C130  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001
modifié le 27/05/2004


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



La séduction

Les manifestations et les symptômes de la séduction. Comment on peut devenir séduit. Comment sortir de la séduction. n°4



Ce message fait partie d'une série de 4 messages (références C128 à C130). Il est le dernier de la série.

 

Suite du message C129b

 

            Je vais résumer rapidement en quelques mots ce qui a été dit au cours des deux précédents messages. La séduction, c'est croire qu'on est dans le vrai alors qu'on est dans l'erreur. Et en fait, je crois que c'est le cas de tout le monde au départ. Quand on ne connaît pas Dieu, on s'imagine des tas de choses, on pense qu'on est dans le vrai, on fait sa vie, mais en réalité, on est complètement séduit, on est dans l'erreur. On ne sait pas où on va, c'est ce que la Bible appelle être perdu. Etre perdu, c'est comme si on vous laissait au milieu de la forêt vierge, sans plan, sans carte, sans boussole, sans rien : vous seriez perdus. Vous allez vous tourner de tous les côtés, puis dire : "Qu'est-ce que je fais ? Je vais essayer ici, je vais essayer là, bon peut-être derrière... Tiens, on dirait qu'il y a un sentier par là !" et puis cela aboutit à une impasse et on revient, et voilà... C'est cela, être perdu. Et sur le plan spirituel, c'est encore pire parce que c'est comme si on avait les yeux bandés et qu'on allait tout droit vers un précipice. Si vous allez les yeux bandés tout droit vers un précipice, qu'est-ce qui va se passer au bout de quelques temps ? Dites-moi un peu. On va finir par tomber dans ce précipice. C'est pour cela que Jésus est venu. Jésus voit qu'on a tous les yeux bandés, qu'on ne voit rien, qu'on ne voit pas la lumière de Dieu ; on ne sait même pas s'il existe ou pas, bien que Dieu ait mis dans le cœur de tous les hommes le sentiment de l'éternité.

 

            Par son Esprit, Dieu travaille dans notre cœur et nous attire à lui. Il veut nous montrer qu'il existe et il veut nous montrer qu'il a envoyé Jésus. Il a envoyé Jésus pour nous enlever ce bandeau, pour nous détourner du précipice et pour nous amener dans le paradis avec lui. Déjà sur terre, quand Jésus entre dans notre cœur nous avons la paix de Dieu et nous savons où nous allons, malgré tous les problèmes, les difficultés, les faux chrétiens, les païens, tous ceux qui nous agacent et malgré Satan, le diable qui est là aussi. Malgré tout cela, Jésus nous tient par la main et il nous amène sur le chemin. Il a dit : « Je suis le chemin » (Jean 14:6). Nous sommes sur un bon chemin et ce chemin a beau être rocailleux et difficile, il mène au ciel, au paradis avec Jésus pour l'éternité. Le paradis existe ! Dieu existe ! Jésus, le Fils de Dieu existe ! Il a été envoyé par son Père pour nous sauver.

 

            Le paradis existe ! L'enfer existe aussi ! Le diable existe ! Et la première des séductions du diable, c'est de nous faire croire qu'il n'existe pas. Une fois qu'on croit qu'il n'existe pas, il peut faire ce qu'il veut. Jésus nous dit que le monde entier est contrôlé par le diable. Vous avez déjà connu des gens méchants ? Ils ne savent pas qui les contrôle. Le diable contrôle la terre entière et il nous contrôlait nous aussi, quand nous ne connaissions pas Jésus. Quand nous ne connaissons pas Jésus, le diable nous contrôle. Cela ne veut pas dire qu'on est un affreux démoniaque possédé, mais simplement qu'on est séduit. On ne connaît pas la vérité, et on est conduit par le diable en enfer sans le savoir. C'est une séduction vraiment extraordinaire. Vous rendez-vous compte ? Ceux qui nous entourent sont conduits par le diable en enfer et ils ne s'en doutent pas.

 

            C'est pour cela que ce soir, Jésus veut nous parler. Si nous ne le connaissons pas, il veut se révéler à nous pour que nous l'acceptions, que nous ayons le bandeau de nos yeux enlevé et que nous marchions avec lui jusqu'au paradis. Si nous le connaissons, il veut nous conduire encore plus loin, parce que nous ne sommes pas à l'abri de la séduction. Quand on n'est pas à Jésus, on est séduit à cent pour cent automatiquement. Mais si on devient chrétien, ce n'est pas le jour où on devient chrétien que toute la séduction disparaît. Beaucoup de chrétiens ont les idées tordues ou ont reçu des enseignements tordus qui sont autant de séductions, d'erreurs et de mensonges, que Jésus veut enlever parce qu'il est venu nous donner la vérité. Il est la Vérité, il n'y a pas de vérité en dehors de Jésus. C'est lui qui nous révèle la vérité sur nous, sur le monde, sur tout ce qui nous entoure, et sur le plan de Dieu pour nous. Il faut que tu saches que Dieu a un plan pour toi, pour ta vie. Tu peux passer à côté. Mais Dieu a un plan pour toi. Il veut te le montrer. Il veut que tu entres dans ce plan avec lui pour que ta vie soit réussie. Sans Jésus, ta vie est ratée. Tu peux être professeur d'université, tu peux avoir tous les diplômes, tu peux être milliardaire de naissance, si tu ne connais pas Jésus, ta vie est ratée. Si tu connais Jésus, si tu marches avec Jésus, ta vie va réussir parce qu'il a un plan pour toi et il va te conduire dans ce plan.

            

            La séduction est donc le fait de croire qu'on est dans le vrai, alors qu'on est dans le faux. On a parlé de l'auteur de la séduction, celui qui crée ce mensonge et cette tromperie, c'est Satan, c'est le diable. Il profite du fait que les hommes ne connaissent pas Dieu naturellement parce qu'ils sont tombés dans le péché. Vous savez qu'au départ, Dieu avait créé l'homme et la femme sans péché ; ils connaissaient Dieu, ils parlaient avec lui. Puis l'homme et la femme ont désobéi, ils ont péché et à cause de cela, ils ont été séparés de Dieu, ils n'ont plus connu Dieu. Ils sont tombés dans le péché et dans la mort. Leurs enfants sont nés dans le péché et maintenant, sur cette terre, nous naissons dans le péché, c'est-à-dire que nous ne connaissons pas Dieu naturellement de naissance. C'est Dieu qui nous connaît, mais nous ne le connaissons pas à cause du péché qui nous sépare de lui.

 

            Jésus est venu pour enlever le péché de nos vies. Il est mort sur la Croix parce qu'il fallait qu'il y ait quelqu'un qui paye. Vous savez que le salaire du péché, c'est la mort. Normalement, quand tu travailles, si ton patron est correct, tu reçois un salaire. Et devant Dieu, si tu pèches, il y a aussi un salaire. Et le salaire, c'est la mort. C'est la condamnation à mort. Dieu qui nous aime, ne veut pas nous condamner à mort. Il a envoyé Jésus pour payer à notre place le prix que nous aurions dû payer nous-même. Jésus est mort sur une croix et il a porté sur lui le salaire de tous nos péchés. Il est mort à notre place. Si tu crois en Jésus, si tu dis : "Jésus, j'ai compris que tu es mort pour moi, que tu es mort sur la Croix pour moi.", Jésus n'entrera pas de force dans ton coeur, il faut que tu l'invites à entrer. "Jésus je t'ouvre mon cœur pour que tu entres dans mon cœur et que tu prennes ma vie." Il va entrer, il va pardonner tes péchés, il va changer ton cœur et tu vas devenir enfant de Dieu. Et là, il te prend par la main, il va te conduire dans la vie. Mais il faut demander pardon pour tes péchés et reconnaître que Jésus est mort sur la croix pour toi et pour moi.

 

            Ensuite, on a montré quels étaient les symptômes de ceux qui sont séduits. Qu'est-ce qu'une personne séduite ? Comment se comporte-t-elle ? Que fait-elle ? A quoi peut-on reconnaître que quelqu'un est séduit ? On a vu dans la Bible des exemples de ceux qui étaient séduits. J'ai fait aussi la différence entre la tentation d'une part, et l'épreuve d'autre part. La tentation n'est pas l'œuvre de Dieu, ce n'est pas Dieu qui nous tente, c'est Satan qui nous tente. Alors que Dieu, lui, nous met à l'épreuve. Il nous met à l'épreuve, c'est-à-dire qu'il nous donne des commandements et il nous demande d'obéir. Mais il nous donne la liberté, c'est-à-dire qu'il nous met dans des situations où il est possible de désobéir. Il va donc permettre que nous soyons mis à l'épreuve pour voir si nous obéissons ou pas. Si nous n'étions pas libres, ce ne serait pas intéressant de suivre Dieu. Si vous n'étiez pas libres de vous marier avec la femme que vous aimez, ce ne serait pas intéressant de se marier. Il faut que ce soit libre des deux côtés. On se choisit mutuellement, on dit d'accord et on marche ensemble. Avec Dieu, c'est pareil. Il faut que nous soyons libres de nous tourner vers Dieu et lui ne va jamais nous forcer et il n'admettra pas que quelqu'un soit forcé de venir à lui.

 

            Donc, il va nous laisser libres de choisir entre obéir ou désobéir. Il permettra une épreuve, un test pour voir si on va suivre ou pas Ses voies. C'est souvent quand on est dans l'épreuve que Satan arrive et qu'il nous tente. Et il va nous tenter de désobéir. Il va donc y avoir dans la séduction un élément extérieur qui est Satan, qui arrive avec sa tentation, et un élément intérieur, c'est l'état de notre propre cœur. Si mon cœur est droit devant Dieu, si je veux vraiment marcher avec Jésus, si je veux lui obéir, je vais garder sa Parole dans mon cœur et Satan ne pourra pas la tordre. Si l'homme est tombé par le péché, c'est que Satan a réussi à tordre la Parole de Dieu dans son cœur, à tordre ses pensées, à ajouter, à retrancher quelque chose à la Parole de Dieu. A cause de cela, Eve qui n'avait pas encore péché, a été séduite, elle a reçu une parole qui n'était pas tout à fait la parole de Dieu et elle est tombée dans la désobéissance. Satan a réussi à la faire tomber parce qu'il lui a dit des choses qui étaient fausses. Mais en fait, le vrai responsable, ce n'est pas tellement Satan, c'est l'homme et la femme. S'ils étaient restés fidèles à Dieu, s'ils avaient dit : "Non, Satan, tu es en train de me raconter des histoires. Je ne veux pas t'écouter parce que Dieu m'a dit : tu feras ça et tu ne feras pas ça, aussi je refuse de t'écouter", s'ils avaient été dans cette situation-là, ils n'auraient pas été séduits, ils n'auraient pas désobéi, ils ne seraient pas tombés dans le péché.

 

            Donc, quand nous sommes dans une épreuve, c'est Dieu qui nous teste : il ne faut pas croire que c'est l'œuvre de Satan. Mais il faut savoir que très souvent dans l'épreuve, Satan arrive devant nous et met la séduction avec la tentation. Il déforme la Parole de Dieu. Le but de la séduction, de Satan, c'est toujours de déformer ce que Dieu a dit. Il veut toujours réduire l'autorité de la Parole de Dieu ou bien ajouter ou supprimer des choses ou bien écarter carrément la Bible. Et s'il y arrive dans nos cœurs, nous sommes séduits et nous sommes une proie facile. A ce moment-là, on tombe. J'ai expliqué aussi en détail le mécanisme de la séduction : comment cela fonctionne, comment on peut recevoir le mensonge de Satan dans le cœur, concevoir le péché et tomber dans le péché qui conduit à la mort.

            

            Alors maintenant, dans ce dernier message, je voudrais vous expliquer comment être délivré de la séduction, et puis comment être protégé de la séduction une fois qu'on est délivré. Cela nous concerne tous. Qui peut dire, quel que soit son avancement spirituel : "Moi, je suis tout à fait libre, moi, je ne suis séduit sur rien du tout. Je suis au clair sur tout. Je suis bien avec Dieu, j'ai les yeux bien ouverts sur tout, je suis impeccable." ? Déjà, si tu dis cela, c'est que tu es séduit.

 

            La première chose pour éviter d'être séduit, c'est de connaître Jésus. C'est la base. Si tu ne connais pas Jésus, il n'y a aucun moyen d'éviter la séduction. Il faut donc donner son cœur à Jésus et le suivre comme Seigneur et Maître, avec une conversion réelle.

 

            Si beaucoup de chrétiens sont séduits par la suite, dans leur vie chrétienne, c'est qu'au départ, leur conversion n'était pas sérieuse. Ils sont venus à Jésus simplement pour voir, ou ils sont venus à Jésus uniquement pour être délivrés d'un problème. On leur a dit que Jésus pouvait les bénir, les guérir, les délivrer. Alors ils sont venus à Jésus parce qu'ils pensaient que Jésus allait leur donner quelque chose de bon. Et c'est vrai, Jésus veut nous donner beaucoup de bonnes choses. S'il n'y a que cela dans ton cœur, c'est que ta conversion n'est pas sérieuse, tu ne vas pas tenir, Satan va réussir à te retourner comme une crêpe. Mais si au départ, ton engagement avec Jésus est sérieux, si tu as compris que tu es un pécheur perdu, que tu n'as vraiment aucun moyen de t'en sortir sans Jésus et que Jésus est venu dans son amour pour toi, pour t'en sortir, si tu as le cœur touché devant les souffrances de Jésus à la croix, si tu comprends que Jésus est mort dans des souffrances terribles à cause de ton péché (et non pas à cause de son péché à lui parce qu'il n'avait aucun péché dans sa vie), alors tu es sur le bon chemin.

 

            Jésus a accepté de mourir une mort horrible. D'abord il a accepté de quitter le ciel pour venir sur la terre. Cela lui a déjà coûté beaucoup. Dans le ciel où il était, avec son Père, avec le Saint-Esprit, avec les anges et tous ceux qui sont dans le ciel, c'était la gloire de Jésus ; c'était une vie céleste extraordinaire que Jésus a accepté d'abandonner. Il a abandonné même l'apparence de la divinité qu'il avait. Il a tout abandonné afin de s'incarner dans un corps d'homme qui avait un corps semblable au nôtre. Il a accepté de sortir de ce ciel pour venir sur une terre qui était plongée dans la misère, le péché, la mort, les ténèbres, les meurtres et toutes sortes de péchés. C'est comme si un jeune homme de très bonne famille, bien élevé acceptait de venir vivre au milieu des quartiers les plus mal famés de la ville la plus abominable de la terre et commençait à vivre et à travailler là. Jésus a accepté cela par amour pour nous.

 

            Et non seulement il a accepté de s'incarner dans un corps d'homme comme nous, mais il a accepté d'être rejeté, d'être incompris, à cause des jaloux, à cause de ceux qui voyaient quelqu'un qui les dérangeait dans cet homme qui n'avait pas de péché, qui était rempli de l'amour de Dieu, rempli de la connaissance de Dieu, qui faisait tout parfaitement, qui parlait parfaitement. Les gens religieux de son temps et ceux qui étaient jaloux et ceux qui étaient méchants dans leur cœur, au lieu de l'accepter les bras ouverts en disant : "Enfin quelqu'un qui nous vient de Dieu, qui va nous faire du bien !", à cause de la jalousie et de la méchanceté de leur cœur, ont rejeté Jésus et ils ont dit : "Il faut le tuer celui-là. Il nous embête, il nous empêche de vivre tranquillement, il nous empêche de pécher. Rien que sa présence nous embête". Ils ont dit : "Mettez-le à mort, clouez-le sur la croix". Et ils l'ont tué sur la croix après l'avoir battu, après lui avoir mis une couronne d'épines sur la tête, après l'avoir fait saigner de la tête aux pieds, et puis là, cloué six heures sur cette croix, il est mort.

 

            Mais il n'est pas mort à cause des jaloux, il est mort parce qu'il était en train de payer pour toi, pour moi. Il a accepté de mourir pour payer, pour que moi je n'aie plus à payer devant Dieu. Donc, il a fait tout cela par amour. Et s'il l'a fait par amour, c'est pour me délivrer du mensonge parce qu'il a dit : « Je suis la vérité » (Jean 14:6). Si tu cherches la vérité, un jour dans ta vie, tu vas rencontrer Jésus et Dieu verra si tu as le cœur honnête et bon. Si tu acceptes Jésus uniquement parce que tu sais qu'il est capable de te faire du bien, ton engagement n'est pas sérieux. Si tu acceptes Jésus parce que tu regrettes ton péché et si tu dis : "Je veux changer de vie maintenant. Je ne veux plus de ma vie passée, de mes péchés, de ma drogue, du mal que je fais aux autres, du fait d'être perdu et de ne pas savoir où je vais. Je veux laisser tout cela et je veux suivre Jésus qui est la vérité.", tu as fait une conversion réelle et profonde.

            

            Alors maintenant que tu as accepté Jésus, ton engagement avec Jésus va être sérieux. Tu vas te laisser travailler par Jésus. Tu vas être à l'école de Jésus. C'est un bon maître, mais il ne va rien laisser passer. Il a beaucoup de douceur, de tendresse, mais il ne va pas accepter que tu restes dans tes mauvaises habitudes. Il veut changer ton caractère, il veut changer tes habitudes. Il commence par l'intérieur en changeant ton cœur, en te donnant un cœur nouveau puis il va tout changer dans ta vie. Il faut collaborer avec lui. Et tu vas collaborer si tu es sérieux avec Jésus. Si tu veux que Jésus enlève toute séduction de ta vie, la première des choses dans ton attitude avec Jésus, c'est d'être humble. Un cœur humble, c'est dire à Jésus : "Jésus, je veux admettre la possibilité que je peux être séduit". Cela, c'est la première des choses. Tu vas dire : "Seigneur, je reconnais que je suis en route vers la perfection. Tu m'as tout donné en toi. J'ai tout acquis en toi, c'est vrai, mais au stade où j'en suis maintenant, je ne veux plus regarder en arrière, je veux courir vers le but qui est là devant, les yeux fixés sur toi et je veux que tu me montres où j'en suis".

 

            Il y a des gens qui n'aiment pas que Dieu leur montre où ils en sont. Dieu commence à leur dire : "Tu as encore de l'orgueil, tu as encore de la colère, tu as encore de la bouderie." Et ils n'aiment pas trop que la vérité soit mise au grand jour devant Dieu, c'est gênant. Et ils disent : "Seigneur, ouvre-moi les yeux sur ce que font les autres." Ceux-là, ce sont les justiciers qui vont aller dire aux autres tout ce qui ne va pas, alors qu'il y a plein de choses dans leur vie qui ne vont pas. Et Jésus dira : "Toi, tu veux corriger les autres, tu veux enlever la paille qui est dans l'œil de ton frère, et tu ne vois pas que tu as une poutre dans tes yeux ? Enlève d'abord ta poutre et quand tu auras ta poutre enlevée, tu vas pouvoir délicatement enlever la paille (délicatement, puisqu'il faut beaucoup d'amour), qui est dans l'œil de ton frère ou de ta sœur." Mais d'abord, tu vas reconnaître devant Dieu que tu as encore des choses qui ne vont pas. Et tu vas dire : "Seigneur, c'est tellement important d'enlever toute la séduction." La séduction, c'est le mensonge, ce sont les faux enseignements, ce sont les fausses idées que je peux avoir. "Seigneur, tu vas m'enlever tout cela. Mais pour les enlever, il faut que tu me montres ce qui ne va pas. Il faut que tu me montres qu'il y a des fausses idées, des faux enseignements, des choses qui ne sont pas d'accord avec ta Parole et je désire, Seigneur, que tu me les montres. Je reconnais que je peux être dans l'erreur et j'accepte que ton Saint-Esprit me le montre."

 

            Quand on admet la possibilité qu'on peut être séduit, on n'a pas beaucoup de chances de se tromper. Donc, il faut qu'on accepte de douter. Il y a un bon doute et il y a un mauvais doute. Le mauvais doute, c'est douter de ce que Dieu dit. Mais le bon doute, c'est douter de ce que je suis et de ce que je fais maintenant, et je dis : "Seigneur, je me place devant toi, je ne me considère pas comme ayant encore atteint la perfection." et je vais commencer à douter de certaines des pensées que je peux avoir parce qu'elles ne sont pas justes.

 

            Dans 2 Corinthiens 13, aux versets 4 et 5, l'apôtre Paul dit ceci : « Car Jésus a été crucifié à cause de sa faiblesse (il s'est rendu faible volontairement), mais il vit par la puissance de Dieu. » Jésus est mort mais il n'est pas resté dans le tombeau, il est ressuscité trois jours après et aujourd'hui, au moment où je vous parle, Jésus est vivant. Etes-vous contents de savoir que Jésus est ressuscité et vivant ? Jésus s'est montré à ses disciples après sa résurrection. Il s'est montré. Je connais certaines personnes qui ont vu Jésus de leurs yeux et qui ne sont pas des illuminés sortant de l'asile psychiatrique. Ce sont des gens sérieux. Jésus leur a fait la grâce de leur apparaître. Mais nous pouvons vivre toute une vie sans voir Jésus de nos yeux. Nous savons que nos yeux le verront un jour parce qu'il va venir bientôt nous chercher. Il vient bientôt. Paul dit : « Il vit par la puissance de Dieu. » Retenez bien ceci : Jésus a été crucifié à cause de sa faiblesse, il est mort, mais il est ressuscité maintenant et il vit par la puissance de Dieu. Et nous, nous devons faire comme lui. « Nous aussi, nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu pour agir envers vous. » Il ajoute aussitôt : « Examinez-vous vous-mêmes pour savoir si vous êtes dans la foi, éprouvez-vous vous-mêmes. »

 

            Commencer à sortir de la séduction, c'est dire : "Seigneur, je me place devant toi et je demande ta lumière, je demande ta lumière pour que je puisse m'examiner moi-même pour savoir si je suis dans la foi." La foi dépend de la Parole de Dieu. La foi vient de ce qu'on entend et vient de la Parole de Christ. Voir si je suis dans la foi revient à voir si je suis dans la vérité. "Seigneur, tu vas me montrer si je suis dans la foi, dans la vérité. Je ne peux pas être dans la foi si je ne suis pas dans la vérité". « Eprouvez-vous vous-mêmes. » Fais ton examen de conscience devant Dieu. Dis-lui : "Seigneur, je veux m'examiner moi-même". Il ne s'agit pas de faire de l'introspection psychologique. Non ! Ce n'est pas cela. "Seigneur, je suis prêt à m'examiner à ta lumière, je me place donc dans ta lumière et tu vas me montrer où j'en suis et si j'ai la vérité dans mon cœur ou pas." « Examinez-vous vous-mêmes... Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous ? » Si tu peux t'examiner toi-même, c'est parce que Jésus est en toi et c'est Jésus qui va te révéler tout cela. Mais il a besoin de ta collaboration. Il a besoin que tu dises : "Seigneur, je veux m'examiner moi-même. Je veux savoir où j'en suis. Je veux que tu me montres où j'en suis parce que je veux sortir de là où je suis pour aller plus haut, plus haut avec toi". Si vous n'avez pas ce désir- là, vous n'avancerez pas parce que Jésus ne vous forcera pas à faire un pas.

 

            La deuxième chose qu'il faut avoir pour sortir de la séduction, c'est le discernement. Le discernement, c'est un autre mot pour la bonne vision spirituelle. Donc, il faut vouloir s'examiner, mais il faut voir clair. Il faut que nos yeux spirituels soient bien ouverts. Et ça, c'est un don de Dieu. On ne peut avoir les yeux spirituels ouverts, on ne peut bien voir que si on est dans la lumière. Vous pouvez être dans la nuit noire, dans une chambre fermée à clé en pleine nuit, toute lumière éteinte, si vous dites : "Bon, maintenant, il faut que je voie clair, il faut que je voie clair !" Vous aurez beau dire : "Il faut que je voie clair", vous ne verrez pas clair, parce que tout est noir et il fait nuit. Il n'y a pas de lumière. Pour voir clair, il faut qu'il y ait de la lumière, d'une part et il faut que vos yeux soient ouverts, d'autre part. Il y a des gens qui baignent dans la lumière et leurs yeux sont fermés. C'est le cas de beaucoup de chrétiens. Ils sont en pleine lumière de Dieu qui veut leur révéler des choses formidables et eux, ils ont les yeux fermés, bloqués. Combien de fois David et d'autres ont dit : "Seigneur, ouvre mes yeux" ? ou Paul qui dit : "Je prie pour que vos yeux spirituels s'ouvrent, pour que les yeux de votre cœur s'illuminent". Alors je peux faire cette prière moi aussi : "Seigneur donne-moi ta lumière, que ta lumière m'éclaire et que je voie où j'en suis, que je voie ce qui se passe dans mon cœur et dans ma vie".

 

            Le fait de voir clair est un don de Dieu. Quand je le demande de tout mon cœur, je reçois le discernement de Dieu. Dieu répond à mon désir. Pour voir clair, il faut obéir à ce que le Seigneur dit dans 1 Jean 4 et au verset 1 : « Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour savoir s'ils sont de Dieu car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. » Il parle à des chrétiens. Vous devez dire : "Seigneur tout ce qui vient de l'extérieur, je veux l'examiner sérieusement, avec prudence et de manière aussi complète que possible". N'acceptez jamais rien que quiconque peut vous dire, même moi, ce que je vous dis, examinez-le à la lumière du Saint-Esprit et de la Parole.

 

            Il faut vraiment être absolument décidé à ne rien accepter dans le cœur sans l'avoir examiné soigneusement dans la prière, en lisant la Bible et en priant dans un esprit de recherche de la vérité. Les mauvais esprits qui circulent inspirent beaucoup de gens. Ils leur injectent d'abord des pensées qui sont fausses. Ensuite ils se servent d'hommes ou de femmes qui sont de faux prophètes, qui ont cru à des mensonges, qui sont des instruments entre les mains du diable. Ces gens-là sont en train d'enseigner des erreurs dans l'église. Ils peuvent même être des responsables, des pasteurs... Je ne parle pas des satanistes infiltrés qui servent Satan. Là, c'est évident. Mais je parle simplement des gens qui sont séduits et qui sont en train d'enseigner des choses qui sont fausses, simplement parce qu'on les leur a enseignées dans leur église ou dans leur enfance, ou parce qu'on leur a toujours appris cela et que sans le savoir, ils sont des instruments entre les mains de Satan pour propager l'erreur.

 

            Il y a aussi les vrais serviteurs de Satan, infiltrés dans l'Eglise, qui servent volontairement Satan en injectant l'erreur partout où ils peuvent pour détruire l'Eglise. Puisqu'on est dans la fin des temps et que Satan se fait de plus en plus actif et subtil, cela nous demande beaucoup de prudence, beaucoup de réserve pour examiner toutes choses et demander à Dieu le discernement pour qu'il nous montre quels sont les esprits qui sont à l'œuvre. A mesure que les temps approchent, Satan va faire les choses de plus en plus proches de la vérité, il va singer les vrais miracles en faisant des faux miracles, des grands faux miracles, c'est-à-dire des miracles qui seront vraiment des guérisons réelles, des résurrections de morts, des aveugles qui voient, des cancéreux qui seront guéris, mais par la puissance de Satan. Et puis en même temps, Dieu fera aussi des miracles, mais par Sa propre puissance. Il nous demande donc d'être extrêmement prudents, et si nous n'avons pas le discernement du Saint-Esprit, nous sommes séduits. C'est tellement peu visible à l'œil nu, qu'il faut avoir, disons, l'œil spirituel ouvert pour savoir quel est l'esprit qui agit derrière. Si tu as reçu du Seigneur cet esprit, c'est-à-dire le Saint-Esprit qui te donne le don de discernement des esprits, tu peux avec la révélation du Seigneur savoir quel est l'esprit qui agit, si c'est l'esprit d'un homme, si c'est l'esprit de Satan ou si c'est l'Esprit du Seigneur. Et il vaut mieux savoir si c'est l'Esprit du Seigneur parce que ça évite beaucoup de séductions.

 

            Dans 1 Jean 4 au verset 1 il est dit : « N'ajoutez pas foi à tout esprit (ou à tout enseignement) ; mais éprouvez les esprits (les enseignements) pour savoir s'ils sont de Dieu ». Et ce discernement-là, c'est à la fois un don qui vient de Dieu par le Saint-Esprit, et aussi le fruit d'une vie vécue étroitement avec Dieu. Plus tu marches près de Dieu et plus tu vas savoir reconnaître Sa voix et Son influence. Si tu es loin de Dieu, tu ne vas pas bien apprendre à reconnaître Sa voix. Tu reconnais la voix des gens que tu connais bien, de manière intime. Si tu as entendu parler quelqu'un pour la première fois puis que tu ne l'as pas vu pendant dix ans, ce sera difficile pour toi de reconnaître sa voix. Mais prenez un petit enfant en train de boire son biberon, bandez-lui les yeux, mettez-le au milieu d'une pièce et faites parler chaque personne, les unes après les autres, il reconnaîtra immédiatement la voix de sa maman ou de son papa. Pourquoi est-ce qu'il la reconnaît ? Parce que ce petit enfant vit tous les jours avec son papa et sa maman et il reconnaît leur voix. C'est pareil pour nous.

 

            Si nous vivons avec Jésus étroitement en communion avec sa parole et avec son Esprit, on sera plus à même de reconnaître la fausse voix. Mais même là, il faut être prudent parce que Satan sait imiter la voix de notre Père Céleste. Donc pour ce discernement, il faut deux choses : marcher par l'Esprit et savoir reconnaître Satan et lui résister. Et les deux sont parallèles. Il faut marcher par l'Esprit du Seigneur, c'est-à-dire le connaître et marcher en communion avec lui, et il faut reconnaître et discerner Satan, sa présence, et résister, entrer dans un combat spirituel contre lui. Et ceci ne peut pas se faire sans deux choses : la sanctification et la prière. Puisque nous savons que le séducteur c'est le diable et qu'il agit dans le monde entier pour séduire, notre seule ressource pour sortir de la séduction, c'est de nous rapprocher de Jésus pour qu'il nous éclaire, c'est de marcher près de Lui, marcher dans l'obéissance et dans la sanctification pour pouvoir recevoir sa force, et sa lumière.

 

            Avec l'équipement que Jésus me donne, je vais me tourner contre Satan et lui dire : "J'ai reconnu que c'est toi qui agis là et maintenant, je ne vais pas te laisser tranquille, je vais te résister au nom du Seigneur Jésus, pour t'évacuer de ma vie ou de l'Eglise ou de tous les endroits où je t'ai vu en train de t'infiltrer". Mais pour pouvoir lui résister comme cela et le reconnaître, il faut que je marche dans l'obéissance, dans la sanctification avec Jésus. Si je laisse le compromis, si je suis un tiède, si j'ai un pied dans le monde, un pied avec Jésus, si je dis : "Oui, Jésus, je veux de toi, mais enfin quand même pas trop." là, je ne pourrai pas reconnaître l'action de l'ennemi et je serai séduit.

 

            Je vais vous lire un passage qui est également très important. Quand je parle de sanctification et d'obéissance, cela veut dire que je dois apprendre à marcher par l'Esprit et que je dois sortir d'une marche charnelle. Je peux être chrétien, vraiment né de nouveau et être encore charnel, dominé par les instincts de la chair et par les habitudes de ma vie passée, au lieu de marcher par l'Esprit du Seigneur et par ces nouvelles habitudes qu'il veut me donner. Donc, il y a tout un temps qui peut être plus ou moins long, si j'ai vraiment soif de Dieu. Je suis né de nouveau, je marche avec Jésus, si je suis vraiment engagé avec le Seigneur, il va vite m'apprendre à reconnaître les choses qui ne vont pas. Il va me dire : "Tu vois, là, si tu marches encore comme ça, tu marches dans tes vieilles habitudes. Je ne le veux pas. Mais je veux t'apprendre des choses nouvelles". Je vais les apprendre et je vais abandonner mes vieilles habitudes.

 

            Dans 1 Corinthiens 3, au verset premier, Paul dit aux Corinthiens : « Pour moi, frères, ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ». Jésus veut nous donner de la nourritur solide à manger. Et malheureusement, bien souvent il ne peut pas, parce que ceux qui veulent le suivre, les chrétiens, sont souvent comme des petits bébés attardés. C'est normal qu'on soit un petit bébé au début de la vie. Quand tu commences à marcher avec Jésus, tu es un petit bébé. Mais il ne veut pas que tu restes bébé toute ta vie. Il veut te faire grandir et il y a des chrétiens qui restent 20 ans au niveau de bébé. Ils ont toujours besoin du lait, du biberon, ils n'en sont jamais à la nourriture solide. Et c'est ce qu'il leur dit : "Vous Corinthiens, vous devriez être déjà des maîtres et vous êtes encore des bébés". Pourquoi êtes-vous restés des bébés ? Parce que vous ne voulez pas vraiment vous engager avec Jésus. Vous n'êtes pas vraiment sérieux ! Vous restez-là, à faire vos histoires, à vous chamailler, à vous disputer et puis à ne pas vouloir changer vraiment. « En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, ...n'êtes vous pas charnels ?... Moi, je suis de Paul ! et un autre : moi d'Apollos ! » Ils étaient en train de se chamailler, ces chrétiens que Jésus aime tant. Ils étaient en train d'être jaloux, de se disputer, de dire : "Oh, celui-là, il est meilleur que cet autre. Oh, lui, je n'aime pas trop la façon dont il prie ou dont il parle. Celui-là, je ne peux pas le supporter, alors je vais faire mon petit clan avec celui-là ou celle-là et on sera bien, on sera entre nous...". Et alors Paul leur dit : "A cause de cela, vous êtes en train de bâtir avec de la paille, du bois et du chaume", c'est-à-dire des matériaux qui ne valent rien.

 

            Si tu n'es pas rempli de Jésus dans ton cœur et si tu ne marches pas vraiment en obéissance avec lui, tu vas travailler pour Jésus, mais tu vas construire des cahutes en paille et en tôle ondulée au lieu de construire des beaux édifices en marbre et en or et en pierres précieuses, ces bons matériaux que Jésus t'aura donnés. Paul dit à la fin du verset 10 : « Que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit sur le fondement qui est Jésus ». Jésus est le fondement de ma vie. Maintenant, il va me demander de bâtir une maison sur ce fondement. La maison représente vie et la vie de l'Eglise. Jésus va me dire : "Voilà, tu vas construire une maison dans laquelle moi, Jésus, je vais habiter. Je ne veux pas habiter dans un taudis. Je veux habiter dans une belle maison propre, bien nettoyée. Je te donne gratuitement tous les matériaux, des beaux matériaux. Mais toi, au lieu de prendre mes matériaux, tu vas chercher de l'herbe, du bois pourri et tu vas construire ta cahute avec cela pour me faire habiter dedans !" Au verset 12 : « Si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses (ça, c'est une bonne façon de bâtir), du bois, du foin, du chaume, l'œuvre de chacun sera manifestée ; car le jour la fera connaître (le jour du jugement de Dieu), car elle se révèlera dans le feu et le feu éprouvera ce qu'est l'œuvre de chacun ».

 

            Donc, le Seigneur est en train de nous dire : "Si tu es en train de mener une vie charnelle, tu vas bâtir avec des mauvais matériaux et Dieu va être obligé d'envoyer son feu qui va tout brûler". Ah, il restera le fondement qui est Jésus, mais il restera seulement les fondations. Il ne va plus rien te rester que Jésus. Cela va te permettre de rentrer dans le ciel, mais tu perdras toute récompense. Et tu auras perdu ta vie de chrétien à faire des bêtises au lieu de vraiment construire ta vie sur du solide. Tandis qu'il dit aux autres : "Si tu bâtis et si tu marches par l'Esprit du Seigneur (pas dans la chair), tu vas bâtir avec de l'or, des pierres précieuses, des matériaux solides, beaux et durables." Tu vas construire une maison à la gloire de Dieu où Il va pouvoir habiter et ta vie sera une réussite. Tu vas pouvoir comprendre Dieu et comprendre la vérité parce que Dieu va venir habiter dans cette maison-là et va te parler en tête-à-tête.

 

            Un peu plus loin, au verset 16, Paul ajoute : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? » Si nous sommes le temple de Dieu, vous ne croyez pas que ça vaut la peine de consacrer, chacun de nous, notre vie, à construire ce temple de Dieu comme Dieu le veut et pas comme nous en avons envie ? Dieu va nous donner les plans, Dieu va nous donner les matériaux, il va dire : "Voilà, je te donne tout, maintenant, tu bâtis, et moi je t'aide et je bâtis avec toi. Tu es mon temple, je veux habiter dans ta maison. Je veux remplir ta maison de ma présence". Et il ajoute aussitôt : « Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ». On ne plaisante pas avec le Seigneur. Il est plein d'amour, il est plein de patience, d'affection, de tendresse, mais si je détruis Son œuvre, si je veux rester charnel, si je ne veux pas changer, si je commence à bâtir avec ces matériaux infects et si je détruis le temple de Dieu, Dieu détruira cette œuvre-là. Et il ajoute aussitôt au verset 18 : « Que nul ne s'abuse lui-même (que nul ne se séduise lui-même). Si quelqu'un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu'il devienne fou, afin de devenir sage. Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu... Le Seigneur connaît les pensées des sages, il sait qu'elles sont vaines. » Tout ce que tu as pu recevoir dans ta vie comme pensées humaines, comme techniques et moyens humains pour t'en sortir doit être mis de côté. Tu dois recevoir de Jésus ses directions, sa pensée, pour être sûr de bâtir sur du solide, pour être sûr de bâtir avec des bons matériaux, et pour être sûr que ce que tu vas bâtir ne sera pas bâti dans la séduction, dans le mensonge et dans l'erreur. Dieu ne veut pas qu'on bâtisse une maison pour le diable. Dieu veut qu'on bâtisse une maison pour Lui.

 

            Dans tout l'enseignement du Seigneur, nous voyons que cette construction ne doit pas être charnelle, mais spirituelle. Donc à mesure que je vais connaître Jésus et que je vais avancer avec lui, il va me montrer constamment, dans sa grâce, dans sa lumière, toutes les choses qui ne vont pas dans ma vie, où j'ai été séduit, où je crois être bon et je ne suis pas bon. Il va me les montrer. Il va me demander de m'en débarrasser, et Il va me demander de me revêtir des choses qu'Il va me donner. Dans la Bible il appelle cela : se débarrasser du vieil homme et se revêtir de l'homme nouveau qu'il me révèle et qu'il me montre dans sa Parole. C'est comme si j'avais une vieille carcasse en moi que je traîne depuis ma naissance. Nous sommes tous au même plan. Nous naissons dans ce monde avec une vieille carcasse que nous avons héritée de notre père et de notre mère ou de nos ancêtres depuis Adam ; nous avons vécu une enfance, une adolescence, une vie où nous avons pris des tas de mauvaises habitudes devant Dieu et quand nous venons à Jésus, il commence à changer notre cœur et il nous dit : "Maintenant, moi, je veux couper tout ce que tu as reçu de ton passé, de ton hérédité, de tes ancêtres. Tu peux être Africain, tu peux être Européen, tu peux être Chinois ou n'importe, je veux couper toute hérédité mauvaise, tout ce qu'il y a de mauvais. Je veux te donner un cœur nouveau. Je veux faire descendre d'en haut, du ciel, une nouvelle nature que je vais planter en toi, un nom nouveau que je vais te donner, une nature nouvelle. Je vais la développer, la manifester. Je vais t'apprendre à te débarrasser de tes guenilles passées, de tes oripeaux passés, de ta vie passée. Tout cela, je n'en veux plus et je vais t'apprendre à te revêtir de la nouvelle nature que je te donne". C'est un apprentissage qui n'est pas facile. Et la première des choses qu'exige le Seigneur, c'est la sincérité du cœur, mais plus que ça, c'est un engagement total avec Jésus. Et le jour où ça commence à faire mal, il ne faut pas dire à Jésus : "Seigneur, ça suffit, cela commence à me faire mal, ton traitement ; alors je retourne un peu en arrière pour respirer". Si tu dis cela à Jésus, tu n'es pas sérieux avec Lui.

 

            A ce stade là, j'aimerais vous rappeler trois règles de base pour sortir justement de cet état charnel et pour apprendre de plus en plus à entrer dans l'état spirituel. Ces trois règles de base que j'avais eu l'occasion d'expliquer ailleurs, mais que j'aimerais rappeler ici ce soir parce qu'elles sont extrêmement importantes, il faut qu'on les ait comprises avec l'entendement du cœur, sinon, on ne va pas arriver à comprendre le travail que le Seigneur fait dans notre cœur pour nous changer, pour nous débarrasser de tout mensonge et nous faire marcher dans la vérité. Et ces règles-là, le Seigneur me les a révélées pour ma vie, et chaque jour qui passe, il me les rappelle. Ce soir, je vais vous les rappeler parce qu'on a tendance à les oublier souvent.

 

            Dans ce travail de nettoyage que le Seigneur fait, la première règle est celle-ci : ce n'est pas ce qui t'arrive qui compte, mais c'est la manière dont tu vas réagir à ce qui t'arrive qui compte pour Dieu. Nous, on fait l'inverse. On dit toujours : "Ah, si je suis méchant, si je suis mauvais, c'est à cause de mon père et de ma mère ou c'est à cause de celui-ci ou de celle-ci, ou c'est parce qu'à côté de moi, il y a quelqu'un qui me provoque, alors ça me fait sortir de mes gonds..." Donc, le responsable, ce n'est jamais moi, c'est toujours l'autre. Ou c'est une cause extérieure. Mais Jésus va toujours me montrer que pour lui, ce n'est pas tellement ce qui m'arrive qui compte, c'est comment je vais réagir. Le jour où il t'arrive quelque chose de dur, le jour où il t'arrive quelque chose d'injuste, le jour où il t'arrive quelque chose qui te fait souffrir et qui te semble mauvais, injuste, comment est-ce que tu vas réagir ? Est-ce que tu vas réagir comme Jésus le désire ou est-ce que tu vas réagir selon les vieilles habitudes de ta chair ? Si tu avais l'habitude dans le temps d'être coléreux, il suffisait d'un rien pour t'allumer et te faire sortir de tes gonds. Jésus veut enlever ça. Il va te montrer que la cause n'est pas extérieure, il va te montrer que la cause est intérieure, toujours intérieure à toi.

 

            Ce n'est pas ce qui m'arrive qui compte, c'est la manière dont je réagis. Alors ça, ça change tout. Au début tu comprends que quelles que soient les choses qui t'arrivent, Jésus demande que tu examines la manière dont tu vas réagir et il va te montrer si cette réaction est bonne ou mauvaise pour lui. Il va t'expliquer cela. Autrefois tu ne comprenais pas cela. Au début, quand dans la vie chrétienne on subit une injustice, on va se rebeller en disant : "C'est juste de rouspéter parce que c'est une injustice". Et Jésus va dire : "Non, ce n'est pas comme cela que je veux que tu réagisses. Je veux que tu apprennes à regarder à Jésus et à faire attention à la manière dont tu réagis. Pas de colère, pas d'amertume, pas d'animosité, pas de choses mauvaises qui vont sortir de ton cœur parce que tu es maltraité". Tu vas apprendre à réagir comme Jésus. Jésus a aimé ses ennemis. Quand Juda est venu le livrer avec un baiser, Jésus ne lui a pas donné une paire de claques, Jésus lui a dit : "Mon ami, c'est par un baiser que tu viens livrer le Fils de l'homme ?" Il a dit : "Mon ami". Il venait d'être livré par celui qui était vraiment possédé par Satan. Jésus nous montre l'exemple. Plus que cela, il veut remplir mon cœur de sa vie, de son amour pour me faire comprendre qu'il veut changer mes réactions. Quoiqu'il m'arrive, c'est moi qui suis responsable.

            

            La deuxième règle est la conséquence normale de la première : je suis toujours responsable à cent pour cent des mauvaises réactions que je peux avoir. Je suis toujours, devant Dieu, responsable à cent pour cent de toutes les mauvaises réactions que je peux avoir. S'il m'arrive quelque chose que je juge mauvais, injuste, méchant et si j'ai une mauvaise réaction, réaction de colère, d'amertume, de rejet, tout ce que vous voulez qui est mauvais devant Dieu, au jour du jugement, si le sang de Jésus n'a pas effacé cela parce que je ne lui aurai pas demandé pardon, Jésus va me dire : "Tu vois, regarde ce jour-là (il va passer le film de ma vie), quelqu'un t'a traité injustement, tu es entré dans une colère épouvantable et tu as tout cassé". "Ah oui, mais Seigneur, ce n'est pas moi qui suis responsable, c'est lui, c'est lui qui a causé cela. Si tu savais Seigneur, tout le mal qu'il m'a fait subir, ou qu'elle m'a fait subir, tu comprendrais mieux, Seigneur". On ne peut pas parler comme cela à Jésus. Il va me montrer que je suis toujours responsable à cent pour cent de toute mauvaise réaction que je peux avoir. C'est peut-être dur à recevoir pour certains, mais c'est la marche avec Jésus. Pourquoi va-t-il me juger responsable ? Parce qu'il va me donner tous les moyens pour changer mon cœur et pour que je puisse réagir comme Lui. Quand quelqu'un va venir me traiter injustement ou me traiter mal, j'aurai eu le cœur tellement changé que je vais réagir avec amour, je vais réagir avec compassion et miséricorde.

 

            Je vais faire comme Jésus. On était en train de lui clouer les clous dans les mains. Aux yeux des hommes, c'était injuste et il aurait pu dire : "Mon Père, tu vois le traitement qu'ils me font subir ! Seigneur, quand même, ce n'est pas juste". Il n'a pas dit cela du tout ! Qu'est-ce qu'il a dit sur la Croix, quand on était en train d'enfoncer les clous ? Il a dit : "Père, Pardonne-leur, parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font". Ils ne savent pas. Le Seigneur te dit : "Je vais t'apprendre à réagir comme tu n'avais jamais réagi avant ; comme moi, Jésus, j'aurais réagi. Tu vas comprendre que celui qui te fait mal est sous l'influence de Satan, il ne sait même pas ce qu'il est en train de faire, il ne sait même pas qu'il est perdu, qu'il va en enfer et qu'il est rempli d'un esprit mauvais qui le pousse à faire le mal. Le jour où tu auras compris cela, tu seras plein de compassion. Ça ne veut pas dire que tu vas te jeter constamment dans la gueule du loup pour qu'on te frappe, mais tu vas comprendre ce qui se passe et tu vas apprendre à bien réagir, comme Jésus l'aurait fait". Et si tu réagis mal, si tu dis : "Seigneur, non, là, il est allé trop loin et je n'ai pas pu supporter. Seigneur, là, il a dépassé la dose, moi, je pouvais aller jusque-là et pas plus". Jésus va répondre : "Non, le travail n'est pas encore assez profond. Il faut que ce soit du cent pour cent". Parce que dans 1 Corinthiens 13 : 7, il est dit : « L'amour de Dieu supporte tout ». Si tu es rempli de l'amour de Dieu, tu vas pouvoir dire les quatre vérités, comme Jésus l'a fait vis-à-vis des pharisiens, avec amour, mais il supportait tout. Et à ses disciples, combien de fois il leur a dit  : « Race incrédule et perverse, jusques à quand vous supporterai-je ? » La réponse est : jusqu'à son retour.

 

            Le Seigneur nous supporte, il nous châtie, il nous corrige, mais il nous supporte, et il va nous demander de supporter autour de nous ceux qui sont les plus insupportables, ceux qu'on n'a jamais pu supporter. Vous savez, dans l'Eglise de Jésus, il y a beaucoup de frères et sœurs qui sont insupportables pour ceux qui ne sont pas passés justement par ce traitement de Jésus. Vous avez dans des couples, des femmes et des maris qui sont jugés insupportables par leurs conjoints. Eh bien Jésus veut nous apprendre à être rempli de son Esprit d'amour pour que nous puissions les supporter et que nous puissions ne plus avoir une seule mauvaise réaction, même quand les autres sont vraiment au-delà des limites qu'on pouvait supporter avant. Maintenant, Jésus va nous dire : "Tu vas aller plus loin, je veux te rendre parfait dans la manière dont tu vas réagir. Et si tu réagis encore mal, ne me dis pas que c'est sa faute, surtout pas, je ne l'accepterai pas. J'accepterai par contre que tu t'humilies toi, et que tu me dises : Seigneur, pardonne parce que j'ai encore craqué. J'ai encore fait quelque chose qui n'était pas bon. Je te demande pardon et je demande pardon à ceux envers qui j'ai mal réagi". Alors là, il y a un travail qui va se faire et là, Dieu va te changer.

 

            La troisième règle que j'aimerais rappeler est celle-ci : pour apprendre à avoir les bonnes réactions, puisque ce n'est pas naturel au début, il faut souffrir, il faut accepter la souffrance, celle qui vient de Dieu. On n'a pas besoin d'apprendre les mauvaises réactions, on les a de naissance. Les petits enfants n'ont pas besoin d'apprendre pour être désobéissants et rebelles. C'est naturel, c'est tout à fait naturel. Par contre, être obéissant en Christ s'apprend. Donc, pour apprendre à être obéissant et pour apprendre à avoir les bonnes réactions, qu'est-ce qu'il faut ? Il faut souffrir, il faut accepter la souffrance qui vient de Dieu, parce que cette souffrance vient du brisement que le Seigneur veut faire dans ma vie, de ma vie charnelle, de ma vie passée, de tout ce qui est mauvais en moi. Jésus veut briser cela.

 

            Tout ce qu'il y a de mauvais en moi, il veut l'enlever et il veut le réduire en miettes. Il veut que je passe par la croix. La croix est un instrument de mise à mort, de mise à mort de ma chair et de ses mauvaises réactions. Cela a été fait en Christ, et je le reçois par la foi en Christ. Mais il veut me faire comprendre que ce n'est pas quelque chose de réjouissant (c'est réjouissant spirituellement, ce travail), mais ce n'est pas réjouissant pour ma chair, pas du tout. Ma chair qui est remplie de mauvaises habitudes a horreur d'entendre parler de la croix. Elle a horreur qu'on lui dise : "Eh bien, tu es destinée à disparaître, à mourir complètement et Jésus t'a clouée déjà à la croix." Ma chair n'en veut pas. Mais moi, dans mon être intérieur, je dois comprendre et accepter cette mise à mort. Il faut absolument que cette chair mauvaise soit mise à mort. Elle a été crucifiée en Jésus, mais je dois le réaliser et l'accepter par la foi et dire : "Seigneur, maintenant, je veux marcher sur ce chemin". Ne dis pas à Jésus que tu l'as accepté par la foi, si tu continues à avoir des réactions mauvaises. Ta foi n'est pas encore parfaite. Il faut que tu dises à Dieu : "Seigneur, perfectionne ma foi pour qu'elle soit parfaite et que jour après jour, seconde après seconde, je marche dans l'amour et dans la paix de Jésus". A la prochaine réunion de prière, si tu as avec toi un frère ou une sœur qui prie de travers ou qui prie de manière charnelle, ou qui ne laisse aucune place aux autres (ça peut arriver, dans des réunions), eh bien à ce moment-là, comment vas-tu réagir ?

 

            C'est un test que Dieu met devant toi pour voir comment tu vas réagir. Et si tu as tendance à mettre la faute sur l'autre, c'est que tu n'as pas encore compris la leçon que Dieu veut faire dans ta vie. C'est que tu n'es pas encore parvenu à la perfection de l'amour. Parce qu'il n'y a rien, rien, vous entendez, rien, ni Satan, ni les hommes, ni rien, qui peut me couper de ma communion avec Dieu quand je suis attaché au Seigneur et que je suis là, en communion avec lui ; il n'y a aucune force qui soit plus forte que celle du Seigneur. Donc, si j'ai le Seigneur dans mon cœur, si je suis rempli de l'Esprit, si je suis là, attaché à mon Dieu, en communion avec lui, celui qui est en moi est plus fort que celui qui est dehors ou qui est contre, ou qui veut me distraire de la présence du Seigneur.

 

            Mettez cela en pratique. Sinon le diable va s'en servir pour nous détruire, pour détruire nos églises et nos couples. Le problème se pose le plus au niveau du couple, avec les différences de caractère, les différences de tempérament entre le mari et la femme, les frottements permanents, etc. C'est là que le Seigneur nous met à l'épreuve et nous apprend le plus ; c'est là qu'on apprend à marcher par l'Esprit, qu'on apprend à être débarrassé de la séduction ; c'est dans nos relations de couples et nos relations de groupes et d'églises. Si je pense être quelqu'un de très spirituel et très avancé et que je ne suis pas capable de supporter ma femme ou mon mari ou mon frère dès qu'il dépasse une certaine dose, c'est que je suis séduit ! Encore ! Je crois être à un niveau auquel je ne suis pas. Et Jésus veut m'ouvrir les yeux, me faire du bien. La première chose, c'est d'être débarrassé de la chair, avoir compris ces règles spirituelles que le Seigneur nous rappelle encore ce soir. Ce n'est pas ce qui m'arrive qui compte, c'est la manière dont je réagis. Dieu me rend responsable à cent pour cent de toutes les mauvaises réactions que je peux avoir. Il rendra aussi l'autre responsable de son mauvais comportement, mais ça le regarde devant Dieu. Et si je veux apprendre à avoir les bonnes réactions, il va falloir passer par la souffrance de la croix, l'accepter et aller jusqu'au bout. Maintenant que j'ai compris cela, le combat ne fait que commencer. Il va falloir que j'entre dans un combat contre le séducteur qui est là, c'est-à-dire le diable.

 

            Je ne peux pas laisser le diable tourner comme ça autour de moi, ou de ma famille, ou de mon église sans réagir. Dans l'épitre de Jacques, au chapitre 4 et au verset 7, il est écrit : « Soumettez-vous donc à Dieu » et la fin du verset, vous le connaissez ? « résistez au diable et il fuira loin de vous ». Il y a des gens qui ont découvert le combat spirituel et la délivrance, et ils se lancent à fond dans le combat contre Satan, dans la délivrance des démons. Ils voient des démoniaques et ils disent : "Bon, on va les délivrer". Ils prient, ils prient, mais ils n'ont pas fait la première partie du commandement, c'est-à-dire : « Soumettez-vous à Dieu ». Et le résultat, c'est qu'ils n'arrivent pas à faire fuir le diable. Le diable les regarde et il rigole. Il dit : "Toi, tu veux me faire fuir ? Regarde un peu ta vie. Tu es soumis à Dieu, toi ? Non, tu n'as aucune puissance réelle. Tu peux toujours t'égosier, ça ne changera rien..." Ce n'est pas une question de puissance de voix, c'est une question d'autorité spirituelle. Quand le diable s'approche de toi, il regarde ta vie, ton cœur et il voit si ton cœur est propre, il voit si tu obéis à Dieu.

 

            Et ce n'est pas tout, tu peux obéir à Dieu et ne jamais résister au diable. Et ça, Jésus ne le veut pas non plus. Jésus ne veut pas qu'on soit là en disant : "Je suis obéissant Seigneur, maintenant, j'attends ton retour et je ne bouge pas. Je suis assis sur ma chaise, tranquillement et je ne bouge pas". Le Seigneur veut que tu résistes au malin. Le malin arrive, il veut s'introduire dans ta vie, dans ta famille, dans ton église et Jésus veut que tu l'expulses par son autorité à Lui, au nom de Jésus, puisque le nom de Jésus est tout puissant, et pour ça, il faut que tu obéisses à Jésus et que tu résistes au diable. Pour écarter celui qui est l'auteur de la séduction : il faut la sanctification, l'obéissance, le combat spirituel.

 

            Dans ce combat, il y a une armure à revêtir, c'est celle d'Ephésiens 6. Je ne vais pas lire tout ce passage, mais juste le début, les deux premiers versets, dans Ephésiens 6:10 : « Fortifiez-vous dans le Seigneur (ça, c'est "obéissez au Seigneur"), et par sa force toute puissante. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable ». Je note qu'il parle de ruse, et ruse, ça me rappelle séduction, mensonge. Donc, si tu veux sortir du mensonge, il ne faut pas seulement avoir une attitude d'humilité ou d'obéissance au Seigneur, il faut te revêtir des armes que Jésus veut que tu prennes et que tu commences à te tourner contre Satan et lui dire : "Maintenant, tu pars, je prends les armes de Dieu et je fonce contre toi avec ces armes". Parmi ces armes-là, il y a des armes défensives et deux armes offensives, les armes défensives nous parlent du fruit de l'Esprit, c'est-à-dire du caractère de Christ que je dois avoir, c'est l'assurance du salut, c'est la vérité, c'est la foi, c'est toutes ces armes défensives qui représentent le changement de mon caractère qui s'est opéré parce que j'ai obéi et je suis en train d'obéir à Christ. Plus loin Paul dit : « Prenez l'épée de l'Esprit qui est la Parole de Dieu » et puis, « Faites en tout temps par l'Esprit toutes sortes de prières et de supplications ». Il y a deux armes offensives dans ce combat contre Satan pour le chasser de ma vie et la séduction avec lui. Je vais prendre cette parole et la lui asséner, lui rappeler, faire ce que Jésus a fait quand il a été tenté par le diable, Il a répondu : « Il est écrit ». Quand je lui dis : "Satan, il est écrit ceci..." et que mon cœur est dans l'obéissance, j'ai une arme toute puissante pour lui résister, j'ai l'épée de l'Esprit qui est la vérité. Si je résiste avec la vérité contre celui qui est le mensonge et l'auteur du mensonge, la séduction ne peut pas tenir. Je vais lui dire : "Non, Satan, tu ne vas pas changer mes idées, tu ne vas pas me faire croire encore ces balivernes ou tu ne vas pas me faire croire ce que l'on est en train de m'enseigner". Parce que je connais la Parole du Seigneur, je prends l'épée de l'Esprit et je dis : "Non, il est écrit ceci et cela et c'est ça la vérité. Rien d'autre."

            

            Je vais prier en tout temps, par l'Esprit ou par l'intelligence et je vais demander constamment l'aide du Seigneur dans la prière, le discernement, l'aide d'en haut. Donc, à la fois une attitude défensive d'obéissance, de sanctification et une attitude offensive contre le diable pour le déloger des positions qu'il a prises dans ma vie. S'il m'a séduit par toutes sortes de faux raisonnements et de choses fausses, j'ai besoin de l'expulser de ma vie.

 

            En conclusion, une fois que tu as reçues ces clés, ces règles essentielles, et que tu les as mises en pratique, tu vas travailler en permanence à rester dans cette attitude. Il ne faut pas baisser la garde. Il ne faut pas croire que parce que tu as remporté une victoire une fois, maintenant, tu peux te reposer jusqu'au retour de Jésus. Cette conclusion que je veux placer sur ton cœur, c'est : Pour éviter toute séduction future, il faut que tu restes constamment sur le terrain de la croix ou de la marche par l'Esprit, c'est pareil. L'ennemi n'a pas de prise sur la vie d'un chrétien qui reste sur le terrain de la croix, de la mort et de la résurrection en Jésus. Il n'a pas de prise. Et si tu restes les yeux fixés sur Jésus et sa Parole, tu vas constamment marcher sur l'eau, malgré toutes les choses de la vie de tous les jours qui auraient tendance à te faire couler. Tu vas constamment marcher sur l'eau. Il faut que l'homme spirituel en toi soit toujours à la première place, que tu sois revêtu de cet homme spirituel.

 

            Et je finirai en lisant deux versets. Dans Galates 5, au verset 24, il est écrit : « Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs ». Ce qui nous fait séduire, c'est la chair avec ses passions et ses désirs. Si je reste sur le domaine de la croix, je reste dans cette foi que ceux qui sont à Jésus-Christ ont déjà crucifié la chair avec ses passions et ses désirs en Jésus-Christ. Il l'a fait pour nous, je le reçois par la foi et je reste sur ce terrain. Un peu plus loin, dans Galates 6 et au verset 14, nous lisons : « Pour ce qui me concerne (moi et nous tous), loin de moi (vous voyez, loin de moi, ça implique une action), la pensée de me glorifier d'autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui (c'est à la fois la croix et le Seigneur) le monde est crucifié pour moi (cela veut dire que tout ce monde qui m'entoure et qui m'attire tellement dans le passé, eh bien par la croix, ce monde a été mis à mort pour moi), comme je le suis pour le monde. » Jésus le dit, c'est une réalité, ce n'est pas une espérance, c'est quelque chose qui est fait pour lui et il nous demande de l'accepter par la foi , de le croire et de l'accepter. C'est fait pour Jésus, pour le Seigneur. La croix a tout accompli. Il a crucifié le monde pour toi et toi pour le monde. Et si tu restes planté dans cette réalité-là, tu vas pouvoir résister à la séduction et rester dans la vérité.

 

            Et enfin je lis un dernier passage dans Apocalypse 3, aux versets 10 à 12. Jésus parle à l'Eglise, donc il nous parle aussi : « Parce que tu as gardé la Parole de la persévérance en moi (tu as persévéré malgré les hauts et les bas, malgré les épreuves, les difficultés, tu as persévéré, et Jésus l'a remarqué : tu as gardé ma Parole et tu as persévéré en moi), je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt, retiens ce que tu as afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra (dans ce combat contre Satan), je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu. Il n'en sortira plus, j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu et le nom de la ville de mon Dieu, de la Nouvelle Jérusalem qui descend du ciel ». Donc le Seigneur me demande de vaincre dans ce combat. Pour vaincre, j'ai besoin de faire comme il me dit et de compter sur la promesse qu'il me donne. Il dit : "Si toi, tu gardes ma Parole (c'est cela la victoire qu'il me demande d'avoir), si tu gardes ma Parole, je te garderai de la séduction". Il m'ouvrira les yeux pleinement, il me montrera tout ce qui ne va pas, il me fera marcher dans la vérité jusqu'à son retour.

 

 

            Seigneur, je suis heureux que tu m'aies fait ces promesses et je demande vraiment que tu fasses dans nos cœurs à tous, dans le cœur de ceux qui appartiennent à ton Epouse un travail profond, parce que tu peux le faire par l'amour que tu nous révèles d'en haut, un travail profond pour que nos cœurs soient constamment attachés à toi et à ta Parole. Et Seigneur, si nos cœurs sont attachés à toi et à ta Parole, tu vas nous ouvrir les yeux, nous faire marcher dans ta lumière et nous montrer la séduction qui peut être dans nos vies. Et nous en sortirons par ta puissance et tu nous feras entrer pleinement dans la vérité et tu nous introduiras pleinement dans ton royaume céleste. Seigneur, je veux te bénir et te louer de tout mon cœur. Fais-le pour chacun de nous Seigneur et glorifie-toi. Au nom de Jésus, Père, Amen.