C94  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 17/09/2004


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



L'ordonnance du temple, l'ordre dans ma vie

Dieu veut mettre de l’ordre dans nos vies, pour que Sa gloire repose sur nous, comme Il voulait de l’ordre dans le premier temple.



 

           Ce soir, je voudrais nous encourager dans l'édification de ce temple que nous sommes (le temple saint du Seigneur). Nous allons voir dans la Parole le travail que le Seigneur fait par son Saint-Esprit pour nous édifier en Jésus-Christ, pour nous faire grandir en Lui, individuellement et collectivement (Eglise de Jésus-Christ). Nous verrons comment le Seigneur s'y prend, ce qu'Il est en train de faire, surtout dans ces derniers temps, avant le retour de Jésus, ce qu'Il veut faire dans nos vies et dans l'Eglise, pour achever l'œuvre parfaite de Jésus en nous.

 

           Vous savez que le Seigneur revient bientôt ! Je ne me lasse pas de répéter qu'Il revient enlever une Eglise pure, sans ride ni tache, et que nous sommes maintenant dans ces derniers temps de la préparation de l'Epouse. Nous devons accélérer le travail du Seigneur en entrant volontairement et pleinement dans ce travail-là. Il faut que l'on ait d'abord une claire conscience du plan du Seigneur et qu'il n'y ait aucune résistance en nous.

 

           Que veut-Il faire surtout dans ces derniers temps ? Il veut restaurer Sa Parole dans nos vies, dans l'Eglise, et Il veut bâtir ce temple saint que nous sommes pour Lui. Chacun de nous, nous sommes une pierre vivante, et l'ensemble de ces pierres forme le saint Temple du Seigneur, son Tabernacle vivant. Il est en train, en ce moment même, de le faire au travers de toutes les expériences agréables, désagréables ou pénibles qu'Il permet dans nos vies. Si nous prenons ces expériences, comme Lui veut que nous les prenions, c'est-à-dire dans la foi que Lui est en train de faire une oeuvre glorieuse, alors nous allons voir des choses extraordinaires se produire dans nos vies. Ici et maintenant ! Ce n'est pas réservé au siècle suivant, c'est maintenant dans les dernières années qui nous restent avant le retour du Seigneur, et nous savons que le Seigneur nous demande de racheter le temps. Il faut que nous rachetions ce temps de préparation pour que nous puissions être, dans ce monde, un instrument puissant entre Ses mains.

 

           Dieu veut encore sauver des âmes, Il veut encore délivrer des captifs, Il veut encore bénir son Eglise pour être un modèle vivant de ce que Lui veut faire dans le monde. On ne peut pas aller apporter l'Evangile en n'étant pas nous-mêmes transformés et remplis de Son Esprit. D'ailleurs les premiers disciples auraient été complètement disqualifiés s'ils n'avaient pas obéi à l'ordre du Seigneur de rester à Jérusalem jusqu'à ce qu'ils soient remplis du Saint-Esprit, pour aller ensuite seulement faire de toutes les nations des disciples (voir Actes 1:4 à 8). C'est ce qu'ils ont fait, ils ont attendu.

 

           Ce soir, nous allons nous remplir un peu plus de la présence du Seigneur par sa Parole. Je voudrais d'abord regarder un passage dans l'épître aux Ephésiens, au chapitre 2 et au verset 20. Paul dit aux frères d'Ephèse, et il nous dit à nous aussi : « Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire ". Ce sont les apôtres et les prophètes qui ont reçu du Seigneur sa Parole et ils nous ont enseignés. Paul était en train d'enseigner, mais la pierre angulaire qui fait tenir le tout c'est Jésus-Christ. " En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur ". Il faut que ce soit fait en Lui, bien-aimés, en Lui et par Lui, c'est Lui qui construit son Eglise et c'est en Lui que cet édifice peut s'élever pour être un temple saint dans le Seigneur. Il ajoute aussi : « En lui vous êtes aussi édifiés », chacun de vous en particulier, " pour être une habitation de Dieu dans l'Esprit ".

 

           Il parle du temple de l'Eglise qui s'édifie en Christ, en ce moment même. Tous ceux qui ont le désir ardent d'être prêts, ayant l'amour du Seigneur dans leur cœur, sont en train d'être préparés pour être cette Epouse qui est le temple, le temple collectif de Dieu. Et pour que ce temple soit parfait, il faut que chacun de ses éléments, chaque pierre, soit parfaitement à sa place, bien taillée, comme le temple de Salomon, et le Tabernacle, où tout était à sa place dans le moindre détail. « ...pour être une habitation de Dieu dans l'Esprit ». Nous sommes déjà des habitations de Dieu, mais nous ne sommes pas encore un temple achevé. Le Seigneur est en train de faire ce travail, par Son Esprit, et nous devons coopérer à ce travail. Remarquez les deux expressions qu'il emploie : temple saint et habitation de Dieu. Temple saint (où Dieu habite et se manifeste), et habitation de Dieu (où Dieu réside).

 

           Cela me réjouit le cœur de savoir que Dieu a une habitation : c'est notre esprit, notre cœur, notre corps même ; nous sommes le temple du Saint-Esprit. Le ciel et les cieux des cieux ne peuvent Le contenir, mais Il a accepté de venir habiter dans un cœur d'homme. Vous rendez-vous compte de la grâce qu'Il nous fait ? Habiter dans un temple pour y faire sa maison ! Nous avons à honorer le Seigneur en faisant tout pour que cette maison soit propre et bien tenue. Mes sœurs, vous qui tenez vos ménages (et nous aussi, les maris, qui les aidons), vous mettez un point d'honneur à ce que votre maison soit bien tenue. Si quelqu'un vient vous visiter à l'improviste, et voit votre maison dans un capharnaüm indescriptible, il dira : " Mais cette personne-là, est-ce qu'elle se rend compte dans quel endroit elle habite ? Elle n'a même pas le désir de rendre cette maison agréable pour ceux qui y habitent, y compris elle, la première ? ". Nous devons rendre notre maison agréable à l'hôte divin qui y habite. Faisons-le pour les autres et pour nous, faisons-le pour Lui. Dieu habite chez nous, nous devons avoir une maison spirituellement propre, bien tenue, agréable au Seigneur. Il est en train de le faire par Son Esprit, et Il nous demande une franche collaboration.

 

           Pour voir un peu plus en détail comment le temple saint, l'habitation de Dieu, a été édifié, je vais revoir avec vous le modèle de l'Ancien Testament, le modèle du Temple de Salomon. Nous verrons quelle application spirituelle on peut en faire pour nous, et nous verrons aussi dans le temps (depuis la fin du Moyen-Age, Luther, et par tous les réveils qui ont suivi jusqu'à maintenant), comment le Seigneur est en train de restaurer l'ordre divin dans Son Eglise, comment le Seigneur est en train de restituer toutes choses pour que ce temple soit bâti.

           

           Je vais prendre un premier exemple dans le livre de l'Exode. Au dernier chapitre de l'Exode, Dieu parle à Moïse pour la construction du Tabernacle, qui était le premier temple, la première habitation de Dieu. Nous allons voir comment Dieu a prévu que les choses devaient être ordonnées dans ce temple.

 

           Lisons dans Exode 40, au verset 1 : « L'Eternel parla à Moïse et dit : Le premier jour du premier mois (c'était vraiment dès le début, la préoccupation essentielle : le premier jour du premier mois), tu dresseras le tabernacle, la tente d'assignation. Tu y placeras l'arche du témoignage », c'était la première des choses, une fois que la tente elle-même était faite. Nous savons que pour nous la tente c'est notre corps. Pierre dit : "Je sais que la tente dans laquelle je me trouve me sera ôtée subitement, je la quitterai subitement" et quand on parle de tente pour nous, c'est notre corps. Une fois que la tente était en place, la première des choses, c'était d'y introduire l'arche, dans le lieu Très Saint. L'arche était la présence même de Dieu, au propitiatoire, sur ce plateau d'or où était versé le sang des sacrifices, c'était là que Dieu se manifestait, que Dieu résidait entre les chérubins, et que Dieu parlait à Moïse.

 

           » Tu y placeras l'arche du témoignage, et tu couvriras l'arche avec le voile. Tu apporteras la table, et tu la disposeras en ordre ». Cette table était une table en or où étaient placés les pains de proposition, des pains sans levain, qui étaient offerts tous les jours. Il y avait douze pains, deux piles de six, qui étaient offerts chaque jour au Seigneur et qui étaient placés sur cette table. Et nous verrons la signification spirituelle pour nous. « Ensuite tu apporteras le chandelier, et tu en arrangeras les lampes. Tu placeras l'autel d'or pour le parfum devant l'arche du témoignage, et tu mettras le rideau à l'entrée du tabernacle ». Il y avait donc trois parties dans ce tabernacle, et dans le temple ultérieur aussi : il y avait le lieu Très Saint où il n'y avait que l'arche, il y avait un premier rideau, ensuite il y avait le lieu saint où les Lévites qui faisaient le service pouvaient se présenter, et dans ce lieu saint il y avait trois objets : il y avait la table des pains de proposition, il y avait l'autel des parfums et il y avait le chandelier. Et ensuite on passait dans une troisième partie extérieure, le parvis extérieur. Au verset 6 : " Tu placeras l'autel des holocaustes (qui était un autel d'airain, l'airain symbolisant le jugement de Dieu), devant l'entrée du tabernacle, de la tente d'assignation. Tu placeras la cuve entre la tente d'assignation et l'autel, et tu y mettras de l'eau ".

 

           Donc, vous voyez l'arrangement de ce temple : on distingue trois parties :

 

1) en partant de l'extérieur, on avait d'abord, quand on entrait dans le temple, l'autel des holocaustes où l'on faisait les sacrifices. On ne pouvait pas aller plus loin tant que les sacrifices n'étaient pas faits. Ensuite il y avait la cuve d'airain où l'on mettait l'eau pour la purification et les ablutions.

 

2) on entrait dans le lieu saint où il y avait le chandelier ; devant il y avait l'autel des parfums où l'on mettait et faisait brûler un parfum uniquement réservé à cet usage. Si on employait ce parfum pour un autre usage, on était puni de mort, il n'était employé que pour Dieu et on y mettait donc un encens, un parfum spécial qui devait être allumé par le feu de Dieu, le feu de l'autel de Dieu, pas un feu étranger (vous vous rappelez ce qui est arrivé à Nadab et Abihu qui ont voulu mettre leur propre feu, et qui ont été réduits en cendre par le Seigneur). Puis il y avait la table d'or des pains de proposition, qui étaient renouvelés chaque jour, des pains sans levain.

 

3) ensuite, on entrait dans le lieu Très Saint, qui contenait l'arche et dans celle-ci les tables de la loi (au début elle contenait aussi un vase de manne et la verge d'Aaron). Là était la présence de Dieu.

           

           Au verset 16, il est dit : " Moïse fit tout ce que l'Eternel lui avait ordonné ; il fit ainsi ", et quand tout a été dressé comme le Seigneur l'a demandé, au verset 33 : " Il dressa le parvis autour du tabernacle et de l'autel, et il mit le rideau à la porte du parvis. Ce fut ainsi que Moïse acheva l'ouvrage ". Le temple saint est terminé. " Alors la nuée couvrit la tente d'assignation ", la nuée qui accompagnait le peuple descend sur le temple et couvre le tabernacle, " et la gloire de l'Eternel remplit le tabernacle ". Moïse ne pouvait pas entrer dans la tente d'assignation parce que la nuée restait dessus, et que la gloire de l'Eternel remplissait le tabernacle. Chaque fois qu'il devait partir, la nuée s'élevait, elle revenait quand il devait s'arrêter.. C'est donc lorsque tout est à sa place, tout est en ordre que la gloire de l'Eternel, l'Esprit de gloire repose sur le temple tel que le Seigneur l'a voulu.

 

           Un peu plus loin, dans 2 Chroniques au chapitre 5, nous voyons Salomon bâtir le temple, en dur. Ils font un temple beaucoup plus vaste et beaucoup plus glorieux : au lieu d'une table, il y en avait plusieurs, au lieu d'un chandelier, il y en avait plusieurs, mais enfin l'arrangement était exactement le même, toujours trois parties dans ce temple de Salomon : le lieu Très Saint où était l'arche, le lieu saint et le parvis extérieur.

 

           A la fin du chapitre 5, il est écrit au verset 11 : " Au moment où les sacrificateurs sortirent du lieu saint,--car tous les sacrificateurs présents s'étaient sanctifiés sans observer l'ordre des classes, et tous les Lévites qui étaient chantres, Asaph, Héman, Jeduthun, leurs fils et leurs frères, revêtus de byssus , se tenaient à l'orient de l'autel avec des cymbales, des luths et des harpes, et avaient auprès d'eux cent vingt sacrificateurs sonnant des trompettes,--et lorsque ceux qui sonnaient des trompettes et ceux qui chantaient, s'unissant d'un même accord pour célébrer et louer l'Eternel, firent retentir les trompettes, les cymbales et les autres instruments, et célébrèrent l'Eternel par ces paroles : Car Il est bon, car sa miséricorde dure à toujours ! en ce moment, la maison, la maison de l'Eternel fut remplie d'une nuée. Les sacrificateurs ne purent pas y rester pour faire le service, à cause de la nuée ; car la gloire de l'Eternel remplissait la maison de Dieu. "

 

           Tout était en ordre, quand c'était placé dans cet ordre-là : le tabernacle, la table des pains de proposition, le chandelier d'or, l'autel des parfums, puis à l'extérieur il y avait, non pas une simple cuve, mais une mer d'airain posée sur des boeufs où les sacrificateurs pouvaient faire des ablutions et un grand autel d'airain pour faire les sacrifices. Tout a donc été mis en place ; quand ils ont commencé à chanter, à louer l'Eternel, ce fut une louange extrêmement agréable au Seigneur, parce que tout avait été fait comme Il l'avait voulu. La louange sortait de coeurs purifiés qui avaient fait tout ce que le Seigneur demandait de faire. Et là, la gloire de l'Eternel est descendue sur ce temple saint.

 

            Voyez-vous la signification spirituelle pour nous qui sommes dans la nouvelle alliance et qui sommes la maison de Dieu, le temple de l'Eternel ? Dieu est en train de bâtir sa maison. Sa maison, c'est nous qui sommes composés d'un esprit, d'une âme et d'un corps; sa maison c'est l'Eglise qui est en train d'être préparée pour le retour imminent du Seigneur; il lui est donné de se revêtir du fin lin.

 

Dans notre vie personnelle, si nous voulons voir la gloire de Dieu reposer sur nous comme la Shekinah, la gloire de l'Eternel, reposait sur ce tabernacle et y restait tant que les choses étaient à leur place, nous devons veiller à ce que toutes les choses soient faites comme Dieu le veut.

 

           Maintenant je prends l'exemple d'un croyant individuel qui est un temple saint du Seigneur. Il commence par le sacrifice expiatoire de Jésus, c'est-à-dire l'autel des holocaustes. Tout commence là, il ne peut pas entrer plus loin dans la présence de Dieu s'il n'a pas reçu le sacrifice expiatoire de Jésus qui est symbolisé par l'autel d'airain où l'on offrait les sacrifices et on les brûlait sur le feu. Jésus a expié pour nous à la croix. Il est la victime suprême, celle qui a été acceptée par le Seigneur, qui a été placée sur l'autel de la croix, qui a été consumée par le feu de la mort, et qui a été offerte pour nous en sacrifice expiatoire. On passe par là.

           

           Ensuite on se présente devant l'autel ; on met en place la cuve (ou la mer) où il y avait l'eau pour les ablutions, qui est une représentation à la fois du baptême et de la purification que l'Esprit-Saint fait en nous lorsque nous sommes acceptés et lorsque nous acceptons le sacrifice expiatoire de Jésus. Il se produit une nouvelle naissance. Nous sommes acceptés par Dieu, et Dieu commence à bâtir son temple à ce moment-là précis. Il nous recrée en mettant son Esprit dans son tabernacle, dans le lieu Très Saint de notre esprit, et à partir de ce moment-là, Il travaille pour mettre en place dans notre vie tous les objets du culte dans ce temple que nous sommes, pour nettoyer tout ce qu'il y a à nettoyer, et pour purifier toutes les chambres, les pièces et tout, jusqu'au moment où cette gloire, qui est là au fond dans le lieu Très Saint, se manifeste et recouvre l'ensemble.

 

           Vous voyez que la gloire qui existait au début par la présence de Dieu avec son peuple n'a pas recouvert pleinement et ne s'est pas pleinement manifestée dans tout le temple, tant que tout n'a pas été à sa place. Il a fallu que tout soit mis à sa place ; le Seigneur était présent dans le lieu Très Saint dans le tabernacle, mais la gloire, cette nuée ne remplissait pas encore le temple parce que rien n'était encore fini. C'est seulement quand tout a été fini, à sa place, que cette gloire qui résidait déjà dans le tabernacle, a rempli tout le temple, a rempli les parvis extérieurs et s'est manifestée à l'extérieur dans sa plénitude. Cette gloire était tellement grande que même les sacrificateurs, même Moïse, n'ont pas pu rester en sa présence. C'était l'ancienne alliance. Nous, nous pouvons maintenant rester dans la présence de la gloire de Dieu quand nous sommes vraiment dans son plan.

 

           Ensuite le Seigneur va nous faire pénétrer dans le lieu saint. Une fois que les choses sont arrangées dans le parvis extérieur par l'autel d'airain et la cuve des ablutions, qui représentent la nouvelle naissance, la conversion, la repentance, le baptême d'eau et le baptême du Saint-Esprit, nous entrons dans le lieu saint, où il faut mettre en place la table, les pains, l'autel d'or des parfums et le chandelier.

 

           Le chandelier représente la plénitude du Saint-Esprit. Le chandelier est une représentation de l'onction du Saint-Esprit. La plénitude du baptême du Saint-Esprit se manifeste comme au jour de la Pentecôte où les chandeliers se sont allumés. Le chandelier a été allumé le jour de la Pentecôte, mais il y a une plénitude de l'Esprit que le Seigneur veut manifester dans notre vie, qui répond à notre cri quand nous disons : "Seigneur, je veux recevoir pleinement la plénitude de Ton Saint-Esprit, je ne veux pas me contenter d'un baptême en langues, ou d'un parler en langues qui suffit à beaucoup, cela ne me suffit pas, Seigneur, moi, je veux la plénitude de Ton Esprit. Je veux que les sept lampes de mon chandelier soient allumées, soient abondamment approvisionnées en huile, en huile sainte qui vient d'en haut, et que ce chandelier brille là, dans le lieu Très Saint de Ta présence". Donc, au moment où le Seigneur allume ces sept lampes, c'est quand, par un cri du coeur, nous disons : "Seigneur, je désire être revêtu d'un puissant baptême de Saint-Esprit et de feu", et en réponse à notre cri le Seigneur fait descendre le feu du ciel pour allumer les lampes du chandelier et les entretenir en permanence de Son huile céleste.

 

           La table des pains de proposition qui étaient renouvelés chaque jour et qui étaient des pains sans levain, représente l'offrande de Jésus, le pain vivant descendu du ciel, qui nous donne la vie et qui nous permet à nous aussi, par la foi en Lui, de devenir des pains sans levain. A partir du moment où le travail de sanctification se fait, le Seigneur enlève de notre vie tout le vieux levain de la méchanceté et des mauvaises œuvres, des mauvaises pensées et des péchés de notre vie passée, et par le renouvellement de Son Esprit, Il fait de nous en Christ, et comme Lui, des pains sans levain de la pureté et de la vérité en Christ. C'est une image du travail de sanctification que le Seigneur fait par sa Parole, par son Esprit, pour faire de nous des pains qui sont renouvelés chaque jour en offrande au Seigneur, et qui sont sans aucun levain de péché.

 

           Donc, comme le chandelier représente la puissance, les dons, le baptême de feu et de Saint-Esprit qui vient sur nous, les pains représentent le fruit de l'Esprit, la sanctification et le travail que le Seigneur fait en nous par son Esprit et sa Parole, pour nous transformer en pains agréables au Seigneur sans aucun levain, et renouvelés chaque jour.

 

           L'autel des parfums était placé devant le voile du lieu Très Saint, et nous savons ce que représentent les parfums dans la Bible. Dans la Bible, le parfum représente la prière et l'adoration qui montent vers Dieu comme un parfum de bonne odeur à ses narines. Dans Apocalypse 8, vous verrez que dans le ciel, il y a devant le Seigneur un ange puissant et devant cet ange se trouve un encensoir rempli des parfums qui sont les prières des saints. Elles montent constamment devant le Seigneur pour remplir ce vase où se trouvent les parfums de nos prières et de notre adoration. Le parfum représente la restauration dans nos vies de l'esprit de prière, d'intercession, de louanges et d'adoration que le Seigneur veut pleinement manifester en nous parce qu'Il veut des adorateurs en esprit et en vérité. Nous savons que Jésus-Christ, en ce moment-même, a un ministère d'intercession auprès du Père. Le Seigneur veut faire de nous des hommes et des femmes remplis de Son Esprit, sanctifiés, qui sont là pour lui rendre un culte agréable. Les sacrifices qui Lui sont agréables, ce sont les louanges de nos lèvres qui montent constamment vers Lui, les prières et les intercessions qui montent constamment vers Lui en faveur du peuple et en faveur de ceux qui en ont besoin, et en faveur de nous-mêmes. Ce sont des choses que le Seigneur est en train de faire en chacun de nous.

 

           Alors, si on met les choses dans un ordre différent, si on veut par exemple mettre l'accent sur la louange, la musique... , alors qu'on n'est pas passé par l'autel des sacrifices, par la cuve, et que l'on ne s'est pas préoccupé de l'entretien du chandelier et des pains, c'est une louange qui va monter d'un temple impur, une louange qui ne va pas être agréable au Seigneur.

 

           Le Seigneur, évidemment, juge les coeurs . Ce n'est pas à moi de juger quand je vois un frère ou une soeur louer le Seigneur, il peut vraiment le faire de tout son coeur avant même que tout le temple soit encore parvenu à la perfection, parce que cela vient d'un coeur sincère. Mais si c'est une louange qui vient du coeur d'un homme qui se dit chrétien ou d'une femme qui se dit chrétienne, et qui ne veut pas sanctifier sa vie, qui vit dans le compromis, un pied dans le monde, un pied dans l'église et qui est là, voulant s'éclater comme disent certains, par un bon moment de louange où on va faire fonctionner les décibels à fond, c'est quelque chose qui est une abomination pour Dieu. Dieu ne peut pas supporter ce genre de louange, c'est une louange qui, lorsqu'elle arrive là-haut, Lui écorche complètement les oreilles. Même si au départ, humainement parlant, il y a une belle mélodie, comme cela vient de coeurs qui ne sont pas sanctifiés, quand elle arrive là-haut, c'est une cacophonie qui écorche les oreilles du Seigneur. Mais inversement, si nos coeurs sont purifiés, ils sont remplis d'adoration et d'amour, et si l'on a vraiment recherché le Seigneur, peut-être qu'il y a des couacs sur le plan terrestre, et l'harmonie n'est peut-être pas très belle, et la musique n'est peut-être pas extraordinaire, mais quand cela arrive là-haut, c'est une symphonie extraordinaire pour le coeur du Seigneur. Il entend cette musique qui monte d'en bas et qui sort de coeurs purifiés par le sang de Son fils, et Il se réjouit d'entendre cette louange et cette adoration, parce qu'elle est faite en Esprit et en vérité. Alléluia !

 

           C'est important de voir ce que le Seigneur est en train de faire dans nos vies, Il est en train de remettre toutes choses en place dans ce temple. Il faut que nous comprenions ce qu'Il est en train de faire, et que nous passions au travers de toutes ces étapes que le Seigneur veut nous faire franchir pour arriver au point suprême, c'est-à-dire l'entrée dans le lieu Très Saint où nous l'adorons en Esprit et en vérité, et où nous accomplissons l'oeuvre du souverain sacrificateur avec Jésus. Nous savons que dans le lieu Très Saint, une fois par an, le souverain sacrificateur entrait avec le sang des veaux et des boucs, mais maintenant le Seigneur Jésus y entré une fois pour toutes avec son propre sang, après avoir fait l'expiation pour nos péchés, et nous sommes entrés en Lui, et nous pouvons entrer librement en Lui dans la présence sainte du Dieu vivant pour Lui rendre un culte agréable et pour Lui dire : "Seigneur, achève Ton travail maintenant dans ma vie, que tout soit en place comme Tu le veux, et que je puisse glorifier Ton nom." Alors la nuée du Seigneur vient sur ce temple saint qui est parfaitement construit et fait comme le Seigneur le veut.

 

           Historiquement, il semble qu'il y ait aussi une correspondance avec ce qui s'est passé depuis le temps de Luther. Quand Luther est venu, il a lutté contre l'idolâtrie ambiante, et la première des choses qu'il a remise à l'honneur, c'est le salut par la foi en Jésus-Christ, par la foi dans le sacrifice expiatoire de Jésus. Il a été le premier à remettre en place l'autel des holocaustes, l'autel d'airain des sacrifices. C'était la première chose qu'il fallait mettre en place : la foi dans le sacrifice expiatoire de Jésus. Ensuite, il y a eu les mouvements de sanctification de Wesley et d'autres qui ont rétabli, je le crois, la cuve de purification qui était entre le temple et l'autel. Ensuite on est entré un peu plus loin, et chaque fois, dans ces différents moments de réveils, cela a été pour restituer dans le temple du Seigneur une partie de ce qui avait été démoli par l'incrédulité ambiante des temps précédents.

 

           Par exemple quand le chandelier s'est rallumé, c'est la période de la Pentecôte qui a commencé, la vraie Pentecôte au début du siècle. Le rétablissement des pains de proposition, c'est tout l'enseignement qui est en train de se faire maintenant sur la sanctification, la marche par la foi, la marche dans la sainteté, qui est en train de se rétablir. Le rétablissement de l'autel des parfums, c'est le rétablissement d'une pure et sainte louange et l'esprit de vraie prière que le Seigneur est en train de rétablir dans son épouse actuellement, dans le monde entier. C'est un travail de restitution de tout ce qui a été prévu par le Seigneur et qui n'avait pas été mis à sa place.

 

           Si nous comprenons ces choses, nous individuellement, nous allons vérifier pour notre part si le travail que le Seigneur veut faire est bien en train de s'accomplir dans nos vies. Et qu'est-ce qui manque encore ? Est-ce que nous en sommes encore à l'autel d'airain ? Est-ce qu'on est allé un peu plus loin ? Est-ce que nous sommes entrés dans le lieu saint ? Est-ce que nous avons mis en place le chandelier ? Est-ce que nous avons mis en place la vie sanctifiée ? la louange ? l'adoration ? Est-ce que nous vivons en permanence dans le lieu Très Saint, une fois que tout a été placé ? Est-ce que nous sommes en train de faire ces choses, ou est-ce qu'on rétrograde ? Est-ce qu'on fait comme ces rois de Juda impies, qui au lieu de remettre les choses en place, ont déplacé les choses et introduit leurs idoles à la place dans le lieu saint, ont mis l'idole d'Astarté, comme Manassé, qui en plein temple, faisait des sacrifices à ses idoles et à ses démons ?

 

           Nous savons ce qui est arrivé : le Seigneur a patienté pendant des siècles, Il a envoyé Ses prophètes pour dire : "Attention, si vous ne rétablissez pas les choses dans ce temple saint comme Dieu l'a prévu, il viendra un temps où ce temple sera détruit". Et on voit dans Ezéchiel la présence de Dieu, la Shékinah de Dieu, se retirer du lieu Très Saint, franchir les diverses portes, se mettre à la porte et ensuite sortir du temple, aller sur le Mont des Oliviers et partir. Et quelque temps après, Nébucadnetsar détruisait Jérusalem et le temple.

 

           Il en a été de même quand Jésus-Christ est venu. Il prêchait dans ce second temple, celui d'Hérode qui avait été transformé en une des merveilles du monde. Le Seigneur Jésus était là, au milieu du temple, tous les jours, prêchant sa Parole, et Il avertissait les Juifs de Son époque en disant : "Faites attention, si vous ne vous repentez pas et ne vous convertissez pas, cette ville et ce temple seront détruits". Il parlait du temple de Son corps, mais Il annonçait aussi la destruction de cette ville. Les Romains ont détruit à nouveau le temple, ont détruit Jérusalem une autre fois et ont emmené la population captive. Jésus nous prévient aussi, si nous détruisons le temple du Seigneur, nous serons détruits. Si nous travaillons à le bâtir, le Seigneur sera glorifié, et la Shékinah va revenir sur ce temple si tout s'ordonne comme le Seigneur le veut.

 

           Dans le prophète Aggée, au chapitre 2, au verset 9, le Seigneur annonce par prophétie que la gloire du dernier temple sera plus grande que celle du premier. C'est ce qui était annoncé par les prophètes, la gloire du dernier temple sera bien plus grande que la gloire du premier, et le prophète prophétisait, non pas à propos du second temple d'Hérode, mais il prophétisait à propos du second temple vivant que nous, Eglise du Seigneur, nous allions devenir : le temple du Seigneur, le temple du Dieu vivant, individuellement et collectivement. Le Seigneur prophétisait en disant que la gloire qui va recouvrir ce temple que nous sommes n'aurait rien à voir avec cette gloire de Dieu qui pourtant recouvrait et remplissait le premier temple qui était fait de main d'homme.

 

           Et nous devons entrer dans ce plan de Dieu pour que sa gloire se manifeste, que sa gloire revienne sur l'Eglise dévastée, que tout se remette en place, que les pasteurs commencent à enseigner ce qu'il faut pour remettre les choses en place dans l'Eglise, que les conducteurs de Dieu comprennent le plan du Seigneur et cessent d'être un fardeau pour l'Eglise, et puissent au contraire être un atout dans les mains du Seigneur, pour rétablir toutes choses dans l'ordre prévu par le Seigneur, pour aider les chrétiens à grandir en Christ.

 

           Dans Ephésiens 4, au verset 10, Paul écrit, en parlant du Seigneur Jésus : « Celui qui est descendu, c'est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses ". Quand il parlait de toutes choses, il parlait de notre temple individuel, du temple du Seigneur qui est Son Eglise, puis ultérieurement du monde entier qui sera rempli de la gloire de l'Eternel. Et pour cela, " Il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints ". Nous sommes saints parce que nous avons accepté Jésus comme sauveur, mais nous avons besoin d'être perfectionnés parce que cette sainteté a besoin de se manifester dans tout le temple pour que tout soit à sa place comme le Seigneur le veut. Et c'est le travail des serviteurs de Dieu, qui sont eux-mêmes des pierres vivantes, et qui ont aussi besoin d'être perfectionnés comme les autres par d'autres ministres de Christ. Ils ont comme fonction unique de perfectionner les saints pour les amener justement " à l'état d'hommes faits, à la mesure de la stature parfaite de Christ " (verset 13). Et il ajoute encore au verset 16 : « C'est en Lui, grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s'édifie lui-même dans l'amour ".

 

           Je vais lire dans Philippiens, au chapitre 3, au verset 1 : « Au reste, mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur. Je ne me lasse pas de vous écrire les mêmes choses, et pour vous cela est salutaire. Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers (ce sont ceux qui construisent mal le temple ou qui le construisent d'une manière que Dieu n'a pas prévue), prenez garde aux faux circoncis (qui ne sont pas passés, ni par l'autel des sacrifices, ni par la cuve, ni par le reste, ils font semblant d'être des circoncis alors qu'ils n'en sont pas), car les circoncis, c'est nous , qui rendons à Dieu notre culte (voilà l'autel des parfums), par l'Esprit de Dieu, qui nous glorifions en Jésus-Christ, et qui ne mettons pas notre confiance en la chair ".

           Chaque fois que le temple de Dieu est construit par des hommes, selon des préceptes humains, nous mettons notre confiance dans la chair. Chaque fois que des églises mettent en place un système humain, d'organisation humaine, par exemple un pasteur unique qui contrôle tout et qui fait tout lui-même, c'est un modèle de construction non biblique du temple du Seigneur, c'est un modèle charnel, c'est un modèle qui ne correspond pas à la volonté du Seigneur, et la Shékinah de Dieu ne repose pas sur ce temple-là. Il faut que chaque détail soit à sa place. " Moi aussi, j'aurais sujet de mettre ma confiance dans la chair ". "Si j'avais voulu, j'aurais pu en faire, des choses, dans la chair !" dit Paul. Et malheureusement, il y a beaucoup d'églises, de chrétiens, de serviteurs de Dieu qui vivent presque toute leur vie chrétienne dans la chair, et qui sont en train de mettre dans ce temple saint un désordre indescriptible, en espérant que la gloire de Dieu va venir reposer sur leurs chants et leurs cantiques. Cela ne peut pas être ainsi, cela ne peut pas exister.

 

           Lisons Philippiens 3, au verset 7 : « Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ ". Tous ces systèmes humains marchent si bien dans la société humaine, qu'on pourrait organiser l'Eglise parfaitement comme on organise une multinationale avec un PDG, des directeurs généraux, des directeurs, des chefs de service, ça marcherait très bien. Et ça marche très bien dans beaucoup de cas, humainement parlant, mais Dieu n'est pas dans ces systèmes-là. Ce n'est pas comme cela que Dieu a voulu construire Son temple, parce que dans ces systèmes, Christ n'est pas la tête, le corps n'est pas à sa place. " Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j'ai renoncé à tout ; et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d'être trouvé en Lui, non pas avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, afin de connaître Christ, la puissance de sa résurrection, et la communion de Ses souffrances, en devenant conforme à Lui dans Sa mort, pour parvenir, si je puis , à la résurrection d'entre les morts ".

 

           Il y a ici tout le programme de la construction du temple. Pour que ce temple puisse être bien construit, il faut que nous renoncions à tout ce qui est charnel, à tout ce qui est humain, à tout ce qui est notre volonté propre. Il faut que nous devenions conformes à la volonté de Dieu dans tous les détails. Rappelez-vous que Dieu avait donné à David, par un écrit de Sa main, le modèle de tous les détails du temple, y compris des fourchettes, y compris des petits objets qui devaient être fabriqués pour le culte du Seigneur. Dieu avait donné à David un écrit précisant le modèle de chaque détail du temple. Et dans la Parole de Dieu, nous trouvons un modèle de chaque détail de notre vie, de la marche par l'Esprit, de la marche crucifiée, et de la marche par la foi. Dans la Parole nous trouvons tous ces détails qui nous permettent de mettre chaque chose à sa place dans ce temple que nous sommes. Et le Seigneur nous éclaire si nous Lui demandons en disant avec un coeur ouvert : "Seigneur, je veux que ce temple soit parfaitement construit comme Tu le veux, chaque objet à sa place, afin que quand j'arrive devant le lieu Très Saint, je puisse T'offrir une louange qui t'est vraiment agréable. Seigneur fais cela dans ton temple".

 

           Et vous croyez que le Seigneur ne va pas le faire ? Quand Il voit ce coeur bien disposé, Il va tout faire pour tout mettre à sa place, Il va nous donner de sa propre main un écrit : " Le voilà ! Je le tiens dans ma main ", de sa propre main, un écrit où tous les détails seront fixés, et si nous mettons notre vie en conformité avec cet écrit, la gloire de Dieu va reposer sur nous et sur notre église. Alléluia !

 

           " Soyez tous mes imitateurs ", dit Paul au verset 17, " portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous ". Paul était arrivé, je pense, à entrer pleinement dans ce plan de Dieu, puisqu'il dit : Portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en moi.

 

           " Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j'en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition ; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu'aux choses de la terre ". Pour les ennemis de la croix de Christ, la fin est la perdition. Si nous sommes amis de la croix de Christ, la croix va faire dans nos vies un travail de mise à mort de tout ce qui est charnel et humain pour nous faire entrer dans le plan de construction du temple du Seigneur comme Il le veut. Nous aurons un coeur vraiment ouvert à l'action du Seigneur.

 

           Pour que ce temple se fasse comme Dieu le veut, dans nos propres vies, pour que ce temple soit construit comme Dieu le veut, il faut que la croix soit au centre de notre vie, la croix. On revient toujours à la prédication de la croix, à la mort à soi-même, à la mort en Christ, à la mort à tout ce qui est égoïste et humain, pour que tout ce qui est de Dieu puisse prendre toute sa place en nous. Cela veut dire, bien-aimés, que nous devons nous préparer à passer par beaucoup de souffrances pour que tout soit en place comme Dieu le veut. La construction du temple ne se fera pas sans souffrances, elle ne va pas se faire au milieu des cantiques et de l'allégresse en permanence, sinon dans le fond de notre coeur et de notre esprit. Il se peut qu'au moment même où la Shekinah, la gloire de Dieu, vient reposer sur nous pour que nous soyons vraiment à la gloire de Dieu en toutes choses, nous soyons au milieu de la pire des afflictions sur cette terre, ou de la pire des persécutions. L'esprit de gloire vient reposer sur une église souffrante et persécutée, mais une église glorieuse, une église remplie de l'Esprit du Seigneur.

 

           Je voudrais vous y préparer, nous y préparer tous. Pour que ce temple arrive à une pleine construction où chaque objet sera à sa place, il faut que nous passions par le travail de la croix, donc par les souffrances de Christ, et il faut nous y préparer. Il faut passer par un brisement complet de tout ce qui est humain et charnel en nous, un brisement complet. Quelquefois, nous avons la tête dure et nous résistons au Seigneur. Nous disons sincèrement que nous ne le voulons pas, mais dans la pratique, on ne veut pas vraiment que le Seigneur fasse son oeuvre et on résiste, on résiste en nous accrochant encore à une partie de notre volonté personnelle. On ne veut pas vraiment que le Seigneur agisse là, à cet endroit-là, on ne veut pas vraiment Lui abandonner telle partie de notre vie personnelle à laquelle on tient. Le Seigneur veut que nous passions par un brisement complet de tout ce qui est humain et charnel. C'est là que le parfum de Dieu va sortir, c'est là que le travail va se faire dans sa perfection.

 

           Je voudrais vous lire quelques passages qui nous le montrent ; je voudrais citer trois exemples qui sont bien connus, c'est celui du blé, celui du raisin et celui de l'olive. Ce sont trois exemples du travail du Seigneur dans nos vies.

 

           Le blé d'où on tire le pain : pour produire du pain, il faut que les grains de blé soient écrasés dans le moulin, c'est ça le travail de la croix. Si le grain de blé reste seul, il ne produit pas de fruit. S'il meurt, il va monter et produire du fruit. Mais ces fruits-là, pour qu'ils produisent du pain consommable, doivent être complètement écrasés : ça, c'est le travail de la Croix.

           

           Le raisin : pour produire ce bon vin que nous apprécions tant, et ce vin spirituel qui représente la vie, la plénitude du Seigneur en nous, le raisin doit être pressé, il doit être écrasé pour que le jus en sorte.

 

           Et l'olive c'est pareil, cette olive qui représente aussi la plénitude de l'Esprit en nous : pour que cette huile sorte de l'olive, il faut que l'olive soit écrasée, pressée pour en sortir ces gouttes d'huile qui vont faire le régal de ceux qui l'apprécient.

 

           Eh bien, pour nous, c'est pareil, si nous voulons faire le régal de Dieu qui va nous goûter, bon pain vivant sans levain, qui va goûter ce vin pur que nous Lui présentons, qui va goûter cette huile, tout cela vient de Lui, mais il va falloir passer par la presse, par le moulin, il va falloir passer par l'écrasement entre deux pierres. Jésus est la pierre vivante, nous sommes des pierres aussi, mais il faut que nous passions par un écrasement complet de tout ce qui empêche la vie de Dieu de se manifester. Si nous restons au stade de graine, de grain de raisin ou d'olive, jamais, jamais le travail de Dieu ne se fera dans nos vies, il faut passer par un écrasement qui est le travail de la croix.

 

           Pensez aux souffrances de Jésus, pour que Jésus donne la vie au monde : Il a dû passer par la mort et les souffrances de la croix. Nous, nous n'aurons pas à donner notre vie pour le salut du monde, bien évidemment, mais nous aurons à participer aux souffrances de Christ en portant notre croix tous les jours pour que tout ce qui est humain, tout ce qui est charnel diminue, disparaisse complètement.

 

           Dans 1 Pierre 2, au verset 20, il est écrit : " Si vous supportez la souffrance quand vous faites ce qui est bien, c'est une grâce devant Dieu. Et c'est à cela que vous avez été appelés ", cela veut dire prédestinés. Vous avez été appelés à supporter la souffrance en faisant ce qui est bien. Cela veut dire que quand nous allons faire ce qui est bien, c'est-à-dire vivre une vie sainte, manifester l'amour de Dieu autour de nous, annoncer l'Evangile avec un coeur pur, vivre une vie sans compromis avec le Seigneur, eh bien par là-même, à cause de l'impiété du monde qui nous entoure, à cause de la tiédeur de l'Eglise, à cause de la présence de Satan et de ses démons, à cause de l'opposition qui est autour de nous, nous aurons à souffrir, à souffrir, à souffrir jusqu'à un écrasement complet comme Jésus. Parce que Dieu nous demandera de supporter la souffrance en faisant ce qui est bien, comme le Seigneur l'a fait, Lui qui venait vers les Siens avec amour et qui a été rejeté par les Siens. On L'a crucifié par nos péchés, Il a été rejeté par ceux vers lesquels Il venait pour faire du bien.

 

           Et cela nous arrivera, bien-aimés, je préfère le dire et le redire parce que bien souvent je trouve encore beaucoup de chrétiens, et même moi, cela m'arrive encore de m'étonner quand cela m'arrive, mais je ne devrais plus. Il faut le répéter, nous sommes appelés à souffrir injustement en faisant ce qui est bien, et cette souffrance viendra de nos frères et de ceux qui nous sont les plus proches. Nous aurons à subir la persécution de Caïn, qui était frère d'Abel, la persécution de Saül qui était le beau-père de David, et qui était son roi, la persécution de tous ceux qui veulent vivre saintement, comme Paul le dit à Timothée. Nous aurons à subir cette persécution-là. Qui a tué Abel ? Son frère Caïn. Caïn tuera toujours celui qui veut vivre saintement. Et Caïn, c'est l'image de l'église charnelle, ce n'est pas l'image du monde, c'est l'image de l'église charnelle, ce sont nos propres frères charnels qui vont nous clouer sur la croix que Jésus nous destine.

 

           Ne nous étonnons pas quand cela nous arrive, nous sommes destinés, appelés à cela, et si nous ne l'avons pas supporté encore peut-être pleinement jusqu'ici, c'est parce que Jésus a vu que nous n'étions pas prêts, et Il veut nous y préparer par ces exhortations, et plus nous allons avancer dans la vie avec Jésus, si nous voulons vraiment que la gloire de Dieu repose pleinement sur nous, plus nous devons apprendre à souffrir injustement, sans avoir rien fait de mal, nous sommes appelés à cela.

 

           Lisons 1 Pierre 3, au verset 8 : " Soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d'amour fraternel, de compassion, d'humilité. Ne rendez pas mal pour mal ". Cela veut dire que quand on te fait mal, sois plein de compassion, d'humilité et d'amour. Un peu plus loin, il dit au verset 12 : " Les yeux du Seigneur sont sur les justes et ses oreilles sont attentives à leur prière, mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal. Et qui vous maltraitera, si vous êtes zélés pour le bien ? D'ailleurs, quand vous souffririez pour la justice, vous seriez heureux ". Cela veut dire qu'il y a un bonheur profond que personne ne peut connaître vraiment tant qu'on n'a pas été traité injustement en regardant à Jésus, notre Seigneur et notre Sauveur qui a subi pour nous le traitement le plus injuste, qu'Il a accepté. C'était la justice de Dieu, mais humainement c'était injuste. Eh bien, il dit là : " Si vous souffrez pour la justice, vous serez heureux ". C'est-à-dire que nous allons comprendre ce qu'il y avait dans le coeur de Jésus, au moment où Il était en train de mourir pour nous sur la croix. Nous allons comprendre cet amour suprême qu'Il avait pour nous et qu'Il déversait sur nous au moment même où Il recevait un traitement qui était injuste pour Lui. Nous allons comprendre cette joie suprême qui était dans le coeur de Jésus au moment où Il accomplissait parfaitement la volonté de Son père. Et la volonté du Père pour nous, c'est que nous participions à ces souffrances-là parce qu'elles vont nous amener à la perfection.

 

           " Sanctifiez dans vos coeurs le Seigneur Dieu, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous, et ayant une bonne conscience, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ceux qui décrient votre bonne conscience en Christ soient couverts de confusion. Car il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu'en faisant le mal " (versets 15 à 17).

 

           Et il dit au chapitre 4 et au verset 1 : " Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair (il ne parlait pas là de maladie et d'infirmité, il parlait de ses souffrances, de la croix, et de la persécution qu'Il a dû subir), vous aussi armez-vous de la même pensée ". La pensée de souffrir dans notre chair. Vous savez, quand c'est notre propre famille qui s'oppose à nous, nos enfants, nos parents, nos frères, nos soeurs, quand c'est notre propre famille spirituelle, ceux qu'on considérait peut-être comme des amis en Christ depuis longtemps, qui commencent à s'opposer à nous, à nous traiter d'extrémistes religieux ou de légalistes, ou de fanatiques, quand ils commencent à le faire avec l'esprit de Caïn, cela fait mal dans notre propre chair. Je ne parle pas simplement du corps mais dans notre coeur et nos sentiments personnels, cela fait mal, mais nous sommes appelés à passer par là, bien-aimés. " Parce que celui qui a souffert dans sa chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui nous reste à vivre dans la chair " (chapitre 4, versets 1 et 2).

 

           Un peu plus loin, au verset 12 : " Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver " . C'est dans la fournaise que l'argent et l'or sont épurés. Ce qu'il y a de bien avec le feu de Dieu, c'est qu'il ne brûle que ce qui peut être consumé, c'est-à-dire le péché, alors que si nous sommes dans la sainteté, le feu de Dieu ne nous brûle pas. Nous ne sommes pas brûlés par le feu de Dieu quand nous sommes dans la sainteté. Le feu vient brûler le péché en nous, donc, il ne faut pas que ce feu soit un feu de jugement, mais un feu de sanctification et de purification. Et Dieu nous demande de passer dans cette fournaise pour nous éprouver. « Réjouissez-vous, au contraire ", parce qu'on pourrait avoir tendance à être découragés, mais nous devons comprendre le plan de Dieu, Il parle constamment de bonheur. Soyez heureux, réjouissez-vous, considérez que c'est une grâce de Dieu.

 

           Et alors, nous pourrons dire : "Seigneur, je comprends ton plan, fais-moi la grâce de me remplir de l'Esprit de Christ, et de passer au travers de cette fournaise tout en me réjouissant".

Et non pas en maugréant, en demandant ce qui m'arrive, en me disant : mais c'est injuste, mais enfin, moi, qui suis chrétien, je devrais être reçu à bras ouverts par tout le monde, l'église entière devrait être là en me disant : "Oh ! que tu es merveilleux !"

Mais non, nous ne sommes pas appelés à cela. Tant que nous manifesterons la gloire de Dieu par des miracles, des signes et des prodiges, peut-être que les foules nous suivront comme elles l'ont fait pour Jésus, mais quand nous commencerons à leur parler des choses difficiles de la marche par l'esprit et par la foi, alors là, ce sera très différent !

"Le pain et les poissons, les guérisons et les miracles, d'accord, mais la marche sanctifiée, crucifiée, non, c'est trop. Cette parole est trop dure ! Qui peut l'écouter ? Au-revoir. "

C'est ce qu'on vous dira.

 

           Et vous, dit Jésus, voulez-vous aussi m'abandonner et partir comme les autres ? " Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller? " (Jean 6:67). Il nous pose la question à chacun, est-ce que tu veux que ton temple arrive à une formation parfaite, où tout est en place, où tu es passé par la croix, où tu es vraiment entré dans la plénitude du plan de Dieu ? Si tu en es là, la Shékinah de Dieu repose sur toi et fait de toi un fleuve d'eau vive pour tous ceux qui passent à côté de toi, parce que Dieu habite pleinement dans cette maison-là, Il l'a purifiée, Il l'a sanctifiée, Il t'a fait comprendre son plan, Il a mis tout à sa place, et la gloire de Dieu repose sur toi.

 

           Et il dit au verset 16 : " Si quelqu'un souffre comme chrétien (c'est-à-dire injustement, maltraité à cause de Christ), qu'il n'en ait point honte, mais que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom. Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu ". Le jugement du Seigneur sur tous ceux qui ne veulent pas entrer dans son plan. Je relis le verset 13 : " Réjouissez- vous de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez dans la joie et l'allégresse lorsque Sa gloire apparaîtra. Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'Esprit de gloire (la Shékinah), l'Esprit de Dieu repose sur vous ".

 

           Quand le temple de Dieu est rebâti ou bâti comme Dieu le veut, cela veut dire qu'on a compris l'oeuvre de la croix en nous, on a compris par où on doit passer, on a accepté Jésus comme un Sauveur personnel, on est passé par le baptême d'eau, le baptême du Saint-Esprit, on a compris la nécessité d'avoir un baptême de feu puissant, d'être consacré entièrement, on a compris la nécessité de la sanctification et on accepte le travail de sanctification, on loue le Seigneur et on l'adore, on prie en esprit et en vérité. Tout est à sa place, et à ce moment-là, le Seigneur dit : "Bon, tu veux que mon Esprit de gloire repose vraiment sur toi, alors je vais mettre la touche finale à ta préparation, je te rends capable maintenant de pleinement supporter l'injustice pour mon nom".

 

           Et à partir de là, tu vas commencer à vraiment souffrir. Tu pensais que le travail de préparation était fini, tu as reçu un bon baptême du Saint-Esprit, tu t'es renouvelé dans la louange et dans l'esprit d'intercession, tu es renouvelé dans la présence du Seigneur, tu as senti un travail d'édification que le Seigneur a fait en toi, et tu dis : "C'est bien, je suis prêt, maintenant il n'y a plus qu'à attendre que le Seigneur revienne pour m'enlever"

 

           Non ! Il va falloir arriver au summum de la préparation, participer aux souffrances de Christ pour être capable de supporter les plus grandes injustices, les plus mauvais traitements pour Christ, tout en gardant l'esprit de gloire sur toi, c'est-à-dire l'acceptation joyeuse de cette grâce qui t'est faite par Jésus-Christ. Et là, tu vas être un modèle pour l'église. Là, tu vas être un sujet d'étonnement, de stupéfaction pour le monde et pour l'église charnelle, qui verront à quel point l'esprit de gloire, l'esprit de Dieu repose sur toi ! Le Seigneur est glorifié parce que tu as appris à entrer dans les souffrances de Christ et à y être heureux, à porter ta croix tous les jours avec joie parce que ton Seigneur est avec toi. Le Seigneur, ton Dieu est avec toi, et tu ne marches plus par la vue, tu marches par la foi, tu vois d'avance ce qui t'est réservé dans les cieux et que ce n'est qu'un passage ce que tu es en train de passer. De même la croix a été pour Jésus un court passage, mais tellement douloureux ! Tu auras un court passage, mais tellement douloureux, dans cette participation aux souffrances de Christ ! Mais comme ton temple est formé, comme tu as compris, comme tout est à sa place, tu reçois du Seigneur toute la force qu'il faut, toute la grâce qu'il faut, pour passer au travers de la fournaise, en glorifiant le Seigneur. Tu auras tout ce qu'il faut, parce que Jésus y est passé avant toi et Jésus est avec toi, et en toi, Il te donnera, au moment où tu en auras besoin, toute la grâce, tout l'Esprit nécessaire, pour glorifier le nom de Jésus, en montrant vraiment la gloire de Dieu au travers de ton comportement.

 

           Et c'est ainsi que nos frères, les premiers chrétiens, qui étaient dévorés par les lions, qui étaient vraiment soumis à des traitements épouvantables pour beaucoup d'entre eux, glorifiaient Dieu à ce moment précis où ils pouvaient comprendre la grâce qui leur était faite de passer par un martyre pour le Seigneur. Et il est dit qu'ils auront une meilleure résurrection à cause de ce qu'ils ont souffert. Mais c'était la grâce suprême qui leur était donnée. Si nous ne sommes pas appelés à être des martyrs, à ce genre de martyre-là, nous sommes tous appelés au martyre qui consiste à supporter l'injustice alors que nous n'avons rien fait de mal. Acceptons-le, préparons-nous, et quand nous verrons cette injustice et cette participation aux souffrances de Christ venir, réjouissons-nous parce que cela veut dire que Dieu a construit Son temple, que Dieu est en train de mettre toutes les choses en place, et que nous sommes dignes maintenant de passer à une étape plus profonde, plus grande pour Sa gloire en ayant l'esprit de gloire qui repose sur nous.

 

           C'est merveilleux de penser que le Seigneur est en train de faire cette oeuvre, et qu'Il va enlever une Eglise qui est prête, où tout est en place, une Eglise qui a l'Esprit de Christ reposant sur elle. Tu veux entrer dans ce plan-là ? Alors, dis-le au Seigneur, mais dis-le lui de tout ton coeur en sachant ce qui t'attend. Il faut, bien-aimés, que personne de ceux qui m'écoutent (ou me lisent) ici, ne soit surpris quand cela arrivera, cela vous est déjà arrivé, n'est-ce pas ? Mais quand cela arrivera, ne soyons pas surpris, réjouissons-nous au contraire de la part que nous avons aux souffrances de Christ. Glorifions Dieu de cette manière-là comme notre Seigneur a glorifié son Père.

 

           Et la gloire du dernier temple va être vraiment plus grande, parce que ce travail de préparation va s'intensifier dans les tous derniers temps ; c'est-à-dire que le monde va voir en face de lui une Eglise d'une sainteté qu'on n'a jamais vue avant, sainteté parce qu'elle est passée par la croix, elle est passée par l'obéissance. L'Eglise du Seigneur va être remplie de la gloire de Dieu, c'est le réveil auquel je m'attends. Je ne m'attends pas à des réveils avec des grands stades remplis de gens qui chantent et dansent.

 

           Partout dans le monde l'Epouse du Seigneur se sera préparée, sanctifiée. En face des plus grandes persécutions qui viendront sur elle et qui vont s'intensifier d'une manière terrible, ceux du monde et l'église charnelle vont voir une Eglise rayonnante de paix, de joie, d'amour. Elle va manifester la gloire de Dieu devant elle, au milieu aussi des signes, des prodiges, et des miracles que Dieu accomplira avec cette Eglise-là, et qui à cause de cela, sera mise à mort, mais dans la gloire du Seigneur.

 

           En un sens cela fait trembler notre chair de le savoir, mais moi, cela me réjouit dans mon esprit parce que je sais qu'il faut passer par une crucifixion complète de tout ce qui est charnel. Seigneur, je sais que je dois le saisir par la foi, mais si je le saisis par la foi, ma foi sera mise à l'épreuve. Alleluia !

 

 

           Prions : "Seigneur, ce que je demande dans mes prières, c'est que selon ta Parole, tu donnes à ton Eglise le temps de se préparer et de mettre tout en place. Fais-le toi-même par ton Esprit, mets dans le temple que nous sommes toutes choses en place, et que tout soit fait dans l'ordre que tu as prévu, Seigneur, je t'en prie. Que sur ce temple saint tu fasses reposer ta gloire, l'Esprit de Christ, cet esprit d'amour, cet esprit d'intercession, cet esprit qui fait du bien quand on nous fait du mal, cet esprit capable de prier pour les ennemis, d'intercéder pour eux et de leur faire du bien et le plus grand bien possible. Que cet Esprit repose sur nous avec abondance, renouvelle-nous ce soir dans cet Esprit, Seigneur, et je te demande que dans cette restauration aussi de ton temple, tu restaures aussi le corps et tu guérisses les malades, parce que dans la préparation du temple, il y a aussi la guérison du corps, la délivrance des démons, tout cela fait partie, Seigneur, de l'installation de ton temple et des parvis extérieurs. Seigneur, je te demande que ce temple saint que nous sommes soit totalement construit et reconstruit et que tu fasses reposer ta gloire sur nous, au nom de Jésus, mon Père. Amen !"