C121  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Mon église est-elle conforme à la Parole de Dieu ?

Les églises locales. Les groupes de maison. Les anciens et les diacres. Les ministères de conduite spirituelle.



(message n°1)

 

Ce message fait partie d'une série de 4 messages (références C121 à C124). Il est le premier de la série.

 

Nous allons regarder ensemble ce que dit le Seigneur, dans sa Parole, sur l'Eglise. C'est un sujet qui est vaste. Je n'aurai certainement pas fini en une fois, ni en deux, ni en trois. Je ne sais pas combien de temps ça va durer. Le Seigneur conduira. Mais j'aimerai dire, en tout cas, tout ce qui est important que le Seigneur a envie de nous faire entendre, au sujet de la manière dont l'Eglise doit être et dont elle doit fonctionner dans le Seigneur. Alors, il ne s'agit pas de critiquer ce qui se fait autour de nous. Il s'agit de voir ce que la Parole de Dieu dit. En ce qui concerne l'Eglise, je voudrais parler d'un certain nombre de choses qui concernent d'abord ce qu'est l'Eglise, comment la Parole de Dieu dit qu'elle doit fonctionner, comment elle doit être organisée. Je vais parler des ministères des chrétiens, en tant que ministères individuels, des ministères spirituels dans l'Eglise, du ministère des femmes dans l'Eglise, des ministères de direction spirituelle, des anciens, du fonctionnement pratique de l'Eglise, de la direction du Saint-Esprit dans l'Eglise, de certaines fausses doctrines qui circulent concernant la direction et le fonctionnement de l'Eglise. Cela fait beaucoup. Mais, j'ai essayé de résumer de manière aussi claire que possible, en m'appuyant toujours sur la Parole du Seigneur.

Alors, cela peut paraître un sujet qui n'est peut-être pas toujours aussi excitant que lorsqu'on parle des miracles, des prodiges et des guérisons. Mais c'est extrêmement important dans la vie pratique du chrétien et de l'Eglise, parce qu'il y va de la gloire de Dieu et de l'édification du corps de Christ.

Si Dieu nous donne un modèle de fonctionnement de l'Eglise de Jésus-Christ, c'est parce qu'il a un plan au travers de l'Eglise. L'Eglise, c'est la maison du Seigneur sur la terre. C'est là qu'il doit habiter, qu'il doit se glorifier. C'est là que la vérité doit être prêchée. C'est la lumière de ce monde de ténèbres. C'est là que le Seigneur doit manifester sa présence. Et c'est là aussi où le Seigneur a prévu que tous les malheureux de la terre, tous ceux qui ont besoin de salut, de guérison et de paix, viennent trouver le Seigneur Jésus.

 

S'il y a un mot clé pour définir tout ce qui va être dit, c'est le mot vérité.

 

Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie.

 

Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité.

 

Je t'écris ces choses, avec l'espérance d'aller bientôt vers toi, (15) mais afin que tu saches, si je tarde, comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l'Eglise du Dieu vivant, la colonne et l'appui de la vérité.

 

Donc, tout revient à la Vérité, avec un grand V. L'Eglise, "ecclesia", cela veut dire en grec, "ceux qui ont été appelés hors du monde", pour former le temple du Seigneur, pour devenir ensemble les enfants du Seigneur, rachetés, nés de nouveau. Il nous a appelés, parce qu'il nous a connus d'avance, et ceux qu'il a connus d'avance, il les a prédestinés à être sauvés, parce qu'il savait d'avance qu'ils allaient répondre oui :

 

Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. (30) Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

 

C'est cet appel de Dieu que les brebis entendent, parce que ceux qui sont de Dieu entendent la voix du Seigneur, et ceux qui entendent sa voix se tournent vers lui, se détournent du monde et du péché, pour s'approcher de lui et former son troupeau.

 

Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ;

 

et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix.

 

Et, ce troupeau forme ce que Jésus appelle son Eglise, qu'il a tellement aimée qu'il a donné sa vie et son sang pour elle.

 

comme Christ a aimé l'Eglise, et s'est livré lui-même pour elle,

 

Son Eglise, c'est son troupeau, ses brebis qu'il chérit de tout son cœur et que le Père aime individuellement autant que Jésus lui-même.

 

Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux, et que je sois en eux.

 

C'est formidable de penser que Dieu, le Père, t'aime du même amour qu'il aime Jésus ; Donc, c'est une grande responsabilité pour moi. Je ne veux pas dire à mon Père céleste : "Tu m'as aimé comme tu as aimé Jésus. Tu as donné ton Fils qui a payé un si grand prix pour moi, et moi, je vais me contenter de vivre simplement ce que tu permets que je vive, mais pas la perfection de ta volonté parfaite". Moi, ça ne m'intéresse pas de vivre la volonté permissive de Dieu, ce qu'il permet dans ma vie. Ce qui m'intéresse de vivre, c'est ce qu'il a prévu dans sa pensée parfaite, parce qu'il permet tout, le Seigneur. Tout la mal qui peut arriver, il l'a permis ; Mais ce n'était pas la volonté parfaite de son cœur. Ce qui nous intéresse, nous, enfants de Dieu, c'est de chercher quelle est la volonté parfaite du Seigneur pour entrer dans son plan, parce que c'est là qu'on fait vraiment plaisir à un dieu qui nous aime. C'est là qu'on lui prouve qu'on l'aime, en marchant dans la vérité.

 

Je n'ai pas de plus grande joie que d'apprendre que mes enfants marchent dans la vérité.

 

Alors, imaginez la joie du Père qui est la Vérité, la joie du Fils qui est la vérité, de nous voir marcher dans la vérité, dans la perfection de la vérité, dans l'esprit de la Parole qu'il a donnée, par la puissance du Saint-Esprit, par la foi en Jésus.

 

Ceux qui ont été appelés hors du monde pour devenir l'Eglise, ecclesia, ce sont ceux qui ont entendu l'Evangile, la prédication de la Parole du Seigneur. En général, c'est par un homme qui nous la donne, par un témoignage ou par une révélation directe du Seigneur, comme Paul. En tout cas, ils doivent être au contact de la Parole vivante du Seigneur Jésus qui donne sa parole de vie et nous montre l'état dans lequel nous nous trouvons. Alors, cette Parole produit la repentance. Et cette repentance nous fait tourner vers le seigneur pour réaliser que nous avons péché. En nous tournons vers le Seigneur, nous recevons sa vie, nous naissons de nouveau par sa grâce.

Ce qui est important, dit Paul, ce n'est pas de savoir si vous êtes circoncis ou incirconcis, juif ou grec, riche ou pauvre, c'est de savoir si vous êtes une nouvelle créature en Christ :

 

Car ce n'est rien que d'être circoncis ou incirconcis ; ce qui est quelque chose, c'est d'être une nouvelle créature.

 

Ce n'est pas la religion à laquelle vous appartenez, ce n'est pas le groupe, la dénomination. Ce qui est important, c'est : "Est-ce que tu as la vie de Dieu en toi ?". Si tu n'as pas la vie, tu es rien du tout. Tu es un pécheur qui a besoin de se repentir. Tu es aimé de Dieu, quand même, dans ton état. Mais, sans la vie, il n'y a rien, il n'y a qu'une religion creuse. Avec l'appel de Jésus, viennent aussi la puissance du Saint-Esprit et la vie de Jésus pour transformer ceux qui ont eu le cœur touché par la Parole du Seigneur.

 

Je lis, comme premier verset, dans Actes 2, quand Pierre annonce la résurrection de Jésus à la foule qui est là. Il leur dit cette simple phrase, qui est toute une prédication :

 

Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.

 

C'est comme cela qu'on rentre dans l'Eglise de Jésus. On écoute l'Evangile de Jésus-Christ mort pour nos péchés, ressuscité pour notre justification. Ça touche notre cœur. On se repent sous l'action du Saint-Esprit. On dit : "Seigneur Jésus, pardonne-moi. Je me détourne de ma vie passée, je me tourne vers toi et je te reçois dans mon cœur, comme Seigneur et Sauveur". Et là, la puissance du Saint-Esprit me fait naître de nouveau. Et, immédiatement, dans l'heure qui suit, on passe par l'eau du baptême par immersion, au nom du Seigneur. Dans la Bible, c'est comme ça, quand la nouvelle naissance est réelle, l'Evangile est vraiment prêché. Faisons comme la Parole de Dieu le dit. Pourquoi faire attendre six mois ou un an les candidats, comme on dit, au baptême, alors qu'ils ne sont pas candidats du tout. C'est un ordre du Seigneur. En pleine nuit, il a baptisé Corneille, le centurion romain et toute sa famille qui avait cru. Ça aurait été une magnifique occasion de faire un beau service de baptême devant toute l'armée romaine. Ils ne l'ont pas voulu, parce qu'ils connaissaient la pensée du Seigneur. Dans la minute qui suit, ils l'ont passé dans l'eau, par immersion. Pierre a ordonné qu'ils soient plongés dans l'eau, au nom du Seigneur, pour être baptisés. C'est l'ordre du Seigneur Jésus.

Et, ceux qui ne le sont pas, faites-le vite, bien aimés. Ce n'est pas parce que vous avez été en contact avec des chrétiens qui ont été baptisés enfants, par aspersion et qu'ils sont bénis de Dieu, que ça prouve que Dieu a approuvé leur baptême. Baptiser, ça veut dire plonger, en grec. Donc, nous devons être plongés dans l'eau, au nom du Seigneur Jésus, pour confirmer cette acceptation du Seigneur que nous avons faite, cette mort et cette résurrection en Jésus et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Tout ça se faisait dans la foulée, au début. Quelquefois même, en sortant de l'eau, ils étaient baptisés du Saint-Esprit. C'est comme cela que le Seigneur a prévu de le faire. Il nous donne le baptême dans son Esprit, cette plénitude du Saint-Esprit, cette effusion de l'Esprit qui est venue, comme le jour de la Pentecôte. Il veut la donner dès les premiers instants de notre conversion. Il a bien dit à tous ses disciples :

 

Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s'éloigner de Jérusalem, mais d'attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ;

 

Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.

 

Car il savait que tout le reste de la vie de l'Eglise allait être tordu, parce qu'ils n'étaient pas baptisés dans le Saint-Esprit. Et, ce qui se passe, quand on n'est pas baptisé dans le Saint-Esprit, c'est qu'on a tendance à organiser de manière humaine la vie de l'Eglise, parce qu'on a moins de facilité à écouter la voix du Seigneur et on est, à ce moment-là, à côté de la volonté de Dieu. Les disciples ont attendu d'être visités par la puissance d'en haut, d'être remplis du Saint-Esprit. Etant rempli du Saint-Esprit, leur chair était morte, crucifiée et ils étaient des instruments obéissants entre les mains du Seigneur.

On verra comment le Saint-Esprit a dirigé pratiquement son Eglise. Dans tout le livre des actes, vous ne voyez aucun signe d'intervention ou d'organisation humaine, à aucun moment, tant que l'Eglise a été dirigée directement par le Saint-Esprit. Dès que les hommes ont négligé cette présence de l'Esprit et cette dépendance de l'Esprit, peu à peu, ils ont été obligés de remplacer cela par quelque chose, par les Eglises humaines, les dénominations, de l'organisation humaine. Vous savez : l'homme est très puissant. J'étais dans l'administration des entreprises, dans le temps, et je vois à quel point il est facile d'organiser, pour les hommes, d'immenses entreprises qui font des prodiges humains. Pour envoyer des fusées sur la lune, il faut des organisations fantastiques. Donc l'homme, avec son intelligence, est parfaitement capable d'organiser l'Eglise de Jésus-Christ, comme il organise ces entreprises-là. Et ça va rouler à plein tube, mais en dehors de la pensée du Seigneur.

Alors, on doit choisir : ou laisser le Saint-Esprit diriger ou laisser l'homme, mais les deux ne vont pas ensemble. Et c'est formidable de voir ce que Dieu fait avec une petite poignée d'hommes, au départ, qui étaient entièrement consacrés au Seigneur et baptisés du Saint-Esprit. Ils ont évangélisé, pour Christ, tout le monde connu de l'époque en quelques années, sans radio, sans télé, sans imprimerie, sans micro, sans cassette, sans livre, par la puissance du Saint-Esprit qui dirigeait l'Eglise. Il faut revenir à cela. Et, dans les derniers temps, c'est ce que l'Eglise du Seigneur va connaître. Il va enlever une Eglise glorieuse. Alléluia !

 

Donc, ce mot Eglise, ecclesia, n'est jamais utilisé, dans le Nouveau Testament, pour désigner un bâtiment. Maintenant, quand vous demandez dans la rue où est l'église, on va vous indiquer un bâtiment. Des siècles après le début de l'Eglise, quand les chrétiens ont commencé à perdre la présence du Seigneur, ils ont éprouvé de plus en plus le besoin de construire de grands bâtiments pour se réunir, parce que, déjà, c'était un système humain qui prenait la place du système divin. Donc, si le Seigneur n'a jamais, dans toute la Bible, utilisé le mot Eglise pour un bâtiment, ne le faisons pas non plus. La maison du Seigneur, ce n'est jamais un bâtiment. C'est le corps de Christ réuni quelque part :

 

Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux.

 

En ce qui concerne la maison de Dieu, j'aimerais lire un passage :

 

Ainsi, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. (20) Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. (21) En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur. (22) En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit

 

Dans un autre passage, il est dit que :

 

Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ.

 

On a là le travail du Seigneur dans son Eglise, dans chacun de nous et dans l'ensemble du corps de Christ, du temple du Dieu vivant.

 

Dans 1 Timothée 3, Paul dit à Timothée :

 

Je t'écris ces choses, avec l'espérance d'aller bientôt vers toi, (15) mais afin que tu saches, si je tarde, comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l'Eglise du Dieu vivant, la colonne et l'appui de la vérité.

 

Cette étude, c'est exactement dans ce but qu'elle est faite : savoir comment nous conduire dans l'Eglise du Seigneur. Paul appelle l'Eglise "la maison de Dieu", Eglise du Dieu vivant, donc rassemblement vivant du corps de Christ. C'est la colonne et l'appui de la vérité. La colonne est ce qui soutient le temple. Vous vous rendez compte de la responsabilité de l'Eglise ? Dieu a choisi de faire reposer sa maison sur une colonne qui, elle-même, s'appuie sur le fondement qui est Jésus-Christ, la vérité. Donc, si la colonne n'est pas appuyée sur la vérité, il est sûr que la maison va s'écrouler. C'est ce qui se passe autour de nous, dans les Eglises organisées de façon humaine. Elles peuvent avoir une belle façade, tous les moyens et l'or du monde, mais, si elles ne s'appuient pas sur la vérité, ce sont des fausses Eglises qui sont des ruines, aux yeux de Dieu.

Dans Apocalypse 1, à la fin du verset 20, il y a une autre définition de l'Eglise qui est belle aussi :

 

et les sept chandeliers sont les sept Eglises.

 

Aux yeux du Seigneur, l'Eglise est un chandelier. Le chandelier, c'est ce qui était rempli de l'huile et qui éclairait ce qui était obscur. On a besoin, dans ce monde de ténèbres, de chandeliers qui brillent fort. Quand Jésus va venir régner, ce ne sont plus les ténèbres qui régneront, c'est la lumière spirituelle qui va régner sur la terre. Mais, en attendant, comme ce monde est plongé dans les ténèbres, le Seigneur a besoin de chandeliers qui soient pleins d'huile, qui soient allumés et qui brillent. Ce sont les Eglises, l'Eglise du Seigneur qui est le chandelier, la lumière du monde. Et il va s'adresser à ses disciples en leur disant :

 

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; (15) et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

 

L'Eglise de Jésus doit être aussi la lumière du monde. On ne la met pas sous un boisseau. On la met sur un lieu élevé, pour qu'elle puisse attirer au Seigneur ceux qui sont perdus. Un phare, c'est son utilité. Il montre les rochers. Il guide vers le bon port. L'Eglise, c'est cela, aux yeux du Seigneur, la lumière du monde qui attire les perdus au Seigneur, puisque c'est la lumière de Jésus qui brille en elle.

 

Alors, dans toute la Parole du Seigneur, le mot Eglise, ecclesia, est utilisé aussi bien pour désigner l'Eglise, corps de Christ universel, que les Eglises locales. On en déduit que, dans l'esprit du Seigneur, il n'y a pas de séparation organique entre les Eglises locales et l'Eglise universelle. Aux yeux de Dieu, il y a un seul troupeau, dans la terre entière, qui est le corps de tous les enfants de Dieu qui ont fait vraiment une nouvelle naissance en Christ. Tous ceux-là forment l'Eglise universelle de Jésus, un seul corps uni. La véritable Eglise de Jésus n'est pas divisée, aux yeux du Seigneur. C'est les hommes qui l'ont divisée. Mais, aux yeux du Seigneur qui connaît les siens, tout le corps de Christ, qui forme l'Eglise universelle, forme un seul corps. Si quelqu'un est né de nouveau, quelle que soit son étiquette, il fait partie de l'Eglise universelle de Jésus. On verra ensuite, dans le Nouveau Testament, que ce corps universel de Jésus est réparti en groupes et en assemblées, en Eglises locales. Dans le lieu où nous sommes, le Seigneur met ensemble des brebis pour former une cellule du corps de Christ.

Alors, en ce qui concerne l'Eglise, corps de Christ, c'est peut-être plus facile à comprendre que le fonctionnement de l'Eglise locale, puisque, sur le plan de l'Eglise locale, il y a eu tellement de pratiques qui divergent de la Parole de Dieu. Donc, dans la pensée du Seigneur, il n'y a aucune place pour la moindre dénomination, la moindre Eglise organisée de manière dénominationnelle, comme les hommes l'ont fait. Au début, il n'en était absolument pas question. Quand on posait la question à un disciple de Jésus : "Qui es-tu ?", il répondait : "Je suis chrétien, disciple de Jésus". Il ne disait pas : "Je suis pentecôtiste, protestant, réformé ou non, évangélique ou catholique…". Il n'y a qu'une seule Eglise, toujours et partout, c'est le corps de Christ et ceux qui appartiennent, nés de nouveau, à ce corps. Donc, tout ce qui est dénomination a été introduit après par les hommes. Ce n'est pas dans la pensée du Seigneur. Alors, je ne suis pas là pour tirer à boulet rouge sur les dénominations, pour les mettre toutes par terre, mais je dis simplement que ce n'est pas dans la Parole du Seigneur. Ce n'est pas le modèle du Seigneur. Tirez-en les conséquences. Si vous êtes membres d'une dénomination avec votre carte de membre, ce n'est pas dans la pensée du seigneur, ce n'est pas biblique, ni tous ces conseils d'administration et ces organisations humaines. Alors, si ce n'est ni nécessaire, ni utile, qu'est-ce qu'on en fait ?

Mon opinion personnelle, c'est qu'on devrait les balancer par-dessus bord au plus vite, mais conduit par le Saint-Esprit et dans la sagesse du Seigneur, parce que, évidemment, il ne s'agit pas de le faire par goût de la révolution. Il m'est arrivé d'être dans une dénomination. Comme, dès le départ, le Seigneur avait mis cette vérité dans mon cœur, je disais de tout mon cœur à mes frères : "Mes frères, je suis chez vous, mais vous ne ferez jamais de moi, ni un pentecôtiste, ni un évangélique de telle étiquette ou de telle dénomination. Et je suis là, parce que Dieu m'y a placé, pour le moment. J'y suis et j'y reste tant qu'il me dit d'y rester. Mais je suis votre frère et vous êtes mes frères et mes sœurs., et nous fonctionnons ensemble comme un corps de Christ qui doit être uni, mais moi, je ne veux pas appartenir ni travailler pour une dénomination. Je veux travailler pour le Seigneur Jésus et pour son Eglise, pour l'édification de son Eglise, pour sauver des âmes et les amener au Seigneur. C'est lui le chef de son Eglise, c'est lui qui la dirige.

Et, si vous regardez de près tous les réveils, tous ont capoté, à partir du moment où les hommes ont commencé à organiser ce que le Seigneur avait fait, que ce soit le réveil d'Azuza Street, le début de la Pentecôte en Californie, que ce soit le réveil du pays de Galles ou les autres réveils plus récents. Dès que l'Esprit du Seigneur a commencé à être mis de côté par les hommes qui trouvaient qu'il fallait quand même organiser un peu cette foule qui arrivait, pas selon des principes bibliques, mais selon leurs propres pensées, le réveil s'est éteint. Il restait l'apparence, quelque chose qui avait une belle apparence, mais la vie, la présence du Seigneur était partie. Donc, c'est important de comprendre ce que le Seigneur veut faire et comment il veut travailler. On a une telle habitude de penser selon certains schémas établis : on va dans un bâtiment, à certaines heures précises, pour tels types de réunions. Et puis, tant que le pasteur n'est pas là, on ne fait rien. On attend tranquillement, et, quand il est là, ça commence, au lieu de regarder au Seigneur Jésus et de commencer à le louer et à prier. Alors, si vous regardez comment les réveils se font, c'est dans la complète désorganisation humaine, mais dans l'ordre du Seigneur et du Saint-Esprit. Quand le Saint-Esprit dirige, c'est merveilleux de voir comment tout coule et se présente dans l'ordre du Seigneur, quand on le laisse vraiment diriger. C'est quelque chose qui n'est pas facile à faire d'abandonner tout désir de diriger personnellement, ce qui ne veut pas dire laisser faire n'importe quoi, mais discerner ce qui est en train de se faire et laisser vraiment le Saint-Esprit agir et n'intervenir que s'il y a quelque chose qui commence à dérailler, mais avec l'Esprit du Seigneur.

 

Pour le Seigneur, il n'y a qu'un seul troupeau, un seul berger qui est Jésus-Christ. C'est ce berger-là qui dit à chacun ce qu'il a à faire, qui délègue son autorité comme il l'entend, dans la liberté des enfants du Seigneur, soumis au Seigneur. Sur le plan de la terre entière, aujourd'hui où nous sommes dans la fin des temps, où le retour du Seigneur est proche, on voit l'Esprit du Seigneur travailler en profondeur ses brebis pour les faire revenir au modèle de sa Parole. Donc, vous avez sous les yeux, actuellement, deux femmes spirituelles qui sont en train de grandir et de s'édifier :

-l'épouse, corps de Christ, la véritable Eglise, qui est en train de se préparer au retour du Seigneur et qui s'édifie dans la vérité, par la direction du Saint-Esprit

-la grande prostituée qui est en train de s'organiser, c'est-à-dire le grand rassemblement humain de toutes les fausses Eglises qui se sont écartées de la Parole et qui seront directement contrôlées par Satan, dans la fin des temps

 

Les deux corps sont en train de s'organiser sous nos yeux. La grande prostituée s'organise de manière visible. L'épouse, corps de Christ, s'organise de manière invisible et sous la direction du Saint-Esprit.

Dans Apocalypse 19, 7, c'est aussi le contexte de la fin des temps :

 

Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée, (8) et il lui a été donné de se revêtir d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints.

 

Donc, cette épouse de Jésus-Christ est en train de se préparer aux noces de l'agneau en se revêtant d'un vêtement de justice et de vérité, parce qu'elle connaît le Seigneur dans son cœur et qu'elle lui obéit de tout cœur. Et l'Esprit de vérité agit dans cette épouse pour la rendre digne de se présenter devant l'agneau qui arrive. L'agneau, l'époux veut enlever :

 

cette Eglise glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.

 

C'est par sa puissance qu'il va le faire dans le cœur de ceux qui désirent lui obéir de tout leur cœur et qui sont prêts à tout sacrifier pour cela. Cette épouse-là se prépare en ce moment. Est-ce que tu en fais partie ? Tu te prépares à la venue du Seigneur en recevant la vérité et en la mettant en pratique.

Il y a une grande différence entre l'Eglise et l'épouse, enfin pas aux yeux du Seigneur, mais dans ce monde. Quelquefois, on me pose la question : "quelle différence y a-t-il entre l'Eglise et l'épouse ?" Je dis : Attention ! Du point de vue du Seigneur, il n'y en a pas, parce que, pour le Seigneur, l'épouse, c'est l'Eglise. Son Eglise à lui n'est constituée que de ceux qui forment son épouse, c'est-à-dire qui ont vraiment donné leur cœur au Seigneur, qui lui obéissent de tout leur cœur et qui se préparent. Celle-là forme son Eglise bien aimée qui est la même chose que son épouse. C'est celle-là qui va être enlevée et elle seule. Alors que, dans le langage courant dans le monde, quand on parle de l'Eglise, on parle de l'ensemble de ceux qui suivent Jésus comme leur maître ou qui se disent chrétiens. Mais, quand nous regardons l'Eglise visible de Jésus sur la terre, elle est loin d'être la même que l'épouse de Jésus-Christ, parce qu'il y a dedans tous les faux chrétiens, tous les faux prophètes, les faux bergers et leurs suivants, tous ceux qui font simplement profession de suivre Jésus ou d'être chrétien, mais sans avoir reçu la justice et la sainteté du Seigneur. Cette Eglise-là n'est pas l'Eglise du Seigneur et elle ne sera pas enlevée. Il va y avoir des cris et des pleurs épouvantables, le jour de l'enlèvement, pour tous ceux qui n'auront pas été jugés dignes d'être enlevés, parce qu'il leur a été donné de se préparer. Quand ils vont voir l'épouse de Jésus partie, quand ils vont se retrouver devant l'antichrist et Satan prenant possession de toute la terre, ils vont hurler en disant : "Seigneur, reviens me chercher. Je me repens maintenant, je veux te suivre maintenant".

C'est épouvantable, quand j'y pense, ces millions ce chrétiens qui croyaient bien faire en servant leur Seigneur, qui n'étaient pas dans la vérité et qui n'ont pas accepté la vérité, quand elle leur était donnée, parce que le problème se pose au moment où, quand on reçoit la vérité, on la rejette et on s'arrange pour l'évacuer d'une façon ou d'une autre, d'une manière qui s'appuie sur la Bible, autant que possible. Mais c'est du mensonge organisé. L'épouse qui va être enlevée, c'est une épouse qui est en règle avec le Seigneur, qui a laissé le Saint-Esprit la convaincre de ses péchés et qui les a abandonnés devant le Seigneur. Cette épouse, ce n'est pas forcément une épouse qui va être amenée à manifester complètement la perfection de Jésus au sens absolu du terme, mais c'est une épouse qui, dans son cœur, aura reçu toute la vérité qui lui a été présentée, qui l'aura immédiatement gardée dans son cœur, en abandonnant tous les péchés que le Seigneur lui a montrés. Voilà celle qui est prête. Dés que le Seigneur te montre quelque chose en disant : "Est-ce que tu es prêt à faire ce que je te demande là ?", si tu ne réponds pas, tu ne seras pas enlevé. Dans son amour, il te le montre pour que tu puisses grandir en lui. Mais si tu laisses de côté sa parole, par rébellion, tu vas attrister le cœur du Seigneur. Ce n'est pour cela qu'il va te rejeter. Mais il va insister doucement à la porte de ton cœur, pour que tu ouvres de plus en plus ton cœur à toute la vérité.

 

Et l'autre, dans Apocalypse 17

 

Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m'adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. (2) C'est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l'impudicité, et c'est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. (3) Et il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes.

 

Rappelez-vous que, pour le Seigneur, la véritable impudicité, c'est l'abandon de la vérité qui entraîne, après, l'impureté sous toutes ses formes. Il dit, un peu plus loin :

 

C'est ici l'intelligence qui a de la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise.

 

Et la femme que tu as vue, c'est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre.

 

A l'époque où Jean parlait, c'était Rome, l'empire romain qui avait la royauté sur les rois de la terre. Donc, il indique clairement que l'Eglise prostituée aura son siège à Rome, la ville aux sept montagnes, et c'est de là qu'elle dominera la terre entière. C'est avec elle que les rois de la terre se livrent à l'impudicité. Alors, ce n'est pas une charge contre l'Eglise catholique que je suis en train de faire. Moi, ancien catholique, né à Lourdes, j'ai un fardeau pour les catholiques, parce que je sais qu'il y a beaucoup d'âmes sincères qui veulent servir le Seigneur, mais qui ne sont pas dans la vérité, parce qu'ils ne respectent pas la Parole du Seigneur. Et la grande Eglise apostate, prostituée, ne sera pas l'Eglise catholique romaine, ce sera l'ensemble des Eglises de la terre qui sont maintenant en train de fusionner par un faux oecuménisme, sous la direction d'un chef spirituel, et cette Eglise aura son siège à Rome. Ne vous y trompez pas.

Toutes les âmes sincères qui sont dans ces Eglises, catholiques, protestantes et autres, qui sont en train de se fédérer par un faux oecuménisme en dehors de la vérité de la Parole, avec un faux amour (le véritable amour respecte la vérité), sont actuellement profondément travaillées par le Saint-Esprit, pour revenir à la Parole du Seigneur, pour ouvrir les yeux sur la vérité et pour sortir de Babylone, tant qu'il est temps, sachant que Babylone est l'ensemble des Eglises apostates. Savez-vous que, sur le plan de la doctrine chrétienne, il y a des Eglises protestantes qui sont bien plus loin dans l'erreur que l'Eglise catholique romaine ? Donc, il ne s'agit pas de faire le procès de telle ou telle Eglise. Il s'agit de dire : es-tu dans la vérité, la connais-tu, la pratiques-tu ?

Et c'est intéressant de voir que, clairement, l'apôtre Jean explique que cette prostituée aura son siège à Rome, la grande ville qui domine la terre et qui est une ville aux sept collines. C'est pour nous nous montrer ce qui se passe sous nos yeux, le soin que nous devons avoir, en tant qu'enfants du Seigneur, membres de son Eglise, à voir où nous mettons les pieds Si le Seigneur m'appelle à aller prêcher dans une église catholique, j'irai sans aucun problème. Ils ne m'inviteront peut-être pas deux fois, mais j'irai leur parler de l'amour de Jésus et de la vérité. Si je suis invité dans une église protestante, j'irai, si le Seigneur m'y envoie. J'irai même parler à des bouddhistes, à des musulmans, à des témoins de Jéhovah, de Jésus et de la vérité, mais pas pour participer à ce qu'ils font, si c'est de l'erreur.

Donc, je dois soigneusement comparer, si je suis membre du corps de Christ, les doctrines qui me sont enseignées à la vérité de la Parole. Et je ne dois pas dépendre d'un intermédiaire, d'un homme pour me dicter quelle va être la vérité du Seigneur. Je me suis rendu compte, à Lourdes, que beaucoup de ces âmes dont je parlais là, n'osaient même pas s'approcher elles-mêmes de la Bible, parce qu'on leur disait qu'elles avaient besoin d'un prêtre ou d'un évêque pour leur expliquer le sens de la Parole et que, si elles le faisaient seules, c'était extrêmement dangereux et qu'elles risquaient de s'écarter de la vérité. C'est comme cela qu'il y a la main mise sur le troupeau. Les serviteurs du Seigneur ne sont pas là pour servir d'intermédiaire entre la pensée du Seigneur et ses brebis. Ils sont là pour expliquer la Parole du Seigneur ou exercer leur ministère en incitant les brebis à se mettre directement en contact avec Dieu pour recevoir, de l'Esprit qu'elles ont en elles et de la Parole qu'elles tiennent dans leurs mains, une confirmation directe. C'est Jésus qui dirige son Eglise par son Esprit. Le seul intermédiaire entre Dieu et les hommes, c'est Jésus-Christ.

 

Pour l'Eglise locale, je suis convaincu que, dans la pensée du Seigneur, l'Eglise locale est le rassemblement des enfants de Dieu qui vivent dans une certaine localité. Je vais vous le montrer par la Parole du Seigneur, parce que c'est important, dans les conséquences pratiques que ça a pour nous. Il s'agit de voir ce que le Seigneur souhaiterait faire, dans l'idéal des choses. Dans la pratique, il peut y avoir des circonstances particulières ou spéciales qui font que, pendant un temps, on peut être amené à faire autre chose, mais il ne faut jamais perdre de vue l'objectif du Seigneur.

Alors, regardez, par exemple, dans Actes 11 :

 

Il y avait dans l'Eglise (au singulier) d'Antioche des prophètes et des docteurs : Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul. (26) et l'ayant trouvé, il l'amena à Antioche. Pendant toute une année ils réunirent aux assemblées (au pluriel) de l'Eglise (au singulier), et ils enseignèrent beaucoup de personnes. Ce fut à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens.

 

Antioche était une des plus grandes villes de l'époque et la plus grande communauté chrétienne de l'époque. Au 3ème siècle, à l'époque de Jean Chrisostome qui était d'Antioche, il y avait à peu près 200 000 habitants et 100 000 étaient chrétiens. Ils formaient l'Eglise d'Antioche et étaient répartis en assemblées, parce qu'ils étaient tellement nombreux qu'ils ne pouvaient pas, évidemment, se réunir pour prier au même endroit. Ils formaient une multitude de petits groupes qui, ensemble, formaient l'Eglise d'Antioche.

 

Il y avait dans l'Eglise (au singulier) d'Antioche des prophètes et des docteurs : Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul.

 

Il n'y avait pas un pasteur de l'Eglise d'Antioche. Il y avait des prophètes et des docteurs qui servaient ensemble le Seigneur.

On va prendre un exemple, dans Romains 16, parce ce qui nous intéresse, c'est de savoir si des chrétiens qui habitent n'importe où peuvent se réunir dans une localité ou si ce sont les chrétiens qui habitent la localité.

 

Je vous recommande Phoebé, notre sœur, qui est diaconesse de l'Eglise de Cenchrées,

 

Cenchrées était le port oriental de Corinthe. Le mot "Eglise" est au singulier. Il y a une seule Eglise à Cenchrées.

 

à l'Eglise de Dieu qui est à Corinthe,

 

A Corinthe aussi, ils étaient très nombreux. Ils ne pouvaient pas être tous dans le même bâtiment, puisqu'il n'y en avait pas qui était réservé à l'Eglise. Ils étaient tous répartis dans de petits groupes, dans toute la ville.

 

Paul, apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et le frère Timothée, à l'Eglise de Dieu qui est à Corinthe, et à tous les saints qui sont dans toute l'Achaïe :

 

L'Achaïe était la province dont Corinthe était la capitale. Donc, il ne parle pas de l'Eglise de l'Achaïe, il parle de l'Eglise de Corinthe et de tous les saints qui sont dispersés dans l'Achaïe. Il n'est jamais fait mention, dans la Bible, de l'Eglise d'une région ou d'un pays. Il est fait mention soit de l'Eglise universelle, soit de l'Eglise de la localité. L'Eglise de France, ça n'existe pas, pour le Seigneur. C'est toujours l'Eglise de telle ville, tel village, tel endroit. On verra pourquoi le Seigneur l'a ainsi mit dans sa Parole. Il a des raisons précises. Elles sont vraiment très importantes, parce que l'homme a complètement déformé ce que le Seigneur voulait faire au départ.

 

Lorsque cette lettre aura été lue chez vous, faites en sorte qu'elle soit aussi lue dans l'Eglise des Laodicéens, et que vous lisiez à votre tour celle qui vous arrivera de Laodicée.

 

Là, c'est un peu plus précis, parce que, si on dit l'Eglise de ceux qui sont à Corinthe, on pourrait dire que ça concerne aussi tous ceux qui étaient des villes des alentours et qui venaient, comme ça se fait chez nous, dans la ville principale, pour se réunir dans telle Eglise de leur choix. Ici, dans notre village de Codognan qui a 1300 habitants, vous avez un certain nombre d'Eglises chrétiennes, mais c'est un désordre incroyable. Vous avez une partie des Codognanais qui va à Nîmes, une autre partie qui va à Lunel, une autre partie qui va à Vauvert. Vous avez aussi des Nîmois qui viennent dans telle ou telle Eglise de Codognan. Bref, pour le Seigneur, ce n'est pas sa pensée parfaite. C'est peut-être la moins mauvaise solution dans l'état actuel des choses, mais ce n'est pas encore la meilleure. Donc, préparez-vous à des changements, bien aimés, mais conduits par le Seigneur, parce qu'il faut la sagesse du Saint-Esprit et ne pas casser les choses. Si nous nous orientons là où le Seigneur veut nous orienter, ça ira mieux pour nous. On a tant de siècles de tradition humaine que, pour remuer cela, il faut le bulldozer de l'action du Saint-Esprit et la bonne disposition du cœur des enfants de Dieu.

Quand il dit, dans Colossiens 4, 16, "l'Eglise des Laodicéens", c'est comme s'il disait l'Eglise des Nîmois. Si vous dites "l'Eglise des Nîmois, c'est clair que c'est l'Eglise des gens qui habitent à Nîmes. Alors, il ne faut pas être, aussi, étroit d'esprit. Si, à côté de la grande ville de Laodicée, se trouve un petit village avec 1 chrétien, il ne faut pas lui dire qu'il n'a pas le droit de venir à Laodicée, parce qu'il est l'Eglise de ce village à lui seul. Il faut voir comment le Seigneur va nous guider. Vous avez l'exemple qui est ici. Vergèze et Codognan sont deux villages qui se touchent. S'il y a une Eglise qui se fait dans un certain endroit de Codognan, le chrétien de Vergèze, s'il n'y a rien à Vergèze, peut être conduit à se joindre à cette Eglise. Et, si le Seigneur lui dit : "Maintenant, tu vas évangéliser ton village et créer un groupe, parce que tu auras amené des âmes au Seigneur", il va après, lui dire peut-être : "Tu vas déplacer, maintenant, ce groupe à un endroit qui est plus favorable pour les Vergézois du bout du village". Donc, soyons souples, mais le principe est clair et net. : une localité, une Eglise. Si la localité est petite, ça fait une Eglise complète pour cette localité. Si c'est une grande ville, comme Antioche, elle va se diviser en petites assemblées, en petits groupes qui vont être dispersés, non pas en fonction de leurs doctrines, de leurs étiquettes humaines ou de leurs affinités, mais uniquement en raison de leur proximité géographique. C'est ainsi que l'on voit des Eglises de noirs, de gitans, d'espagnols, de juifs convertis. Ce n'est pas la pensée du Seigneur.

 

Paul, et Sylvain, et Timothée, à l'Eglise des Thessaloniciens, qui est en Dieu le Père et en Jésus-Christ le Seigneur : que la grâce et la paix vous soient données.

 

Alors, en ce qui concerne les régions, je fais exprès de mettre le doigt dessus, parce que je vais vous expliquer après pourquoi Dieu l'a voulu ainsi. Ce n'est pas un caprice divin. C'est parce qu'il y a une profonde sagesse de Dieu dans cette vérité. Et vous verrez, dans les temps de persécution, si les chrétiens ne vont pas être amenés à se regrouper par proximité géographique et non par affinité doctrinale ou personnelle.

 

Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints, agissez, vous aussi, comme je l'ai ordonné aux Eglises de la Galatie.

 

Il ne dit pas à l'Eglise de Galatie. La Galatie, c'est une province entière, comme la Toscane ou le Languedoc Toutes les villes de Galatie avaient leurs Eglises dans la localité.

 

Nous vous faisons connaître, frères, la grâce de Dieu qui s'est manifestée dans les Eglises de la Macédoine.

 

La Macédoine était une province.

 

Or, j'étais inconnu de visage aux églises de Judée qui sont en Christ ;

 

Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Eglises de Dieu qui sont en Jésus-Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu'elles ont souffert de la part des Juifs.

 

Donc, dès que vous avez une région ou un pays, il n'y a plus d'Eglise unique. Il y a des Eglises par localités. Dans la ville de Jérusalem, vous vous rappelez que, au début des Actes des Apôtres, à la première prédication de Pierre, il est marqué :

 

Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes.

 

Et ensuite, deux chapitres plus loin :

 

Cependant, beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, et le nombre des hommes s'éleva à environ 5 000.

 

5 000 hommes, si on compte les femmes et les enfants, ça devait faire au moins 20 000 personnes. Donc, déjà, quelques jours après la Pentecôte, l'Eglise de Jérusalem comprenait 15 à 20 000 personnes. Quel réveil ! Et on va voir comment elle s'est organisée : 15 000 personnes à organiser en Eglise Si le Seigneur a voulu que l'Eglise locale soit le rassemblement total de tous les vrais enfants de Dieu, nés de nouveau, qui habitent une localité, c'est qu'il y a des raisons précises. Le Seigneur est sage, parfait et saint. Quand il donne un modèle, dans sa Parole, c'est qu'il a vraiment un plan de bénédictions pour nous, dans ce modèle-là. Si, aujourd'hui, les chrétiens se sont groupés par dénominations ou par groupes, en général, c'est soit pour une raison de doctrines, soit pour une raison d'affinité personnelle. . Parce qu'on trouve que la doctrine est un peu meilleure, un peu plus complète là qu'à côté, on va se mettre plutôt dans cette Eglise, et, quand on va déménager, on va plutôt aller dans la même dénomination, même s'il faut faire 50 kilomètres pour y aller. C'est complètement anti-biblique, alors que Dieu, dans sa sagesse, a voulu que ce soit les enfants de Dieu nés de nouveau dans une localité qui se réunissent ensemble, quelle que soit la situation où ils se trouvent sur le plan doctrinal, et quelle que soit leur préférence personnelle pour un tel ou un tel. Dieu dit : "Tu mets ça de côté. J'ai placé, à côté de toi, un frère, une sœur. C'est avec ceux-là que je te demande de te réunir, de prier. Il n'y a plus de distinction de race, de caste, de catégorie sociale, de métier, de doctrine. La seule chose qui t'intéresse, c'est que quelqu'un soit né de nouveau ou pas. Est-ce que tu as constaté que ce frère ou cette sœur était passé par l'expérience de la nouvelle naissance ? S'il habite à côté de toi, la volonté du Seigneur, c'est que vous puissiez vous réunir pour faire les quatre choses que le seigneur nous demande de faire ensemble :

 

Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières.

 

Et la communion fraternelle est quelque chose qui peut se faire durant toute la journée. Est-ce que vous pouvez avoir une réelle communion fraternelle avec un frère qui habite à 10, 15 ou 20 kilomètres, qui n'est pas à portée de main ou de pied ? Pensez-vous vraiment que c'est dans une Eglise où vous voyez 1 ou 2 fois par semaine, que vous pouvez avoir une réelle communion fraternelle ? Mais, si nous sommes à quelques mètres les uns des autres et que nous sommes là, comme dans ce village, à quelques encablures à pied, on peut constamment répondre à un besoin, aller exhorter quelqu'un, à pied ou à vélo. On n'a pas besoin de voiture, dans le service du Seigneur, pour la communion fraternelle. Une Eglise où il faut faire 40 kilomètres de voiture pour aller voir son frère ou sa sœur, ce n'est pas l'Eglise du Dieu vivant : c'est une caricature.

Donc, le seigneur veut que ce soit ceux qui sont à côté de nous qui soient dans la communion fraternelle L'Eglise, c'est une famille. Et, dans la famille, tout le monde habite au même endroit. Regardez comment était organisée l'Eglise, au début :

 

Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. (45) Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. (46) Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur.

 

Ils ne pouvaient pas faire cela, s'ils étaient à des dizaines de kilomètres les uns des autres.

Ils se voyaient constamment. On a besoin de ça dans le corps de Christ. On a besoin de se voir pour s'encourager, pour s'exhorter, pour prier l'un pour l'autre. S'il y en a un qui est "en bas", il va être relevé par son frère qui est "en haut". Si on habite dans des villes qui sont à des kilomètres de distance, on va se voir pendant la réunion, on va se faire trois belles bises, on va se dire : "Mon frère, ma sœur, je t'aime". Et on ne se voit plus le reste de la semaine, à moins que tu cries au secours et que je vienne parce qu'il y a un problème sérieux.

 

Ils persévéraient dans les prières.

 

Je remarque, dans des temps de réveil, les chrétiens se voient tous les jours, prient tous les jours ensemble. Ils prennent le pain et le vin tous les jours. Ils écoutent la Parole de Dieu tous les jours. Je ne dis pas que c'est quelque chose qu'il faut faire comme ça. Ce n'est pas une obligation. Mais ils étaient poussés par le Saint-Esprit à le faire et ils pouvaient le faire, parce qu'ils étaient tous les uns à côté des autres. il ne s'agit pas d'entrer dans des systèmes communautaires qui sont une caricature de la vie telle que le Seigneur voudrait. La communauté ne peut être faite que par ceux qui désirent le faire et qui sont conduits pour le faire. En tout cas, ils avaient vraiment l'esprit communautaire. Il n'y avait rien qui leur appartenait, même s'ils habitaient leur maison. c'était Dieu qui le leur avait donné pour en jouir et en faire jouir leur frère et leur sœur, mais ce n'était pas à eux. Rien ne leur appartenait. Tu peux dire oui, mais es-tu prêt à donner ta maison à ton frère ou ta sœur qui n'en ont pas ? Et si Jésus te dit : "Vends tout ce que tu as et donne-le aux pauvres", es-tu prêt à la faire aussitôt ? à te retrouver financièrement comme un ver ? Jésus n'a-t-il pas dit : "Ne refuses pas à celui qui vient te demander" :

 

je vous le dis, même s'il ne se lève pas pour les lui donner (les pains) , parce qu'il est son ami, il se lèvera à cause de son importunité et lui donnera tout ce dont il a besoin.

 

C'est là que certains disent : "Oui, mais il faut être sage, il ne faut pas faire n'importe quoi". C'est comme ce missionnaire qui était en Afrique, dans un village. Il avait amené des casseroles, des appareils. Tous ceux qui étaient là voyaient cela avec intérêt. Ils ont commencé à dire : "Tu ne pourrais pas nous donner une casserole ?" Et il avait cette parole du Seigneur : "Ne refuses pas à celui qui vient te demander". Et il a donné Et quand ils ont vu qu'il donnait facilement, ils sont revenus demander. Puis, finalement, il n'a eu plus rien du tout ; Et c'est comme cela qu'il a gagné les cœurs des gens du village, qu'ils ont vu que l'Evangile, c'était vraiment quelque chose de sérieux C'est une histoire vraie. Et Dieu veille pour pourvoir. On ne va jamais manquer ni de nourriture ni de vêtement :

 

Ne vous inquiétez donc pas, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? (32) Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. (33) Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus.

 

Si j'ai la nourriture et le vêtement, je suis content. Vous ne croyez pas qu'on est un peu loin du modèle biblique ?

 

Donc, ce n'est pas pour des questions d'affinité personnelle, parce que, naturellement, on va aller se réunir avec ceux avec qui on se sent bien. Mais, si Dieu a placé à côté de toi un frère ou une sœur qui a très mauvais caractère, qui n'est pas encore crucifié ni sanctifié, qui est quand même un véritable enfant de Dieu, et que tu préfères aller vers un tel qui t'en fait moins voir, mais qui habite à 10 kilomètres, alors ton frère ou ta sœur qui est à côté se réunira avec qui il veut, mais pas avec toi. C'est cela les Eglises par affinité ou les Eglises haut de gamme ou les Eglises bas de gamme où ne vont que des exclus et des prostituées. Ouvrons les yeux pour voir ce qui se passe autour de nous. Parce que ceux-là parlent en langues, ils forment le clan des parleurs en langues. Parce que ceux-là prennent la cène de telle manière, il faut que personne ne vienne souiller la cène. Alors, on se réunit avec personne d'autre que nous, parce qu'on a la même compréhension de la Parole.

Jésus ne veut pas cela. Il voudrait mettre tous les Codognanais qui ont vraiment fait une expérience avec Jésus ensemble, au même endroit, pour qu'ils puissent chercher ensemble le Seigneur. On va chercher la vérité ensemble dans sa Parole et on va laisser le Saint-Esprit nous diriger. Est-ce que vous croyez honnêtement que les 20 000 juifs de Jérusalem qui venaient de se convertir étaient tous arrivés à la perfection, dès leur conversion ? On voit bien, après, qu'il y avait des problèmes. Et tous les Corinthiens qui étaient remplis de défauts, de problèmes, ils étaient tous réunis ensemble. Ils ne faisaient pas toujours ce qui était convenable de faire devant Dieu, mais ils avaient conscience d'appartenir à un seul troupeau avec un seul berger.

 

Prions : "Seigneur, je veux te prier de continuer à travailler nos cœurs pour nous montrer quelle est ta pensée et pour que nous puissions vraiment te chercher dans la vérité, pour comprendre ce que tu désires ardemment faire, si nous te laissons faire, alors que nous avons tellement déformé ta Parole par nos pratiques, nos constructions humaines, que ça n'a plus rien à voir avec ce que tu as prévu. Je sais que ton cœur en souffre et que tu ne peux pas vraiment faire ce que tu désirerais faire. Mais, Seigneur, je te prie de mettre ta main sur nous, et que, par ton Esprit, tu nous parles et surtout que tu nous diriges, dans ta sagesse, pour savoir quoi faire, parce que, quand nous avons compris, tu vas nécessairement nous diriger par ton Esprit, sans qu'il y ait de souffrance, de casse. Seigneur, je te prie que tu nous conduises et que tu nous aides à aller jusqu'au bout, et que tu m'aides à aller jusqu'au bout de cette étude, parce que je sais que c'est un combat. Que ta bénédiction soit sur tes enfants, Père. Que vraiment ta gloire se manifeste au milieu des tiens et que nous puissions vraiment te glorifier pour ce que tu accomplis au milieu de tes enfants. Au nom de Jésus, je t'en remercie, mon Père. Amen".

 

 

La suite de cette série se trouve au début du message C122.