'à l'âge de quinze ans, je crois, il a dû être soumis à certaines corrections, et même corporelles. Ça lui est arrivé je crois la dernière fois, à l'âge de quinze ans. Mais quand il a fait sa conversion, il a été vraiment tourné vers le Seigneur de tout son c�ur. Et je rends grâce à Dieu pour cela. Dans Proverbes 1:8, les Proverbes sont très riches en matière d'éducation des enfants, et je vous conseille de passer du temps à les méditer, avec tout le temps qui vous est nécessaire pour y tirer des enseignements pratiques en matière d'éducation des enfants. Proverbe 1:8 : "Ecoute mon fils l'instruction de ton père et ne rejette pas l'enseignement de ta mère car c'est une couronne de grâce pour ta tête et une parure pour ton cou". Il s'agit là aussi bien sûr dans deux sens, d'un conseil qui nous est adressé à tous en tant que fils et filles de Dieu, mais qui est adressé aussi aux enfants de familles, et en particulier de familles chrétiennes pour qu'ils acceptent l'instruction. Les enfants, acceptez l'instruction de vos parents, acceptez-les et parents, bien sûr, donnez-leur l'instruction qui convient selon le Seigneur. C'est une couronne de grâce pour ta tête. La grâce, ce sont des bienfaits qu'on ne mérite pas et nous avons besoin de la grâce du Seigneur. Et si nous suivons les instructions de nos parents qui nous sont données selon le Seigneur, nous accumulerons une couronne de grâce sur notre tête. Dans Proverbes 4:20 : "Mon fils, sois attentif à mes paroles. Prête l'oreille à mes discours, qu'ils ne s'éloignent pas de tes yeux, garde-les dans le fond de ton c�ur, car c'est la vie pour ceux qui les trouvent, c'est la santé pour tout leur corps". Là, même chose vis à vis de la Parole du Seigneur, mais aussi, vis à vis des instructions sages qui sont données par des parents chrétiens à des enfants. Le conseil du Seigneur à ces enfants, c'est : "Tu ferais bien d'écouter ces instructions car il y va de ta vie et de ta santé. Si tu veux vivre longtemps et être heureux, suis les instructions de tes parents, écoute leurs conseils". Et vous voyez aussi la responsabilité énorme des parents, de donner des conseils selon la Parole de Dieu, selon l'Esprit du Seigneur ; la nécessité pour des parents d'être constamment remplis de l'Esprit du Seigneur et de la Parole de Dieu, pour donner à leurs enfants des instructions dont ils ne s'écarteront pas quand ils seront plus grands. Et dans Proverbes 22, verset 6 : "Instruis l'enfant selon la voix qu'il doit suivre (la voix de Jésus, la voix du Seigneur, la voix de la pureté, de la sainteté. Instruis-le, instruis-le). et quand il sera vieux, il ne s'en détournera pas". Quelle grâce pour des enfants de familles chrétiennes de recevoir dès leur enfance une instruction chrétienne à la maison ! Et pour cela, il est indispensable qu'il y ait des moments mis à part, où nous, parents chrétiens, nous pourrons transmettre cet enseignement à nos enfants. Ne pas nous contenter de l'école du dimanche, mais passer chaque jour un moment à instruire nos enfants dans la famille et ceci est la responsabilité numéro un du père. Il doit y avoir chaque jour, chaque soir, quand il est possible, évidemment, mais même là, je pense qu'il est possible d'avoir chaque jour un moment où en famille, nous faisons un culte personnel, où nous louons un moment le Seigneur, où nous prenons la Parole de Dieu et où le père dit à ses enfants : "Mes fils, écoutez l'instruction du Seigneur. Voici ce qu'il dit, écoutez et respectez ce que Dieu dit". Si nous ne faisons pas cela, ce n'est pas l'école du dimanche qui le fera ou qui le fera aussi bien. L'école du dimanche n'est qu'un complément. C'est à la maison que cela doit se faire. Et je vous citerai le cas simplement de la famille Wesley, vous savez, Wesley ce grand revivaliste anglais du dix-huitième siècle. La maman Wesley était une maman qui en plein dix-huitième siècle, sans le confort moderne et sans les machines que nous avons, elle avait je crois, 19 enfants. Imaginez-vous ce que peut-être la vie d'une mère de famille et au dix-huitième siècle de 19 enfants, eh bien l'histoire de Wesley nous raconte qu'elle prenait le temps pour que chaque semaine, elle passe un moment avec chacun de ses enfants pour les instruire dans la Parole du Seigneur. Je ne sais pas ce que faisais papa Wesley, mais en tout cas, la maman faisais cela et elle priait tous les jours pour ses enfants et elle prenait le temps de le faire. Alors si une maman du dix-huitième siècle avec 19 enfants peut nous donner ce témoignage, à combien plus forte raison une maman chrétienne moderne avec tout le confort qu'elle peut avoir et les loisirs supplémentaires qu'elle peut avoir. Il y va du salut de nos enfants. Nous devons en prendre soin et passer du temps avec eux pour que quand ils seront vieux, ils ne se détournent pas de la Parole du Seigneur. Et je vous assure que j'ai la crainte dans mon c�ur des comptes que j'aurai à rendre devant Dieu un jour, de la manière dont j'ai pu éduquer mes enfants. Et j'ai conscience de ne pas avoir fait tout ce que j'aurais dû, mais je compte sur la grâce du Seigneur. Je dis : "Seigneur, pardonne-moi mes insuffisances, mais mets-moi vraiment à c�ur ta sagesse pour éduquer mes enfants dans ta Parole, pour qu'en grandissant, ils soient heureux sur la terre et qu'ils t'obéissent". Et cela nécessite beaucoup de prières et de jeûnes quelquefois. Ce n'est pas parce que nous sommes chrétiens que nous n'aurons pas des difficultés quelquefois très grandes avec nos enfants. La Parole de Dieu nous montre l'exemple de serviteurs de Dieu remarquables, comme Samuel, qui ont eu des enfants qui n'étaient pas à la gloire de Dieu, ou d'autres. Mais nous devons réaliser notre responsabilité. Et en terminant, il y a un verset qui me vient à l'esprit, c'est Osée 4:6 : "Mon peuple est détruit parce qu'il lui manque la connaissance". Nous connaissons tous ce verset là, mais est-ce que nous connaissons la suite de ce verset ?"Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai et tu seras dépouillé de mon sacerdoce. Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j'oublierai aussi tes enfants". C'est Dieu qui parle. Vous voyez la responsabilité des parents ? Si nous oublions le Seigneur, Dieu nous dit : "Je ne me contenterai pas de t'oublier, j'oublierai aussi tes enfants". Et il y a des tragédies, des drames de beaucoup d'enfants qui sont dus au fait que leurs parents ont oublié le Seigneur. Et dans le monde qui nous entoure, combien d'enfants sont sous cette malédiction, de parents qui ont rejeté Dieu ou qui ne le connaissent pas, qui vivent dans le péché ? Et Dieu dit : "J'oublierai aussi tes enfants". Mais n'oubliez pas que Dieu parle à son peuple. "Mon peuple", n'oublie pas la Parole de Dieu si tu ne veux pas qu'il oublie tes enfants.

 

 

Le péché des parents peut aussi avoir des conséquences sur les enfants. Et quand on vient au Seigneur, il y a des choses que nous devons demander au Seigneur de détruire dans notre vie et qui sont causées par une hérédité trop lourde. Il faut le demander au Seigneur parfois. Le Seigneur nous donne quand on vient à lui un plein pardon de tous nos péchés. Mais il peut encore subsister dans notre vie, même physique une hérédité dont nous devons demander au Seigneur de nous délivrer. Et il le fera si nous restons dans la foi et dans l'intercession fidèle. Je vais rester là, il y a beaucoup de choses qui ont été dites, beaucoup qui auraient dû encore être dites, mais nous terminerons simplement par cette simple prière.

 

 

"Notre Père, notre Dieu, tu es un Dieu juste et bon. Quand nous nous écartons de tes voies, Seigneur, il y a une conséquence. Il y a des conséquences parfois tragiques. Mais nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, nous voulons être de ceux qui réalisent, Seigneur, quelle est ta Parole pour nous, et de ceux qui veulent la mettre en pratique, de ceux qui veulent reconnaître nos torts devant toi et de ceux, Seigneur, qui veulent aussi compter sur ta grâce et ta miséricorde. Seigneur, nous avons dit que le but de ces réunions, c'est de réaliser notre péché, non pas pour en être écrasé, mais comme tu le désires, pour nous en repentir et pour changer de voie. Et la grâce que je te demande pour chacun de nous, Seigneur, c'est que tu nous donnes un c�ur toujours humble et obéissant pour reconnaître nos torts et nos péchés et la grâce de nous en détourner, Seigneur. Et notamment, en ce qui concerne l'éducation des enfants, en ce qui concerne toutes ces erreurs qui ont pu être commises par nous ou par nos parents, nous te prions de tout notre c�ur, Seigneur, d'apporter ta solution, de réparer les brèches qui ont été faites et de faire couler, Seigneur, ton baume, ta grâce, comme un fleuve. Tu es le réparateur des brèches. Tu es celui qui console ceux qui ont été rejetés, qui donne une famille à ceux qui n'en ont jamais eu. Tu es seul capable, Seigneur, d'apporter ton amour, ta paix et ta grâce dans un c�ur qui en a manqué peut-être toute sa vie. Seigneur, c'est la grâce que nous te demandons, la délivrance que nous te demandons et nous croyons que tu le feras, non pas à cause de nos mérites, mais à cause du sang précieux versé à la Croix par Jésus ton Fils ; ton Fils bien-aimé en qui tu as mis toute ta faveur, Seigneur. Au nom de Jésus, répare les brèches, dans les vies de tous ces bien-aimés qui sont ici ou de ceux qui nous écoutent. Rends-les conscients, Seigneur, des problèmes et répare les brèches. Au nom de Jésus, Père ; nous t'en remercions, Seigneur. Amen ! Amen, Seigneur. Amen".

 

 

Ce soir, nous verrons deux problèmes particuliers qui sont d'une gravité spéciale : celui de la contraception et celui de l'avortement, tout particulièrement. En ce qui concerne la contraception, tout d'abord. La contraception, ce sont toutes sortes de moyens qui sont utilisés pour empêcher la femme d'avoir des enfants, empêcher la femme de concevoir, pour toutes sortes de raisons. Certaines raisons sont admises médicalement, d'autres le sont moins. Certaines techniques et méthodes de contraception sont tout à fait admises, d'autres le sont moins, mais j'aimerais simplement passer en revue avec vous certains passages bibliques qui peuvent nous montrer quelle est l'attitude du c�ur de Dieu face à la contraception. Tout d'abord, je voudrais vous rappeler que la Bible nous montre qu'en matière de naissance d'enfants, c'est Dieu qui ouvre ou qui ferme le sein maternel. C'est lui qui ouvre le sein maternel de celle qui est stérile et c'est lui aussi qui dans certains cas, ferme le sein maternel de celle qui était féconde. Dans la Bible, nous voyons que de très nombreuses femmes étaient stériles. Et nous pouvons prendre l'exemple de Sarah, de Rachel, de Rébecca, d'Anne. C'étaient des femmes stériles, et en particulier, les femmes des trois patriarches : Abraham, Isaac et Jacob. Abraham à qui Dieu avait fait une promesse extraordinaire : "Tu auras un fils. Et par lui, par cette descendance, toute la terre, toutes les nations de la terre seront bénies". Et quand Abraham avait reçu cette promesse, il avait, comme on dit en Suisse, septante-cinq ans. Et ce n'est qu'à l'âge de cent ans que son fils est né. Et Sarah avait quatre-vingt-dix ans à l'époque. Il a donc fallu un glorieux miracle de Dieu, la foi d'Abraham et de Sarah pour rendre possible ce qui était impossible. Il en a été de même pour Rébecca et Rachel. Elles ont dû attendre de nombreuses années que Dieu ouvre leur sein maternel. Et Dieu les a bénies. Et je voudrais citer l'exemple d'Anne, dans le premier livre de Samuel. C'est une histoire tellement émouvante, celle d'Anne. Tout d'abord, dans le chapitre premier, il est dit dans ce langage biblique qui est si simple, au verset 2 du chapitre premier : "Elqana avait deux femmes, dont l'une s'appelait Anne et l'autre Péninna. Péninna avait des enfants, mais Anne n'en avait point". Et au verset 5 : "Elqana donnait à Anne une portion double, car il aimait Anne que l'Eternel avait rendue stérile". C'est Dieu qui avait rendu Anne stérile. Et Anne était très mortifiée, elle en souffrait énormément. Et un jour qu'ils se sont présentés en famille devant le temple, la tente d'assignation à Silo, elle répand son c�ur devant le Seigneur, et elle le supplie de lui donner un fils. Et elle lui dit : "Seigneur, si tu me donnes un fils, moi je te le prêterai pour toujours". Et le Seigneur a entendu la prière d'Anne. Et il est dit au chapitre premier et au verset 17 : "Elie reprit la parole et dit : Va en paix et que le Dieu d'Israël exauce la prière que tu lui as adressée. Elle dit : Que ta servante trouve grâce à tes yeux. Et cette femme s'en alla. Elle mangea et son visage ne fut plus le même". Elle savait qu'elle avait été exaucée. Et au verset 19, à la fin du verset 19 : "Elqana connut Anne, sa femme et l'Eternel se souvint d'elle". C'est merveilleux comme expression ! Comme si momentanément, l'Eternel l'avait oubliée un temps. Bien sûr, ce n'est pas vrai, mais c'est l'expression biblique. "L'Eternel se souvint d'elle", c'est-à-dire qu'il tourna sa main favorable sur elle, il la posa sur Anne et il ouvrit son sein maternel pour la rendre féconde. "Dans le cours de l'année, Anne devint enceinte et elle enfanta un fils qu'elle nomma Samuel car, dit-elle, je l'ai demandé à l'Eternel". L'Eternel avait fermé le sein maternel d'Anne et à la demande d'Anne, à sa prière, il lui a ouvert le sein maternel et elle a enfanté. Et elle dit au chapitre 2 un cantique merveilleux. "Anne pria et dit : Mon c�ur se réjouit en l'Eternel. Ma force a été relevée par l'Eternel. Ma bouche s'est ouverte contre mes ennemis car je me réjouis de ton secours". Dieu avait secouru Anne. Et un peu plus loin, elle dit au verset 5 : "Ceux qui étaient rassasiés se louent pour du pain et ceux qui étaient affamés se reposent ; même la stérile enfante sept fois, et celle qui avait beaucoup d'enfants est flétrie. L'Eternel fait mourir et il fait vivre, il fait descendre au séjour des morts et il en fait remonter. L'Eternel appauvrit et il enrichit, il abaisse et il élève. De la poussière il retire le pauvre, du fumier il relève l'indigent pour les faire asseoir avec les grands". C'est Dieu qui décide de tout. C'est Dieu qui décide de la naissance d'un être humain. C'est Dieu qui décide de la stérilité ou de la fécondité d'une femme. C'est Dieu qui répond aux prières. Et nous voyons que dans tous les cas de stérilité qui nous sont montrés et qui se sont terminés par un heureux événement, c'est en réponse à la prière qui a été adressée à Dieu par la mère ou par les parents, que Dieu a répondu et Dieu a fait un miracle. Et il est aussi écrit un peu plus loin, dans 2 Samuel 6 et au verset 16. C'est lorsque David ramène l'arche de l'Eternel. "Comme l'arche de l'Eternel entrait dans la cité de David, Mikal, fille de Saül, regardait par la fenêtre, et voyant le roi David sauter et danser devant l'Eternel, elle le méprisa dans son c�ur". Et un peu plus loin, au verset 20, David s'en retourna pour bénir sa maison et Mikal, fille de Saül sortit à sa rencontre. Elle dit : Quel honneur aujourd'hui pour le roi d'Israël de s'être découvert aux yeux des servantes, de ses serviteurs comme se découvrirait un homme de rien ! David répondit à Mikal : C'est devant l'Eternel qui m'a choisi de préférence à ton père et à toute sa maison pour m'établir chef sur le peuple de l'Eternel sur Israël, c'est devant l'Eternel que j'ai dansé. Je veux paraître encore plus vil que cela et m'abaisser à mes propres yeux, néanmoins, je serai en honneur auprès des servantes dont tu parles. Or Mikal, fille de Saül, n'eut point d'enfant jusqu'au jour de sa mort". C'était par la volonté de l'Eternel, qui l'a châtiée à cause de l'attitude méprisante qu'elle a eue dans le c�ur à propos de son mari qui dansait de joie devant l'Eternel. Rendez-vous compte ! Une seule attitude de mépris dans le c�ur en face d'un homme qui avait la joie dans le c�ur parce qu'il dansait devant Dieu, cette seule chose là a suffit pour la rendre stérile jusqu'à la fin de ses jours. Et Dieu est toujours le même. Nous avons un Dieu saint. Quand Usa a touché l'arche de l'Eternel, lui qui n'était pas sacrificateur et qui le faisait pour empêcher simplement l'arche de tomber, il a été foudroyé, et David a dit : "J'ai peur de l'Eternel". Quand Ananias et Saphira dans le Nouveau Testament ont voulu mentir à l'apôtre, donc au Saint-Esprit en retenant une partie du prix du champ qu'ils avaient vendu et en faisant croire que c'était le prix total, à l'instant où ils ont fait cet aveu, ils ont été frappés à mort par le Seigneur, l'Eternel, dans l'Eglise du Nouveau Testament. Alors mes bien-aimés, je ne dis pas tout cela pour planter la crainte négative dans votre c�ur, un esprit de dépression ou de crainte, mais simplement pour nous rappeler que nous avons affaire à un Dieu saint et qu'on ne se moque pas de Dieu et que ce que l'homme sème, il le récoltera et que le Seigneur est un feu dévorant. Et il est écrit aussi que c'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. Et nous avons besoin de toute la grâce du Seigneur pour comprendre l'attitude de Dieu envers le péché et de comprendre à quel point est grande sa miséricorde et sa compassion pour nous. Et c'est pourquoi les temps de réveil sont des temps bénis, mais ce sont aussi des temps extrêmement dangereux pour ceux qui veulent continuer à vivre dans le péché au milieu de la manifestation de la gloire de l'Eternel. Si un réveil éclate au milieu de vous ou au milieu de nous, ça veut dire que le Dieu tout puissant se manifeste dans sa sainteté et ça veut dire aussi que nous devons nous tenir sur nos gardes. A tout moment, nous devons nous tenir sur nos gardes, mais en particulier lorsque le Seigneur se manifeste dans sa gloire et dans sa puissance. Et le Seigneur ne change pas. Il a suffit d'un sentiment de mépris d'une épouse vis à vis de son époux parce qu'il faisait quelque chose comme danser devant l'Eternel pour qu'elle soit stérile jusqu'à la fin de ses jours. Et le Seigneur est un Dieu de compassion et de miséricorde et nous pouvons compter sur sa grâce. Quand nous nous humilions profondément devant Dieu et quand nous le supplions de tout notre c�ur de pardonner notre péché, de nous laver dans le sang de Jésus, si notre repentance est vraiment réelle et profonde, l'oreille du Seigneur sera attentive à notre cri et il nous fera grâce. Mais il pourra aussi nous faire supporter quelquefois les conséquences de notre péché comme il le fit pour David, quand il a commis l'adultère avec Bath Sheba. Ce que je veux dire, c'est que le Seigneur est prêt à répondre à toute prière de foi d'une épouse stérile qui veut avoir des enfants, et je le crois aussi, d'une épouse qui en a eu trop et qui demande au Seigneur la grâce de pouvoir arrêter de procréer. Si elle est d'accord avec son mari, s'ils le demandent ensemble au Seigneur en disant : "Seigneur, si telle est ta volonté, nous te demandons ensemble de permettre que nous arrêtions de procréer, parce qu'il nous semble que nous avons assez d'enfants. Si telle est ta volonté, Seigneur. Et si cette prière est faite avec foi, je crois que le Seigneur l'exaucera. J'ai connu un certain nombre d'exemples de femmes stériles ou de femmes à qui on avait enlevé les organes, recevoir une entière guérison et une reconstitution miraculeuse de leurs organes parce qu'elles voulaient avoir des enfants. Le Seigneur est merveilleux. Alors je crois pour ma part que les moyens de contraception qui ont été inventés par l'homme ont été inspirés par Satan et que ce sont ces moyens qui ont facilité l'ouverture du péché de l'adultère dans la vie des familles ; qu'il s'agisse de la pilule ou qu'il s'agisse de n'importe quel autre moyen de contraception. C'est une conviction personnelle. Je ne vous l'impose pas, j'ai réfléchi sur ces problèmes, j'ai prié, je suis père de famille, nous avons eu six enfants et nous avons pratiqué un temps la contraception, y compris lorsque nous étions chrétiens et je dois dire que le Seigneur a travaillé profondément nos c�urs à mon épouse et à moi pour nous faire comprendre que nous devions arrêter et que nous devions en faire un sujet de prière devant l'Eternel en disant : "Seigneur, nous avons eu six enfants, nous souhaitons ne plus en avoir et nous te demandons la grâce de ne plus en avoir, sans utiliser aucun moyen de contraception". Et je crois que c'est la meilleure manière de procéder, mais il faut être sûr de procéder par la foi.

 

La suite de cette série se trouve au début du message C51

 

 

______________________________________________________________

Vous pouvez obtenir la cassette audio de ce message, et d'autres encore,

en écrivant à 

Source de Vie - La Grotte - 48370 St Germain de Calberte - France

Vous recevrez gratuitement en retour, et sans aucun engagement, le catalogue

des cassettes audio disponibles.

______________________________________________________________

 

Pour comprendre le plan de Dieu, et se préparer à tout ce qui arrive

http://www.sourcedevie.com

http://www.paroledevie.org