C142  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 10/02/2004


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Quelle est la puissance de ton témoignage?

Le Seigneur veut renforcer la puissance de ton témoignage.



Quand j'ai prié pour avoir le message que je voulais vous donner ce soir, un verset revenait constamment dans mon cœur. J'ai prié à nouveau et ce verset continuait à me revenir. J'ai dit : « C'est cela, Seigneur, c'est sûrement cela ». Vous savez que dans chaque verset de la Parole de Dieu, il y a une puissance éternelle. Un seul verset peut sauver une âme, un seul !

 

Tout le message de ce soir va être autour du verset 11 du chapitre 12 d'Apocalypse : « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort ». Je vais le relire parce qu'il y a une bombe atomique dans ce verset, même plusieurs ! « Ils l'ont vaincu ». « Ils », ce sont les chrétiens, celui qu'ils ont vaincu, c'est le diable. « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau », la première raison, « et à cause de la parole de leur témoignage ». Le sang de l'Agneau, et la parole de notre témoignage suffisent pour vaincre le diable. « Et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort ». Puisque le diable est le prince des ténèbres et de la mort, c'est lui qui tient la puissance de la mort actuellement. Lorsque l'on ne craint pas la mort, on ne craint pas le diable, celui qui a la puissance de la mort. Pour ne pas craindre la mort, il ne faut pas aimer notre vie. Quand on aime sa vie personnelle, on craint la mort. Un chrétien qui a peur de la mort, (il y en a !), c'est un chrétien qui aime trop sa vie, sa vie personnelle sur cette terre. Et quand on aime trop sa vie personnelle sur cette terre, on ne peut pas résister au diable. A plus forte raison, on ne peut pas le vaincre. Satan nous attaque, il nous attaque tous les jours. Jour et nuit, il essaye de nous avoir. Il est dit qu'il est jour et nuit auprès du Seigneur pour nous accuser. C'est le procureur du roi qui nous accuse, mais nous avons un bon avocat devant le tribunal de Dieu : le Seigneur Jésus. Il a des dossiers qui sont scellés dans son sang et dans sa Parole.

 

C'est important de nous rappeler comment nous pouvons vaincre le diable. Juste un peu plus haut, il est dit qu'il y a une guerre dans le ciel. Nous sommes toujours au temps de cette guerre-là. Cette guerre dure depuis que Satan est devenu Satan. Elle va s'arrêter lorsque Satan sera mis dans le trou pour l'éternité ou dans le lac de feu, par la suite. En ce moment il y a une guerre dans le ciel entre Satan et ses anges, et entre Michel, (l'archange Michel) et ses anges, (les anges de Dieu). Cette bataille n'est pas quelque chose de facile, même pour les anges de Dieu. C'est peut-être un peu curieux ce que je vous dis là, mais ce n'est pas une guerre facile et je vous dis que ce qui fait gagner les anges dans le ciel, c'est ce que nous faisons sur la terre. Réfléchissez bien à cela. Un ange suffit pour mettre toute l'armée de Satan en déroute, mais Dieu a prévu que ce combat là-haut dans le ciel soit commandé par ce que font les chrétiens sur la terre. Si les chrétiens dorment, si les chrétiens ne font rien, s'ils n'utilisent pas le sang de l'Agneau, s'ils ne savent pas ce que cela signifie, s'ils ne gardent pas la Parole du témoignage de Dieu, à ce moment-là dans le ciel, les anges reculent. Et Satan peut continuer à faire tout ce qu'il a envie de faire sur la terre, si l'Eglise n'est pas comme Dieu veut qu'elle soit. Quand sur la terre, l'Eglise est selon le plan de Dieu, c'est-à-dire qu'elle est obéissante, elle prie, elle est dans la communion avec le sang de l'Agneau et avec la Parole du Seigneur, à ce moment-là dans le ciel, les anges de Satan reculent. Si nous continuons dans cette attitude de foi, la victoire est acquise dans le ciel. Les anges de Satan reculent et le Seigneur peut gagner la bataille. Le Seigneur est tout puissant, mais Il a décidé de nous rendre responsables. Il travaille dans nos coeurs pour nous révéler sa Parole, pour nous donner son onction, pour nous donner tout ce dont nous avons besoin pour vaincre. Mais Il nous propose ces choses. Il nous les propose, Il les place devant nous et nous devons entrer dans son plan.

 

Je n'aime pas voir le diable avancer. Je n'aime pas cela. Quand je vois mes frères et mes soeurs attaqués par le diable, quand je suis moi-même attaqué par le diable, quand je vois le diable qui avance dans le monde, dans l'Eglise avec la séduction, les choses mauvaises partout, quelque part dans mon esprit, je ne suis pas content. Je suis irrité dans mon esprit. Je dis : « Seigneur, non, ce n'est pas possible que cela continue, au moins dans la vie de tes enfants, de ton Eglise, de celle que Tu prépares. Qu'il y ait une pleine autorité de ton sang et de ta Parole pour que nous puissions vaincre le diable dans nos situations personnelles ». Aucun ennemi ne peut nous toucher, je veux dire nous détruire et nous vaincre si nous, nous sommes dans cette attitude de foi. Il peut nous couper la tête physiquement ou nous enfermer en prison, mais notre esprit est libre dans le Seigneur. Tant que nous pouvons prier, Dieu entend nos prières et Il exauce. Il peut nous sortir des pires situations et glorifier son nom par une défaite complète de l'ennemi. Alléluia !

 

Alors j'aimerais parler du sang et de la Parole. Dans ce verset-là : « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ». Le sang parle aussi. La parole de leur témoignage, c'est une chose, mais le sang de Jésus parle. Le sang de Jésus parle de deux choses. Ecoutez bien : le sang de Jésus parle d'abord de la mort de Jésus-Christ et il parle aussi du pardon de nos péchés. Le sang de Jésus a une voix puissante. Il parle mieux que celui d'Abel, dit la Bible et il est entendu d'en haut, dans le ciel. La voix du sang de Jésus est entendue auprès du Père. Le sang de Jésus a une voix qui traverse l'éternité, puissante, éternelle et forte. Nous devons connaître comment le sang de Jésus parle. Il parle de la mort de Jésus-Christ et il parle du pardon de nos péchés. Alors que la parole de notre témoignage, pour qu'elle soit efficace et vraie, parle de notre mort à nous-mêmes, puisqu'il vient de dire : « Ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort ». La parole de notre témoignage est vraie, puissante si nous passons par la mort à nous-mêmes et à tout ce qui est charnel en nous. Ce qui est charnel en nous, c'est ce qui nous empêche d'avancer dans la vie chrétienne. Ce sont toutes les oeuvres de la chair que Jésus est venu vaincre à la Croix. Il faut absolument qu'elles soient éliminées de notre vie, nous, l'Eglise du Seigneur. Relisez la liste des oeuvres de la chair : les disputes, les envies, les meurtres, les inimitiés, les querelles, les animosités. Tout cela vient de la chair. Si ces choses se manifestent encore en nous, c'est que nous n'avons pas encore « tordu complètement le cou » à notre chair. Nous ne pouvons pas résister devant l'ennemi parce que la sanctification n'est pas dans nos vies.

 

La parole de notre témoignage parle de notre mort à nous-mêmes, de la mort de ce qui est charnel en nous. Il faut y arriver. Il ne suffit pas que le sang de Jésus nous donne le pardon de nos péchés. Il faut passer par la sanctification. Sanctification et mort à soi-même, c'est une seule et même chose. C'est facile de le comprendre. Il n'y a pas de sanctification s'il n'y a pas de mort à soi-même, c'est impossible parce que la mort à soi implique que la chair est anéantie. Si la chair est anéantie, l'Esprit du Seigneur a la première place et la sanctification se manifeste en nous.

 

Si tu vois la chair se manifester dans ta vie ou dans la mienne, c'est qu'il n'y a pas assez de sanctification. Tu n'as pas encore assez recherché la sanctification. Tu ne t'es pas placé encore assez devant Dieu en criant à Lui pour dire : « Seigneur, sanctifie-moi ! » , « Fais-moi passer en un instant d'une vie charnelle à une vie spirituelle ». Savez-vous qu'il est possible de passer en un instant d'une vie, d'une attitude charnelle à une vie et une attitude spirituelle ? C'est possible. C'est possible à partir du moment où l'on remplit les conditions de Dieu. Il y a des chrétiens complètement séduits, qui ne voient pas leur vie comme Dieu la voit. Ils sont charnels, ils sont mécontents, ils murmurent, ils se disputent etc, mais ils mettent toujours la faute sur les autres. Ils ne voient pas leur propre vie. Ils sont aveuglés, séduits. Si je suis aveuglé et séduit sur mon propre état, puis-je m'approcher de Dieu pour dire : « Change-moi, Seigneur » ? Tout le travail du Saint-Esprit est de faire la lumière sur l'état dans lequel je me trouve pour que je sois au clair et que mes yeux s'ouvrent. C'est la plus grande grâce que Dieu puissse me faire : me montrer où j'en suis devant Lui. Si je n'ai pas pas peur de voir la vérité en face, je vais demander au Seigneur : « Montre-moi où j'en suis, je veux être sanctifié, Seigneur ». Sanctifié, cela ne veut pas dire parfait. Il y a une progression, une croissance dans la sanctification, dans la perfection. Je suis passé d'une vie charnelle à une vie spirituelle. Dans la vie charnelle, la chair commande, et dans la vie spirituelle, j'ai accepté de mourir à moi-même et de laisser commander l'Esprit du Seigneur. J'ai dit : « Seigneur, j'accepte la mort. Je n'aime pas ma vie sur cette terre. J'accepte la mort, je demande la mort, Seigneur ». Si tu cries assez pour que le Seigneur te mette à mort, Il va te mettre à mort, Il va tuer la chair en toi. Cela se fait dans la prière, dans la prière persévérante. Si ce n'est pas encore fait en toi après cinq, dix, vingt ans de conversion, c'est que tu as négligé de prier pour être mis à mort. Tu n'as pas supplié Dieu pour qu'Il te donne la sanctification, parce que c'est un don de Dieu.

 

Prenez le cas d'un petit agneau. Vous savez que dans sa nature, l'agneau est toujours très doux. Je n'ai pas beaucoup d'expérience avec les agneaux, mais je n'ai jamais vu un agneau méchant, hargneux, en colère. J'ai vu des boucs, des chiens, des chats en colère, méchants, mauvais. Mais un agneau, par sa nature, ne sait pas se mettre en colère. C'est impossible, c'est dans sa nature. Il est comme ça. Un agneau ne fait aucun effort pour être un agneau, c'est sa nature. Un agneau n'a jamais appris à être un agneau. Il n'y a pas d'école pour les agneaux. On est agneau ou on est loup ou bouc. Si tu es né agneau, tu n'auras pas besoin de t'efforcer d'être un agneau. Si tu t'efforces d'être un agneau, c'est que tu n'es pas un agneau. Médite bien sur cette vérité-là : si tu t'efforces d'être un agneau, tu n'es pas un agneau. Si tu es un agneau, tu n'as aucun effort pour être un agneau, tu es né agneau.

 

L'Agneau de Dieu habite dans nos coeurs par la foi en Jésus. Si je suis passé par une vraie nouvelle naissance, j'ai reçu la nature de l'Agneau, en moi-même. Le pardon de mes péchés m'a été donné. Si j'ai reçu la nature de l'Agneau, je ne dois plus permettre qu'une autre nature se manifeste. C'est l'une ou l'autre. Je vais me placer devant le Seigneur et Lui dire : « Seigneur j'ai reçu par la foi la nature de Jésus qui est l'Agneau de Dieu. Je Te supplie Seigneur, de mettre définitivement à mort cette nature charnelle qui ne doit plus dominer sur ma vie ». Je ne peux pas avoir deux natures qui se manifestent en même temps, ce n'est pas possible. Jacques dit : «  La source fait-elle jaillir par la même ouverture l'eau douce et l'eau amère ? » Ou bien la source est empoisonnée, ou bien la source est bonne. Si, un jour, la source donne de la bonne eau et si le lendemain une eau empoisonnée, il y a un problème sérieux. C'est que dedans, il y a deux sources. Il y en a une qui se bouche pendant un moment et l'autre apparaît. Il y a quelque chose qui ne va pas. Moi, je ne veux pas de cette source-là. Imaginez que vous ayez dans votre propriété une source comme cela ! Vous n'êtes jamais sûrs si aujourd'hui, vous allez avoir la bonne eau ! Le lendemain, vous puisez l'eau et c'est de l'eau empoisonnée !

 

C'est ce qui se passe dans la vie de nombreux chrétiens. Jésus nous dit que nous avons reçu la nature de l'Agneau. Cette nature-là doit entièrement dominer notre vie et se manifester parce qu'à la Croix, par son sang, Jésus a définitivement cloué le vieil homme et la chair avec toutes ses oeuvres. Vous voyez à quel point nous sommes incrédules ? La Parole de Dieu dit que Jésus a cloué la chair à la Croix et que par son sang, quand Il est mort, nous sommes morts avec Lui et en Lui par la foi en la puissance de Dieu. Si je vois aujourd'hui des oeuvres charnelles qui sortent de moi, c'est que forcément, je suis dans l'incrédulité par rapport à la Parole de Dieu. J'ai un besoin urgent d'aller devant le Seigneur, de me mettre à genoux et de dire : « Seigneur, je Te demande pardon pour ce que je vois encore sortir, et je veux que Tu me sanctifies. Je veux qu'aujourd'hui Tu mettes à mort, ce qui sort encore et qui est mauvais ». Pourquoi ai-je le droit de demander cela au Seigneur ? Parce que sa Parole me dit que Jésus a mis cette nature à mort, il y a deux-mille ans. Si cela continue encore à sortir, moi je n'en veux pas, je ne veux pas autre chose que la volonté de Jésus qui se manifeste dans ma vie. Jésus me dit : « Ta nature charnelle a été clouée, éliminée, il y a deux-mille ans. Quand Je suis mort, tu es mort avec Moi ». Tu vas le croire ou tu ne vas pas le croire ? Si tu vois quelque chose d'autre se manifester, vas-tu faire de Dieu un menteur en laissant cela se manifester ? Tu vas te mettre à genoux et tu vas crier à Dieu pour qu'Il élimine, par la puissance de son Esprit, ce qui est encore en train de sortir de mauvais.Tu vas dire : « Seigneur, ouvre-moi toujours les yeux pour que je voie clair. Que je ne sois pas séduit en croyant que ce qui sort est bon alors que c'est horrible ». C'est une odeur épouvantable pour le Seigneur. Tout ce qui sort de la chair, c'est de la putréfaction, c'est de la pourriture aux yeux du Seigneur.

Cela sort de la mort, des ténèbres. La moindre dispute, la moindre colère que je peux encore manifester, c'est une pourriture aux yeux du Saint-Esprit qui habite en moi. Imaginez les chrétiens qui vivent dans l'adultère, le mensonge, ou qui rétrogradent, qui vont en arrière et qui perdent leur salut. Ils rétrogradent petit à petit, ils reculent et peu à peu, ils retournent dans le monde. Ils retournent à ce qu'ils ont vomi. Ils ont commencé dans l'Esprit, ils finissent dans la chair comme les Galates. Quand on finit dans la chair, on finit dans le monde et dans la perdition.

 

Je dois donc veiller constamment. Je dois dire : « Seigneur, donne-moi des yeux pour voir. Que constamment je voie l'état dans lequel je me trouve. Révèle-moi constamment tout ce qui est charnel en moi, que je puisse immédiatement Te l'apporter dans la prière et Te dire : Mets-le à mort. Mets à mort encore ce mauvais caractère. Mets à mort cette tendance à me disputer, à être coléreux, à être énervé, à être charnel. Mets à mort, Seigneur ». Je ne peux pas faire autre chose que prier pour cela. Je ne peux pas m'efforcer de le faire. Je ne peux pas me dire : « Je vais me discipliner ». Non. Il faut que la nature de l'Agneau se manifeste par la foi en Jésus et que la vieille nature soit tuée par la foi en Jésus.

 

« Ils l'ont vaincu par le sang de Jésus et par la parole de leur témoignage ». Le sang de Jésus parle de la mort de Jésus pour nous et du pardon de nos péchés, c'est-à-dire de la nouvelle naissance en Jésus. La parole de notre témoignage parle de la sanctification en Jésus ; de la mort à soi-même en Jésus-Christ. Les deux sont inséparables. Je ne peux pas me contenter du sang de Jésus uniquement pour avoir le pardon de mes péchés. Chaque fois que je pèche, je vais demander pardon, mais je vais garder mon mauvais caractère. C'est déjà bien d'avoir le pardon par le sang de Jésus. Si je n'avais pas ce pardon, je serais perdu. Mais Jésus veut les deux. Il veut le pardon en permanence quand Il me montre ce qui ne va pas et Il veut que la parole de mon témoignage soit puissante et forte parce que la mort à moi-même et la sanctification sont passées par là. Donc, comprenez bien que la sanctification ce n'est pas la perfection manifestée, c'est une attitude de coeur tournée toujours vers la mort de la chair et tournée toujours vers la vie du Saint-Esprit en moi. Si j'ai cette attitude-là, Dieu peut m'apprendre des choses et me faire grandir dans la perfection. Mais si je reste charnel, je vais rester un bébé toute ma vie ; un bébé spirituel. C'est beau à voir, un bébé, un petit enfant. Mais si après vingt ans ou trente ans, il reste un petit bébé, il y a une maladie grave, une sérieuse maladie. Ces maladies-là existent, des enfants qui ne grandissent jamais, qui deviennent des petits vieillards, qui meurent. C'est horrible, c'est affreux. Quand tu as vingt ans, tu n'es plus un bébé.

 

Dès le premier jour de ta conversion, comme Paul, l'apôtre, tu peux recevoir la vie du Seigneur Jésus et être pleinement consacré au Seigneur, tout à fait consacré au Seigneur comme Paul l'a été. Dès que Paul a été touché par le Seigneur, il a été transformé. Pendant trois jours, il a été dans le jeûne et la prière sans manger, ni boire. Voilà un beau commencement de vie chrétienne ; une vraie conversion, une vraie repentance. Il a tout compris, tout laissé de côté, changé complètement. Puis il va passer quelques années dans le désert, trois ans, pour recevoir, directement de Jésus, des révélations. Il avait un coeur tout entier pour Lui. Il n'est pas devenu parfait le premier jour où il s'est converti, il avait encore beaucoup de choses à apprendre de Dieu. Jésus lui a révélé par la suite beaucoup de choses qu'il ne connaissait pas encore. Mais dès le premier jour, il a eu un coeur tout entier pour Jésus. Dès le premier jour, il est rentré dans la sanctification, dans la mort à lui-même. Tout son passé, dès le premier jour, a été englouti complètement, dans la mort de Jésus. Terminé. Il a compris que tout ce qu'il faisait jusque-là n'était rien du tout et qu'il fallait une conversion complète à cent pour cent, une nouvelle vie avec Jésus.

 

Vous voyez combien de conversions sont légères aujourd'hui ? S'il n'y a pas ce retournement complet dès le premier jour, il n'y a pas de conversion. Il y a une demi conversion ou un quart de conversion. On est attiré par le Seigneur Jésus, on est intéressé par l'Evangile, on a le pardon de ses péchés, mais... Une vraie régénération, une vraie nouvelle naissance doit complètement changer mes désirs et mes objectifs dans ma vie. Sinon ce n'est pas vraiment une nouvelle naissance. Si je suis content parce que mes péchés sont pardonnés, je suis dans la joie, je saute en l'air mais que je ne voies rien de changé dans ma vie dès le premier jour de ma conversion, ce n'est pas une conversion. Ce n'est même pas, probablement, une régénération, une nouvelle naissance. Quand il y a une nouvelle naissance, il y a un changement profond. Je ne dis pas cela pour vous culpabiliser et que vous vous disiez : « Est-ce que je suis vraiment né de nouveau ou pas ? ». Quand tu es né de nouveau, tu le sais dans ton cœur. Tu le sais dans ton cœur ! Mais je veux te faire réfléchir sur une chose : est-ce que ta consécration au Seigneur, dès le départ, a été réelle et totale ? Tu peux être né de nouveau dans le Seigneur et pas entièrement consacré à Lui pour qu'Il fasse un travail complet dans ta vie et dans ton coeur. Tu peux être encore attiré par le monde et par la chair. Si tu es attiré par le monde et par la chair, c'est que ton coeur n'est pas tout entier attiré par Jésus. C'est clair. Cela ne peut pas être plus clair. On ne peut pas avoir un coeur partagé en deux, moitié pour Jésus et moitié pour le monde. Il doit être cent pour cent pour Jésus, zéro pour cent pour le monde. Quand ton cœur est à zéro pour cent pour le monde, le Saint-Esprit peut faire une mise à mort complète, dès le premier jour de ta conversion. Si par la suite, tu as des réactions charnelles, tu en es tellement attristé, qu'immédiatement, tu vas trouver le Seigneur Jésus pour Lui dire : « Seigneur, ton travail en moi a besoin d'être perfectionné. Je vois qu'il y a encore des choses. Seigneur, je Te supplie d'agir maintenant, dans mon coeur pour mettre à mort tout ce qui se manifeste encore ». Si tu as besoin de passer trois heures dans la prière pour le faire, passe-les. Si tu as besoin de passer douze heures, passe-les. Il y a trop de négligence dans nos prières. Nous prions un quart d'heure en disant : « Seigneur, je Te supplie, délivre-moi de ci, de ça, de la chair ». Au bout d'un quart d'heure, nous disons : « Ca va maintenant, Dieu a entendu », nous continuons nos affaires et il n'y a pas grand chose de changé, parce que deux ou trois jours après, cela recommence. Nous allons reprier Dieu, et cela recommence quinze jours après. Quand tu vois un problème charnel persistant dans ta vie, quel qu'il soit, que ce soit la tendance à la colère, au vol, au mensonge, la tendance impure, ou adultère, l'Esprit du Seigneur en toi te montre ces choses. Est-ce que tu es allé tout de suite aux pieds de Jésus pour passer le temps qu'il faut pour prier, pour crier au Seigneur en disant : « Seigneur, je veux que Tu tues en moi ce qui est en train de se manifester. Je ne veux plus que cela se manifeste. Je Te demande de me visiter par ton Saint-Esprit pour me remplir maintenant, pour me visiter maintenant, pour me sanctifier maintenant. J'ai besoin de ta sanctification, Seigneur ».

 

Tout est un don de Jésus. La plupart des chrétiens prennent des résolutions, disant : « Demain, je vais être meilleur. Seigneur, pardonne et maintenant, demain, cela ira mieux ». Ils recommencent et demain est comme hier. Ce n'est que dans la prière de la foi que tu peux recevoir la sanctification parce que c'est un don de Dieu. C'est un don gratuit. Ce n'est que dans la prière que tu peux apprendre à te dépouiller du vieil homme et à te revêtir du nouveau, en disant : « Seigneur, dépouille-moi du vieil homme, parce qu'à la Croix, Tu l'as crucifié ». Si tu vois encore la tête du vieil homme sortir, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas. Il y a de l'incrédulité dans ton coeur, il y a une oeuvre du Saint-Esprit qui n'est pas encore assez profonde. « Je veux qu'elle soit profonde, Seigneur. Je le veux, je Te demande d'agir maintenant ».

 

Ecoutez bien cela, parce que le Saint-Esprit confirme en ce moment dans mon coeur que c'est la vérité : de toutes nos activités chrétiennes, la plus importante est la prière. La lecture de la Parole est fondamentale, écouter des messages qui viennent de Dieu est fondamental, parce que cela donne une base à ma prière. Je ne peux pas savoir dans quel sens prier si je ne connais pas la Bible. La communion fraternelle est indispensable, cela me permet de m'éclairer. Le pain et le vin sont indispensables, les messages ou la méditation, sont absolument indispensables, mais la plus importante de toutes nos activités, c'est la prière. Il ne s'agit pas de dire : « Combien d'heures est-ce que tu pries par jour ? Et toi, combien ? » Ce n'est pas de cette façon qu'il faut mesurer l'activité de la prière. La prière, c'est d'abord une relation constante toute la journée entre Dieu et moi, où jamais je ne L'oublie, jamais je n'oublie que Dieu est là, en moi. Quand je me mets en colère contre quelqu'un, c'est que j'ai oublié que Jésus était là. Si mes yeux voyaient Jésus là, à côté de moi, je ne me mettrais pas en colère. Je me surveillerais ou je dirais : « Seigneur, aide-moi, je ne vais pas Te faire cette peine et cet affront devant Toi d'avoir cette réaction charnelle et mauvaise, Seigneur, vas-y, entre, fais cette oeuvre en moi, profonde ».

 

La plus importante de mes activités chrétiennes, c'est la prière. Une relation constante toute la journée avec le Seigneur et des moments mis à part, de plus en plus longs, avec Dieu. C'est là, dans la solitude avec le Seigneur, qu'Il va me montrer, Il va m'éclairer, Il va me donner ce dont j'ai besoin. Si tu règles ton problème avec un quart d'heure de prière, le problème le plus important de ta vie qui te tracasse le plus à fond et qui vient constamment, si tu le règles avec un quart d'heure de prière par jour, tu ne le règleras jamais. Tu ne le règleras jamais et ce ne sera pas la peine d'aller demander à Pierre, Paul ou Jacques de prier pour toi. Enfin si, tu peux demander parce que cela va t'aider quand même. J'exagère exprès pour vous faire réfléchir, mais ce que je veux dire, dans le fond, c'est que le Seigneur va te demander, toi, de chercher sa face dans la prière, parce que tout nous est donné par le Seigneur en réponse à notre prière de la foi. Tous les dons du Seigneur Jésus sont donnés à ceux qui les demandent au nom de Jésus-Christ et en priant avec foi. Tous ! Le salut, la délivrance, la guérison. Tout est donné comme cadeau par le Seigneur en réponse à ceux qui prient. Et je dirais : tant que tu ne l'as pas vu se manifester, tu dois encore prier. Tu dois surtout et encore prier, prier, et encore prier ! « Seigneur, je veux être débarrassé de ce mauvais caractère », ou de quoi que ce soit de charnel, « Seigneur, je veux en être débarrassé ». Es-tu prêt à jeûner et à prier trois jours sans voir personne, enfermé dans ta chambre, sans manger, sans boire même, pour crier à Dieu pour dire : « J'en ai assez de ce problème et je veux en être libéré, Seigneur, maintenant ». Je suis certain que quatre-vingt-dix-neuf pour cent des chrétiens ne sont pas prêts à faire cela. Ils ne sont pas prêts. Donc, ils ne sont pas sérieux avec le Seigneur. Ils ne veulent pas vraiment de sa vie ou ils pensent que cela va se faire comme ça, automatiquement avec le temps. Moi, je ne le crois pas. Cela ne va pas se faire automatiquement avec le temps. Tu vas laisser les choses pourrir, tu vas les négliger et tu vas te retrouver à la fin de ta vie devant la mort ou face au retour du Seigneur qui est proche, avec une foule de problèmes qui n'auront jamais été résolus. Pendant toute ta vie, tu auras marché dans un désert au lieu de marcher dans l'abondance du pays de la promesse. Cela ne va pas t'enlever ton salut, cela ne va pas t'enlever la joie de ton salut et de savoir que le Seigneur va te prendre, mais tu vas te dire, là, au dernier moment de ta vie : « Seigneur, je regrette de ne pas avoir été plus sérieux avec Toi et de ne pas avoir passé davantage de temps dans la prière pour que Tu règles cela tout de suite et que je passe à autre chose de plus grand pour Toi ».

 

Le Seigneur est en train de travailler sérieusement dans mon coeur en ce moment dans ce sens-là, pour me dire : « Passe plus de temps dans la prière, plus ! Pour tes frères, pour tes soeurs, pour toi, pour tous les sujets que tu vois là, que Je te montre ».

 

Dans l'Ancien Testament, quand le souverain sacrificateur était consacré à Dieu, un sacrifice était fait. Je vous en ai déjà parlé, mais je le redis : on commençait par appliquer le sang du sacrifice sur le lobe de son oreille droite, sur son pouce droit et sur le gros orteil droit. Il y a toute une signification là-dedans, mais l'important, c'est de savoir que le sang était d'abord appliqué et ensuite, on mettait l'huile sur le sang. On recommençait à faire une onction d'huile sur l'oreille, sur le pouce et sur le pied. Voyez, il ne commençait pas par mettre l'huile d'abord, il mettait le sang d'abord, puisque le sang représentait la purification des péchés et l'huile représentait l'onction du Saint-Esprit. Pour que la véritable onction de l'Esprit repose sur moi, il faut que le sang de Jésus ait fait son effet dans ma vie, m'ait donné la purification des péchés par la foi en Lui et par ma confession des péchés devant Lui. Le sang de Jésus me donne la purification. Ensuite, la sanctification m'est donnée par l'action du Saint-Esprit qui vient sur le sang. Le Saint-Esprit inspire la Parole, le Saint-Esprit rend vivante la Parole en moi. La parole de mon témoignage, si elle doit être puissante dans ma vie, ne peut l'être que par l'action du Saint-Esprit en moi.

 

Je vais vous lire quelques versets qui nous montrent l'action du sang et ensuite des versets qui nous montrent l'action de la parole de notre témoignage. D'abord en ce qui concerne le sang de Jésus-Christ, il nous est dit dans Ephésiens, au chapitre 2 et au verset 13 : «Vous avez été rapprochés par le sang de Christ ». Utilisons donc toujours le sang pour nous rappeler que le sang de Jésus nous a rapprochés de Dieu. Le sang de Jésus nous rapproche toujours du Seigneur, de Dieu notre Père. Dans Colossiens, au chapitre 1 et au verset 20, il est dit : « ... en faisant la paix par lui par le sang de sa croix ». Tout le travail de sanctification, qui va suivre, ne peut se faire si le sang de Jésus n'a pas d'abord agi par la repentance. Il y a des chrétiens qui disent au Seigneur : « Seigneur, que ton sang reste toujours sur moi et que ton sang me protège de ceci et de cela ». Cela n'aura aucun effet dans la vie de ce chrétien, s'il marche charnellement. Cela ne peut pas agir. Si tu es méchant, si tu es charnel, tu ne peux pas dire : « Seigneur, protège-moi par ton sang ». Il faut d'abord que tu confesses ces péchés-là au Seigneur. Quand tu les as confessés, le sang de Jésus les efface et à ce moment-là, le sang de Jésus te protège. Le sang de Jésus nous donne la paix avec Dieu. Dans Hébreux, au chapitre 9 et au verset 14, le sang de Jésus purifie notre conscience des oeuvres mortes. Quand notre conscience est chargée par les péchés que nous avons commis, le Saint-Esprit nous les rappelle. Nous devons faire appel au sang de Jésus pour qu'il purifie notre conscience des oeuvres mortes, c'est-à-dire des oeuvres de la chair, pour que nous puissions servir Dieu. Je lis ce verset dans Hébreux, au chapitre 9, au verset 14 parce qu'il est important : « Combien plus le sang de Christ qui, par l'Esprit éternel s'est offert Lui-même sans tache à Dieu purifiera-t-il votre conscience des oeuvres mortes afin que vous serviez le Dieu vivant ». Le sang de Jésus purifie donc notre conscience des oeuvres de la chair que nous avons confessées à Dieu pour nous permettre de servir le Dieu vivant. Tu ne peux pas servir le Dieu vivant si le sang de Jésus n'a pas purifié ta conscience des oeuvres mortes. Si tu as fait des « oeuvres mortes », tu les apportes au Seigneur, tu les confesses et le sang de Jésus purifie ta conscience. Ensuite, tu peux servir le Seigneur.

 

Dans Hébreux, au chapitre 10 et au verset 19 : « Ainsi donc, frères, puisque nous avons par le moyen du sang de Jésus une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'Il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire de sa chair, approchons-nous ». Le sang de Jésus nous rapproche de Dieu, purifie notre conscience et nous donne une libre entrée dans le sanctuaire de Dieu. Vous vous rendez compte de la puissance de l'action du sang de Jésus-Christ ? Il nous donne, en permanence, une libre entrée. Cela veut dire que quand tu vas présenter ton problème au Seigneur, ton manque de sanctification, ton besoin de sanctification, tu vas commencer par utiliser le sang de Jésus. Après avoir confessé tes péchés, après avoir demandé pardon au Seigneur et invoqué le sang de Jésus sur toi, ce sang te rapproche immédiatement de Dieu. Ce sang te fait rentrer dans le lieu très saint, dans le conseil intime de Dieu où tu vas pouvoir parler avec Dieu face à face, grâce au sang de Jésus. C'est pour cela qu'il est dit un peu plus loin dans ce même chapitre, de ne pas profaner le sang de Jésus. Ne pas profaner le sang de Jésus en reniant le Seigneur et en nous replongeant dans nos péchés pour y vivre, pour les pratiquer. On ne peut pas faire cela quand on a compris la puissance du sang de Jésus. On ne peut pas marcher dessus.

 

Dans 1 Jean, au chapitre 1, et au verset 7, je vais lire deux ou trois versets importants. Je vous rappelle que nous sommes toujours dans le verset d'Apocalypse, au chapitre 12 où il est dit : « Ils l'ont vaincu par le sang de l'Agneau et la parole de leur témoignage ». Si nous nous rappelons la puissance du sang de Jésus pour effacer nos péchés, nous allons pouvoir combattre et vaincre le malin. 1 Jean 1 : 7 : « Si nous marchons dans la lumière comme Il est Lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion et le sang de Jésus-Christ son Fils nous purifie de tout péché ». « Si nous marchons dans la lumière » est très important pour que le sang de Jésus agisse. Nous pourrions croire que c'est d'abord le sang de Jésus et ensuite la marche dans la lumière. C'est l'inverse. Si nous marchons dans la lumière, c'est la condition. A ce moment-là, le sang de Jésus va nous purifier de tout péché. La marche dans la lumière, c'est l'amour. Nous le voyons au chapitre 2 et au verset 10 : « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière ». Donc Jésus nous dit ceci : « Tu as compris la puissance de mon sang pour effacer tes péchés quand tu les confesses. Je te demande de marcher dans la lumière pour que ces péchés, que tu as confessés, soient pleinement effacés par mon sang ». C'est normal. Imagine ce que Dieu va penser si tu t'approches de Lui, en disant : « Seigneur, je Te demande pardon pour ma vie charnelle. Je Te demande d'effacer mes péchés pour que je puisse entrer dans la sanctification. Seigneur, je Te demande que le sang de Jésus efface tous mes péchés, mais je suis plein de haine contre mon mari, ma femme, ou mon frère ou ma sœur » ! Vous ne pensez pas qu'il y a quelque chose qui ne va pas, quand le Seigneur entend cela ? Il dira : « Non, cela ne va pas. Mon sang ne va pas effacer ton péché, si tu n'enlèves pas et si tu ne Me demandes pas d'enlever la haine que tu as dans ton coeur pour ton frère ». Tu t'approches du Seigneur en disant : « Seigneur, je Te demande pardon parce que j'ai de la haine et des mauvais sentiments dans mon coeur. Je Te supplie de les enlever maintenant. Je ne veux pas marcher dans la haine. Je me place devant Toi, Seigneur, parce que j'ai compris que je ne dois pas marcher dans la haine. Je renonce à cette attitude de haine, je renonce, Seigneur. J'ai besoin maintenant que le sang de Jésus me visite pour effacer tout cela et qu'ensuite, l'huile de l'Esprit vienne pour me donner une pleine sanctification ».

 

Donc au moment où je prie, j'ai décidé d'enlever la haine. Je l'ai décidé. Je ne vais pas garder ma rancune dans le coeur ou quelque chose qui n'est pas réglé avec quiconque. Je suis allé trouver cette personne avant de me mettre dans ma chambre pour prier, je suis allé la trouver pour demander pardon de mes offenses. Même si c'est la dixième fois que je le fais, tant pis, il va falloir qu'il ou elle me supporte, mais j'ai demandé pardon de tout mon coeur. Sinon, si je ne le fais pas, le Saint-Esprit va me parler et dire : « On va mettre un peu entre parenthèses ton cas, tu vas sortir de ta chambre, tu vas demander pardon à tous ceux avec lesquels tu es actuellement en dispute, ou à qui tu as fait du mal, tu vas régler cela immédiatement. Cela me prouvera que tu es sérieux quand tu me dis que tu veux enlever la haine de ton cœur ». Quand tu l'as fait, tu retournes dans ta chambre et tu invoques le sang de Jésus et l'action du Saint-Esprit en toi. Et cela se fera.

 

Dans 1 Jean, au chapitre 5, au verset 6 : « C'est Lui, Jésus-Christ qui est venu avec de l'eau et du sang. Pas avec de l'eau seulement (on pourrait ajouter : pas avec du sang seulement), mais avec de l'eau et du sang ». L'eau, je crois que c'est la parole de notre témoignage. « Mais c'est l'Esprit qui rend témoignage parce que l'Esprit est la vérité. Il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel : le Père, la Parole et le Saint-Esprit. Ces trois là sont un. Il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre ». Tout à l'heure, nous allons parler de la parole de notre témoignage, mais déjà nous devons savoir que sur la terre il y en a trois qui rendent témoignage de la part de Dieu, c'est l'Esprit d'abord, l'eau et le sang. Et ces trois sont d'accord. L'Esprit de Dieu rend témoignage de la part du Seigneur de l'oeuvre qu'Il a accomplie, de ce que nous sommes en Jésus et de ce qu'Il veut faire. L'eau de la Parole et de l'Esprit aussi rendent témoignage à notre coeur que nous sommes enfants de Dieu et déversent dans nos coeurs l'amour du Seigneur parce que l'eau c'est aussi l'amour du Seigneur dans nos coeurs. Le sang vient là comme un témoignage de l'oeuvre accomplie par Jésus-Christ et de l'oeuvre qu'Il fait dans nos coeurs pour effacer nos péchés. Ces trois-là sont d'accord. Le Seigneur veut d'abord que l'oeuvre du sang se fasse pleinement pour effacer tous les péchés, pour nous donner un plein pardon.

 

Ensuite, nous passons à la deuxième étape, à la sanctification qui est donnée par la parole de notre témoignage. Il faut savoir ce que « témoignage » veut dire. Quand on vous demande d'être un témoin, on vous demande de raconter ce qui s'est passé et autant que possible, de le raconter dans la vérité, sinon, vous êtes un faux témoin. Dieu a horreur des faux témoins ; les faux témoins sont une abomination pour Lui. Un chrétien qui se dit chrétien et qui ne vit pas comme un chrétien est un faux témoin. Il ne rend pas témoignage de la vérité. Quand nous disons que nous sommes chrétiens, nous devons rendre témoignage aux autres que nous le sommes vraiment. Sinon nous sommes des faux témoins et nous sommes une abomination aux yeux du Seigneur. Les faux témoins, Dieu n'en n'a que faire. Il les appelle à la repentance. Je peux être un vrai témoin de Dieu sans être encore arrivé à la perfection. Je peux être un vrai témoin de Dieu si je marche par l'Esprit et non par la chair. Si j'ai consacré ma vie entièrement au Seigneur, si j'ai prié pour recevoir son pardon et sa sanctification, je suis un témoin du Seigneur sans être encore parvenu à la perfection. Parce que je suis humble et je marche humblement avec le Seigneur, je reconnais mes torts devant Dieu et devant les hommes. Je laisse le sang de Jésus agir sur moi, et je laisse l'Esprit-Saint me sanctifier en permanence, tous les jours. C'est important que nous soyons de bons et vrais témoins sinon la parole de notre témoignage n'a aucune puissance devant le diable, aucune. Même si le sang de Jésus a été efficace pour effacer mes péchés, si je ne veux pas vraiment rentrer dans cette sanctification complète, la parole de mon témoignage fera rire tout le monde, le diable le premier, les hommes aussi, malheureusement.

 

Dans Jean, au chapitre 1 et au verset 34, Jean-Baptiste dit : « J'ai vu et j'ai rendu témoignage qu'Il est le Fils de Dieu ». Voilà la première parole de notre témoignage. Si nous voulons avoir la victoire sur Satan, nous devons avoir vu Jésus et rendre témoignage qu'Il est le Fils de Dieu. C'est le premier témoignage que Jésus nous demande de rendre: J'ai vu la vérité, je sais que Jésus-Christ est le Fils de Dieu et j'en rends témoignage par ma bouche comme Jean-Baptiste le fait. J'ai vu et j'ai rendu témoignage qu'Il est le Fils de Dieu. Jean-Baptiste était prophète. Ce n'était pas un bandit de grand chemin, mais il dit : « Je ne suis pas digne, en me baissant, de dénouer la courroie de ses sandales ». Il savait qui était Jésus et qui il était, lui. Quand nous avons cette attitude d'humilité en disant : « Seigneur, je T'ai vu dans mon esprit. Cela veut dire que Tu m'as montré qui j'étais, moi aussi. Tu m'as montré de quel trou Tu m'as sorti. Si je peux dire : Maintenant j'ai vu et je sais que Tu es le Fils de Dieu, c'est parce que je connais la puissance de ton sang et la puissance de ce que Tu as fait pour moi. Je le confesse de tout mon coeur. Je rends témoignage ».

 

Dans Jean, au chapitre 3 et au verset 11 : « Jésus dit : En vérité, en vérité Je te le dis, nous disons ce que nous savons , (Voilà les vrais témoins.) et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu ». Au verset 32, il dit : « Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, Il rend témoignage de ce qu'Il a vu et entendu ». Si nous devons être un vrai témoin chrétien, nous devons dire la vérité. Et avant de dire la vérité, nous devons avoir vu quelque chose. On ne peut pas dire quelque chose qu'on n'a ni vu, ni entendu. On ne peut pas être un témoin. Tu ne peux témoigner que si tu as vraiment vu et entendu Jésus et sa Parole, dans ton coeur. Si tu es passé par une vraie nouvelle naissance, tu as vraiment vu et entendu Jésus. Tu L'as vu et entendu, peut-être pas et sûrement pas encore, dans toute sa gloire et tel qu'Il est, mais tu L'as vu et tu L'as entendu. Quand tu as vu Jésus et que tu as entendu sa Parole, tu commences à être un vrai témoin. Tu as entendu dans ton coeur sa Parole ; pas dans une oreille, en passant, et en sortant par l'autre, mais réellement dans ton coeur.

 

Quand on parle de la parole de notre témoignage, il ne s'agit pas simplement de voir Jésus, de L'entendre et puis d'en parler. Il faut faire ce qu'il est dit dans Jean, au chapitre 10, et au verset 25 : « Jésus leur répondit : Je vous l'ai dit et vous ne croyez pas. Les oeuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi ». Les oeuvres que je fais, pas seulement les paroles que je prononce, mais les oeuvres que je fais. Si tu es un vrai témoin de Jésus, les oeuvres que tu vas faire vont rendre témoignage de toi, de ce que tu es vraiment un enfant de Dieu. Tu vas rendre témoignage par ta bouche, tu vas rendre témoignage par tes oeuvres. Sinon tu es un faux témoin ; parce qu'elles sont faites en Christ comme celles de Jésus. Et des oeuvres faites en Christ sont des oeuvres de foi et d'obéissance.

 

Dans Hébreux, au chapitre 2 et au verset 4 : « Dieu appuyant leur témoignage par des signes, des prodiges et divers miracles, par les dons de l'Esprit distribués selon sa volonté ». Il parle de ceux qui ont annoncé l'Evangile. Dieu leur rendait témoignage en confirmant ce qu'ils disaient par des oeuvres de puissance : des signes, des prodiges et divers miracles. Cela veut dire que dans la vie de ces témoins-là, qui annonçaient la Parole du Seigneur, il y avait une telle présence de la vérité et de l'Esprit du Seigneur que Dieu confirmait leur témoignage par des signes, des miracles et des prodiges. Dieu nous demande aussi la même chose. Dans Hébreux, au chapitre 11 et au verset 5 : « Hénoch fut enlevé par la foi pour qu'il ne vit point la mort et il ne parut plus parce que Dieu l'avait enlevé ; car avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu ». Il en sera de même pour ceux qui vont être enlevés. Avant notre enlèvement, nous devons avoir reçu de Dieu le témoignage que nous Lui sommes agréables. Jésus a dit : « Je suis agréable à mon Père, parce que Je fais toujours ce qu'Il Me demande ».

 

Si j'ai cette attitude du coeur, dès que Jésus me montre quelque chose, je dis : « Seigneur Jésus, cela me coûte, d'accord, mais j'y vais, Seigneur, je le fais. Je suis d'accord, Seigneur ». Là, tu es agréable à Dieu et tu vas recevoir le témoignage que tu Lui es agréable. Dieu va te donner ce témoignage, Il va te parler d'une manière ou d'une autre pour te dire : « Tu M'es agréable ».

 

Au verset 2, juste avant : « Pour l'avoir possédée (la foi), les anciens qui nous ont précédés ont obtenu un témoignage favorable de Dieu ». Ce n'étaient pas simplement des gens qui se contentaient de donner des paroles de témoignage, c'est que leur vie était une vie vécue dans la foi. Ils entendaient une Parole du Seigneur, ils la recevaient dans le coeur, ils la mettaient en pratique, comme Abraham, quand Dieu lui dit : « Va, prends ton fils, celui que tu aimes et va Me l'offrir en sacrifice ». Il y va sans rien dire. Cela devait être difficile dans son coeur, mais il était sûr que même s'il tuait son fils, il le retrouverait par la résurrection. Parce que Dieu lui avait dit : « De ce fils-là, sortiront des peuples nombreux ». Il était dans la foi mais c'était dur. Si tu vis une vie dans la foi en ce que Jésus te dit, tu vas recevoir le témoignage de Dieu que tu Lui es agréable et le témoignage que tu vas donner aura de la puissance devant Satan.

 

Dans le merveilleux chapitre de Romains 8 où il parle de la victoire en Jésus sur la chair, au verset premier, il est dit : « Il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus, qui marchent non selon la chair, mais selon l'Esprit. En effet, la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ m'a libéré de la loi du péché et de la mort, chose impossible à la loi parce que la chair la rendait sans force .( La chair rend la loi de Dieu sans force.)  Dieu a condamné le péché dans la chair en envoyant son propre Fils à cause du péché dans une chair semblable à celle du péché, pour que la jutice de la loi soit accomplie en nous, qui marchons non selon la chair, mais selon l'Esprit ». Vous voyez l'importance de marcher selon l'Esprit, bien-aimés ? Tu peux marcher par l'Esprit dès le premier jour de ta conversion. Je le répète : si tu ne marches pas aujourd'hui par l'Esprit de Dieu, tu dois le faire sans tarder. Si tu te rends compte que tu ne marches pas par l'Esprit à la fin de cette réunion, tu ne dois pas dire : « Amen, cela m'a fait du bien, ce bon message. Merci ». Ou alors : « Ce n'était pas très bon, mais moi je suis déjà au point ». Si tu sens dans ton coeur que tu ne marches pas par l'Esprit, ne perds pas de temps pour rentrer dans ta chambre et pour supplier Dieu de tuer en toi cette chair qui reste encore vivante pour que tu marches par l'Esprit, pour que tu sois agréable à Dieu. Prie pour toi-même. Demande la prière pour toi. Prie pour toi, mets-toi devant Dieu en disant : « Seigneur, je Te demande la grâce de me faire entrer dans une marche par l'Esprit en permanence, tous les jours ; un coeur humble et bien préparé à immédiatement écouter ta voix Seigneur quand Tu me parles ».

 

Un peu plus loin, il dit au verset 5 : « Ceux qui vivent selon la chair, s'affectionnent aux choses de la chair ». Voilà un test pour savoir si tu marches selon la chair ou si tu marches selon l'Esprit. Est-ce que tu as de l'affection dans ton coeur pour les choses de la chair ? Du monde ? Pour les beaux vêtements, les parfums, les bijoux, les choses du monde, le cinéma, le sport ? Est-ce que tu as dans ton coeur de l'affection pour ces choses ? Et j'en passe ! Des choses du monde, il y en a plein ! Il y a le succès, l'argent, il y a la situation. « Ceux qui vivent dans la chair s'affectionnent aux choses de la chair. Ceux qui vivent selon l'Esprit s'affectionnent aux choses de l'Esprit ». Quelles sont les choses de l'Esprit ? C'est la Parole du Seigneur, c'est la présence de Jésus, c'est l'obéissance à la volonté du Seigneur, c'est le ciel qui nous attend, c'est le prochain avènement du Seigneur Jésus, c'est la crucifixion, c'est la Croix, c'est l'obéissance. « L'affection de la chair, c'est la mort, l'affection de l'Esprit c'est la vie et la paix ». Ecoutez la suite : « L'affection de la chair est inimitié contre Dieu parce qu'elle ne se soumet pas à la loi de Dieu et qu'elle ne le peut même pas ». Ecoutez bien : si vous êtes attachés aux choses de la chair, vous ne pouvez même pas entendre la voix de Dieu et être transformés par l'Esprit du Seigneur. Vous ne le pouvez pas, c'est une impossibilité. Cela veut dire par exemple, que le message que vous entendez ce soir, ne peut pas pénétrer dans votre cœur, si vous marchez dans la chair, si vous êtes décidés à continuer à marcher dans la chair. Ce message ne peut même pas pénétrer dans votre coeur, il ne peut rien faire, aucun effet, même si intellectuellement vous le trouvez magnifique. Si vous marchez par la chair, ce message n'aura aucun effet dans votre vie et il ne pourra même pas en avoir. Les choses spirituelles ne peuvent être reçues que par quelqu'un qui est spirituel. Si quelqu'un est charnel, il ne peut recevoir que des choses charnelles et des messages charnels. C'est terrible de penser cela !

 

Alors la question est : comment une personne charnelle peut-elle s'en sortir ? La réponse est simple : Qui convainc de péché ? Le Saint-Esprit. Tu ne peux t'en sortir que si tu te places devant le Seigneur dans la prière, encore une fois, en disant : « Seigneur, ouvre-moi les yeux sur tous les domaines de ma vie où je suis dans la chair et où je marche dans la chair ». Mais cette démarche, beaucoup de chrétiens ne la font pas. Ils ne prient pas pour que Dieu les éclaire pour leur montrer. Mais ce n'est pas encore le plus grave. Le plus grave sont les chrétiens à qui Dieu a montré qu'ils marchaient dans la chair, mais qui ne veulent rien faire pour en sortir. Les premiers sont dans l'ignorance. Nous n'avons aucune excuse pour être dans l'ignorance si le Saint-Esprit nous pousse en permanence à faire la lumière. Le Seigneur, avec toute sa puissance de vérité nous a dit : « Le Saint-Esprit vous conduira dans toute la vérité, dans toute la lumière », il va nous éclairer sur notre marche, sur ce que nous faisons ! Donc le seul moyen de s'en sortir, c'est de supplier le Seigneur qu'Il nous ouvre les yeux sur l'état de notre coeur, maintenant, au moment où je vous parle. Au moment où je vous parle, il y a beaucoup de chrétiens qui se font beaucoup d'illusions sur leur vie spirituelle. Ils pensent être très spirituels, ils pensent être des serviteurs et des servantes de Dieu, qui font beaucoup de choses pour le Seigneur. Mais ils sont en plein dans la chair en permanence. C'est terrible car aucune de leurs oeuvres ne va subsister. Eux-mêmes ne subisteront, s'ils subsistent, qu'au travers du feu. Nous avons besoin de prier le Seigneur.

 

Si tu retiens une chose du message de ce soir, que ce soit ceci : prie, prie, prie davantage pour que Dieu te montre l'état de ta vie. Quand Il te l'aura montré, prie, prie encore pour que le sang de Jésus, la Parole du Seigneur et le Saint-Esprit fassent leur oeuvre en toi. Qu'ils te révèlent la beauté de la Croix, la beauté du sang de Jésus, de l'oeuvre de Jésus. Qu'ils te révèlent l'oeuvre que Jésus veut faire en toi, une sanctification complète et totale, dès maintenant. Dieu veut te donner tout cela. Il sera fidèle pour te donner ce que tu Lui demandes. Si tu dis : « Seigneur, montre-moi, fais la lumière et viens mettre à mort en moi tout ce qui est charnel parce que je veux marcher par l'Esprit. Je veux Te suivre et agir par l'Esprit. Je veux vaincre Satan et tout ce qu'il est en train de faire dans ma vie par le sang de Jésus et par la parole de mon témoignage, dans une vie consacrée et une vie ouverte à l'action de ton Esprit ».

 

Je reviens, pour terminer, à Apocalypse, au chapitre 12, par quoi j'ai commencé. Je relis, encore une fois, ce verset : « Ils l'ont vaincu ». Veux-tu la victoire ? Tous tes problèmes sont causés par l'action de Satan dans ta vie, qui essaie de te séduire, de te faire croire ce que tu n'es pas, ou de t'empêcher de croire ce que tu es. Il est en train d'utiliser toutes ses forces pour te vaincre. Voilà la parole d'encouragement que le Seigneur nous donne, Il ne nous dit pas : « Ils vont le vaincre », remarquez bien ce qui est dit : « Ils l'ont vaincu ». Cela veut dire que pour toi, il y a déjà une victoire qui a été remportée par le Seigneur et une victoire qui est possible dans ta vie parce que Dieu te l'annonce par prophétie biblique. Si tu veux faire partie des vainqueurs, la victoire est possible pour toi. Si tu ne veux pas faire partie des vainqueurs, aucune victoire pour toi. Mais si tu veux faire partie des vainqueurs, Dieu t'annonce d'avance que cette victoire est possible puisqu'elle est annoncée là. « Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau ». Ce sang qui parle de la mort de Jésus, de ta repentance à toi, des péchés que le Saint-Esprit t'a montrés. Ce sang qui a la puissance d'effacer ce péché et t'introduire dans le lieu très saint. « Et à cause de la parole de leur témoignage ». Ce témoignage vécu par ta consécration et par l'action du Saint-Esprit en toi pour te sanctifier, parce que tu l'as demandé au Seigneur de tout ton coeur.

 

« Applique l'Esprit, applique l'huile sur le sang, Seigneur. Ne laisse pas le sang non recouvert d'huile, mais applique l'huile sur le sang, Seigneur. Sanctifie-moi, je t'en prie, sanctifie-moi ». Et là, ton témoignage devient vrai. Tu n'as pas aimé ta vie jusqu'à craindre ta propre mort, mais tu as accepté la mort parce que tu as la haine de ta vie sur cette terre et tu ne peux pas être un disciple de Jésus si tu n'as pas la haine de ta vie sur la terre. Tu ne peux même pas être un disciple. Tu peux être un chrétien de nom, un fréquentateur d'église, mais tu ne peux pas être un disciple du Seigneur, tu n'auras jamais la victoire si tu n'as pas une vie consacrée au Seigneur de tout ton coeur. Tu n'as pas aimé ta vie jusqu'à craindre la mort. Mais cette mort, tu l'as désirée de tout ton coeur. Est-ce ton cas, ce soir ? Tu peux dire « oui », mais Dieu voit le fond de ton cœur. Si Dieu voit que tu es un menteur, tu peux dire : « Oui », comme ça, « Seigneur, je veux T'obéir. Tu le sais, Seigneur ». Mais Dieu ne te fait aucune confiance parce qu'Il voit le fond de ton coeur et Il sait que ce n'est pas vrai, si c'est le cas. Mais Dieu voit aussi quand c'est vrai, quand tu languis de tout ton coeur pour être débarrassé de cette vie mesquine, de cette vie charnelle, de cette vie dont Jésus ne veut plus parce qu'Il l'a clouée à la Croix. Si tu n'en veux plus, toi et que c'est le cri du fond de ton coeur, Dieu entend ce cri. Dieu va répondre en te donnant sa vie éternelle, sa vie abondante, le pardon, la sanctification, un changement complet à l'image de Jésus ; un changement complet, une guérison complète. Témoigne ! Témoigne de ce que Jésus a fait pour toi. Chaque fois que Jésus fait quelque chose pour toi, témoigne. Sinon, tu risques de perdre ce qu'Il t'a donné.

 

Il y a des chrétiens qui ont perdu leur guérison parce qu'ils n'ont jamais témoigné que Jésus les avait guéris et le diable en a profité. Dès que tu atteins un nouveau palier avec Jésus, que dans ta prière, il t'a exaucé, témoigne. C'est par la parole de ton témoignage, dis-le. « J'ai prié, Dieu m'a sanctifié de ce péché qui me poursuivait depuis des années. Il m'en a libéré. J'ai prié, j'ai reçu sa sanctification ». Dès le lendemain, tu témoignes, tu le dis. Ce n'est pas de l'orgueil de le faire. C'est la parole de ton témoignage qui va faire reculer Satan. Et ensuite, tu vas témoigner par tes actes. Je n'aimerais pas qu'on en reste là. Je suis un prédicateur de la Parole du Seigneur. Ma plus grande souffrance, en tant que prédicateur, c'est de voir la Parole de Dieu tomber à terre sans produire de fruit. Ma plus grande joie, c'est de voir des âmes devant moi, qui ont reçu cette Parole avec un coeur honnête et bon et qui disent : « Seigneur, maintenant, je vais m'attacher à mettre en pratique ce que j'ai reçu de bon ».

 

Alors, dans toutes ces choses, je suis concerné le premier.

 

« Seigneur, je Te prie de tout mon coeur pour que dans ma vie, Tu me révèles toujours par le Saint-Esprit la puissance du sang de l'Agneau et que Tu formes dans mon coeur ce caractère de l'Agneau, jusque dans sa perfection. Je Te supplie de me sanctifier jour après jour, de faire la lumière dans mon coeur, Seigneur, de me montrer comme Tu me vois, Toi, tout ce qui Te déplaît, tout ce qui sent mauvais à tes narines et que moi, je ne vois pas, ou je vois mal. Seigneur, je Te supplie de faire cette oeuvre dans mon cœur, de me remplir de cette connaissance d'en haut, de cette lumière qui vient d'en haut, Seigneur, afin que je Te présente mes péchés, mes défauts et que je puisse invoquer le sang de Jésus pour être lavé de ces choses. Que je puisse invoquer cette sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur, invoquer l'action de ton Esprit dans mon coeur pour que j'en sois rempli, de cette onction merveilleuse qui vient sur un coeur repentant, sur un coeur qui désire T'obéir et qui désire marcher avec Toi. Seigneur, fais cette oeuvre dans mon propre coeur, je T'en supplie, rends-la parfaite. Dès ce soir, continue à travailler mon coeur, continue à travailler et à faire ta lumière, Seigneur. Je désire marcher avec Toi de tout mon coeur, je désire voir Satan vaincu complètement dans ma vie et dans la vie de ton Eglise, de mes frères et de mes soeurs. Je Te bénis, Seigneur, je sais que Tu entends cette prière et je crois en Toi. Je sais que Tu l'exauces et que Tu continueras à l'exaucer tant que le désir de mon coeur est puissant. Au nom de Jésus, mon Père. Amen ! »