C138  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 13/10/2004
modifié le 14/10/2004


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Le discernement des choses les meilleures



            Dans la lettre de Paul aux Philippiens, au chapitre 1 et au verset 3, voilà ce que Paul dit à nos frères de Philippes : « Je rends grâces à mon Dieu de tout le souvenir que je garde de vous, ne cessant dans toutes mes prières pour vous tous, de manifester ma joie au sujet de la part que vous prenez à l'Evangile, depuis le premier jour jusqu'à maintenant ». Paul est content parce qu'il voit qu'à Philippes, tout va bien. « Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ ». Alors attention à ce qu'il dit là : c'est à la fois une promesse et un avertissement. Quand Jésus dit : "Je suis persuadé que le Seigneur va terminer ce qu'il a commencé en vous", il faut bien comprendre que ça ne se fait jamais automatiquement, puisqu'il y a tellement de chrétiens qui déraillent et qui s'égarent complètement et qui vont dans la nature et qu'on ne retrouve plus... Et pourtant, ils ont aussi ces promesses. Ils avaient commencé avec Jésus et puis ils ont mal fini.

 

            Donc quand Dieu nous fait une promesse, rappelez-vous bien que ce n'est pas automatique. Il faut toujours prier pour que la promesse s'accomplisse. Je prends une promesse dans mon coeur, je vais dire : "Seigneur, cette promesse est pour moi", et je vais commencer à prier pour que cette promesse se réalise. Donc nous devons dire : "Seigneur, tu as commencé un travail dans mon coeur, je te supplie de le finir pour le jour de Christ. Quand tu vas revenir, que je sois debout devant toi pour monter quand tu vas m'appeler. Que je sois léger, plus léger que l'air pour monter". Si on est rempli des choses de la terre, on est trop lourd.

 

            Et il dit au verset 7 : « Il est juste que je pense ainsi de vous tous, parce que je vous porte dans mon coeur, soit dans mes liens, soit dans la défense et la confirmation de l'Evangile, vous tous qui participez à la même grâce que moi ». C'est Paul qui les avait évangélisés et il les portait dans son coeur, il priait pour eux. « Dieu m'est témoin que je vous chéris tous avec la tendresse de Jésus-Christ ». Alors rappelle-toi, mon frère, ma soeur, que Jésus te chérit avec tendresse, puisqu'il dit : "Moi je vous chéris avec la tendresse de Jésus".

 

            Quand le Seigneur Jésus nous regarde, il nous voit avec nos défauts, nos faiblesses, il nous voit avec tout ce qui n'est pas terminé. En effet, Paul dit : « Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ ». Donc quand le Seigneur te regarde aujourd'hui, il voit bien qu'il y a des choses qui ne sont pas finies. Jusqu'au dernier moment, il va travailler. Mais il faut que tu saches qu'il te chérit avec tendresse, à condition que tu désires dans ton coeur que ce travail soit terminé. Il ne faut pas être un hypocrite avec Jésus. Si on s'approche de Jésus en disant : "Seigneur, je voudrais que tu finisses ton travail dans mon coeur" et puis en même temps, on ne s'intéresse qu'aux choses de la terre, on est un hypocrite. Et Dieu voit au fond des coeurs de ceux qui prient sincèrement en disant : "Seigneur, finis ton travail dans mon coeur, rends-moi comme toi, Seigneur".

 

            Si je le fais du plus profond de mon coeur, en disant : "Seigneur, je veux que tu achèves ce travail parfaitement parce que je sais que tu me chéris avec tendresse", cela prouvera que je suis vraiment une brebis du Seigneur. Quelquefois nous sommes des brebis un peu rebelles, un peu charnelles, qui aiment bien gambader loin du berger, qui s'approchent un peu trop près du loup. Mais le Seigneur est un bon berger et il veille sur nous. Les brebis qui ne veulent pas du berger ne restent pas, elles s'en vont. Le berger peut faire un effort pour les chercher, mais si la brebis ne veut pas revenir, le Seigneur ne va pas la forcer, parce qu'il sait qu'on ne peut pas forcer une brebis à rester. Il faut que la brebis aime rester avec le berger. Une bonne brebis sait très bien que sans le berger et en dehors de la bergerie, elle va complètement se perdre, elle a cet instinct-là. Alors ne soyons pas des mauvaises brebis, soyons des bonnes brebis qui restent à côté du Seigneur pour qu'il finisse son travail dans nos coeurs.Quand on est une brebis du Seigneur, même si aujourd'hui on n'est pas fini, on a le désir d'être fini. On dit : "Seigneur, je veux que tu finisses ton travail en moi".

 

            Je relis le verset 8 : « Dieu m'est témoin que je vous chéris tous avec la tendresse de Jésus-Christ ». Cela ne veut pas dire que Paul était rempli d'un amour "papa gâteau" et qu'il laissait tout faire, comme les pères ou les mères faibles qui laissent tout faire à leurs enfants, et qui disent : "Je les aime, je ne veux pas les corriger, je les laisse faire ce qu'ils veulent parce que je suis rempli d'amour pour eux". Ce n'est pas de l'amour du Seigneur. Paul les chérissait de tout son coeur et c'est le même Paul qui dit dans une autre épître, à propos d'un chrétien qui blasphémait et qui ne voulait pas se repentir : « Vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus-Christ, qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus (pour qu'il apprennne à ne pas blasphémer) » (1 Corinthiens 5:5). C'est le même Paul ! Je suis sûr que Paul avait beaucoup de tristesse dans son coeur de voir ce chrétien qui ne voulait pas se repentir. Paul était rempli de tristesse. Mais c'était un apôtre rempli de la fermeté du Seigneur.

 

            Il est écrit que lorsque Jésus reviendra, il va régner sur la terre avec une verge de fer. Et pourtant c'est le Jésus plein d'amour et de tendresse qui chérit ses brebis. Mais il va régner avec une verge de fer, un bâton de fer ! Cela veut dire que ça va "filer doux" devant Jésus. Aujourd'hui, on a l'impression qu'il laisse faire. Il y a des gens qui disent : "Mais où est Dieu ? S'il y a un Dieu, pourquoi n'intervient-il pas ?" Le Seigneur laisse faire parce qu'il veut que les coeurs se tournent vers lui, il travaille par le Saint-Esprit. Quand il va revenir, il va régner avec une verge de fer et ça ne va pas se passer comme ça. Alors je préfère être dans l'intimité du doux Jésus qui me chérit avec tendresse. Je préfère voir sa tendresse venir sur moi plutôt que le bâton de fer. Qu'est-ce que tu préfères, toi, le bâton de fer ou la tendresse de Jésus ? Mais il faut que tu saches que le bâton de fer c'est encore une manifestation de la tendresse de Jésus pour toi parce que quand le Seigneur corrige, c'est qu'il aime. Il nous aime pour nous détourner du mauvais chemin.

 

            Philipiens 1, verset 9 : « Ce que je demande dans mes prières... ». Paul chérissait les Philipiens avec la tendresse de Christ. Vous savez que Jésus est auprès du Père et il intercède pour nous, il prie pour nous. Donc ce que Paul demande au Père pour nous, c'est exactement ce que Jésus demande au Père pour nous. Puisqu'il nous chérit avec la même tendresse, c'est pareil. Ce que Jésus demande au Père pour nous, en ce moment, « c'est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence ». Il y a des amours spirituellement bêtes, stupides. C'est un peu dur peut-être de dire qu'il y a des amours stupides parce qu'il y en a qui diront : "Oui, mais à partir du moment où c'est de l'amour, c'est bon à prendre". Mais spirituellement, il y a des amours qui ne sont pas intelligents et ce qu'il est en train de demander, c'est : "Père, je demande que leur amour augmente de plus en plus", mais augmente en quoi ? « en connaissance et en pleine intelligence »

 

            Tu ne vas pas pouvoir aimer de l'amour de Christ si ton amour n'est pas rempli de sagesse et d'intelligence. Tu ne vas pas savoir comment aimer vraiment. Tandis que si ton amour augmente de plus en plus avec la sagesse et l'intelligence de Jésus, tu vas aimer de plus en plus comme lui avec la tendresse et l'amour de Jésus « pour le discernement des choses les meilleures ». Paul dit : "Père, que leur amour augmente en sagesse, en intelligence, pour qu'ils puissent discerner les choses les meilleures". Alors, bien-aimés, comprenez ceci : c'est l'amour intelligent qui va nous faire discerner les choses les meilleures. Je vais le répéter : c'est l'amour intelligent qui va nous faire voir les choses les meilleures. Les choses les meilleures sont cachées en Dieu. Dieu va révéler les choses les meilleures à ses enfants qui veulent connaître la vérité et qui veulent le connaître, Lui.

 

            En Jésus il y a une infinité de choses qui sont bonnes, qui sont parfaites, qui sont les meilleures de toutes. Dans la sagesse de Jésus, dans l'amour de Jésus, il y a tout un héritage merveilleux. Il y a Dieu lui-même. Et il dit : « pour le discernement ". Toutes ces choses les meilleures, il faut que ton oeil spirituel les discerne, les voit. Comment est-ce que tu peux prendre quelque chose que tu ne vois pas ? Là il ne s'agit pas de l'oeil humain, il s'agit du discernement spirituel, qui me permet de prendre par la foi ces choses les meilleures.

 

            Tu ne peux pas prendre quelque chose que tu ne connais pas. Si tu as un milliard de dollars sur ton compte bancaire et que tu ne le sais pas, tu ne vas pas pouvoir profiter de cette fortune. Tu n'en as jamais entendu parler, tu ne le sais pas. Ton oncle d'Amérique est mort en richissime, il t'a laissé toute une fortune, mais personne ne t'a prévenu. Qu'est-ce que tu vas faire ? Tu vas mourir dans la misère, car tu es pauvre. Pourtant, tu as une grande fortune qui est cachée dans la banque pour toi et tu ne le sais pas.

 

            Nous, nous avons une immense fortune en Jésus, et il y a beaucoup de chrétiens qui ne le voient pas, qui ne le comprennent pas. Ils ne savent pas qu'ils ont été rachetés, ils ne savent pas ce qu'est le rachat, le salut, la puissance de l'Esprit du Seigneur, l'amour de Jésus, la puissance de guérison, la puissance pour chasser tous les démons de leur vie. Relisons ce que Paul dit dans Philipiens 1, au verset 9 : « Ce que je demande dans mes prières, c'est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence ". C'est par l'amour que vous allez discerner ces choses, parce que le premier des commandements, c'est : « Tu aimeras ton Dieu de toutes tes forces, de tout ton coeur ». C'est à celui qui a le coeur rempli d'amour pour Dieu et qui veut vivre pour lui que Jésus ouvre les yeux, pour discerner les choses les meilleures. Les choses les meilleures, ce sont celles que Jésus a préparées pour nous. Ce sont celles qu'il a acquises pour nous à la croix. Les choses les meilleures, c'est lui-même qui se donne à nous. Jésus veut que nous soyons comme lui.

 

            Jésus est très attristé (parce qu'il nous chérit avec amour) de voir comment nous nous comportons quand nous sommes charnels. C'est comme lorsque vous êtes rempli du Saint-Esprit, de joie, de paix, d'amour, parce que vous venez de passer un bon moment avec Dieu. Vous sortez du lieu Très Saint, de la présence même de Dieu, puis vous rencontrez un frère ou une soeur qui est charnel, de mauvaise humeur, qui n'a pas du tout de communion avec Dieu, qui rouspète, qui ronchonne ! Vous, vous sortez de la présence de Dieu, de l'amour, de la lumière et puis, boum ! Vous rencontrez cette personne qui est là, dans la chair, dans la colère. Est-ce que ça ne vous fait pas mal au coeur ? Est-ce que vous n'êtes pas attristé en disant : "Quelle tristesse ! J'aimerais bien lui donner ce que j'ai dans le coeur, mais je vois que c'est fermé, c'est bouché. Et puis si je commence à lui parler avec amour, il va me remballer. Je suis obligé de me taire, mais je suis tellement triste de voir ce frère ou cette soeur dans cet état. Il y a une lumière si belle en haut. S'il levait un peu le regard au dessus de ces nuages, il y a le soleil de Dieu et il ne voit pas. Il ne voit rien du tout".

 

            Imaginez la tristesse du Seigneur Jésus qui sait lui, tout ce qu'il a fait pour nous. Il connaît les richesses qu'il a pour nous, il connaît l'héritage qu'il a pour nous. Il nous regarde avec tendresse, il nous chérit avec amour, et il nous voit manifester des réactions charnelles, rouspéter, pas contents, nous harceler les uns les autres, faire l'oppression sur l'un, la haine, la colère sur l'autre, l'impatience. Le Seigneur Jésus est rempli de tristesse de voir cela. Nos réactions charnelles font souffrir le Seigneur. Le Seigneur est dans le ciel, et il regarde l'état de l'Eglise aujourd'hui, le compromis qui est dans l'Eglise, le péché qui est dans l'Eglise, et le Seigneur pleure.

 

            Ce qui console le coeur du Seigneur, c'est de voir un chrétien entrer dans sa communion et marcher par la foi. C'est le seul moyen, pour nous, d'être agréable à Dieu. La foi, c'est l'obéissance ; mais l'obéissance de coeur parce que le Seigneur sait bien qu'on est imparfait, il sait bien qu'il y a un progrès à faire qui doit être régulier. Ce n'est pas ce qui le chagrine le plus, ce n'est pas le fait qu'on soit aujourd'hui imparfait et qu'on ait besoin de progresser, cela il le sait. Mais ce qui le chagrine le plus, c'est de voir des coeurs fermés, qui ne désirent pas l'approche de Dieu, qui ne désirent pas vraiment la communion avec Dieu, qui sont trop attachés aux choses de la terre, qui sont trop attachés à l'argent, qui sont trop attachés à leur métier, à leur maison, à leurs biens terrestres. Est-ce qu'on pense à faire plaisir à Jésus ?

 

            « Je vous laisse un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ».(Jean 13:34) Cela veut dire que je dois être tellement rempli de Jésus que je vais aimer les autres comme Lui m'a aimé. Je ne vais plus le faire souffrir comme je le fais par mes désobéissances, mes colères, mes impatiences, mes animosités. C'est peut-être difficile pour nous de comprendre que le Seigneur qui se suffit à lui-même, qui est l'amour, la joie, la paix parfaite, peut encore éprouver une grande tristesse de voir ce qui se passe et surtout de voir les terribles jugements qu'il va être obligé d'envoyer sur la terre parce qu'il a promis qu'ils viendraient. Et il ne le fait pas de gaieté de coeur ! Il le fait parce qu'il a donné une parole et parce que c'est un Dieu saint et juste et que sa justice doit s'accomplir et elle s'accomplira.

 

            Mais nous qui sommes les brebis du Seigneur, nous qui sommes remplis d'amour pour lui, le but suprême de notre vie n'est-il pas de lui faire plaisir ? Pas d'abord de faire plaisir à ma femme, à mes enfants, à mon mari, à mes frères et à mes soeurs. Bien-sûr, je dois leur faire aussi plaisir, mais faire plaisir à Jésus en tout premier lieu, parce qu'on a eu le coeur vivement touché ! Et comment puis-je faire plaisir à Jésus sinon en m'approchant de lui pour qu'il me transforme, et en disant : "Seigneur, tu as des richesses immenses, et la plus grande des richesses, c'est toi. Je veux te connaitre mieux parce que je veux être ton ami. Je ne veux pas être seulement ton serviteur, comme un esclave qui va travailler pour son maître qui est lointain, et je voudrais que tu me considères comme ton ami".

 

            C'est formidable de voir que Dieu a considéré certains hommes comme des amis. Il est dit qu'Abraham était l'ami de Dieu. Un ami, c'est quelqu'un en qui on a une confiance totale. Et vous vous rendez compte que Dieu a pu avoir une confiance totale envers un homme comme Abraham, qui pourtant n'était pas parfait en tous points. Mais Abraham avait par-dessus tout un amour débordant pour Dieu. Il était prêt même à sacrifier son propre fils pour obéir au Seigneur. Il est parti sans savoir où il allait parce qu'un jour Dieu lui a dit : "Prends ta famille, tes affaires, et va là où je te montrerai." Abraham aimait Dieu avec la lumière qu'il en avait en ce temps-là, qui était bien moins grande que la lumière qu'on a maintenant. Mais il aimait Dieu de tout son coeur et à cause de cela, Dieu l'aimait et Dieu a dit à Abraham : "Tu es mon ami".

 

            Cela veut dire que le Seigneur va pouvoir confier à ses amis ses secrets qu'il ne va pas confier à ceux qu'il ne considère pas comme ses amis. S'ils ne sont pas les amis de Dieu, ils ne vont pas attacher d'importance à ce que Dieu va leur dire, ils vont même mépriser ce que Dieu pourrait dire. Et puis ensuite, ils n'en feront aucun cas, et ils vont le raconter à tout le monde alors que Dieu avait dit : "Je te donne un secret, n'en parle pas encore. Seuls mes amis peuvent comprendre cela".

 

            Moi je désire être ami de Dieu. Je dis : "Seigneur, fais de moi ton ami, je voudrais que tu me transformes pour que tu puisses vraiment me faire confiance ; que tu me mettes dans des situations où tu me fais confiance". Faire confiance à quelqu'un ne veut pas dire qu'il va se débrouiller tout seul avec ses propres forces, mais qu'il va s'appuyer entièrement sur Dieu. Jésus voudrait tellement révéler tout ce qu'il y a au fond de son coeur ! Il voudrait tellement dire : "Viens, approche-toi, je vais partager ce que j'ai de secret pour toi et je vais te révéler cet héritage merveilleux qui est là-haut, que je réserve à ceux qui en sont dignes, pas dignes parce qu'ils l'ont mérité, mais dignes simplement parce qu'ils m'aiment de tout leur coeur." Il va nous ouvrir ses trésors cachés. Et il veut le faire envers nous tous.

 

            Il est écrit que nous devons tous parvenir à « ...l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ » (Ephésiens 4:13). Tous ! Toi qui es maintenant brebis du Seigneur, Dieu veut t'élever jusqu'à la mesure de la stature de Jésus. Si tu pries constamment en disant : "Seigneur, remplis-moi de la connaissance d'en haut", cela va lui prouver que tu l'aimes, et tu vas frapper à la porte et tu ne vas pas te laisser décourager si elle ne s'ouvre pas au premier coup. Tu sais que Dieu a entendu la première fois que tu as prié et qu'il est en train de travailler.

 

            Je relis le verset 9 : « Ce que je demande dans mes prières, c'est que votre amour augmente en connaissance et en pleine intelligence pour discerner les choses les meilleures, pour que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ, remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ à la louange et à la gloire de Dieu ». Jésus veut que nous soyons remplis. Non pas remplis de la puissance pour faire des miracles, des guérisons, et des milliers de conversions. Il dit : "Je veux que tu sois rempli du fruit de justice pour le jour de Christ. Pur et irréprochable". Irréprochable veut dire qu'il n'y a pas un seul reproche à te faire. C'est cela que veut dire irréprochable. Pur et irréprochable pour le jour de Christ. Si le Saint-Esprit te fait des reproches, c'est pour te remettre sur le bon chemin. Jésus a fait des reproches à ses disciples, souvent Il leur a reproché leur incrédulité, leur manque de foi, leur orgueil, etc, mais vous remarquez que quand le Seigneur fait des reproches à ses disciples, c'est pour les remettre sur le bon chemin.

 

            Si tu remarques tes défauts, il y a deux solutions possibles. La première solution, c'est de déprimer en disant : "Oh, que je suis vilain, que je suis mauvais, il n'y a rien à faire, je ne m'en sors pas, c'est toujours pareil, ça revient constamment". C'est une attitude d'incrédulité complète que Jésus ne veut pas. Jésus veut nous ouvrir les yeux pour nous montrer nos défauts pour qu'on tourne les yeux vers Lui, qu'on voie qui il est, ce qu'il est : c'est la deuxième solution. Il veut te transformer à son image.

 

Alors tu dis : "Seigneur, transforme-moi à ton image". C'est une prière qui fait mouvoir le bras de Dieu avec puissance parce qu'elle correspond exactement à ce qu'il y a dans le coeur de Jésus, ce qu'il est en train de demander au Père, ce que le Père veut pour moi. Jésus a dit : « Si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu'il nous écoute, ... nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée ».(1 Jean 5,14) Cela veut dire que pour le Seigneur, comme tu as prié selon sa volonté, il t'exauce !

 

            Quand le jour se lève, tu ouvres les yeux vers le Seigneur et tu dis : "Seigneur, augmente mon amour de plus en plus en pleine sagesse, en pleine intelligence pour que je comprenne encore mieux qui tu es, ce que tu as fait, ce que tu as dit, pour que je sache tout cela et que je le vive par la foi". Constamment, tu pries pour ça et constamment, Dieu est en train d'agir pour ça. Tu recherches d'abord à être transformé à l'image de Jésus. Tu n'es pas attaché à autre chose et tout le reste t'est donné en plus.

 

            A la fin du chapitre 1 de Philippiens, Paul dit au verset 27 : " Conduisez-vous d'une manière digne de l'Evangile de Christ, afin que, soit que je vienne vous voir, soit que je reste absent, j'entende dire de vous que vous demeurez fermes dans un même esprit, combattant d'une même âme pour la foi de l'Evangile, sans vous laisser aucunement effrayer par les adversaires ». Qui sont les adversaires ? Ce sont Satan et ses démons, mais ce sont aussi tous les faux chrétiens ou tous les chrétiens tièdes, ou tous ceux qui disent : "Mais toi tu es un excessif, toi tu es un illuminé, toi tu es un fanatique, tu es un extrémiste, il faut quand même vivre, il faut faire comme les autres, il ne faut pas aller trop loin"... Il y en a beaucoup qui vont te dire cela, beaucoup qui vont essayer de t'arrêter dans ta marche.

 

            Le monde ne peut pas supporter un chrétien qui marche comme Jésus. Jésus a été crucifié, ils vont te crucifier aussi. Quand tu pries de tout ton coeur pour être transformé à l'image de Jésus, il faut savoir que cela va t'amener des tas de problèmes et des tas d'ennuis avec les adversaires ! Pas avec Jésus, ni avec tes frères et tes soeurs qui marchent dans le même esprit, là tu vas être en communion avec eux, mais avec tous les adversaires qui sont autour, Satan qui rugit, qui n'aime pas voir un enfant de Dieu rempli du Saint-Esprit et marcher comme Jésus. Satan est horriblement fâché, et ceux du monde aussi. Que tu travailles dans une usine, dans un bureau, dans les champs, tous ceux qui t'entourent ne parlent que des choses impures du monde... Et toi, tu es là fidèle, tu ne participes pas, mais on va se moquer de toi, on va te rejeter, on va te traiter de fanatique...

 

            Au verset 29 il dit : « Cela de la part de Dieu, car il vous a été fait la grâce, par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui en soutenant le même combat que vous m'avez vu soutenir et que vous apprenez maintenant que je soutiens ». Restons fermes. Une fois que nous avons mis le cap dans la bonne direction, c'est-à-dire la direction de Jésus, ne nous laissons détourner par rien, par aucun chrétien, aucun païen, aucun démon, même pas par Satan qui peut venir en ange de lumière. Ne nous laissons pas détourner de Jésus et de sa Parole. Continuons à prier en disant : "Seigneur, continue à me transformer, continue à me remplir de toi, je veux rester fidèle jusqu'au bout. Jusqu'à ton retour, je veux être trouvé debout". Le Seigneur va venir sans prévenir personne et il viendra comme un voleur au milieu de la nuit. Le Saint-Esprit nous a prévenus depuis longtemps : « Je viens bientôt " (Apocalypse 22). Il continue à parler dans nos coeurs. Mais les chrétiens qui ne se préparent pas à la venue de leur Epoux sont des chrétiens qui ne l'aiment pas ! Une mariée qui attend son fiancé pour la cérémonie du mariage ne pense qu'à lui, elle se prépare, elle met sa belle robe, ses beaux bijoux, et elle attend. Le marié peut être un peu retardé, il a pu se passer quelque chose, mais elle attend, elle est prête. Il va venir.

 

            Jésus viendra prendre une Epouse qui est toute prête, avec une belle robe blanche, sans une ride, sans une tache. Et vous savez pourquoi elle n'a eu aucune ride ni aucune tache ? Parce qu'elle a prié comme Paul le dit aux Philippiens : « Seigneur augmente mon amour en pleine sagesse, connaissance et intelligence pour que je discerne les choses les meilleures ». Elle n'avait que ce désir dans le coeur, tournée vers Jésus pour que Jésus la remplisse. Et Jésus l'a fait et au jour du retour, elle était prête parce que ce que lui a commencé, il l'a fini. Elle était prête parce qu'il avait en face de lui une fiancée qui ne désirait que lui et qui priait constamment : "Mon divin fiancé, change-moi, transforme-moi. Tu peux faire des miracles dans mon coeur, tu as ressuscité Lazare, mais le plus grand des miracles, c'est de me changer à ton image. Et ça, il n'y a que toi qui peut le faire. Et tu vas le faire parce que tu me l'as promis et parce que j'ai pris cette promesse pour moi. Je l'ai prise dans mon coeur, je l'ai saisie par la foi et je dis : "Seigneur, puisque je l'ai saisie, je prie. Je te demande de le faire, Seigneur, fais-le".

 

            Au chapitre 2, Paul va parler de l'esprit de sacrifice de Jésus, descendu du ciel, qui a abandonné toute sa gloire, qui est venu sur la terre pour être comme un simple homme sans rien de glorieux pour le distinguer sur la terre. Il avait un simple corps d'homme comme nous, il s'est fait serviteur et en plus, il a accepté la mort, mais pas n'importe quelle mort, la mort la plus horrible, la mort de la croix, avec les malfaiteurs. Jésus est descendu de là-haut jusqu'au plus bas parce qu'il nous chérissait avec tendresse, pour nous sauver. Paul dit aux Philippiens d'être animés du même esprit que Jésus, de faire comme lui. Quand tu vas prier, cet esprit-là va peu à peu remplir ton coeur, c'est l'Esprit de Jésus qui s'est donné pour les autres, pour nous, par amour pour nous. Et tu verras la différence entre l'amour humain qui est égoïste, qui dit : "Seulement moi, moi et rien que moi ; donne-moi, donne-moi ci, donne-moi ça ; si tu m'aimes, donne-moi ça". C'est un amour humain abominable aux yeux du Seigneur, un amour qui sent mauvais aux narines du Seigneur. L'amour de Jésus, c'est : "Tiens, prends, prends, je donne, je donne, je donne, tiens, prends !". Il a vu non pas son intérêt à lui, mais il a vu notre intérêt à nous. Notre intérêt, c'était d'être sauvés de la perdition, c'était de recevoir sa nature, sa vie, une nouvelle naissance. C'était de recevoir tout l'héritage d'en haut et parce qu'il nous a aimés, il s'est donné, il a donné sa vie.

 

            A mesure que tu vas être rempli de cet esprit de Jésus, tu vas arrêter d'aimer de manière égoïste et tu vas aimer comme Jésus, en donnant, en s'occupant des intérêts de l'autre. Quels sont les intérêts de ma femme ? Quels sont les intérêts de mon mari ? Tu diras : "Seigneur, remplis-moi de cet amour, pour que je puisse l'aimer de ton amour à toi". Pas de l'amour égoïste qui dit : "Viens satisfaire mes propres intérêts d'abord", mais : "Seigneur, remplis-moi de l'amour de Jésus ; montre-moi quels sont les intérêts de mon frère, de ma soeur". Je parle des intérêts spirituels, psychiques et physiques, pas des intérêts charnels. Alors je serai rempli de la sagesse et de la connaissance de Dieu pour pouvoir l'aimer d'une manière sage, d'une manière remplie de la sagesse de Jésus, de la connaissance de Jésus, du discernement de Jésus, pas d'une manière charnelle simplement pour lui faire plaisir. Quel merveilleux amour je vais pouvoir donner à mon mari, à ma femme, à mes frères, à mes soeurs, au monde qui m'entoure, qui a tellement besoin de voir des chrétiens remplis de cet amour-là, pas remplis de versets bibliques, pas remplis de leçons à donner ou de paroles vaines, mais remplis de l'amour de Jésus qui sait apporter exactement quelque chose de la part de Dieu, une bénédiction qui vient d'en haut et qui n'est suivie d'aucun chagrin ; une vraie bénédiction de Jésus. Il dit : "Soyez remplis de cet amour-là, de l'amour de Jésus".

 

            Je termine par les versets 14 et 15 du chapitre 2 : « Faites toutes choses sans murmures, ni hésitations afin que vous soyez irréprochables et purs ». Il vient de dire tout à l'heure : "Priez pour avoir le discernement, pour être irréprochables et purs" et il dit maintenant : « Faites toutes choses sans murmures ni hésitations pour être irréprochables ». Si j'ai prié et que j'ai reçu d'en haut le discernement et les choses les meilleures, je vais faire les choses sans murmures ni hésitations. Et là concrètement, on va voir que je suis irréprochable et pur. Parce que j'aurai prié, j'aurai reçu du Seigneur d'abord ce qui me manque, puis je vais faire toutes choses sans murmures ni hésitations et cela se verra dans mon comportement. Tant que tu murmures, cela prouve que tu n'as pas encore assez prié pour recevoir ces choses d'en haut.

 

            " afin que vous soyez irréprochables et purs,  des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d'une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, portant la parole de vie ». Alléluia ! Pourquoi est-ce que tu vas porter la Parole de vie ? Parce que tu la vis. C'est ce qui va parler aux autres. Ce n'est pas simplement une parole qui sort de ta bouche parce que tu connais bien la Bible, c'est parce que tu es rempli de la présence de Jésus que toute ta vie va parler de Jésus. Alors tu vas porter la Parole de vie dans ta vie, dans tes actes, dans tes paroles, dans tout ce que tu vas dire, dans tes regards, dans tes gestes. La Parole de vie qui te remplit va s'exprimer dans tous les domaines de ta vie. Tu brilles comme un flambeau.

 

            Au verset 16 : « Et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n'avoir pas couru en vain, ni travaillé en vain ». Vous savez qu'il a couru, Paul ! Il travaillait, mais il a surtout travaillé dans la prière et dans l'enseignement de la Parole. Il enseignait la Parole et il priait pour les brebis, pour les Philippiens et les autres en disant : "Maintenant, Seigneur, fais entrer cette parole".

 

            Je veux glorifier Dieu par la manifestation de la nature de Jésus dans ma vie. Je veux glorifier Dieu comme cela. Je veux que tous sachent que la lumière de Christ brille dans ma vie, pas parce que je mérite quoi que ce soit, je ne mérite rien du tout, je ne mérite que l'enfer et Dieu m'en a sorti parce que j'ai cru en Jésus. Mais je veux que brille la lumière de Christ en moi pour la gloire de Dieu ! Cela doit faire du bien à tous ceux qui m'entourent, chrétiens ou non !

 

            Alors faites-en un sujet de prière, bien-aimés. Cette prière que Paul fait pour les Philippiens, faisons-la aussi pour nous. Je vous renvoie aux versets 9 et 10, méditons-les dans la prière.

 

            « Et ce que je demande dans mes prières, c'est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence, pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ, remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu. »

 

            Que ce soit un sujet de prière de chaque jour. Vous allez voir les choses changer. Arrête de prier en priorité pour tes besoins personnels, pour l'argent, mets-les à leur vraie place. Prie pour recevoir d'en haut la lumière, l'intelligence, la sagesse, que ton amour augmente de plus en plus en connaissance et en intelligence pour le discernement des choses les meilleures. Fais-en ton sujet de prière numéro un et tu vas voir les portes s'ouvrir ; les portes de ton intelligence spirituelle vont s'ouvrir, les verrous de fer vont sauter, ton intelligence va s'ouvrir, tu vas comprendre, tu vas recevoir d'en haut, tu vas sortir du tombeau comme Lazare. Alléluia ! Et Dieu va être glorifié dans ta vie.