C74  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Une double portion de l'Esprit pour faire les oeuvres que Jésus a faites, et en faire de plus grandes encore



Ce soir, je voudrais vous commenter un verset dans l'Evangile de Jean au chapitre 14. C'est le Seigneur Jésus qui parle. Alors, avant de lire ce verset, je vais commencer par le début du chapitre 14, où Jésus parle à Ses disciples. Rappelez-vous le moment de ce discours, c'est juste avant de monter sur la Croix. Jésus a réuni Ses disciples pour un dernier repas et Il leur laisse Ses dernières paroles. Au chapitre 14, Il leur dit, au verset 1 : »Que votre cœur ne se trouble pas ! Croyez en Dieu, et croyez en moi". Il y a beaucoup de gens qui croient en Dieu, mais qui ne croient pas en Jésus. Et le Seigneur dit : "Croyez en Dieu, et croyez en moi". Parce que Jésus est Dieu, mais Il est le Fils de Dieu venu sur la terre pour nous sauver de nos péchés, et si nous ne voulons plus avoir le cœur troublé, nous devons croire en Dieu et croire en Jésus de tout notre cœur, parce que quand on croit, on a confiance. Si vous croyez en quelqu'un sur cette terre, c'est que vous le connaissez, vous avez confiance en lui. Quand vous apprenez à connaître Jésus, parce qu'Il se révèle à vous, vous lui faites de plus en plus confiance, parce qu'Il est merveilleux. Il est vivant, Il est ressuscité aujourd'hui. Et Il dit un peu plus loin au verset 6 : "Jésus dit à Thomas : "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par Moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez et vous l'avez vu". Thomas était inquiet, il disait : "Mais où tu vas Jésus ? Il faut qu'on sache où tu vas, on ne peut pas te suivre sinon" ; Jésus lui dit : "C'est Moi le Chemin, la Vérité et la Vie".

 

Cela veut dire qu'il n'y a pas trente six chemins, il n'y en a pas deux, il n'y en a qu'un. Le chemin, ce n'est pas une religion, ce n'est pas la religion protestante, ce n'est pas la religion catholique, ce n'est pas n'importe quelle autre religion. Le chemin, c'est Jésus, Jésus-Christ. Et Il le dit Lui-même : "Je suis Le Chemin". Il ne dit pas : un des chemins, mais Le Chemin. Pourquoi Est-Il le Chemin ? Parce qu'Il a donné Sa Vie pour nous. Vous savez, quand Dieu nous regarde et qu'Il regarde le fond de nos cœurs à chacun, Il voit nos cœurs. Si nous ne Le connaissons pas, Il voit nos cœurs dans les ténèbres. Perdu, cela veut dire qu'on ne reconnaît plus son chemin. Quand vous vous perdez dans la forêt, si cela vous est arrivé, vous ne savez plus où est le chemin. Jésus dit : "Je suis le Chemin". Donc Dieu voit que tous les hommes sont perdus sans la connaissance de Jésus. Et c'est pour cela que le Père a envoyé Jésus qui est le Chemin, pour nous montrer le chemin du Ciel. Et, nous savons que personne ne peut rentrer au Ciel avec un cœur tout noir, parce que Dieu est Lumière, Dieu est Saint, Dieu est pur. Dans Son Ciel, il n'y a pas de péché, et il y a le péché dans le cœur de tous les hommes. Alors, Dieu a envoyé Son Fils Jésus pour ouvrir le chemin.

 

Comment a-t-Il ouvert le chemin ? En mourant sur la Croix pour nous. Notre péché devait attirer sur nous la punition de Dieu, parce que Dieu est juste. Et, parce qu'Il nous aime, Il n'a pas voulu que nous soyons punis, si nous croyons en Jésus. Dieu a un cœur de père. Cela ne fait pas de bien à un cœur de père de voir Ses enfants aller en enfer, Dieu ne veut pas cela. Et Dieu a créé tous les hommes pour que tous les hommes se tournent vers Lui, vers Jésus pour entrer au Ciel. Et, Dieu le Père, a envoyé Son Fils mourir sur la Croix pour nous, pour que la punition qui devait venir sur nous tombe sur Lui. C'est pour cela qu'Il est mort à la Croix. Il est mort à la Croix pour que la punition qui devait tomber sur nous, la mort, tombe sur Lui. Et tous ceux qui se tournent vers Lui en disant : "Seigneur, je comprends maintenant, moi je suis un pécheur, j'ai besoin de ton pardon, Jésus est mort pour moi, Il a versé Son Sang, Il a donné Sa Vie, pour que moi, je n'ai pas à être puni par Dieu".

 

Celui qui comprend cela, se tourne vers Jésus et dit : "Seigneur, entre dans mon cœur, je t'accepte comme Sauveur et Seigneur, pardonne mes péchés, que Ton Sang me lave". Le sang de Jésus a le pouvoir d'effacer tous les péchés, tous, et Jésus a versé Son Sang sur la Croix jusqu'à la dernière goutte. Quand je me tourne vers Lui en disant : "Entre dans mon cœur, et pardonne mes péchés", Il est le premier à vouloir le faire et à le faire immédiatement. Il me donne Sa Vie, et Il me fait rentrer dans Sa famille. Il ne me fait pas rentrer dans une religion, Il me fait entrer dans Sa famille. C'est pour cela qu'Il dit : "Je suis Le Chemin, je suis La Vérité". Il n'y a qu'une seule vérité, c'est Jésus vivant et ressuscité qui nous a donné cette Parole pour la mettre en pratique ; mais on la met en pratique parce qu'Il vit dans nos cœurs. Et Il est Le Chemin, La Vérité, et la Vie. La vie éternelle, c'est Jésus. Ce sont des paroles merveilleuses !

 

Tout de suite après, Philippe lui dit : "Mais, on veut voir le Père". (Moi aussi, je veux voir le Père, je sais que je le verrai un jour quand je serai au ciel), mais Jésus, à ce moment-là, était sur la terre ; Il dit à Philippe : "Mais, Philippe, tu veux voir le Père, et tout ce que je fais, c'est le Père qui est en moi qui le fait". Et nous savons que Jésus a fait des choses merveilleuses. Jésus a eu un ministère qui était court, trois ans, trois ans et demi, ce n'est pas très long, et pendant trois ans et demi, le même Evangile de Jean nous dit que s'il fallait écrire dans des livres tout ce que Jésus a fait, ça remplirait la terre entière. Cela veut dire qu'en trois ans et demi, Il a eu un ministère extraordinaire sur cette terre. Il allait partout dans les villes et les villages, Il prêchait la repentance. C'est-à-dire qu'Il allait vers les gens, les brebis perdues d'Israël, et Il leur disait : "Repentez-vous, demandez pardon à Dieu pour vos péchés, et Dieu va vous bénir". Et, Il allait partout, et Il guérissait tous les malades qui s'approchaient de Lui, qui disaient : "Seigneur, aie pitié de moi". Le lépreux, l'aveugle, le sourd, le muet, Jésus les touchait parce qu'Il était plein d'amour pour eux, Il les touchait et Il a guéri tous ceux qui s'approchaient de Lui pour être guéris. Et Il a sauvé tous ceux qui se tournaient vers Lui pour l'accueillir dans leur cœur. C'est extraordinaire ! C'est pour cela qu'Il dit : "Le Père, c'est Lui qui est en Moi, et c'est Lui qui fait toutes ces choses". Il dit : "Philippe, quand tu m'as vu, tu as vu le Père au travail au travers de Moi".

 

Le cœur de Père est un cœur plein d'amour, le cœur du Père était triste de voir tous ces hommes. Regardez autour de vous aujourd'hui ; vous voyez les gens qui ne sont pas contents, ils font grève, ils rouspètent, ils n'ont pas assez de retraite, pas assez de sécurité sociale, ils ne sont pas contents. Sans parler de tous les problèmes qui se passent, et de la drogue, des maladies, des accidents, et du chômage et de tout cela. Quand vous voyez le monde autour de vous, les guerres, et tout, il y a beaucoup de gens qui se disent : "Mais qu'est-ce qui se passe ? Où est Dieu ? S'il y avait un Dieu, mais ça n'arriverait pas, tout cela". Mais Dieu dit : "Si les hommes me connaissaient, ça n'arriverait pas, c'est parce que les hommes ne me connaissent pas que toutes ces choses arrivent !"Et, c'est pour cela qu'Il appelle les hommes par Son Esprit maintenant pour se tourner vers Lui. Pour se tourner vers Jésus, parce que Jésus n'est pas mort et enterré. Jésus, aujourd'hui, où je vous parle, est vivant, Il est ressuscité, on peut Lui parler comme à un ami, on peut prier, on peut Lui parler et Lui présenter nos problèmes en lui disant : "Seigneur, j'ai des problèmes, viens à mon secours !" Et Il n'est pas sourd, Il entend et Il agit parce que nous prions le Père au nom de Jésus-Christ.

 

Il continue, en disant à Ses disciples au verset 12, je lirai jusqu'au verset 15 : "En vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera des plus grandes, parce que je m'en vais au Père ; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, (en croyant en Lui) je le ferai". Vous vous rendez compte, la puissance de ces promesses ! Il dit : "Si vous demandez quelque chose (cela veut dire : quoi que ce soit) en Mon Nom", (évidemment, il faut que ça corresponde à la volonté de Dieu, mais quand je suis rempli du Seigneur dans mon cœur, je ne vais pas demander quelque chose contre la volonté de Dieu, puis j'ai Sa parole qui me montre Sa volonté). Alors Il dit : "Celui qui croit en moi fera les mêmes choses que moi, et même des plus grandes encore". C'est extraordinaire, Il ne dit pas : "Juste le temps des disciples, pendant cent ans, et après, c'est fini, on n'en fera plus". Jésus dit : "Celui qui croit en moi, (même aujourd'hui, au moment où je vous parle), il fera les mêmes œuvres que moi". Il y a des choses que seul Jésus a faites et que nous ne pourrons jamais faire à Sa place, ce qu'Il a fait à la Croix, seul, Lui, l'a fait.

 

Nous, nous ne pouvons pas faire ça. Nous ne pouvons pas donner nos vies pour sauver les autres. Jésus a donné Sa Vie pour sauver les autres. Jésus a donné Sa vie pour sauver les hommes entiers, pour que tous ceux qui croient en Lui soient sauvés. Ce n'est pas cette œuvre-là qu'Il nous demande d'imiter, parce que celle-là est inimitable. Lui seul a sauvé le monde, Lui seul ; mais Il veut parler des œuvres de justice que Lui a faites. Il a été le seul à obéir à la loi de Dieu, et si nous avons Jésus qui remplit nos cœurs, par le Saint-Esprit et par Sa force, nous allons être amenés à obéir à toute la Parole du Seigneur ; toute sans exception, parce que Dieu est en nous. Et Il dit au verset 15 : "Si vous m'aimez, gardez mes commandements". Si je garde ses commandements, je vais faire ce qu'Il me demande, et c'est un signe de mon amour pour Jésus.

 

Jésus nous dit : "Si tu m'aimes, tu gardes mes commandements, et si tu crois en Moi, tu vas faire les mêmes choses que Moi, j'ai faites". Quand je regarde tout ce que Jésus a fait, je dis : "Seigneur, c'est quand même une promesse extraordinaire, toi, tu as fait du bien, tu as guéri les cœurs brisés, tu as apporté des paroles de consolation, tu as ressuscité des morts, tu as guéri des malades, tu as purifié des lépreux, tu as chassé des démons, et tu me dis que, si moi je crois en Toi, je vais faire les mêmes choses et même des plus grandes ? Explique-moi, Seigneur, parce que cela me paraît beaucoup".

 

Jésus n'est pas un homme pour mentir, Jésus est La Vérité, toutes Ses paroles sont vraies. Et, nous devons garder toutes les promesses de Jésus dans nos cœurs, et en particulier celle-là, parce que le monde qui nous entoure a besoin de voir les œuvres de Jésus. Le monde qui nous entoure attend de voir Jésus. Jésus peut se montrer comme Il veut, à tout le monde ; mais Jésus a laissé sur terre Son Eglise. L'Eglise, c'est le rassemblement de tous ceux qui croient en Lui, sans étiquette. Moi, j'ai pris mon étiquette, je l'ai mise à la poubelle. Je suis catholique de naissance, j'étais, parce que maintenant, je ne le suis plus, et quand j'ai grandi, j'ai compris que ce n'était pas une question d'appartenir à telle ou telle religion, mais de donner son cœur à Jésus, et de dire : "Seigneur Jésus, maintenant, tout ce que les hommes ont fait, les protestants, les orthodoxes, les catholiques et tous ces mouvements chrétiens, ce sont les hommes qui les ont faits, ce n'est pas Dieu qui les a faits. Alors, moi, je veux t'appartenir et je veux appeler "Mon frère et Ma sœur", tous ceux qui te connaissent, comme leur Sauveur et ce n'est pas une étiquette qui va m'arrêter".

 

Nous sommes membres de Son Eglise et le monde a besoin de Jésus, Jésus a besoin de Son Eglise ; Il a besoin que Son Eglise soit remplie du Saint-Esprit et puisse faire les œuvres de Jésus. Quand nous annonçons la Parole du Seigneur, Dieu veut la confirmer par des signes, par des guérisons, des prodiges et des miracles. On ne doit pas annoncer la Parole de Dieu pour cela, mais on doit prier le Seigneur, en disant : "Seigneur, tu vois ce monde qui nous entoure, il se précipitait vers toi parce que tu annonçais une parole juste et il voyait tes œuvres s'accomplir. Les malades étaient guéris, les gens étaient remplis de ta présence, ceux qui étaient liés par des démons étaient délivrés par toi, tu remplissais le cœur de joie, de consolation." Et Jésus dit : "Je veux me servir de toi, pour que tu fasses les même choses, si tu crois. Si tu enlèves le doute et l'incrédulité de ton cœur, et si tu me laisses agir dans ta vie, tu vas faire ces choses."

 

Je vais prendre dans l'Ancien Testament un exemple extraordinaire qui va illustrer ce verset-là, qui va nous montrer que même dans l'Ancien Testament Dieu pouvait visiter des hommes et des femmes qui n'avaient pas encore la connaissance de Jésus, mais qui aimaient Dieu et qui voulaient lui obéir de tout leur cœur. Et nous savons que dans l'Ancien Testament, tout ce qui se passait, c'était une image des choses du Nouveau Testament. Cela veut dire que tout ce qui est raconté dans l'Ancien Testament doit nous servir d'exemple, pour que, spirituellement parlant, maintenant, dans le Nouveau Testament, nous puissions faire les choses que Jésus nous a demandées.

 

Dans l'Ancien Testament, il y a un passage dans le deuxième livre des Rois, au chapitre 2. Je vais vous parler un peu du contexte. C'était le prophète Elie ; Elie était un des plus grands prophètes de l'Ancien Testament, un très grand prophète et, à un moment donné de sa vie, Dieu lui demande de choisir un disciple à sa place, parce que Dieu allait enlever Elie vivant. Elie est un des deux hommes qui a été enlevé vivant de cette terre. Il y a Enoch et Elie. Elie devait être enlevé vivant, et avant d'être enlevé, Dieu lui dit : "Tu vas choisir un autre homme, Elisée, et tu vas l'oindre d'huile, (c'est comme cela qu'ils faisaient), pour qu'il soit prophète à ta place quand tu vas partir". Et il l'a fait, et, à partir de ce jour-là, Elisée est devenu le serviteur d'Elie. Elisée était un homme simple et quand Elie l'a trouvé, il était en train de labourer avec des bœufs, avec douze paires de bœufs, et Elie l'a appelé, alors qu'il était en plein travail ; et il lui a posé son manteau sur les épaules pour lui dire que plus tard, il allait être celui qui lui succéderait comme prophète. Mais tant qu'Elie était là, c'était Elie qui avait le ministère et Elisée était son serviteur, Elisée l'accompagnait partout, c'était celui qui lui donnait à boire, qui versait de l'eau sur ses pieds, etc… C'était son serviteur. Elisée n'a eu aucun ministère tant qu'Elie était là sur la terre.

 

Et au chapitre 2, il est dit : "Lorsque l'Eternel fit monter Elie au ciel dans un tourbillon, Elie partait de Guilgal avec Elisée. Elie est l'image du Seigneur Jésus-Christ. Jésus-Christ, le Fils de Dieu, quand Il était sur la terre, a choisi des disciples. Il les a choisis parce que le Père les lui a montré, et là, c'est la même chose. Dieu a parlé à Elie en lui disant : "Tu vas choisir celui-là". Il est allé le faire. Et Elisée est l'image de l'Eglise. Elie est l'image de Jésus, Elisée est l'image de l'Eglise. Jésus est monté au ciel dix jours avant la Pentecôte ; une fois qu'Il était ressuscité, Il est resté avec Ses disciples une longue période, après Sa résurrection, leur enseignant les choses du royaume de Dieu et Il leur a dit : "Je vais partir bientôt, mais je ne vais pas vous laisser seuls ; quand je partirai, je vous enverrai le Consolateur, le Saint-Esprit qui sera avec vous, et qui sera en vous pour vous conduire dans toute la Vérité". Et, sous les yeux de Ses disciples, Jésus, qui était sur le mont des Oliviers est monté au ciel et Ses disciples l'ont vu. Il a disparu dans les nuages, et Il est monté au ciel sous les yeux de cinq cents disciples qui étaient là. Et là, Elie, qui est l'image de Jésus, est aussi appelé à monter au ciel, appelé par Dieu, à monter plus haut.

 

"Elie partait de Guilgal avec Elisée. (je suis au verset 2). Elie dit à Elisée : Reste ici, je te prie, car l'Eternel m'envoie jusqu'à Béthel. Elisée répondit : l'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai pas. Et ils descendirent à Béthel. Les fils des prophètes qui étaient à Béthel sortirent vers Elisée, et lui dirent : Sais-tu que l'Eternel enlève aujourd'hui ton maître de dessus ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi ; taisez-vous. Elie lui dit : Elisée, reste ici, je te prie, (reste à Béthel) car l'Eternel m'envoie à Jéricho. Il répondit : l'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai point. (deuxième fois qu'il lui dit). Et ils arrivèrent à Jéricho. Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho s'approchèrent d'Elisée et lui dirent : Sais-tu que l'Eternel (tout le monde le savait apparemment), sais-tu que l'Eternel enlève ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi ; taisez-vous. Elie lui dit : Reste ici, je te prie, car l'Eternel m'envoie au Jourdain. Elisée répondit : L'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai point. Et ils poursuivirent tous deux leur chemin. Cinquante hommes d'entre les fils des prophètes arrivèrent et s'arrêtèrent à distance vis-à-vis, et eux deux s'arrêtèrent au bord du Jourdain. Alors Elie prit son manteau, le roula, et en frappa les eaux, qui se partagèrent ça et là, et ils passèrent tous deux à sec. Lorsqu'ils eurent passé, Elie dit à Elisée : Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d'avec toi. (Il avait l'air de lui dire : "demande tout ce que tu veux" ! De même que Jésus disait avant de partir à la Croix : "Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, je le ferai". Tout ce qui correspond à la volonté de Dieu. Là, il lui dit : "Demande ce que tu veux que je fasse pour toi"). Elisée répondit : Qu'il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit ! (ça veut dire ; l'Esprit de Dieu qui reposait sur Elie) ; Elisée dit : "J'en veux deux fois plus". Ah, voilà quelqu'un qui voulait des choses sérieuses. Il n'a pas demandé de richesses, il n'a pas demandé une longue vie, il n'a pas demandé la santé, la prospérité, il a dit à Elie : "Elie, je veux cet Esprit qui est sur toi, j'en veux deux fois plus ! Je veux qu'il repose deux fois plus sur moi". Il avait faim de Dieu ! Est-ce que tu as faim de Dieu ? Est-ce que tu veux deux fois plus encore de Son Esprit ? Est-ce que tu veux demander à Dieu d'être encore plus rempli ? Elisée était cet homme-là qui avait faim de Dieu). Et, Elie dit : tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je serai enlevé d'avec toi, cela t'arrivera ainsi ; sinon, cela ne t'arrivera point. Comme ils continuaient à marcher en parlant, voici, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l'un de l'autre, et Elie monta au ciel dans un tourbillon."

 

Quelle expérience merveilleuse ! Voilà Jésus qui monte ! Enfin, c'est l'image de Jésus. Elisée regardait, vous pensez bien qu'Elisée devait ouvrir des yeux comme ça ! Elisée se disait : Il m'a dit que si je le vois pendant qu'il monte, ça va m'arriver !". Alors, vous pensez bien qu'il était là et il regardait. Et il l'a vu !

 

"Elisée regardait et criait : Mon Père, Mon Père ! Char d'Israël et sa cavalerie ! (Il l'a vu !) Et puis, il ne le vit plus. (Parce qu'il avait disparu dans les nuées). Saisissant alors ses vêtements, il les déchira en deux morceaux, et il releva le manteau qu'Elie avait laissé tomber. Puis il retourna et s'arrêta au bord du Jourdain ; Il prit le manteau qu'Elie avait laissé tomber, et il en frappa les eaux, (comme avait fait son maître) et dit : Où est l'Eternel, le Dieu d'Elie ? (Il ne disait pas cela dans un esprit de doute, il savait que le Dieu d'Elie était son Dieu aussi et que, parce qu'il avait vu Elie monter au ciel, il avait reçu la double portion de l'Esprit de Dieu sur lui, il savait bien). Et lui aussi, il frappa les eaux, qui se partagèrent ça et là, et Elisée passa".

 

Alors, restons là pour le moment. C'est merveilleux comme passage parce que cela illustre parfaitement le verset que je vous ai commenté tout à l'heure. Jésus a dit : "Celui qui croit en moi fera les mêmes choses que moi et il en fera bien plus encore". Elisée demande deux fois plus de l'esprit qui était sur Elie. Et quand on regarde dans les chapitres qui suivent, il est rapporté un certain nombre de miracles et de prodiges, y compris des résurrections de morts. Et si vous les comptez, il y en a deux fois plus que les miracles accomplis dans la vie d'Elie, qui sont rapportés par la Bible ; exactement deux fois plus. Alors, cela veut dire qu'il a été exaucé, ce qu'il a demandé, il l'a reçu. Et, il a accompli les œuvres de son maître, et bien plus encore, parce qu'il l'avait demandé. Il l'avait demandé et ce n'était pas une demande folle, c'était une demande qui correspondait à la volonté de Dieu parce que Dieu l'a exaucé. Si nous demandons d'être remplis du Saint-Esprit, ce n'est pas pour aller faire des miracles, pour faire un cirque ; parce que là notre cœur ne serait pas droit, devant Dieu ; mais c'est pour glorifier Dieu en accomplissant les mêmes œuvres que Jésus, pour que les cœurs des hommes se tournent vers la repentance et vers Jésus, pour abandonner leurs péchés et l'accepter comme Sauveur et Seigneur. C'est le seul but de Dieu, c'est d'amener des âmes au ciel. Ce n'est pas seulement de guérir des malades ; Jésus est plein d'amour pour les malades et Il veut les guérir ; mais le but suprême de Dieu, c'est d'amener tous les hommes avec Lui au Ciel ; et déjà sur cette terre, de remplir notre cœur de Sa Paix, de Son Amour et de Sa Force.

 

Alors, désirons cet esprit qui était sur Elie, deux fois plus. Jésus a dit : "plus grandes encore", cela veut dire qu'ils allaient recevoir le Saint-Esprit qui allait être répandu, après la montée de Jésus au Ciel, Jésus avait dit : "attendez, je vous enverrai le Saint-Esprit". Et c'est exactement ce qui s'est passé pour Elie. On va reprendre parce qu'il y a quelques détails qui sont importants à comprendre là. D'abord, ils sont partis de Guilgal, et Guilgal, dans la Bible, c'est l'endroit où le peuple avait été circoncis. Quand les Hébreux avaient traversé le Jourdain, pour entrer dans le pays de Canaan pour le conquérir ; ils s'étaient arrêtés à Guilgal et là tout le peuple avait été circoncis. Et c'est une image spirituelle : cela veut dire pour nous chrétiens : Nous, nous sommes Elisée, notre Maître : Jésus. Elie c'est Jésus ; Elie commence à partir avec Elisée de Guilgal. Il faut partir de la circoncision. Cela veut dire simplement pour nous aujourd'hui une vraie repentance et une vraie conversion. Parce que les vrais Hébreux, les vrais Juifs sont circoncis pour marquer leur alliance avec Dieu en signe d'obéissance. Paul dit que nous, nous ne sommes pas circoncis d'une circoncision que la main a faite, mais il parle de la circoncision du cœur, la circoncision de Christ. Ça veut dire : se repentir, ça veut dire : demander pardon à Dieu pour nos péchés et dire : Seigneur, je pars avec Toi, mais en me convertissant de tout mon cœur ; je veux laisser de côté le monde qui m'entoure et qui est rempli de péchés, et je veux me tourner vers Toi pour t'accepter comme Sauveur et Seigneur. Ça, c'est Guilgal ; il fallait qu'ils partent de là.

 

Et ensuite, Elie lui dit : "Reste là, moi j'irai plus loin". Elisée dit : Non, je vais te suivre jusqu'au bout. Tant que tu seras là sur cette terre, je ne te quitterai pas d'une semelle. Elie a essayé de le semer, enfin, il le mettait à l'épreuve, parce qu'il savait qu'il allait rester avec lui. Mais il a essayé de lui dire : Reste là. Elisée a dit : Non, je ne resterai pas. Dieu ne veut pas que nous restions toujours au même stade de notre expérience spirituelle. On doit partir de Guilgal, mais il faut aller avec Jésus à toutes les étapes ; il ne faut pas rester au début, il faut aller jusqu'au bout avec Lui ; jusqu'au bout, il faut aller avec Lui. A chaque jour qui passe, Il nous donne une étape nouvelle : il faut aller avec Lui. Et la prochaine étape, c'était Béthel. Alors, Guilgal est un petit village qui est tout près de Jéricho, et Béthel est bien plus loin au Nord. Donc, ils sont partis de Guilgal pour aller à Béthel et revenir à Jéricho, avant de passer le Jourdain. Et Béthel, ça veut dire en hébreu, la maison de Dieu. C'était l'endroit où longtemps l'Arche de Dieu et la Tente de l'Eternel étaient placées, et où les Hébreux venaient adorer Dieu et offrir des sacrifices. Donc, Béthel nous parle de la présence de Dieu et de la maison de Dieu. Nous, nous sommes la maison de Dieu, quand nous avons accepté Jésus comme notre Sauveur et Seigneur. Nous sommes Béthel, la maison de Dieu. Elie part de la circoncision (Guilgal) , il va à Béthel et là, il lui dit : Maintenant, reste là. Ça veut dire qu'à Béthel, on est rempli de la présence du Seigneur. On est dans la maison du Seigneur, on est la maison du Seigneur ; Il habite en nous, nous sommes dans la présence de Dieu ; on pourrait y rester ; on pourrait dire : on est tellement bien dans ta présence, Seigneur. Mais Dieu ne veut pas que, même sur cette terre, on passe toute notre vie à l'écart, à adorer Dieu. L'adoration doit être en permanence dans nos cœurs, mais tant qu'on est sur cette terre, Dieu a un travail pour nous. Et le travail pour nous va consister à faire la suite. Donc, nous devons commencer par nous convertir, et ensuite aller à Béthel, c'est-à-dire dans la présence de Dieu pour nous remplir de Lui, et puis ensuite, aller un peu plus loin.

 

Elie conduit ensuite Elisée un peu plus loin. Il le conduit à Jéricho : Vous savez ce qui s'est passé à Jéricho ? A Jéricho, il y a eu une grande victoire de la foi contre les ennemis qui étaient là et qui occupaïent cette ville. Les Hébreux ont fait sept fois le tour pendant sept jours, et le septième jour, sept fois le tour de la ville, et ils ont poussé un grand cri, et les murailles sont tombées par la foi ! Uniquement parce que Dieu avait dit : "Vous ferez ça et ça et ça", et ils l'ont fait comme Dieu avait dit. Ce n'est pas en criant que des murailles épaisses comme ça peuvent tomber ; c'est la main de Dieu qui a fait tomber ces murailles, et ils ont remporté sur leur ennemi une très grande victoire par la foi. Donc, si nous commençons par une vraie conversion, que nous allons nous remplir de la présence de Dieu, et qu'ensuite on suit Jésus, Jésus veut nous amener à Jéricho pour remporter contre le diable et Satan et tous ses démons la victoire de la foi, parce que Jésus est avec nous. Jésus a déjà gagné le combat à la Croix. Il a déjà vaincu le diable et ses démons qui sont autour de nous, invisibles. Ils veulent détruire les hommes et ils y arrivent bien. Mais Jésus veut se servir de nous pour aller devant nos "Jéricho" et crier la Parole de Dieu avec foi et les murailles s'écrouleront. C'est cela Jéricho.

 

Mais Elie n'est pas resté là ; il a dit "Reste-là et moi je vais un peu plus loin". Elisée lui répondit : "Non, je ne te quitterai pas". Elie le conduit au bord du Jourdain (2 Rois 2:7). Le Jourdain en hébreu, ça veut dire : le fleuve de la mort ; celui qui descend et qui va dans la Mer Morte. Et c'est aussi un symbole spirituel parce que, des années auparavant, ils étaient rentrés dans le pays en passant par le Jourdain qui s'était ouvert (Josué 3:17). Et ici, Elie ouvre les eaux du Jourdain en frappant avec son manteau, et à nouveau par la foi, tous deux repassent le Jourdain à sec. Elisée releva le manteau qu'Elie avait laissé tomber après avoir été enlevé (2 Rois 2:14). Pour Elisée, ça a été une expérience unique de prendre le manteau par la foi. Le manteau symbolise l'onction, la puissance. L'onction qui reposait sur Elie était symbolisée par son manteau. Elisée roule le manteau et frappe les eaux du Jourdain qui s'ouvrent, et il passe.

 

Et là, c'est le symbole de la mort, le Jourdain ; la mort à soi, le fleuve de la mort qui descend. C'est plus encore que la victoire sur les ennemis, la victoire sur nous-même. Parce que, c'est bien beau d'être rempli du Saint-Esprit pour aller combattre par la foi, mais Jésus veut que nous ayons une pleine victoire sur notre propre chair, notre propre moi qui est tout le temps là pour demander sa part, et qui a été cloué à la Croix avec Jésus. Il faut que ce soit manifesté dans nos vies. Et là c'est passer comme la quatrième étape, dans la vie d'Elisée, spirituellement pour nous, c'est repasser par le Jourdain, par le fleuve de la mort, qu'il allait retraverser encore pour exercer son ministère maintenant qu'Elie était parti. Maintenant, Elisée allait pouvoir commencer à exercer son ministère.

 

Elie avait dit : "Tu me demandes une chose difficile, mais si tu me vois pendant que je monterai, tu recevras une double portion de mon esprit sur toi". Elisée a vu Elie, et il a reçu ce qu'il demandait. Pour nous, spirituellement, qu'est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que ce Seigneur Jésus qui est monté au Ciel et qui est maintenant assis au Ciel dans la droite de Dieu : Il ne faut pas que nous le quittions des yeux, spirituellement, pendant qu'Il est élevé dans son élévation, en ce moment. Il va bientôt revenir, très bientôt pour nous enlever. D'abord nous enlever, ensuite régner sur la terre ; mais tant qu'Il est là, Il est élevé dans l'élévation, nous devons garder les yeux fixés sur Lui et, dans la foi, recevoir de Lui une double portion de Son Esprit. C'est exactement ce qui s'est passé, rappelez-vous, le jour de l'ascension de Jésus, quand les disciples ont vu Jésus monter. Ils étaient tous là, ils l'ont vu, et deux anges sont venus, et ont dit : "Mais, cessez de regarder (physiquement bien sûr). Celui que vous avez vu monter maintenant sous vos yeux, reviendra un jour pour vous prendre avec Lui". Ça veut dire que pendant toute cette période, entre le moment où Il va redescendre et où nous allons monter à Sa rencontre dans les cieux ; nous devons garder les yeux fixés sur lui ; parce qu'Il n'est plus visible à nos yeux, mais c'est par la foi que nous gardons les yeux fixés sur Lui.

 

Que s'est-il passé dix jours après l'ascension de Jésus ? Le Seigneur a envoyé une puissante onction de Son Esprit sur tous ceux qui l'attendaient, et qui attendaient Sa promesse. Et à partir du moment où ils ont été remplis de cet Esprit, ils ont eu quelque chose de bien plus puissant qu'auparavant : Auparavant, ils n'avaient pas cette onction qu'ils ont eue le jour de la Pentecôte. Ils l'ont reçue et ils ont commencé à faire les œuvres de Jésus à ce moment-là. Et des œuvres plus grandes encore que Lui, parce qu'ils avaient reçu la plénitude du Saint-Esprit qu'ils n'avaient pas avant, quand ils étaient sur la terre avec Jésus. Et pour Elisée, ça a été exactement pareil, il a gardé les yeux fixés sur son maître qui montait et le Seigneur lui a fait la grâce de pouvoir le voir et il a reçu ce qu'Il a demandé. Pour nous, recevoir la grâce de pouvoir voir Jésus, alors qu'Il est là-haut élevé, c'est simplement garder les yeux fixés sur Lui par la foi. Garder les yeux fixés sur Lui, par la foi, c'est-à-dire garder les yeux fixés sur Sa Parole. Quand nous gardons les yeux fixés sur le Seigneur, Par la foi, et sur Sa Parole, nous sommes constamment en communion avec Lui, et Son Esprit descend sur nous pour nous faire faire les œuvres de Jésus-Christ.

 

Et quand il a reçu cette double onction qui était sur Elie, il n'a pas hésité un seul instant, il a pris le manteau, il a fait comme son maître, exactement comme il l'avait vu, il a frappé le Jourdain qui s'est ouvert, et il est retourné dans le pays pour commencer son ministère. Et vous savez où il l'a commencé son ministère ? Il l'a commencé à Jéricho. Au verset 15, il dit : "Les prophètes qui étaient à Jéricho, l'ayant vu, dirent : etc…" Et ensuite, vous savez où il est retourné, après Jéricho ? On le voit au verset 23 : Il est retourné à Béthel. Et après Béthel, il n'est pas retourné à Guilgal, il n'avait pas besoin de se convertir. Donc, après le passage du Jourdain, il est retourné à Jéricho pour assainir les eaux qui n'étaient pas bonnes, avec du sel. Et là c'est un exemple, pour tout le ministère que nous devons accomplir. Une fois que nous sommes remplis de l'Esprit du Seigneur, le Seigneur nous dit : Tu vas retourner là à Jéricho, qui est un symbole d'une ville occupée par les ennemis. Et, en plus, les eaux qui étaient là étaient amères, n'étaient pas bonnes, il n'y avait rien qui poussait, c'était stérile, il n'y avait rien. Le monde qui nous entoure, c'est Jéricho, c'est un monde stérile où il n'y a rien qui pousse, où il n'y a rien de vivant qui pousse.

 

Il est arrivé, rempli du Seigneur et il a dit : "Apportez-moi un plat neuf avec du sel". Jésus a dit : "Ayez du sel en vous-mêmes. Soyez remplis de sel et de feu". Le sel est le symbole du Saint-Esprit qui préserve, qui garde. Et il a dit : "Jetez le sel dans l'eau qui n'est pas bonne". Elle est devenue bonne. Il a commencé son ministère rempli du Seigneur ; il a répandu l'Evangile de Jésus-Christ comme nous devons le faire, et cet Evangile a changé les eaux qui n'étaient pas bonnes en eaux qui étaient bonnes. Partout où le Sel de Dieu touche un cœur qui est ouvert, l'Esprit de Dieu vient et change ce qui est mauvais ; ça devient bon. Ce qui est infecte devient vivant. Et il retournait à Béthel, se remplir à nouveau de la présence du Seigneur, (il n'est pas retourné à Guilgal), il est allé ensuite sur le Mont Carmel, où Elie était monté pour faire descendre le feu du Ciel, qui avait confondu tous les prophètes de Satan. Il est remonté au Carmel et ensuite, il est allé à Samarie où il a exercé tout son ministère.

 

Samarie était une ville impie, une ville épouvantable où il n'y a eu que des mauvais rois qui ont régné. Et Elisée n'est pas allé à Jérusalem, Elisée est allé à Samarie, c'est-à-dire en plein milieu d'un monde impie, d'un monde mauvais où il a manifesté la gloire de Dieu par des miracles, des signes et des prodiges. Parce qu'il avait demandé une onction double de celle de son maître, il l'avait reçue. Et même après la mort d'Elisée, on a jeté un cadavre sur ses os, et le cadavre a ressuscité en touchant les os d'Elisée. On peut voir le ministère puissant que cet homme a eu parce qu'il a voulu rester avec son seigneur jusqu'au bout, jusqu'à ce que son seigneur monte ; et quand son seigneur est monté, il l'a fixé sans arrêt du regard pour recevoir sa puissance, il l'a reçue et il est retourné exercer un ministère deux fois plus grand que celui de son maître.

 

Alors pour nous chrétiens, il doit en être de même. Nous devons persévérer dans Sa parole et je termine en lisant dans l'épître aux Hébreux. Nous avons besoin de persévérance parce que nous n'avons pas vu encore toutes ces choses pleinement manifestées. J'ai vu des œuvres merveilleuses de Jésus, vous en avez vu aussi, mais je veux voir toutes les œuvres, et bien plus encore manifestées dans ma vie. Je veux faire les œuvres de Jésus. Et vous, vous voulez les faire aussi ? Amen ! Alléluia ! Et bien, faites comme Elisée. Dans Hébreux 6, il est dit au verset 11, écoutez bien ce petit verset-là : "Nous désirons que chacun de vous" (chacun, cela veut dire quoi ? ça veut dire sans exception d'un seul). Il dit : "Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle (le zèle d'Elisée) pour conserver jusqu'à la fin une pleine espérance." L'espérance d'Elisée, c'était plus que l'espoir ! Plus que le : "Oh, j'espère bien l'avoir…" Non, c'était l'assurance de la foi, puisque la foi, c'est la ferme assurance des choses qu'on espère. Elisée était rempli de cette espérance : Je vais le voir Seigneur, je vais le voir.

"... pour que vous ne vous relâchiez pas, (Ne nous relâchons pas ! Elisée ne s'est pas relâché un seul instant. Quand Elie lui a dit : "Reste là, moi je m'en vais plus loin". "Non, je ne te quitterai pas !" Et dès qu'il a vu Elie faire ses œuvres et rouler son manteau et taper, il a fait comme lui, il a observé son maître, il a fait comme lui).

"Pour que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses". Elisée a hérité les promesses par la foi et la persévérance.

 

Il faut les deux ; la foi, c'est la totale certitude qu'on a été entendu. Mais, il faut la persévérance, parce que, quelquefois, on a cette certitude aujourd'hui, mais demain, ça cogne tellement ; il y a tellement d'épreuves qu'on commence à flancher, puis on dit : "Ah ! Je suis en train de perdre ma foi !" Non ! Il faut persévérer ; ne perdons pas la foi. Faisons comme Elisée, accrochons-nous à Jésus, accrochons-nous à Sa Parole, continuons, allons de Guilgal à Béthel et à Jéricho, et au Jourdain et revenons à Jéricho, revenons à Béthel, allons au Carmel, allons à Samarie. En permanence, remplis du Saint-Esprit pour faire les œuvres de Jésus.

 

"Et nous désirons que chacun de vous (je le relis) montre le même zèle pour conserver jusqu'à la fin (quelle fin ? jusqu'à ce que Jésus vienne nous chercher ; jusque là, jusqu'à la fin) une pleine espérance pour que vous ne vous relâchiez pas, et que vous imitiez..."

Et moi je veux imiter qui ? Vous savez qui : Jésus ! Je veux imiter Jésus ; parce que c'est Lui mon modèle. Il a persévéré jusqu'au bout, Il a été dans des épreuves épouvantables ; Il a persévéré. Nous devons persévérer jusqu'au bout pour hériter les promesses de Dieu ; les belles promesses qu'Il vous a données, de Son secours, de Son salut, de Sa guérison, de Sa délivrance, de la santé qu'Il veut nous donner. Parce qu'Il a tout porté sur Lui ; nos péchés, nos iniquités, nos maladies, nos infirmités, tout. Il veut que tout cela se réalise dans nos vies. Imitons ceux qui reçoivent ces promesses.

 

Au chapitre 10, et au verset 35 : "N'abandonnez pas votre assurance". Ne vous laissez pas distraire de votre assurance. Vous vous rappelez les fils des prophètes, à chaque étape, ils venaient vers Elisée : "Mais, tu ne sais pas qu'aujourd'hui ton maître Elie va être enlevé au-dessus de toi ?" Quelle est la réponse d'Elisée ? : "Je le sais, taisez-vous !" Ils voulaient discuter avec lui pour commencer à parler des choses qu'ils savaient : tu ne sais pas que… ? S'il avait continué à parler avec eux, il aurait été distrait de sa mission. Il dit : Je le sais très bien. Taisez-vous ! Ce n'est pas cela qui m'intéresse. Ce qui m'intéresse, c'est de rester avec mon maître et d'aller jusqu'au bout et de le voir monter.

 

Et là, il dit au chapitre 10 et au verset 35 : "N'abandonnez pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande récompense. (Une grande rémunération. La grande rémunération, c'est mon salut éternel. Et c'est aussi, sur la terre, la réponse à mes prières quand elles sont faites dans le Seigneur. Pour moi, pour mes enfants, pour mes parents, pour mes voisins, pour ceux que j'ai autour de moi ; Dieu veut exaucer mes prières). Car vous avez besoin de persévérer, (mes bien-aimés, que j'aime dans le Seigneur, nous avons tous besoin de persévérer, surtout quand ça va mal. Quand ça va bien, on se repose ; mais quand ça va mal, on a besoin de s'accrocher à Jésus, on a besoin de s'accrocher à Ses promesses), pour que, après avoir accompli la volonté de Dieu, (Guilgal, Béthel, Jéricho… Elisée a accompli la volonté de Dieu dans toutes ces étapes), vous obteniez ce qui vous est promis". La double onction de Sa présence; vous avez besoin de persévérer, de suivre Jésus jusqu'au bout, et de recevoir la double onction de Sa présence.

 

"Encore un peu, un peu de temps". Alors prends patience, bien-aimé, dans un peu de temps, Jésus va venir te secourir, prends patience, ne te décourage pas, Jésus t'aime, Jésus a entendu tes prières, Jésus a vu tes souffrances, Jésus est avec toi et Il vient avec la puissance de Son Esprit et de Son Amour pour te secourir, et pour faire de toi quelqu'un qui va aider les autres. Amen. "Celui qui doit venir viendra, Il ne tardera pas. Et le juste vivra par la foi ; mais s'il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui".

 

"Nous, (et c'est mon dernier mot et il faut que ce soit le nôtre ce soir) nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme". Et avec cela, il y a tout le reste. Quand notre âme est sauvée, nous avons la présence de Dieu avec nous, et nous avons l'exaucement de nos prières ; et nous avons la double onction de Son Esprit. Alors, ça me réconforte, moi, toutes ces choses, parce que ce si Elisée a obtenu autant de Dieu, alors qu'il n'avait pas la connaissance de Jésus, il n'avait pas la nouvelle naissance, il n'avait pas le baptême du Saint-Esprit, il n'avait pas les meilleures promesses que nous avons, nous allons, nous, avoir bien plus ! Bien plus avec notre Seigneur Jésus ! Gardons ces promesses dans le cœur, consolons nos cœurs dans les afflictions qu'on peut traverser ; parce que Jésus les traverse avec nous. Il ne va pas tarder à venir nous secourir pour Sa gloire. Amen ? Alléluia ! Amen !

 

Seigneur, je veux te remercier pour ta parole, qui fait du bien à mon cœur, et qui nous montre que tout est possible à celui qui croit, et que toutes ces œuvres que tu as accomplies, nous les accomplirons, si nous croyons en Toi. Tu les accompliras en nous ; nous poserons les mains sur les malades en ton Nom, et ils seront guéris, nous chasserons les esprits mauvais en ton Nom. Seigneur, tu as promis ces choses à tes enfants, et tu as promis surtout l'onction de ton Esprit pour que nous puissions parler de toi avec ton Esprit.

Seigneur, rends ces paroles vivantes dans nos cœurs et fais du bien à chacun de nous ce soir, Seigneur. Je te demande que tu consoles, que tu fortifies et que tu fasses du bien, que nous repartions d'ici remplis à nouveau de ta foi, de ta consolation et de ton assurance, pour te servir Seigneur, au nom de Jésus, je te prie et je t'en remercie. Amen ! Alléluia !