C88  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Demeurons en Jésus pour produire en tout temps le fruit de justice et de sainteté



Ce soir je voudrais vous parler du fruit. Vous savez que le Seigneur aime beaucoup les fruits puisqu'Il nous a créés pour que nous portions du fruit en Lui. Et je crois que c'est d'abord pour Lui. Parce que le Seigneur veut goûter ce fruit. Ce fruit, Il l'a créé en nous-mêmes par Son Esprit et Il veut le goûter. Evidemment nous aussi nous avons besoin de goûter le bon fruit les uns des autres que le Seigneur veut nous faire porter, parce que c'est bon de goûter le fruit de l'esprit les uns des autres. Mais je crois que la priorité pour le Seigneur, c'est qu'Il nous a créés pour Sa gloire. Il nous a créés pour que nous puissions participer à Sa gloire, pour être semblables à Lui. Et Il nous a créés pour aussi voir Sa gloire se manifester en nous, pour pouvoir Lui-même goûter ce fruit et Se réjouir dans Sa création merveilleuse qu'Il a faite en nous par Jésus. Je vais vous parler ce soir du fruit parce que c'est le but suprême de la vie chrétienne de porter du fruit, pas n'importe quel fruit mais le fruit du Seigneur.

 

Je lirai un premier verset dans Jean 15:16, où le Seigneur dit à ses disciples cette dernière Parole, juste avant de monter sur la croix : "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi ; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres." Ici, Il associe le fruit à l'amour. Vous voyez que le Seigneur nous a appelés pour ce but précis, pour que nous portions du fruit. C'est Lui qui nous a choisis, Il savait d'avance que nos cœurs allaient répondre oui à son appel. Il appelle tous les hommes au salut, mais malheureusement tous ne répondent pas à son appel merveilleux. Et Il sait d'avance ceux qui vont répondre. Et ceux-là, Il les choisit, et Il les choisit pour qu'ils portent du fruit, pour que nous portions du fruit dans la vie et jusque dans l'éternité. "Je vous ai établis, afin que alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure". Le Seigneur a envie de voir notre fruit demeurer jusqu'à la fin de notre vie et jusque dans l'éternité. Parce que quand nous serons avec Lui, nous allons porter des beaux fruits devant Lui. Mais déjà sur cette terre, le Seigneur veut que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Parce que quand nous portons ce fruit-là, nous réjouissons le cœur du Seigneur. Et c'est aussi une garantie de voir nos prières exaucées parce qu'Il ajoute immédiatement : "afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne". Parce qu'il y aura une telle communion à ce moment-là entre le Seigneur et nous, à cause du fruit que nous portons, il y aura une telle union entre le Seigneur et nous, que nos esprits, l'Esprit du Seigneur et le notre, seront fondus. Nous sommes déjà un seul esprit avec Lui. Mais là, dans la communion consciente avec Lui, on connaîtra Sa volonté, on connaîtra Ses désirs. Et toutes nos prières seront exaucées parce qu'elles seront faites dans le fruit, elles seront faites selon le Saint-Esprit, dans la volonté du Seigneur.

 

Et cela réjouira le cœur de Dieu parce que vous savez que Dieu désire donner. Dieu ne pense qu'à ça donner, toujours donner. Il a donné Son fils, Il a donné le salut, Il a fait des dons aux hommes. Tout est un don gratuit. Il veut nous donner ce fruit pour que nous puissions le porter, et que nous puissions aussi répandre nos cœurs devant Lui pour Lui demander de Ses richesses qu'Il est toujours prêt à nous donner, à nous donner, à nous donner sans cesse…

 

Ce fruit dans nos vies c'est deux choses. D'abord je dirai que c'est le caractère même de Jésus. Donc c'est une question de nature. Le Seigneur veut que Son caractère se manifeste en nous. Et ensuite une deuxième chose, ça se traduit par toutes sortes d'œuvres bonnes, d'œuvres que Dieu a préparées d'avance pour que nous les accomplissions. Le fruit c'est le caractère de Jésus et c'est toutes les œuvres de Jésus qu'Il veut accomplir au travers de nous. Et l'un ne va pas sans l'autre parce qu'il est possible d'accomplir de grandes œuvres par la foi sans avoir le caractère de Jésus. Mais ça ne va pas très loin, en tout cas ça n'ira pas dans l'éternité. Puisque ceux qui auront fait des miracles, des signes, des prodiges au nom du Seigneur, même chassé les démons, guéri beaucoup de malades, mais qui auront commis l'iniquité, le Seigneur dit : "Je ne vous ai jamais connus".

 

Pour glorifier vraiment le Seigneur, il faut accomplir les œuvres de Jésus, toutes sortes de bonnes œuvres. Une œuvre accomplie dans l'amour du Seigneur c'est une œuvre bonne. Si tu fais ta vaisselle, tu balaies ta maison avec un cœur plein d'amour pour Jésus et comme pour Lui, c'est une œuvre bonne qui glorifie le Seigneur. Si tu tailles tes ceps de vigne comme pour le Seigneur en disant c'est Ta vigne Seigneur, je vais le faire comme si c'était Ta vigne, comme si Tu me demandais de le faire. Je vais le faire avec amour, avec soin.

 

Et c'est rempli d'amour que je vais le faire, comme pour le Seigneur. Puisqu'il est écrit : "Tout ce que vous faites, en Parole ou en œuvre, faites-le comme pour le Seigneur", pas pour un patron ou même pas pour moi ou pour mon portefeuille. Je vais lire Galates 5:22, je lirai des versets que vous connaissez bien mais il faut toujours les relire, se les remettre en tête parce que la Parole est vie, elle produit la foi et elle nous remplit du Seigneur. Dans Galates 5:22, voilà le caractère de Jésus, la première chose : "le fruit de l'Esprit (il emploie le mot fruit de l'Esprit, donc c'est l'Esprit en nous que Dieu nous a donné à la nouvelle naissance qui produit ce fruit si certaines conditions sont remplies), c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs…". Voilà le caractère de Jésus : l'amour, la joie, la paix… tout ça forme un seul fruit. Il n'y a pas un fruit qu'on doit acquérir d'abord et puis l'autre après. C'est le fruit de l'Esprit qui grandit en nous, dans son ensemble. Bien sûr, on peut avoir des progrès à faire dans telle ou telle partie de ce fruit, mais c'est un seul fruit qui grandit en nous. C'est un seul fruit, le fruit de l'Esprit, le caractère de Jésus grandit en nous. Et notez bien l'expression "fruit de l'Esprit". Donc plus tu es rempli du Saint Esprit, plus le fruit doit grandir dans ta vie, le caractère de Jésus, et en particulier l'amour.

 

Ensuite dans Colossiens 1:9-10 : "Nous ne cessons de prier Dieu pour vous et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d'une manière digne du Seigneur (là il parle d'une marche pratique) et pour lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres". Si le caractère de Jésus grandit en moi, dans ma marche chrétienne je ne vais pas manquer de produire toutes sortes d'œuvres bonnes. De bonnes actions qui n'ont rien à voir avec les bonnes œuvres de la religion. Ce sont simplement les produits de la vie de l'Esprit en moi, cette vie de l'Esprit qui se traduit par toutes sortes d'actions et d'œuvres. Ces actions et oeuvres sont remplies de ce fruit, de l'amour, de la joie, de la paix du Seigneur et de tout le caractère de Jésus. Et ces œuvres vont manifester la gloire du Seigneur, exactement comme Jésus a produit Ses œuvres. Elles seront même plus grandes que les Siennes. Si la foi grandit en moi et si le caractère de Jésus grandit en moi, je vais arriver au point où le Seigneur va me faire accomplir les mêmes œuvres que Lui, avec les mêmes conséquences que les Siennes, c'est-à-dire pour la gloire de Dieu, pour le salut des âmes, pour la guérison des malades, pour que les captifs soient libérés, et que le Seigneur se glorifie en nous.

 

Dans Philippiens 1:9 : "Ce que je demande dans mes prières, c'est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables, remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu". Remplis du fruit de justice, donc que nous soyons purs, irréprochables, remplis du fruit de justice. Dans Galates 5, il parle du fruit de l'Esprit, ici il parle du fruit de la justice du Seigneur. Donc ce qui compte pour le Seigneur, c'est de voir ce fruit produit dans nos vies. Et ce fruit c'est le fruit de l'Esprit, c'est le fruit de la justice du Seigneur en nous. C'est la présence de Dieu en nous.

 

C'est par ce fruit que le Seigneur va reconnaître si nous sommes vrais ou faux devant Lui, et c'est par ce fruit que nous reconnaîtrons tout ce qui est vrai et faux dans ce qui nous entoure, dans le christianisme, dans les ministères, dans ce qui se passe. Le Seigneur nous dit que c'est par le fruit que nous reconnaîtrons ce qui vient vraiment du Seigneur et ce qui ne vient pas du Seigneur. Dans Matthieu 3, Jean-Baptiste dit au verset 10 : "la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu", et en parlant de Jésus : "Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. Il a son van à la main ; il nettoiera Son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint pas". Et un peu plus loin dans Matthieu 7, le Seigneur Jésus nous dit au verset 16 : "Vous les reconnaîtrez (en parlant des faux prophètes) à leurs fruits. cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ou un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu (dans la parabole du sarment et du cep, Il dit exactement la même chose : "Le sarment qui ne porte pas de fruits est coupé, il sèche et on le jette au feu"). C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez." Qui donc ? Les vrais et les faux ministères, les vrais et les faux chrétiens. Mais il faut faire attention parce que le diable imite aussi le fruit du Seigneur. Moi, je le sais très bien parce que dans l'hindouisme où j'étais avant, on rencontre des gens qui apparemment sont pleins d'amour, de patience et de paix. Ils ont fait des méditations pendant des heures, ils ont réussi à dominer leur corps, leur esprit par des techniques qui sont démoniaques. Et ils arrivent à produire une imitation du fruit du Seigneur. Une imitation d'amour, une imitation de joie, une imitation de paix. Il y a des hindous, des bouddhistes qui sont allés très loin dans l'imitation de ce fruit, qui n'est pas le vrai fruit de l'Esprit.

 

Le vrai fruit de l'Esprit, c'est un fruit à toute épreuve. Il n'y a pas de limites à l'épreuve du fruit de l'Esprit, c'est-à-dire plus les pressions externes et plus les circonstances sont difficiles et plus ce fruit de l'Esprit va nous permettre de produire le caractère de Jésus. Il n'y a pas de limites au fruit réel du Saint-Esprit. Parce que le Seigneur nous a dit : "Aucune épreuve ne vous sera donnée qui ne soit au-delà de vos forces". Donc le Seigneur qui est bon, permet des épreuves non pas pour que nous puissions exploser en produisant le fruit de la chair ou les œuvres de la chair, mais Il produit des épreuves pour nous tester, nous montrer la limite que nous venons d'atteindre et pour nous dire : "Tu vois, dans l'épreuve que je permets dans ta vie, tu as en moi des provisions suffisantes pour répondre de la bonne manière et pour manifester le caractère de Jésus, que tu as déjà acquis en toi et manifesté en toi". Et en manifestant le caractère de Jésus dans l'épreuve qui m'est présentée par le Seigneur, je peux aller plus loin dans la croissance du fruit de l'Esprit. Mais il ne faut pas dire : "Si j'ai explosé en produisant les œuvres de la chair, c'est que cette épreuve-là était trop forte pour moi, j'ai craqué". Ça ce n'est pas un raisonnement juste ! il ne faut jamais dire ça. Quand on dit : "Je craque, la pression est trop forte, alors c'est la colère qui est sortie !" ce sont les œuvres de la chair qui sont sorties. Il ne faut pas invoquer la pression extérieure, il faut dire simplement : "Seigneur, je me suis détaché du cep, je n'ai pas fait appel à ta nature et à ton Esprit pour pouvoir répondre comme toi tu le veux à cette épreuve que tu permets. Mais j'aurais pu le faire, j'aurais pu le faire si j'étais resté en toi".

 

Le Seigneur est bon, Il ne donne jamais une épreuve au-delà de nos forces. Quand une épreuve est au-delà de nos forces, c'est que nous ne sommes pas en Jésus. Je veux dire que nous avons oublié la communion, ou nous avons rétrogradé, ou nous nous sommes endormis spirituellement. Mais si nous avions entretenu cette communion, si nous étions restés bien attachés au cep, nous aurions largement, par l'Esprit du Seigneur, la force de passer au travers de cette épreuve avec le caractère de Jésus. Donc ça ne se fait pas sans effort de notre part, mais ça se fait en restant dans la foi et dans la communion avec le Seigneur.

 

Dans Ephésiens 5:9, le Seigneur parle du fruit de la lumière, dans Galates 5:22, le fruit de l'Esprit et dans Philippiens 1:11, le fruit de la justice. Fruit de la lumière, fruit de l'Esprit, fruit de justice. Pour moi ça veut dire simplement que ce fruit c'est le résultat de la présence de Dieu en moi par Jésus-Christ. C'est le fruit de la manifestation de Dieu en moi et au travers de moi par Jésus. Le Seigneur est en nous, dès la nouvelle naissance, Il nous donne son Esprit pour nous faire renaître, mais le Seigneur veut que Sa présence en nous se manifeste pleinement dans tous les aspects de ma vie, de mon caractère et de mes actions, de mes œuvres. Et c'est donc la conséquence de la manifestation de la présence de Dieu dans ma vie qui va me permettre de produire ce fruit de justice. Le vrai fruit est produit par la justice de Dieu qui grandit en moi. C'est un fruit de justice. La vie de Dieu m'est donnée par Jésus. Cette vie abondante du Seigneur doit se manifester sous la forme d'abord du fruit de la justice.

 

Regardez par exemple dans Romains 1 comme c'est important de rester en communion avec Jésus ! Dans Romains 1:16 : "Je n'ai pas honte de l'Evangile de Jésus-Christ : c'est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec, parce qu'en Lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi ; selon qu'il est écrit : le juste vivra par la foi". Ce fruit de l'Esprit que Dieu veut produire en toi, il est le produit de la présence de Dieu en toi, mais Dieu te demande la foi. "Le juste vivra par la foi". C'est un fruit de justice. Donc pour que tu produises ce fruit, il faut que tu sois juste devant Dieu. Un pécheur ne peut pas produire le bon fruit. Un pécheur est un mauvais arbre qui produit du mauvais fruit. Mais à partir du moment où nous sommes devenus la plantation du Seigneur, nous avons en nous une semence de vie qui doit nous permettre de produire le bon fruit. Et ce fruit va être produit par la justice de Dieu en moi qui grandit. Cette justice m'est donnée par la foi. Donc le fruit va grandir dans ta vie, si la foi du Seigneur grandit en toi.

 

"Le juste vivra par la foi". Vous savez ce que Jean-Baptiste dit aussi au début de l'Evangile de Mathieu quand il parle aux pécheurs qui viennent pour être baptisés. Il dit dans Matthieu 3:8 : "Produisez du fruit digne de la repentance". La justice de Dieu m'est donnée au départ, par la foi dans l'Evangile et la repentance. "Produisez du fruit digne de la repentance". La repentance, c'est une attitude permanente du Chrétien. Ne croyons pas qu'on a produit la repentance juste au début, quand on a demandé pardon pour nos péchés, et qu'après c'est fini, on n'en a plus besoin. On a en permanence besoin de l'esprit de repentance. Tant que nous ne sommes pas parvenus à la perfection, nous avons des chutes, nous avons des baisses de régimes, nous avons des choses qui se passent et qui ne glorifient pas Dieu : des péchés quoi, appelons-les comme ils sont ! Et à ce moment-là, nous avons immédiatement besoin de la repentance pour nous remettre dans la justice et nous remettre dans la production du fruit de l'Esprit. Sinon, c'est un ver qui rentre dans le fruit, qui va le détruire. Un manque de repentance, c'est un ver qui va détruire le fruit. Avec un ver dans un fruit, le fruit ne va pas tenir longtemps. Le manque de repentance, c'est le péché qui reste dans ma vie.

 

Il faut que le Seigneur me fasse comprendre que Son but numéro un c'est Sa justice en moi et que pour me faire produire la justice, Il m'a tout donné en Jésus. Il m'a donné l'Evangile de Jésus-Christ. Il m'a donné un Sauveur parfait qui est mort pour moi. Il m'a donné Son sang précieux qui est capable d'effacer tous mes péchés quand je les Lui confesse. Il m'a donné en Jésus-Christ le Saint-Esprit de vérité, de sainteté et de justice. Il m'a tout donné en Jésus-Christ pour pouvoir produire ce fruit. Donc je n'ai pas d'excuses de ne pas le produire. Il m'a tout donné en Christ. J'ai comme là sur une table abondamment chargée tout ce que le Seigneur a prévu pour moi, pour me faire produire ce fruit. Je dois me servir et je dois utiliser ces moyens de grâce que Jésus me donne pour produire ce fruit. La foi dans l'œuvre de Jésus, la justice qui m'est donnée par la foi en Jésus. Et la repentance c'est la première des choses.

 

Ensuite dans Romains 6:22, je lis à partir du verset 20, ça nous permet de comprendre comment le fruit est produit : "Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice (vous n'aviez rien à voir avec la justice). Et quels fruits portiez-vous alors ? Des fruits dont vous rougissez aujourd'hui. La fin de ces choses, c'est la mort. (Il y a aussi des fruits produits par la chair, c'est la mort). Et maintenant, (verset 22), étant libérés du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle". Le salaire du péché, ou le fruit du péché, c'est la mort. Mais le don gratuit de Dieu c'est la vie éternelle. Et le fruit de cette vie, c'est ce fruit de justice qu'est le caractère de Jésus et Ses œuvres. Mais il dit ici que la condition pour que ce fruit soit produit c'est que je sois affranchi du péché et (les deux sont importants) que je sois devenu esclave de Dieu.

 

L'affranchissement du péché c'est la libération par l'œuvre de Jésus à la Croix, qui me montre que cette nature de péché est crucifiée en Jésus, j'en reçois la révélation. Et je reste dans cette révélation, mais il y a aussi autre chose c'est que maintenant je me suis consacré à Dieu. Esclave de Dieu ça veut dire entièrement consacré. "Entièrement consacré, Seigneur, maintenant pour tout le restant de ma vie, je me consacre à Toi pour que Tu puisses produire en moi ce fruit". C'est donc une obéissance, une soumission complète au Seigneur. Tu ne peux pas être assuré de produire le fruit s'il n'y a pas les deux : une libération de l'esclavage du péché, et une consécration totale à Dieu. Beaucoup de chrétiens n'arrivent pas à produire le fruit, parce qu'ils sont restés au niveau de la libération du péché. Mais ils n'ont pas consacré complètement leur vie à Dieu pour que Dieu puisse produire en eux ce fruit de justice.

 

Alors si vous avez fait les deux, affranchis du péché et esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté ! La justice, la sainteté, donc le caractère de Jésus et pour fin : la vie éternelle. Et ne t'inquiète pas, ce fruit va être produit par la vie de Jésus en toi. Tu n'auras pas à t'efforcer de faire pousser ce fruit, tu auras à t'efforcer de rester libéré du péché par la foi, et t'efforcer de rester esclave de Jésus, donc consacré en permanence, à chaque seconde de chaque jour, consacré entièrement à Jésus. Parce que là aussi tu peux quitter ta consécration. Consacré à Jésus en permanence, et la vie du Seigneur va te faire produire ce fruit. Tu vas voir les transformations. A mesure que le temps passe, tu dis : "Seigneur, moi j'ai fait ma part, j'ai cru en l'œuvre de Jésus, je l'ai acceptée, je me suis entièrement consacré à Toi". Si vous faites ça, vous avez pour fruit la sainteté. La vie de Jésus va pouvoir couler. Il n'y a rien qui va gêner le mouvement de la sève, la sève qui va aller dans le sarment pour faire pousser ce fruit et le faire grandir. Il n'y a rien qui va gêner ce mouvement. Si tu brides un arbre, si tu mets un fil de fer autour et que tu serres bien, à la longue ça va le tuer parce que ça va couper le mouvement de la sève. La sève ne va plus monter du tout. Donc il faut qu'il n'y ait rien qui bride la montée de la sève divine en toi, la sainteté qui vient de Jésus. Il ne faut pas qu'il y ait quoi que ce soit qui vienne du péché ou d'un manque de consécration pour empêcher la sève de Dieu de monter. A partir du moment où elle monte librement tu vas produire ce fruit.

 

Et juste après dans Romains 7:4, il ajoute un complément : "De même mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi (la loi de Dieu), pour que vous apparteniez à un autre (à Jésus), à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Dieu. car lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort (encore une fois). Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli." Tu vois, ce fruit de l'Esprit va pouvoir être produit en toi si tu laisses tomber tout légalisme religieux, toute façade religieuse. C'est ça la loi, la lettre, c'est le légalisme, la façade, les organisations, les contraintes religieuses, l'organisation humaine ecclésiastique et tout ça.

 

Vous avez remarqué ce qui se passe dès qu'on commence à organiser une réunion ou un culte, dès qu'on commence à prévoir... Je ne veux pas dire que chaque fois que c'est organisé le Saint-Esprit n'agit pas, parce qu'on peut organiser dans la présence du Seigneur. Mais en général quand on laisse le Seigneur agir dans la liberté de l'Esprit, et qu'on est sensible au mouvement de l'Esprit, ce n'est plus la lettre, c'est l'Esprit et c'est la vie qui coule. Et on voit la vie du Seigneur agir dans l'Eglise, et dans ma vie. Parce que ce n'est plus la loi de la lettre qui me dirige, c'est l'Esprit du Seigneur, par Sa Parole vivante, qui est Jésus qui agit en moi. Donc nous sommes morts au péché, nous sommes morts à la loi terrible des Juifs qui les obligeait à faire ci, à faire ça, à ne pas faire ci, à ne pas faire ça. Nous, la loi de Dieu est inscrite dans nos cœur maintenant par le Saint Esprit. Et quand nous laissons le Saint-Esprit se manifester, nous obéissons non plus selon la lettre mais selon l'Esprit. Et c'est un apprentissage. Il faut être très sensible à ça parce que les habitudes reviennent vite, les mauvaises habitudes de la chair reviennent vite, la tendance à organiser revient vite.

 

L'homme a horreur du vide et dès qu'il sent un certain vide, il faut souvent qu'il le remplisse. Vous avez remarqué combien souvent nous Chrétiens nous avons du mal à supporter le silence dans les réunions de prière par exemple. Enfin je veux dire un silence qui n'est pas pesant, charnel mais quelquefois, il y a un silence qui vient du Seigneur où Dieu commence à nous parler, où on sent l'onction de l'Esprit venir, où on sent un travail. Et il y en a un qui ne peut plus supporter le silence et qui commence à parler parce qu'il a peur du vide. Le silence fait peur à ce moment-là parce qu'on n'est pas en communion avec le Seigneur. Mais quand je suis en communion avec le Seigneur dans le silence de mon culte personnel ou dans le silence de ma chambre, je n'ai pas besoin de meubler tout le temps par une Parole ou par quelque chose qui vient de ma bouche. Je suis là dans le silence et je dis : "Seigneur je suis dans Ta présence, je T'écoute". On peut aussi le faire en étant entre nous. Quand le Saint-Esprit descend dans son onction on sent que c'est le moment de ne rien dire. Résistez à la tentation de parler à ce moment-là. Ne meublez pas parce qu'il faut parler ou dire quelque chose. Et on sent très bien la différence entre un silence spirituel et un silence charnel qui est pesant, qui est fait d'une tension nerveuse ou d'un vide spirituel où il faut intervenir pour rétablir l'ordre spirituel. Il faut qu'on soit sensible à ça. Nous sommes libérés de cette obligation d'organiser d'une manière religieuse. Nous sommes libérés de ça. Je préfère passer du temps à ne rien faire devant Dieu pour être sûr d'avoir Sa pensée ou d'être dirigé plutôt que de faire toutes sortes de choses humaines pour meubler ma vie et mes activités, même pour Dieu, alors que ce n'est pas conduit par l'Esprit du Seigneur.

 

Alors ce fruit de l'Esprit c'est donc le fruit de la justice de Dieu qui s'acquiert par la foi et la communion à Jésus. C'est l'œuvre aussi de la Parole, c'est l'œuvre vivante de la Parole en moi. Le fruit de l'Esprit va être produit par une communion intime avec la Parole du Seigneur qui est irremplaçable, qui est le fruit de ma méditation personnelle de la Parole ou de l'enseignement de la Parole qui m'est apportée. C'est en tout cas le fruit de l'Esprit qui rend la Parole vivante dans mon cœur et qui m'édifie dans le Seigneur. Et en m'édifiant dans le Seigneur, je vais grandir dans la production du fruit de l'Esprit parce que je vais comprendre la lumière. C'est aussi le fruit de la lumière. Et la Parole va m'apporter la lumière, va me faire comprendre ce qui ne va pas dans ma vie, va me faire comprendre ce qu'il faut changer. Et à mesure que je vais changer des choses pour les amener à l'obéissance à la Parole, le fruit de la justice va grandir.

 

On parlait tout à l'heure de situations de divorce, etc… pour moi c'est le fruit des ténèbres, ça ne va pas faire grandir le fruit de l'Esprit dans la vie de l'Eglise. Mais à mesure que je dis : "Seigneur j'ai besoin, pour tous les problèmes de ma vie et de la vie de l'Eglise, de comprendre quelle est Ta volonté en matière de marche chrétienne, quelle est Ta volonté en matière de prêts, d'emprunts, quelle est Ta volonté en matière de guérison divine, de médecins, quelle est Ta volonté en matière de marche quotidienne de ma vie. Seigneur j'ai besoin que Ta Parole m'éclaire...", le fruit de l'Esprit va grandir dans la vie de l'Eglise. Si je commence à recevoir du Seigneur des révélations qui ne sont pas confirmées par Sa Parole, ça risque de m'entraîner sur un terrain où je ne peux produire le fruit de l'Esprit, mais sur ce terrain je peux produire le fruit du malin.

 

J'ai donc besoin de dire : "Seigneur, l'approfondissement de ma communion avec Toi passe nécessairement par l'approfondissement de ma communion avec Ta Parole". D'où l'importance d'être ouvert à la Parole du Seigneur et de bien discerner dans ce qui m'est enseigné, si ça vient vraiment du Seigneur ou si ça ne vient pas du Seigneur. Le Seigneur me rend responsable de ma connaissance personnelle de Sa Parole. Un petit test, est-ce que vous êtes remplis de joie chaque fois que vous prenez la Parole pour passer un moment. Ou est-ce que ça commence à être une obligation fatigante. Si tu sens la joie du Seigneur bouillonner dans ton cœur chaque fois que tu prends la Bible, ça va, c'est bon ! Mais si tu te dis : "Je n'ai pas fait mes trois chapitres quotidiens, je n'en ai fait que deux hier avant de me coucher, il faut à tout prix que je le fasse, parce que sinon je vais manquer à mes obligations envers Toi..." Bon ça peut venir du Saint-Esprit parce que le Saint-Esprit va me donner le désir de finir ce troisième chapitre que j'avais tant envie de lire. Mais si c'est une obligation comme ça, parce qu'il faut que tu fasses tes trois chapitres par jour, là tu es sous la loi, tu n'es plus sous l'Esprit. Mais l'Esprit peut aussi te conduire à lire trois chapitres par jour, et même plus.

 

Regardez dans Matthieu 13:23, Il dit : "Celui qui a reçu la semence (la semence c'est la Parole) dans la bonne terre, c'est celui qui entend la Parole et la comprend (ça ne peut être que par le Saint-Esprit), et celui-là il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente". Bon, le plus possible Seigneur, mais en tout cas produire du fruit ! Il faut que j'entende la Parole par l'Esprit du Seigneur. Je dis : "Seigneur j'ouvre Ta Bible, guide-moi par Ton Esprit". Je peux me faire un programme quotidien de lecture ou annuel. C'est bon d'ailleurs de le faire, mais il faut toujours dire : "Seigneur guide-moi par Ton Esprit. Montre-moi en tout cas dans ce que je suis en train de lire, l'application pour ma vie. Ouvre-moi les écluses des cieux pour que je comprenne Ta Parole". Vous savez, Jésus est la Parole vivante. Son plus cher désir c'est que je grandisse, comme Il le dit dans le passage qu'on a lu dans Colossiens 1:9 en toute sagesse et intelligence spirituelle. Je ne dois pas grandir dans la naïveté spirituelle. Je dois être naïf comme un enfant pour ces choses-là mais je dois grandir dans l'intelligence spirituelle de la Parole. Je dois mûrir dans la connaissance de la Parole pour pouvoir l'appliquer à ma vie et conseiller les autres et leur dire : "Voilà ce que Dieu dit". Certains vous répondront : "Ah oui, ça c'est ton interprétation !" Combien de fois on m'a dit : "Ça c'est ton interprétation !". Et je réponds : "Tu peux dire que c'est mon interprétation, d'accord ! mais si c'est le fruit de la révélation du Saint-Esprit dans la prière et la méditation de la Parole, mon interprétation c'est celle du Seigneur. Donc confirme là toi-même dans ta prière personnelle devant le Seigneur pour voir si ce n'est qu'une interprétation humaine, ou si c'est le Saint-Esprit qui nous montre ces choses. La lumière du Seigneur va t'éclairer".

 

Qui est celui qui a reçu la semence dans un cœur ouvert, honnête et bon ? C'est celui qui dit : "Seigneur, si je m'approche de Ta Parole, c'est pour la comprendre par l'Esprit, pour la mettre en pratique et pour produire du fruit, parce que je veux Te glorifier. Je veux vraiment que la nature de Jésus soit vue en moi. Et pour ça il faut que je sois imbibé de Ta Parole dans toutes les cellules de mon être entier, dans mon esprit, dans mes pensées". Le Seigneur dit : "Que tout ce qui est beau, que tout ce qui est bon, tout ce qui est juste, que tout ce qui est digne de louange remplisse vos pensées". Mais tout ça, ça vient de la Parole du Seigneur, qui vient du cœur de Dieu. Donc plus je vais avoir le désir de lire, de comprendre Sa Parole en disant : "Seigneur je veux être rempli de Ta Parole, pour que toutes mes pensées, tous mes sentiments, soient remplis de Toi et de Ta Parole", et plus le Seigneur va répondre. Ça c'est un cœur honnête et bon. Et si mon cœur est honnête et bon, la semence va tomber et elle va produire le fruit de l'Esprit en moi, parce que c'est une Parole spirituelle, une Parole vivante qui va produire du fruit.

 

Mais vous voyez que si mon cœur est comme le cœur des trois autres cas de la parabole, avec des pierres, des ronces, des choses qui empêchent la Parole de grandir ou qui vont l'étouffer, ou qui l'empêchent de plonger des racines profondément, le Seigneur va me rendre responsable de nettoyer mon terrain et de préparer ce terrain pour recevoir dans de bonnes conditions la Parole. La préparation du terrain, ce n'est pas l'œuvre du Seigneur ! C'est Lui qui le fait par son Esprit si moi je dis : "Seigneur je veux que toutes les pierres soient enlevées, je veux que les ronces, les mauvaises herbes, les mauvaises graines, les mauvaises racines soient enlevées. Je veux que Ta Parole tombe dans un terrain net et propre. Qu'elle produise du fruit !" Les agriculteurs et les jardiniers qui m'entendent comprendront ce que le Seigneur veut dire. Il faut que la semence tombe dans un terrain propre et nettoyé en permanence. Et elle va grandir et produire du fruit à la gloire de Dieu.

 

Dans Luc 8:14, Il ajoute une touche qui nous permet de comprendre, toujours dans la parabole du semeur : "Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole, s'en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie (soucis, richesses, plaisirs de la vie), et ils ne portent pas de fruit qui vienne à maturité". Ça veut dire qu'ils ont commencé à en porter, du fruit ! Et ce fruit c'était le bon fruit du Seigneur, qui était produit par la bonne semence, lancée par le semeur. Mais malheureusement il n'a pas pu venir à maturité, parce qu'il y avait des choses qui l'ont étouffé : les soucis. Méfions-nous des soucis, bien-aimés. On peut en avoir des soucis, ce n'est pas interdit par le Seigneur. Mais Il nous dit ce qu'il faut en faire : "Décharge-les aux pieds du Seigneur !" Tous tes soucis, porte-les au Seigneur dans la prière, dans les supplications, dans les actions de grâce et la paix de Dieu gardera ton cœur et tes pensées en Jésus-Christ. La paix de Dieu ! Si tu as des soucis, tu les portes au Seigneur dans la prière et c'est une façon de dégager le terrain de ton cœur de ces pierres et de ces ronces, parce que sinon les soucis vont étouffer la bonne Parole. Tu dois les porter aux pieds du Seigneur dans la prière et dire : "Seigneur maintenant, tu vois, tu as mis Ta paix dans mon cœur parce que j'ai prié pour que ces soucis soient déchargés à tes pieds. Tu t'en occupes, tu prends soin de moi maintenant. Tu t'en occupes".

 

Et le verset suivant, Il dit : "Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole avec un cœur honnête et bon, la retiennent, et portent du fruit avec persévérance". Tu vois, ce fruit sera porté dans ta vie si ton cœur est dégagé de toutes ces choses qui risquent de tuer la semence. Mais il faut aussi comprendre que pour que ce fruit vienne à maturité il faut que tu persévères dans le fait de garder ce fruit et le fait de tenir ton terrain propre. Ça c'est ce que Dieu te demandera. Lui il fournit une semence qui est une semence de vie, une semence qui a des capacités infinies. Quand vous regardez un petit gland de chêne, c'est tout petit, et ça produit un arbre majestueux qui va vivre des centaines d'années ! Quel rapport y a-t-il entre le gland et le chêne arrivé à maturité ? Apparemment il n'y en a aucun. C'est la puissance de la vie de Dieu qui est dans ce petit gland qui va produire cet arbre majestueux et merveilleux. Pour la Parole du Seigneur, c'est, toute proportion gardée, la même chose. Chaque Parole, chaque iota est une petite graine qui contient en elle toute la semence de la vie de Dieu. Si on la laisse bien en nous, sans la déterrer en permanence, si on en plante de plus en plus, ça va produire des merveilles ! A la gloire du Seigneur. Ça va produire toute la vie éternelle, tous les plans du Seigneur, tout ce qu'Il a prévu dans son cœur. Tout ce grand arbre merveilleux, qui attend de se manifester, il est là, en potentiel, dans cette petite Parole que tu gardes dans un cœur honnête et bon. Et si tu persévères pour la garder, cette vie du Seigneur, elle va produire dans ta vie le caractère même de Jésus. Le fruit parfait de l'Esprit va finir par se manifester en Toi. Mais tu vois que tu as ta responsabilité de persévérer pour la garder dans ton cœur, cette Parole.

 

Dans Jean 15:2, Jésus parle aussi d'une action qui permet au fruit de se développer : "Tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il porte encore plus de fruit. Les vignerons, les tailleurs de vignes, vous savez ce que c'est qu'émonder. Laissez une vigne à l'abandon puis revenez quelques années après, vous allez voir la taille des grappes : quelques fruits ridicules. Ça va retourner à l'état sauvage, les petits grains minuscules. Tandis que là, quand le Père, le vigneron arrive et par un coup de serpe bien adapté, il taille tout ce qu'il faut tailler pour produire une belle grappe de fruits qui va rendre gloire à Dieu. Il faut que le Seigneur nous émonde. Et émonder ça ne veut pas dire forcément châtier. Il ne faut pas confondre, les deux sont nécessaires. Il faut que le Seigneur émonde, c'est-à-dire coupe ce qui est inutile, ce qui pousse et qui va gêner la production du fruit. Dieu seul sait comment faire. Il va émonder. Et pour moi émonder c'est le signe du passage de la Croix, de la mort ! Quand on coupe on condamne à mort tout ce qu'on coupe. Tailler, c'est couper, enlever puis on jette tout ! Emonder, c'est l'œuvre de la Croix ! Il faut que la Croix produise son œuvre pour que le fruit soit comme le Seigneur le désire. La Croix c'est là où la chair meurt, là où tout ce qui est du monde et de Satan meurt. Et le Seigneur enlève tout ce qui va empêcher le fruit de se manifester pleinement. Jésus dit aussi : "Si tu ne renonces pas à toi-même, tu ne peux pas être mon disciple". Et Il dit aussi : "Si le grain tombé à terre ne meurt, il ne produit pas de fruit". Donc la mort en Jésus, la mort de tout ce qui est charnel par la foi en Jésus produira le fruit. Mais il faut que ça reste quelque chose contrôlé par le Père céleste, et que je reçois par la foi. Quand je reçois la mort de Jésus par la foi, je ne me rends pas nécessairement compte, au début, de tout ce que ça comporte. Jésus a tout accompli. Il a tout liquidé dans Sa mort, toute ma vie passée. Je ne rends pas forcément compte, au début, quand j'accepte Jésus et l'œuvre de la Croix, de tout ce que ça va entraîner comme conséquences dans ma vie. Mais je l'accepte par la foi en disant : "Seigneur, c'est tout accompli en Toi, fais Ton œuvre, que la Croix passe en moi, que la Croix passe profondément dans mon cœur, je veux que ce fruit porte la marque de Ta Croix comme il a porté la marque de la Croix pour la vie du Seigneur Jésus.

 

Dans l'épître aux Hébreux, au chapitre 12, le Seigneur nous dit quelque chose pour la production du fruit, parce que nous sommes Ses enfants légitimes. Dans Hébreux 12:10-11 : "Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon ; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté (voilà le fruit). Il est vrai que tout châtiment semble d'abord un sujet de tristesse, et non de joie ; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés (exercés ça veut dire disciplinés) un fruit paisible de justice". Il reprend encore l'expression : fruit de justice. Ça veut dire que j'aurai besoin non seulement d'être émondé, comme le Seigneur le veut pour produire du fruit, mais à un certain moment, j'aurai besoin d'être châtié, parce que je traîne un peu les pieds, ou que je refuse d'aller pleinement dans la direction que le Seigneur me demande, ou enfin parce que je fais quelque chose qui déplaît au Seigneur. Et parce que je n'ai pas écouté suffisamment Sa voix qui me disait "Change et fais autre chose", j'ai persévéré dans la désobéissance un peu trop longtemps. Le Seigneur est obligé d'employer la verge du châtiment pour que je puisse participer à Sa sainteté et produire un fruit paisible de justice. Donc, ne nous rebellons pas contre le châtiment du Seigneur, mais au contraire disons : "Seigneur, permets-moi d'éviter le châtiment si c'est possible, pour que je puisse comprendre Ta Parole et entrer de moi-même dans Tes voies. Mais Seigneur Toi Tu es le Maître, Toi Tu vois les motivations profondes de mon cœur, j'accepte Seigneur, fais ce que tu dois faire, j'accepte Ton châtiment sans me rebeller, sans amertume".

 

Il y a des chrétiens qui sont châtiés par le Seigneur, mais ils oublient que c'est pour leur bien, pour les faire participer à la justice et à la sainteté du Seigneur. Et ils commencent à maugréer, à rouspéter, à murmurer, à se rebeller en disant : "Seigneur, ça ne va pas. Je ne méritais pas ça quand même". Et là, ça ne peut pas produire le fruit paisible de justice. Quand Dieu a châtié les Israëlites dans le désert à de nombreuses reprises à cause de leur désobéissance, immédiatement dès qu'ils se repentaient et qu'ils reconnaissaient que c'était un châtiment juste et mérité, quand l'expiation était faite, immédiatement le châtiment était enlevé. Il ne devait pas rester plus longtemps que nécessaire. Donc dès que le Seigneur me donne un châtiment, ça veut dire qu'en même temps le Saint-Esprit est en train de travailler pour me convaincre de péché quelque part. Et à ce moment-là étant convaincu de péché, je le confesse, je l'abandonne et le châtiment est ôté.

 

C'est le cas dans le Nouveau Testament pour les Chrétiens qui prennent la Sainte Cène injustement et indignement, c'est-à-dire en ayant une attitude de péché, de rébellion ou de manque de pardon dans le cœur. Et à ce moment-là Paul dit bien que le châtiment du Seigneur vient. Si nous nous jugions nous-mêmes nous ne serions pas châtiés. Il emploie le mot châtier. C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup de malades, et qu'un grand nombre sont morts prématurément, parce qu'ils n'ont pas tenu compte du châtiment du Seigneur pour corriger la cause qui était le fait de prendre la cène indignement. Alors qu'il y avait le péché dans leurs vies et un péché qui n'était pas réglé devant le Seigneur. Mais le Seigneur a voulu que ce châtiment vienne pour qu'ils reviennent à lui. Paul dira même à propos de Chrétiens qui ne se sont pas repentis ou qui ont blasphémé : "Celui-là, je l'ai livré à Satan pour qu'il apprenne à ne pas blasphémer et pour que son corps soit détruit, afin que son esprit vive". Ça va très loin, c'est fort ! Je prends le cas d'un Chrétien qui prend la cène indignement. Dieu peut évidemment répondre à la prière et le guérir parce qu'Il est tellement miséricordieux. Mais Dieu attend d'abord qu'on règle le problème à la source. Et qu'on dise : "Seigneur je ne veux pas avoir une vie chrétienne de façade". Parce que finalement, ceux qui prennent la cène indignement sont ceux qui ont une vie chrétienne de façade. Devant les autres et devant les frères et sœurs, ils font semblant que tout va bien, alors qu'ils savent très bien qu'il y a un problème dans leur cœur qui n'est pas réglé, qui n'est pas vraiment réglé au fond. Ils ont peut être demandé pardon, mais du bout des lèvres avant de prendre la cène. Parce qu'on leur a dit : "Ecoutez, examinez-vous, et demandez pardon à Dieu". Oui, Il pardonne le Seigneur, et puis dès que la cène est passée, on commence une nouvelle semaine et on recommence à pratiquer ce péché-là. Et avant la cène suivante on va redemander pardon. Alors là, le châtiment va venir. On ne discerne pas le corps du Seigneur, c'est-à-dire la sainteté de l'œuvre du Seigneur, le corps de Christ, le corps même du Seigneur qui a été brisé à cause de mon péché. Et si je viens prendre la cène alors que le péché est dans ma vie, c'est une injure faite au Seigneur qui est venu mourir pour mon péché et la cène représente justement la mort de Jésus. Et on annonce Sa mort, on annonce la victoire sur le péché, et on vient prendre la cène en étant dans le péché. Et vous comprenez que c'est terrible pour le Seigneur. C'est une injure faite au Seigneur. C'est la raison pour laquelle Paul dira aux Corinthiens : "Il y a parmi vous beaucoup de malades, et un grand nombre sont morts", morts prématurément, avant le temps. Et Paul n'usait d'aucun ménagement, il était rempli de l'amour du Seigneur. Mais il n'usait d'aucun ménagement pour secouer les Chrétiens pour leur dire : "Mais enfin remettez ça en règle". Il employait un langage ferme, plein d'amour comme le langage de Jésus qui osait dire aux Pharisiens : "Race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir…" Il les traitait comme Jean-Baptiste, comme les prophètes. Mais pour les secouer, pour briser cette coquille-là, Paul les traitait sans ménagement : Et vous n'avez pas ôté le méchant du milieu de vous, celui qui couche avec la femme de son père, sa belle-mère. Et vous vous êtes enorgueillis au point de laisser ces choses comme cela. Et vous dites : bon, ce n'est pas important, ou bien : il faut être rempli d'amour !

 

Vous voyez la différence entre l'amour du Seigneur et l'amour humain, sentimental. Nous devons nous exhorter les uns les autres à produire le bon fruit, mais dans l'amour du Seigneur. Quand nous allons nous reprendre les uns les autres, faisons-le vraiment dans l'amour du Seigneur. Mais faisons-le ! Parce que en le faisant, nous allons aider notre frère, notre sœur, à produire ce fruit de justice. Si tu vois quelque chose que ton frère est en train de commettre et qui est un péché, va voir ton frère, et reprends-le entre lui et toi seul ! C'est ça l'exhortation de la Parole. Ne va pas trouver d'abord le pasteur pour le lui dire, mais va entre lui et toi seul et reprends-le. Et dis-lui : "Mon frère, ma sœur, ce que tu es en train de faire, ça bloque le fruit de l'Esprit dans ta vie, ça bloque la communion avec le Seigneur. Tu es en train de rétrograder, tu es en train de produire un fruit qui te mène à la mort, alors je t'en supplie, reviens ! Reviens au Seigneur ! Et vous voyez que pour faire cela, il faut que nous-mêmes, on soit en communion étroite avec le Seigneur, qu'on soit nous-mêmes ouvert à l'action du Saint-Esprit et qu'on soit vraiment dans l'amour du Seigneur qui n'est pas un esprit de jugement légaliste et de condamnation rigoriste.

 

Si toi, voyant un frère ou une soeur qui a commis un péché, tu te mets au-dessus de lui et que tu le juges pour le condamner, tu ne fais pas ce que demande le Seigneur. Le Seigneur demande d'aller le trouver avec un cœur qui pleure devant ce péché, et le Seigneur te demande de lui dire : "Non ça ne va pas, redresse-toi, parce que sinon c'est la mort qui t'atteint". Le châtiment du Seigneur, nous pouvons l'éviter quand nous nous jugeons nous-mêmes à la lumière du Seigneur, de son Esprit et de Sa Parole.

 

Je reviens sur l'idée de base "produire du fruit". Jésus l'a dit dans Jean 15, le fruit va grandir si je demeure en Jésus. Si je demeure en Jésus, dans Sa Parole, dans la communion avec Lui, à l'écoute de ce que dit son Esprit, Sa Parole, à l'écoute de ce que mon Père essaie de m'apprendre, soit en m'émondant soit en me châtiant, le fruit va grandir.

 

Alors en conclusion, je vais montrer ce que produit en nous ce fruit de justice. Nous savons que ce fruit de justice est défini dans Galates 5:22 par toutes ses qualités d'amour, de joie, de paix, de patience, de bonté etc… Mais je vais lire quelques passages qui nous montrent les bénédictions attachées à celui qui s'attache à produire le fruit de l'Esprit. Si ton cœur désire que Dieu produise en toi ce bon fruit avant tout, avant même les dons, avant même la puissance de Dieu, si ton cœur est attaché à produire ce bon fruit, voilà la bénédiction qui va s'attacher à toi. Dans Jérémie 17:7 : "Béni soit l'homme qui se confie dans l'Eternel (voilà la foi, je me confie en Dieu), Et dont l'Eternel est l'espérance ! (mon cœur est attaché à Toi Seigneur) Il est comme un arbre planté près des eaux, et qui étend ses racines vers le courant ; il n'aperçoit point la chaleur quand elle vient, et son feuillage reste vert ; dans l'année de la sécheresse, il n'a pas de crainte (ça veut dire si tu commences à voir autour de toi tout se dessécher, aucune verdure produite, tu n'as aucune crainte, pourquoi ? parce que tes racines sont dans l'eau), et il ne cesse de porter du fruit". Tu vois, si tu restes attaché à Jésus, tu vas produire du fruit, tu ne vas pas cesser de produire du fruit, toute ta vie tu vas produire du fruit.

 

Dans le Psaume 92, ça c'est une parole pour ceux qui sont âgés (il y en a pour tout le monde dans la Parole de Dieu), Psaume 92:13-17 : "Les justes (vous voyez le fruit de justice) croissent comme le palmier (le palmier est un arbre très résistant, en plus il a la propriété d'avoir des racines très longues) ils s'élèvent comme le cèdre du Liban (qui a des racines solides). Plantés dans la maison de l'Eternel (vous voyez où est mon cœur, où sont mes racines ? dans la maison du Seigneur, c'est-à-dire en Dieu), ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu ; ils portent encore des fruits dans la vieillesse (donc si ton cœur est attaché à Jésus, tu peux être tranquille, tu vas porter du fruit toute ta vie jusqu'au dernier jour), ils sont pleins de sève et verdoyants". Tu ne vas pas craindre la vieillesse, tu ne vas pas craindre de devenir décrépi avec la maladie d'Alzheimer et tout le reste, non ! Tu vas porter du fruit jusqu'au dernier jour pour faire connaître que l'Eternel est juste. "Il est mon rocher, il n'y a point en Lui d'iniquité" (verset 17). Vous voyez encore le rapport étroit entre la justice et le fruit là encore. Les justes qui croissent comme le palmier.

 

Le Psaume 1 : "Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs (et il a décidé de ne plus jamais le faire !), mais qui trouve son plaisir dans la loi de l'Eternel et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d'un courant d'eau, qui donne son fruit en sa saison". L'autre psaume disait : qui donne son fruit, qui donne en permanence du fruit jusque dans la vieillesse en sa saison. Il y a une saison pour certains fruits. "Et dont le feuillage ne se flétrit pas, tout ce qu'il fait lui réussit". Tout ce qu'il fait lui réussit, tout ! "Il n'en est pas ainsi des méchants".

 

Donc si tu as ce fruit de l'Esprit qui est produit en toi par ton attachement à Jésus, tu as une garantie de succès et de réussite parce que tout ce que tu fais est fait en Christ. C'est fait dans le Seigneur. Tu as la communion avec la pensée du Seigneur. Tu sais que ton cœur est attaché à Jésus. Et Dieu sait que ton cœur est attaché à Sa justice. Que ton cœur cherche d'abord la justice du Seigneur, c'est-à-dire la sainteté, la pureté, ces choses d'en haut. Alors, tu peux être tranquille, ton fruit va être produit en sa saison et tout ce que tu fais va réussir. Moi ça me plaît ça, pas pour la réussite de mes projets, mais parce que je vais rendre gloire à Dieu, parce que tout va réussir, même si certaines choses sont un échec pour les hommes qui ne comprennent pas la sagesse de Dieu, pour le Seigneur c'est du tout bon ! réussite à 100% ! Et ça sera révélé le jour du jugement. Quand Dieu mettra en lumière toutes les œuvres cachées des saints, et que tout apparaîtra au tribunal de Christ, nous verrons la Parole du Seigneur montrer ce qui est juste, ce qui est vrai, ce qui a réussi et ce qui a échoué.

 

Dans Proverbes 22:4 : "Le fruit de l'humilité, de la crainte de l'Eternel, c'est la richesse, la gloire et la vie". Ce sont bien sûr des richesses spirituelles : la gloire spirituelle et la vie éternelle. Mais en tout cas c'est une promesse que ce fruit, le fruit de la crainte de l'Eternel, ou le fruit de justice, le fruit de l'Esprit, ça va être la richesse, la gloire et la vie. Ça veut dire qu'il y aura une telle présence de Dieu dans ta vie que tu vas être une source de richesses, de gloire et de vie pour Dieu, pour les autres et pour toi-même, puisque ça va être une bénédiction qui va couler du trône de Dieu dans ton cœur. Et vous voyez en même temps le rapport qu'il y a entre l'humilité et la crainte de l'Eternel. La crainte de l'Eternel c'est l'humilité. Et l'humilité c'est l'obéissance aussi au Seigneur. L'humilité parfaite du Seigneur Jésus c'était Sa crainte parfaite de la volonté de Son Père.

 

Dans Proverbes 11:30 : "Le fruit du juste est un arbre de vie". Ça ne vous rappelle rien l'arbre de vie ? Dans le jardin d'Eden, Dieu avait planté au milieu du jardin un arbre, l'arbre de vie. Il avait aussi planté l'arbre de la connaissance du bien et du mal, et avait prévenu qu'il ne fallait pas en manger. Tandis que l'arbre de vie, ils pouvaient en manger, c'est un arbre de vie éternelle, c'est un arbre qui est le fruit du juste. Dieu appelle le fruit de Sa justice en moi : un arbre de vie. Pour moi, ça me parle de renouvellement complet parce que quand vous plantez une graine dans le sol, ça va produire un arbre, l'arbre va aussi produire des graines qui vont reproduire un arbre qui va reproduire des graines, qui vont se multiplier à l'infini. Parce qu'une graine va en produire cent mille sur un arbre et cent mille vont en produire cent mille autres chacune. Cet arbre de vie va entretenir la vie en lui et autour de lui parce que c'est un arbre qui est planté en Dieu et qui vit par la vie éternelle.

 

Cet arbre de vie, cité au début de la Bible, dans le livre de la Genèse, on le retrouve aussi au dernier chapitre de la Bible, dans Apocalypse 22, quand il parle de ce fleuve de vie qui sort du trône de Dieu et sur ses bords est planté un arbre de vie qui donne son fruit en sa saison, c'est-à-dire douze fois par an, qui donne son fruit et dont les feuilles servent à la guérison des nations. Et ça c'est le fruit du Juste, le grand Juste, Dieu notre Père, le Saint Esprit, Jésus ! Sa présence en nous nous rend juste et ce fruit de justice nous transforme en arbre de vie. Sur les bords de ce fleuve de vie, cet arbre de vie ce sera nous-mêmes en tant que branches du grand arbre de vie qui est le Seigneur Jésus. Nous peuplerons la Jérusalem céleste de magnifiques arbres de vie qui vont donner leurs fruits. Ce fruit sera le produit de ta recherche de la justice du Seigneur aujourd'hui. Tu vois que tu es investi dans quelque chose d'éternel. Si aujourd'hui tu es attaché à produire ce fruit en disant : "Seigneur, je veux que toute ma vie soit consacrée à produire ce fruit, à ce que Tu produises en moi ce fruit de justice". Ça va produire du fruit, tu vas retrouver le plan originel de Dieu qui avait planté cet arbre de vie dans le jardin d'Eden où Il avait placé l'homme. Tu vas le retrouver jusque dans l'éternité, dans la Jérusalem céleste où cet arbre de vie se retrouve planté pour l'éternité et qui continue à produire du fruit chaque saison pour l'éternité, pour la gloire de Dieu. Ça ne va pas s'arrêter. L'arbre de vie, que tu es, va produire du fruit pour la gloire de Dieu dans l'éternité, à chaque saison, là-haut. Alléluia !

Ça vaut la peine de se consacrer au Seigneur en disant : "Seigneur fais Ton œuvre, produis en moi ce bon fruit". Que nous puissions prier sans cesse, pour nous-mêmes et les autres, en disant : "Seigneur, que nous puissions produire ce fruit. Arrange toute chose pour que ce fruit soit produit. C'est ça qui va te glorifier".

 

Dans Esaïe 32, au verset 1 : "Alors le roi régnera selon la justice, et les princes gouverneront avec droiture (Ah ! Seigneur, qu'il vienne ce temps où tous les princes de ce monde vont gouverner avec droiture parce que Tu es le Roi de justice sur la terre). Chacun d'eux sera comme un abri contre le vent, et un refuge contre la tempête, comme des courants d'eau dans un lieu desséché, comme l'ombre d'un grand rocher dans une terre altérée. Les yeux de ceux qui voient ne seront plus bouchés, et les oreilles de ceux qui entendent seront attentives. Le cœur des hommes légers sera intelligent pour comprendre". Ça nous parle du millénium qui vient bientôt par la venue de notre Seigneur merveilleux, et ça parle aussi du règne éternel de Jésus sur la Nouvelle Terre et dans la Nouvelle Jérusalem. A la fin des temps, quand Dieu va rétablir toute chose, il est dit aux versets 16 à 20 : "Alors, la droiture habitera dans le désert, et la justice aura sa demeure dans le verger. L'œuvre de la justice sera la paix (le Prince de Paix), et le fruit de la justice le repos et la sécurité pour toujours (le fruit de la justice, le repos de Dieu et la sécurité de Dieu pour toujours). Mon peuple demeurera dans le séjour de la paix, dans des habitations sûres, dans des asiles tranquilles. Mais la forêt sera précipitée sous la grêle, et la ville profondément abaissée (tout ce qui est humain, charnel). Heureux vous qui partout semez le long des eaux, et qui laissez sans entraves le pied du bœuf et de l'âne !". Le fruit de la justice sera le repos et la sécurité ou la tranquillité pour toujours. Et dès maintenant, si tu fais de ta priorité la recherche de ce fruit de justice, ton cœur sera en paix. Et tu reposeras en sécurité à l'ombre du Tout-Puissant. Amen. Alléluia. Pour toujours !

 

 

Seigneur, ce soir, je désire que tu fasses à nouveau couler Ta justice en nous et ta sainteté par ton Esprit, parce que je désire, et Tu désires que nous produisions pleinement ce fruit de justice, ce fruit de Ton Esprit, cette merveilleuse nature de Jésus qui produit tant d'œuvres glorieuses. Ce soir alors que nous sommes dans Ta lumière, dans Ta présence et dans Ta paix, je Te demande, Seigneur et mon Père, au nom de Jésus-Christ, de nous remplir à nouveau de Ton Esprit, de cet Esprit de justice, de sainteté qui nous permet de produire Ton fruit. Seigneur, que Ta lumière se fasse encore plus sur nous, que Ta justice grandisse dans nos vies. Seigneur, et que nous soyons remplis de Toi. Seigneur, je m'incline devant Toi. Je crois que Tu le fais en ce moment même pour chacun de nous Seigneur, et que Tu nous remplis de Ta paix, de Ta paix parfaite en Toi, parce que nous nous confions en Toi et en Ton œuvre merveilleuse. Merci Seigneur pour le fruit de Ton Esprit, qui Te glorifiera jusque dans l'éternité. Amen.