C167a  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 18/12/2001
modifié le 19/12/2002


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Comment être pleinement assurés que nous allons être enlevés. n°1

Comment être irréprochables au moment de la venue du Seigneur.



Série de 2 messages (C167a et C167b)

 

Je vais vous lire un court passage dans la Bible, dans la première épître de Paul aux Thessaloniciens, au chapitre 5. Ce soir, je voudrais vous parler du sujet suivant : Comment être pleinement assurés que nous allons être enlevés ? Il y a beaucoup de chrétiens qui ne croient pas, ou peu, à l'enlèvement, et qui ne s'y préparent pas, et il y a beaucoup de chrétiens qui croient et qui s'y préparent, mais qui n'ont aucune certitude, ou qui ont une certitude chancelante, qui se posent des questions… Alors le message de cette soirée, c'est ceci : Comment être pleinement assurés, mais alors, pleins, à cent pour cent assurés que nous allons être enlevés lorsque la dernière trompette va retentir. Donc, ce soir, le message s'adresse à des chrétiens qui sont fidèles et qui veulent marcher avec le Seigneur ou qui souhaitent être fidèles et marcher pleinement avec le Seigneur.

Le passage que je vais vous lire pour commencer, c'est celui de 1 Thessaloniciens 5:23 : "Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps (avec tous ses organes, bien-sûr), soit conservé irrépréhensible". Ça veut dire irréprochable ; vous rendez-vous compte de ce qu'il dit là ? "Que tout votre être, esprit, âme et corps soit", il ne dit pas : "soit tendu vers le but de la perfection", non, il ne dit pas ça, il dit : "soit conservé", ça veut dire qu'il l'est déjà, "irréprochable lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus". Donc, il exhorte les chrétiens à être irréprochables, à se conserver irréprochables jusqu'au jour de Christ. "Celui qui vous a appelés est fidèle et c'est lui qui le fera". Mais ce n'est pas lui qui va le faire n'importe comment. Le but de notre message de ce soir, c'est de voir comment la volonté de Dieu va s'accomplir dans nos vies. Parce que Dieu veut sauver tous les hommes, mais tous ne seront pas sauvés. Dieu veut sanctifier toute l'Eglise et toute l'Eglise ne va pas être sanctifiée pour le jour de Christ. Donc, là, c'est une exhortation qui est aussi un souhait, qui est presque un commandement : "Que le Dieu de paix", là, il ne commande pas au Seigneur, mais il dit aux chrétiens : "Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier ; (voilà le souhait, la prière, l'espérance et la foi de Paul) et que tout votre être, esprit (remarquez qu'il ne commence pas par le corps, il commence par l'esprit), l'esprit, l'âme et le corps soient conservés irréprochables lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus". L'avènement de Jésus commence par l'enlèvement de l'Eglise. Ensuite, après la période de sept années de tribulations, c'est le retour glorieux de Jésus sur la terre, où tout œil le verra. Les Juifs tout entiers vont se convertir et Jésus va revenir avec l'Eglise pour régner pendant mille ans sur la terre. Ça va être vraiment la restauration du trône de David sur la terre, le règne de Jésus à Jérusalem sur la terre entière et la gloire d'Israël qui sera entièrement restaurée. La tente de David sera relevée ; et l'Eglise régnera avec Jésus-Christ parce qu'elle a été digne d'être enlevée, elle était irréprochable lorsque Jésus est venu la chercher. Irréprochable ! Ça veut dire que quand Dieu nous regarde et qu'Il nous scrute de l'esprit au corps, Il ne voit aucun reproche à nous faire. Alors est-ce que votre première réaction à l'écoute de ce verset, c'est de dire : "Il n'y en aura pas beaucoup ! Si c'est ça, est-ce que je vais en faire partie moi aussi ?" Si tu te poses ce genre de question, c'est que tu n'es pas sûr d'être enlevé. Donc, il faut tout de suite mettre les pendules à l'heure et ne plus être en mesure de se poser la question, parce qu'il est bien dit que si nous faisons ce que Dieu nous demande de faire (il ne s'agit pas de faire des tonnes d'efforts pour nous rendre irréprochables, on n'y arrivera jamais), il est bien dit que "Celui qui vous a appelés est fidèle et c'est lui qui le fera". Une œuvre que Christ commence dans notre vie, si nous la lui laissons faire, il l'achèvera. Il faut laisser à Christ la possibilité de faire Son œuvre en nous pour que Lui nous rende irréprochable et que nous soyons conservés irréprochables par Lui jusqu'au bout. Je vous ai dit la dernière fois que ceux qui allaient être enlevés lors de la venue de Jésus, c'était ceux qui allaient faire partie de l'Epouse sanctifiée du Seigneur, celle à qui il a été donné de se revêtir d'un vêtement blanc, pur, du fin lin qui est la justice des saints. Donc, je répète parce qu'il faut que ce soit bien compris, bien entré dans les cœurs que Jésus ne vient pas enlever toute l'Eglise visible du Seigneur, mais seulement celle qui s'est préparée, seulement celle qui fait partie de l'Epouse sanctifiée, c'est-à-dire seulement celle qui est réellement née de nouveau, celle qui est passée par le baptême d'eau par immersion au nom du Seigneur, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit comme Jésus le demande et celle qui est remplie du Saint-Esprit, qui a reçu un vrai, réel baptême du Saint-Esprit ; et celle qui marche dans l'obéissance et dans l'humilité avec son Seigneur. Ça paraît compliqué, ça ? C'est à la portée d'un petit enfant. Le problème, c'est que beaucoup de chrétiens ne savent pas ce que c'est que la nouvelle naissance, sont dans des traditions, ou sont chrétiens parce que les parents étaient chrétiens ou parce qu'ils ont vécu, ils ont grandi dans des églises chrétiennes et ils participent à des activités chrétiennes, ou parce qu'ils sont passés par des écoles bibliques et on les a bien farcis de théologie chrétienne etc. Mais ils n'ont pas la vie de Jésus en eux. C'est important d'être né de nouveau. Donc la première des conditions pour être sûr d'être enlevé, c'est d'être sûr d'être sauvé. C'est la toute première base. Il faut qu'il n'y ait aucun doute dans ton cœur, je pense que c'est le cas pour nous tous ici, il n'y a pas de problème, mais ça peut être un problème pour beaucoup de chrétiens dans le monde entier de ceux qui se disent chrétiens. Ils manquent d'assurance dans leur salut. Si on leur pose la question : "Si Jésus revient maintenant ou si Jésus vient te chercher par la mort, est-ce que tu vas au ciel direct" ? Il y en a beaucoup qui disent : "Si Dieu le veut, si Dieu peut, si je suis jugé digne, si"… Il y a beaucoup de "si" et de "mais" mais ce n'est pas un "oui" direct qui sort du cœur immédiatement : "Oui, si Jésus vient me reprendre maintenant, ou si la mort me prenait parce que c'est la fin de ma vie, ou si, évidemment l'enlèvement se produit, je vais direct au ciel avec lui. Je vais directement au ciel parce que je suis sûr d'être sauvé".

 

Donc la nouvelle naissance, ce n'est pas le fait de dire : "Je suis sûr d'être sauvé", c'est le fait d'avoir au fond du cœur une totale assurance (qui sort, après, par la bouche, bien-sûr, parce que ce qui vient du fond du cœur sort toujours par notre bouche) que nous sommes rentrés dans le salut de Dieu ; que nous avons reçu la vie de Jésus-Christ dans nos vies ; que nous ne sommes plus quelqu'un de coupé de Dieu, de seul, d'isolé avec une croyance chrétienne, une espérance chrétienne, mais que nous sommes en communion avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit parce que nous avons reçu la vie du Seigneur. Et quand nous avons reçu la vie du Seigneur, nous le savons. Vraiment, dans le fond du cœur, il y a quelque chose, il y a l'Esprit du Seigneur en nous qui atteste dans nos cœurs que nous sommes enfants de Dieu et que nous pouvons nous tourner vers Dieu notre Père et l'appeler : "Père" ; "Abba" ; parce que nous avons compris par le Saint-Esprit qui est Jésus, ce qu'il est venu faire, nous avons reconnu notre état de pécheurs, nous avons reconnu qu'il n'y a pas d'autre issue que la croix de Jésus et la repentance réelle. Et l'œuvre du Saint-Esprit nous a éclairé, nous a ouvert l'Esprit et nous avons compris l'œuvre magnifique de Jésus à la Croix et nous avons reçu dans nos cœurs, parce que nous lui avons ouvert notre cœur, nous avons reçu la vie éternelle. Vous ne pensez pas que ça fait un changement dans les cœurs quand la vie éternelle de Dieu fait irruption dans notre esprit pour changer notre esprit et le faire naître de nouveau ? Vous ne pensez pas qu'il y a quelque chose de neuf, de magnifique, de merveilleux qui se produit et qui finit par dissiper toutes les vapeurs, toutes les fumées, tous les brouillards qui peuvent entourer encore notre esprit ? Il y a là au fond du cœur la vie de Dieu qui est entrée et avec la vie de Dieu, la Parole de Dieu qui donne la vie et le Saint-Esprit qui donne la vie qui nous fait naître à une vie nouvelle ; et nous nous reconnaissons comme vraiment fils de notre Père céleste ; fils et filles de notre Père céleste. Et nous sommes dans la vie. La marche avec Jésus, c'est une vie, une vie qui remplit nos cœurs, qui remplit nos pensées, qui remplit notre corps tout entier et qui n'est pas seulement un petit filet de vie, mais qui est un fleuve d'eau vive parce que Jésus le bon Berger est venu pour que ses brebis aient la vie et qu'elles l'aient avec abondance ! Ce n'est pas un petit filet de vie qui coule lamentablement entre deux pierres sèches, c'est un torrent qui doit sortir du cœur et qui bouillonne ! Ce n'est même pas un puits. Un puits, il peut y avoir de l'eau vive, dedans, mais alors il faut la chercher avec une pompe ou un seau. Jésus a dit : "Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive sortiront de son sein". Pas un petit ruisseau, il a dit : "Des fleuves d'eau vive" ; pas seulement un fleuve, mais "des fleuves d'eau vive". Il disait cela de ceux qui allaient recevoir Son Esprit. Donc, de ceux qui allaient d'abord passer par la nouvelle naissance pour recevoir le Saint-Esprit qui donne la vie. Et ayant reçu la vie, qui se sont trouvés en communion avec un sauveur merveilleux qui s'appelle Jésus de Nazareth, qui est la résurrection et la vie ; et quand on est en communion ou quand on commence à être en communion avec Jésus, on n'a qu'un désir normal dans le cœur, c'est de nous approcher toujours plus de lui pour recevoir davantage de sa vie. N'est-ce pas ce qu'il y a au fond de vos cœurs ? N'est-ce pas le désir ardent qu'il y a au fond du cœur de tous ceux qui ont reçu la vie éternelle ? Si tu es un chrétien qui ne se préoccupe pas tellement de communion avec Jésus, qui se préoccupe d'une bonne morale chrétienne, d'un aspect de vie qui soit recommandable aux yeux des hommes et même aux yeux de Dieu, si tu recherches simplement une morale chrétienne, une bonne vie chrétienne, une participation à des activités chrétiennes ou à une bonne église où on enseigne bien, où tu vas faire des choses intéressantes pour Jésus, participer à de l'évangélisation etc, ça ne prouve pas que tu as reçu la vie de Dieu. Il faut que tu sentes bouillonner dans ton cœur cet amour pour Jésus qui vient de la vie qu'il t'a donnée. Et cet amour pour Jésus va te pousser à rechercher sa face, sa présence ; va te pousser à méditer sa Parole, va te pousser à prier, va te pousser à entrer en communion toujours plus profonde avec lui, et à te détourner toujours plus de la terre, du monde et de ses appâts et de ses désirs et de ses attraits, qui n'ont plus aucun attrait pour toi qui a reçu la vie d'en haut. Même si tu es appelé à continuer tes activités terrestres parce qu'il faut le faire et il faut donner un bon témoignage, ce n'est plus du tout ça qui remplit ton cœur. Ce qui remplit ton cœur, ce sont les choses d'en haut où Christ est assis à la droite du Père et c'est désirer ardemment toujours plus une communion plus profonde avec Jésus et avec sa Parole. La Parole est Esprit et Vie. Elle vient même de la source de vie, de la source même de vie qui est Dieu, qui est de son trône. Dieu a tout créé par sa Parole. Vous vous rendez-compte que Dieu a tout créé par sa Parole ? Nous, quand nous voulons créer quelque chose, qu'est-ce qu'on fait ? On se débrouille avec ce qu'on a. Et avec notre intelligence et notre imagination, on fait des choses apparemment nouvelles, mais en fait, qu'est-ce qui est de nouveau là-dedans sinon l'idée qu'on peut y mettre, mais on est obligé de partir de choses déjà visibles, existantes. Tandis que Dieu part de rien du tout, il prononce une parole et ce qui était invisible devient visible, ce qui était néant arrive à la manifestation. Donc, il suffit à Dieu d'une parole pour changer une vie. Il suffit à Dieu d'une parole pour donner la vie à un mort. Il suffit à Dieu d'une parole pour te sanctifier et te rendre irréprochable pour le Jour de Christ. Mais le problème, c'est qu'il faut que cette parole soit reçue avec un cœur tout entier, rempli d'amour pour Jésus et ouvert à sa Parole, qui la reçoit avec foi, puisqu'en plus avec la Parole, il te donne la foi ; mais si tu n'as pas le désir de recevoir de Jésus, il ne va pas envoyer dans ton cœur cette parole, et la foi, et toutes les bonnes choses qui viennent d'en haut. Il ne l'enverra pas parce qu'il ne voit pas un cœur assoiffé. "Celui qui a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive". A la mesure de ta soif, tu vas recevoir de Jésus. Jésus, lui, veut inonder ta vie au-delà de tout ce que tu peux imaginer ou penser. C'est cela qu'il y a dans son cœur. Mais maintenant de l'autre côté, qui va-t-il trouver ? Quelqu'un qui regarde négligemment de temps en temps à Jésus en disant : "Bon, bénis sois-tu Seigneur, merci de m'avoir sauvé". Et puis il continue à s'occuper de ses activités de tous les jours avec un grand intérêt. Et puis, de temps en temps, il fait sa petite prière à Jésus quand les choses vont mal. Ou bien est-ce que tu es tout entier tourné vers Jésus parce que tu as soif de lui, parce que tu reconnais qu'il est la seule source d'eau vive de l'univers ? Parce que tu reconnais qu'il est la résurrection et la vie, qu'il y a tout en lui, qu'on a tout pleinement en lui ? Que le Père nous a donné son propre Fils pour que toutes les richesses du Père viennent en abondance comme des fleuves dans nos vies ? Si j'ai ce désir-là dans le cœur, j'aurai soif, j'arriverai à Jésus et je vais boire. Je vais boire et ayant bu, je vais remplir mon cœur des choses qui arrivent d'en haut, de sa sainteté, de sa vie, de sa toute puissance, de sa parole, de ses promesses, de sa résurrection, et étant rempli à déborder, des fleuves d'eau vive vont sortir de moi pour arroser les terrains desséchés. Et celui qui va me poser la question à ce moment-là : "Mais si Jésus vient te chercher, est-ce que tu pars avec lui" ? Mais la réponse coule de source, je dirais : elle sort immédiatement : "Mais oui ! Je suis sauvé, je suis né d'en haut, je suis né de nouveau parce que je le sais, parce que je participe à la vie de Christ". Mais si ta foi est intellectuelle, si ta foi est théologique, si ta foi est simplement une foi de tradition, tu n'es pas né de nouveau et il faut tout recommencer à zéro. Il faut te remettre devant Jésus, te remettre devant la Croix, te remettre devant le message de Jésus, ouvrir ton cœur et dire :

"Seigneur, mais je n'ai pas cette vie-là. Je t'ouvre mon cœur, donne-moi la vie ! Donne-moi la vie éternelle, Seigneur ! Je m'incline devant toi, Je me prosterne devant le Fils de Dieu et je reconnais mon néant, je reconnais le manque de vie en moi et je te demande de me remplir de ta vie, Seigneur. Fais cette œuvre en moi par ton Saint-Esprit". Et celui qui le désire ardemment, ce désir lui est mis dans le cœur par le Seigneur lui-même. Celui qui a ce désir là dans le cœur, croyez-vous que le Seigneur ne va pas l'exaucer ?

 

Je ne crois absolument pas à cette fausse doctrine de l'élection divine dans la mesure où cette doctrine dirait que certains sont élus par Dieu, c'est-à-dire ont été créés pour être sauvés et d'autres ont été créés pour être perdus. C'est une fausse doctrine, il faut la rayer de la carte. Elle a été reprise par beaucoup de dénominations chrétiennes, mais en fait, Dieu a créé tous les hommes pour qu'ils soient sauvés. "Dieu veut que tous les hommes soient sauvés". Dieu veut que tous les hommes participent à ses richesses. Donc, les élus, ce sont uniquement ceux qui répondent oui à l'appel de Dieu. Et comme Dieu sait d'avance qui va répondre oui, il les a prédestinés, évidemment, parce qu'il connaît d'avance qui va dire oui, mais au départ, tout le monde avait ses chances de dire oui. Tout le monde avait les mêmes chances de dire oui. Et Dieu sachant d'avance qui allait dire oui, qui allait dire non, a quand même créé ceux qui allaient dire non. Parce qu'il voulait leur donner les mêmes chances et il voulait qu'eux, au jour du jugement n'aient rien à dire devant Dieu. C'est à dire, la bouche fermée. "Seigneur nous avons eu l'occasion d'être sauvés, nous avons entendu le message de la même manière que ceux qui l'ont accepté, mais nous avons refusé, parce que nous préférions nos œuvres mortes et nous préférions les ténèbres à la lumière quand elle est venue vers nous". Exactement comme quand Jésus est venu vers les siens et les siens l'ont rejeté. Ils ne l'ont pas rejeté parce qu'ils étaient créés d'avance pour le rejeter, ça n'a aucun sens, ça ferait des hommes des marionnettes entre les mains du Seigneur. Ils ont rejeté Jésus parce qu'ils ne voulaient pas de la lumière qui arrivait vers eux. Leur cœur n'avait pas soif de Dieu et des choses d'en haut. Mais ceux qui avaient soif, ceux qui ont vu cette lumière, et ceux qui ont répondu : "Oui, Seigneur, j'ouvre mon cœur", ceux-là ont reçu la vie éternelle. Dieu a donné à cette lumière le pouvoir de nous transformer en enfants de Dieu. Elle est rentrée dans nos cœurs et nous sommes devenus de nouvelles créations. De nouvelles créatures ! Qui ont dans leur cœur la certitude que tous leurs péchés ont été pardonnés ; que le sang de Jésus est suffisant pour effacer ; que le sang de Jésus est tout puissant pour tout effacer et que la Parole de Dieu a fait de nous des êtres nouveaux en esprit et elle se prépare à en faire de nous d'entièrement nouveaux à la venue de Jésus, quand notre corps va recevoir la résurrection. Voilà des choses qui doivent être dans le cœur avec une pleine, une totale assurance. Parce que ce ne sont pas nos œuvres, c'est l'œuvre de Dieu, ce n'est pas par nos œuvres à nous que nous le méritons, c'est par la grâce de Dieu et par la foi, pour que ce soit par grâce, parce que la grâce de Dieu ne peut pas agir en dehors de la foi. Donc, celui qui est sauvé, celui qui reçoit la vie éternelle, il le fait uniquement sur la base de sa foi en Jésus et en la Parole de Jésus, cette foi qui lui est donnée par le Saint-Esprit, parce que lui, a ouvert son cœur au message qu'il était en train d'écouter : "Oui, Seigneur, je me repens de mes péchés. Oui, j'écoute ta Parole. Tu me dis que Jésus est mort pour moi à ma place, je l'accepte". Immédiatement le Saint-Esprit fait son œuvre dans mon cœur. Il me donne la nouvelle vie, la vie de Dieu ; immédiatement, à la seconde, je sais que toutes choses sont devenues nouvelles et que je suis passé de la mort à la vie. Je suis passé de la mort à la vie en Christ. Amen. Et ce qui compte, c'est de sentir dans son cœur la vie de Christ agir et bouillonner. Tu ne peux pas passer de la mort à la vie si tu ne sens pas dans ton cœur la vie de Christ bouillonner. Bouillonner ou vivre, enfin, tu sens la vie d'en haut qui passe par ton cœur et qui te donne des aspirations nouvelles, qui te donne… Et tu le vois, peu à peu dans ta vie ; tu changes, tu as des aspirations qui changent, tu as des désirs qui changent, tu as un désir toujours plus grand de connaître Dieu et de connaître ses œuvres, et de connaître sa Parole. Si ce désir-là n'est pas dans le cœur, tu peux te poser la question de savoir si tu es passé par la vie ou pas. Jésus le dit bien : "Si tu as soif de moi, tu sera étanché et si tu as soif de moi, tu vas recevoir d'autant plus la vie éternelle". Tu le sauras quand tu reçois la vie éternelle. Et quand tu reçois d'autant plus de vie éternelle, tu le sais aussi. Donc, tu sais que tu as une conscience nouvelle dans ton cœur, tu as une conscience d'une ouverture à la vie de Dieu qui n'existait pas avant, tu as conscience de l'appel de Dieu vers le haut pour toi, qui t'entraîne toujours plus loin dans sa présence, tu as conscience d'une nouvelle conscience en toi, quelque chose qui est branché sur la Parole vivante de Dieu et qui doit te faire réagir quand le péché entre dans ta vie. Quand le péché entre dans ta vie, tu dois immédiatement sentir que quelque chose ne va pas. Donc, tout ça, ce sont des signes qui te montrent que tu es dans le Seigneur et que tu as la vie éternelle en toi. Parce qu'il y a cette vie qui fait que plus rien n'est comme avant. Même si tu es encore préoccupé des choses de ce monde par ton travail, par la vie que tu dois vivre sur la terre, il n'y a plus rien dans les motivations de ton cœur, il n'y a plus rien dans les désirs profonds de ton cœur qui ressemble à ceux que tu avais avant. C'est une vie entièrement nouvelle qui jaillit dans ton cœur.

Le Seigneur dit que je ne dois pas me laisser reprendre par les choses du passé. Je peux très bien être passé par cette expérience de vie abondante en Christ et puis me laisser reprendre par les ronces et les épines, les soucis de ce siècle et m'attiédir petit à petit et m'écarter du Seigneur. Jésus veut que je reste en permanence attaché à lui et toujours prospérant en esprit de plus en plus. C'est la raison pour laquelle il a voulu que les enfants de Dieu qui passent par la vie nouvelle, la vie en Christ, la nouvelle naissance, soient immédiatement visités par le Saint-Esprit pour être baptisés dans son Esprit.

Il y a une différence fondamentale entre une personne qui est vraiment baptisée de l'Esprit et une personne qui est simplement née de nouveau en Christ. Si tu es né de nouveau en Christ, tu as reçu le Saint-Esprit, tu es né en Christ, tu fais partie du corps de Christ, tu as reçu la vie de Dieu, mais si tu n'es pas encore baptisé dans le Saint-Esprit, tu n'as pas reçu l'onction puissante du Saint-Esprit venant sur toi et te remplissant entièrement, comme il a été fait pour les disciples le jour de la Pentecôte, où ils ont été encore transformés. Je ne pense pas pour ma part qu'ils sont nés de nouveau le jour de la Pentecôte. Ils étaient disciples de Jésus, ils avaient reçu la vie du Seigneur, mais ils n'avaient pas reçu le baptême du Saint-Esprit. Et c'est la raison pour laquelle l'Epouse de Jésus, pour arriver à la perfection, ne peut y arriver si elle n'est pas baptisée dans le Saint-Esprit, remplie du Saint-Esprit. Enfin, quel que soit le terme que vous pouvez employer, c'est la réalité qui compte. Ça veut dire baptisé du Saint-Esprit, ça veut dire plongé dans le Saint-Esprit. Quand on est baptisé, on est plongé. On est plongé dans le Saint-Esprit qui nous entoure complètement et qui, à la différence de l'eau du baptême, nous remplit complètement parce qu'on a ouvert son cœur et tout l'intérieur de notre cœur, on l'a ouvert au Seigneur Jésus. Le baptême du Saint-Esprit, c'est quelque chose d'immédiat et de puissant. Ce n'est pas quelque chose de graduel. Mais la conscience de la vie nouvelle que j'ai en Christ, elle peut être totale et immédiate si c'est une expérience puissante qui t'est donnée à un moment précis où on t'a prêché la Parole et tu as ouvert ton cœur, et là tu sais, c'était tel jour, telle heure ; ou bien ça peut être quelqu'un qui, sur une période de temps plus longue, a progressivement ouvert son cœur à la Parole et à Jésus, jusqu'au moment où il se passe quelque chose et il sait qu'il est entré dans la vie. Il y a donc une progression dans l'ouverture du cœur, et puis à un moment donné, il y a l'expérience de la nouvelle naissance qui se passe dans l'esprit et qui nous donne une conscience nouvelle qu'on n'avait pas avant ; qui nous donne une conscience de Dieu qu'on n'avait absolument pas avant. Et celui qui est né de nouveau, il doit savoir qu'il est né de nouveau par des désirs, des sentiments et des motivations nouvelles que lui donne l'Esprit de Dieu en lui puisqu'il est né de nouveau, qui n'existaient pas du tout dans sa vie avant. C'est ça qui doit être pour lui le signe le plus net qu'il est passé de la mort à la vie. Il sent que dans son cœur, il n'y a plus rien comme avant. Pour moi, la nouvelle naissance est une expérience spirituelle qui vient après l'écoute du message de l'évangile, l'acceptation du travail du Saint-Esprit qui me fait repentir de mes péchés et l'acceptation de Jésus Christ et de l'œuvre de la Croix qui me fait comprendre que je suis un pécheur, qu'en dehors du sacrifice de Jésus, il n'y a pas de salut possible. Et le fait d'accepter Jésus comme mon Seigneur et mon sauveur, le Saint-Esprit me fait passer par une vie nouvelle qui s'appelle la nouvelle naissance, en Esprit. Alors le problème, c'est que comme c'est une nouvelle naissance en esprit, c'est notre esprit qui est né de nouveau, et ce n'est pas toujours facile à beaucoup de gens de distinguer l'action de l'esprit de l'action de l'âme, des pensées, des sentiments. Et comme l'âme n'est pas régénérée lors de la nouvelle naissance, il peut y avoir une certaine confusion si cette expérience n'est pas vraiment puissante, et sous une onction puissante. Il peut y avoir une nouvelle naissance en esprit dont on ne se rappelle ni le jour ni l'heure, mais qui est réelle, qui produit vraiment des changements réels ; mais il y a aussi un mélange avec ce qui vient de l'âme, c'est à dire des pensées, des sentiments qui sont encore de la vieille nature. Et si nous ne sommes pas nourris régulièrement de la Parole dans la prière, dans la méditation de la Parole pour renouveler nos pensées, renouveler nos sentiments et laisser le Saint-Esprit tout changer dans l'âme, il peut y avoir une période de mélange, où on peut se poser un certain nombre de questions et n'être pas sûr exactement de ce qui est en train de se passer dans nos vies. Mais il doit y avoir au moins une certitude, c'est qu'il s'est passé quelque chose de nouveau et qu'il y a eu une vie qui est rentrée en nous, qu'on n'avait pas avant, qui nous met le désir de connaître Jésus toujours mieux et de connaître sa Parole. Donc, cette vie va nous pousser de plus en plus vers Jésus et va nous pousser vers la Bible, la Parole de Dieu, à prier, et à participer à la vie chrétienne normale. C'est cette vie de Dieu qui nous poussera à chercher le contact avec Jésus, à chercher le contact avec sa Parole et à chercher le contact avec ceux qui ont vécu la même expérience de vie nouvelle ; parce que la vie que Dieu nous donne est caractérisée par la sainteté et par l'amour ; l'amour de Dieu. Les deux vont ensemble d'ailleurs. Il n'y a pas d'amour vrai sans sainteté, il n'y a pas de sainteté sans amour non plus. Les deux, c'est la nature même de Dieu. Donc quand la vie de Dieu rentre dans notre esprit, notre esprit est changé, il vient en communion avec la sainteté et l'amour de Dieu et on sent dans nos cœurs un désir toujours plus grand de sainteté et d'amour ; de manifester la sainteté et l'amour dans nos cœurs de manière toujours plus profonde et plus grande. C'est là le fruit numéro un, la conséquence numéro un de la nouvelle naissance dans nos vies. Si tu n'as pas dans ton cœur le désir d'avoir toujours plus de sainteté, c'est-à-dire la nature même de Dieu, d'avoir toujours plus de l'amour "agapé" de Jésus dans ton cœur et de le manifester avec sa compassion, sa force, sa puissance, sa pureté, si tu n'as pas ce désir-là, qui va te pousser aussi à la Parole, puisque la Parole va te donner la foi et la vie de Dieu et l'Esprit de Dieu, c'est que tu n'es pas passé par la nouvelle naissance. Si tu n'as aucun désir de sainteté ou très peu, aucun désir de manifester l'amour du Seigneur ou pratiquement pas, aucun désir de chercher la vie dans la Parole, je peux dire sans me tromper que tu n'es pas passé par la nouvelle naissance. Mais si c'est quelque chose de naturel en toi dans ta nouvelle nature, tu te dis : "Maintenant que je suis en communion, en contact avec Dieu, il n'y a qu'une chose qui m'intéresse, c'est de le connaître davantage et d'avoir de plus en plus de sa nature et de sa vie". Là, tu es passé par la nouvelle naissance. Là, il y a quelque chose dans ta vie qui va t'attirer vers ce qui est de la même nature que toi. Quand Jésus va revenir, il va prendre comme un aimant tous ceux qui sont de la même nature que lui, tous ceux qui auront été entièrement sanctifiés par lui, et qui seront de la même nature que lui. Les autres, qui s'intéressaient à la terre et aux choses d'en bas ne seront pas attirés vers le ciel. Il ne seront même pas prêts parce qu'ils ne seront pas passés par cette expérience de vie nouvelle qui les attire toujours plus vers le haut. Donc, tu dois savoir dans ton cœur si tu es passé par la nouvelle naissance, par cette vie nouvelle, ces motivations nouvelles, ce désir de sainteté, ce désir d'amour, ce désir de connaissance de Jésus et de Dieu, ce désir de connaissance de sa Parole. C'est quelque chose qui ne peut pas être éteint. Tu peux l'éteindre par ta négligence, mais c'est quelque chose qui est en toi, et si tu te laisses porter par ce désir qui vient de Dieu, il va t'amener à la ressemblance de la nature parfaite de Jésus ; parce que ce désir vient de Dieu. A ce moment-là est entré dans ton cœur la conscience du fils ou de la fille de Dieu que tu es devenu. Et la conscience du fils ou de la fille, c'est le désir de faire la volonté du Père, comme ce désir qui était dans le cœur de Jésus, le fils de Dieu. A ce moment-là, il y a dans ton cœur un désir d'obéissance qui vient normalement ; désir de dire : "Seigneur, je veux t'obéir toujours plus, toujours mieux, te connaître, connaître ta pensée, connaître tes voies, connaître ta Parole, mais la connaître dans la vérité. Je ne veux pas obéir à des commandements d'hommes, j'en ai assez des traditions humaines et des religions d'hommes. Je veux obéir à la vérité qui est Jésus et à sa Parole que je veux connaître dans la vérité". Voilà le désir qui est dans le cœur d'un enfant de Dieu né de nouveau. Jésus dit : "Maintenant, baptisez-les, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai commandé". Voilà les dernières paroles de Jésus à ses disciples. Les dernières paroles qu'il prononce avant de monter, c'est : "Allez, prêcher la Parole dans le monde entier". Sa Parole, c'est l'Evangile, la connaissance de Jésus et de son œuvre. "Baptisez-les d'eau au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" (et le baptême du Saint-Esprit, on le voit dans le discours de la Pentecôte, devait suivre immédiatement), et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai commandé" ; parce qu'on ne le sait pas naturellement dès le départ, il y a simplement quand on est né de nouveau le désir d'obéir, mais maintenant la connaissance pratique de la Parole, c'est le Saint-Esprit qui nous y conduit parce que c'est lui qui nous conduit dans la vérité par la Parole de Dieu ; le Saint-Esprit et la Parole. Et ceux qui enseignent, il faut qu'ils le fassent dans l'Esprit et par la Parole de vérité.

 

Donc, la première chose que Dieu nous demande, c'est de passer par un vrai baptême. Il y a beaucoup de chrétiens, bien-aimés qui discutent sur le baptême, qui disent : "Ah, mais non, ce n'est pas ça, ce qui compte, c'est la foi, ce qui compte, c'est la nouvelle naissance" etc. Ils ne seront pas enlevés parce qu'ils n'ont pas obéi au Seigneur. Il faut être clair et précis. Vous aurez pu avoir une vie sanctifiée, une vie apparemment tout à fait bonne aux yeux de Dieu, de vrai chrétien qui prie, de vrai chrétien qui a la vie. Mais si Jésus dit (on voit dans les Actes des apôtres que c'était la première chose qu'ils faisaient, commencer par les baptiser, les immerger dans de l'eau au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit), il faut le faire parce que c'est là qu'on passe par la mort et la résurrection et la victoire complète sur le péché dans nos vies. C'est là, au baptême d'eau par immersion que ça se passe. Par la foi évidemment dans la Parole du Seigneur. Donc, il faut être passé par là, dès le début de la vie nouvelle. Ça ne veut pas dire que tous ceux qui écoutent le message de l'Evangile, qui ont le cœur vivement touché et qui passent par le baptême d'eau par immersion vont être fidèles jusqu'au bout. Le Seigneur nous dit dans sa Parole ; "Ayez de la considération pour vos conducteurs, qui vous conduisent en Christ. Considérez la fin de leur vie". Il ne dit pas : "Considérez le début mais la fin". Je pourrais dire ça de n'importe quel chrétien, je dis : "Je considère la fin de ta vie en Christ, et pas le début. Parce que si le début est bon, la fin a de bonnes chances d'être bonnes. Mais tu peux avoir un bon début et une mauvaise fin, parce que tu as négligé les choses que Jésus mettait devant toi". Donc, il faut commencer par le commencement, continuer et finir dans l'obéissance.

"Tout ce que je vous ai commandé, enseignez-leur à le pratiquer". Alors tu dois passer par un baptême d'eau par immersion au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Pour les chrétiens qui ne sont pas baptisés, bien-aimés, le cri du cœur de Dieu, le cri de mon cœur, c'est : "Faites-le dès que vous aurez fini d'entendre ce message" ! Remplissez votre baignoire, allez à la mer, allez à la rivière la plus proche ou au marigot, faites-vous y plonger par quelqu'un qui est lui-même disciple du Seigneur et qui le fera comme le Seigneur l'a dit. Les disciples, le jour de la Pentecôte étaient cent-vingt, ils venaient de recevoir le baptême dans le Saint-Esprit. Pierre, rempli du Saint-Esprit fait un discours sur la résurrection de Jésus. Ceux qui ont le cœur vivement touché, trois-mille personnes, la première chose qu'ils doivent faire, c'est passer par le baptême : "Repentez-vous, que chacun de vous soit baptisé au nom du Seigneur (c'est à dire au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, comme le Seigneur l'a dit), et vous recevrez le don du Saint-Esprit". Quand le don du Saint-Esprit comme pour Corneille était donné avant le baptême d'eau, la chose immédiate qu'ils faisaient après, c'était le baptême d'eau par immersion, parce que pour eux, dans la pensée du Seigneur comme dans la pensée des apôtres, tout cela devait être fait en même temps. La prédication de l'Evangile, le cœur touché ; qui est-ce qui a le cœur touché, qui veut répondre par cette prédication par oui, et qui lève la main ? Trois-mille lèvent la main. Les autres, Messieurs Dames, s'il vous plaît, laissez-nous passer, nous allons baptiser ces trois-mille personnes. Ils ont le temps de chercher de l'eau quelque part. A Jérusalem, ce n'est pas évident, j'ai été à Jérusalem, il n'y a pas de lacs et de rivières partout. Il y a le petit cours d'eau "Guillon", il y a quelques piscines, et il a fallu baptiser trois-mille personnes. Ils ont dû trouver de l'eau et baptiser trois-mille personnes, là, le même jour, au moment où il avait fini sa prédication. Ils avaient le cœur vivement touché. Est-ce que les trois-mille étaient vraiment nés de nouveau ? Je peux dire : "Sans doute". Le Seigneur le sait, puisqu'ils ont eu le cœur vivement touché. Mais à Samarie, quand Philippe baptise ceux qui ont reçu le message, il y avait dans le lot des baptisés un certain Simon le magicien. Il est bien dit qu'il crut, il fut baptisé (donc, il remplissait les conditions pour être sauvé), et on voit que tout de suite après, quand Pierre est venu pour imposer les mains pour qu'ils reçoivent le baptême de l'Esprit, il a demandé à recevoir ce don moyennant finances, et Pierre lui dit : "Je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l'iniquité. Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire". Donc ils ont pris le risque de baptiser un ancien grand magicien. Est-ce qu'on aurait fait ça, nous ? On dirait : "Oh, celui-là c'est un grand magicien, mais il n'est pas délivré, il va falloir passer des journées à lui chasser ses démons, à le délivrer parce qu'il pratiquait la grande magie. Il écoute un message d'évangélisation puissant, il croit et il dit : "Maintenant, je veux être baptisé". Qu'est-ce qu'ils ont fait ? Qu'est-ce que Philippe a fait ? Il l'a baptisé séance tenante. Il a agi par la foi et il a fait confiance à celui qui venait en disant : "Je crois en Jésus et en ce que tu viens de dire. Maintenant, j'accepte tout ce que tu me demanderas de faire".

"Passe par le baptême" et après Pierre lui dit : "Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire parce que tu as le cœur tordu. Repens-toi s'il est possible".

 

Donc, vous voyez qu'ils ne se posaient pas de question. Ils étaient trois-mille le jour de la Pentecôte, ils ont été reçus simplement parce qu'eux disaient : "Nous acceptons le message" et ils ont été baptisés immédiatement et remis à la grâce de Dieu. Et après, c'était à eux de maintenir cet engagement et de rester attachés au Seigneur et à faire ce que le Seigneur leur demanderait de faire. Mais en tout cas, le message de Pierre le jour de la Pentecôte est simple, je relis la phrase finale de son message dans Actes 2:38, Pierre leur dit : "Repentez-vous, que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ". Alors je ne vais pas rentrer dans la controverse : baptême au nom de Jésus ou baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Pour moi, c'est réglé à partir du moment où dans Matthieu 28, Jésus dit : "Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" ; point final. Pour moi, c'est ça le baptême au nom de Jésus. C'est ça le baptême au nom du Seigneur. C'est clair et net, pour moi il ne doit pas y avoir de controverse là-dessus. Tout est réglé par la Parole même de Jésus. Donc, être baptisé au nom de Jésus-Christ, c'est être baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, après avoir confessé Jésus-Christ et l'avoir pris comme Seigneur et Maître. "Pour le pardon de vos péchés et vous recevrez le don du Saint-Esprit". Comme il parle du don du Saint-Esprit après la repentance et le baptême d'eau, il voulait sûrement, certainement parler du don du baptême du Saint-Esprit. Parce qu'on ne peut naître de nouveau que par l'action de l'Esprit. Donc à la repentance et à l'acceptation par la foi de Jésus, le Saint-Esprit nous fait naître de nouveau et nous recevons le Saint-Esprit qui donne la vie, mais nous ne recevons pas le baptême de l'Esprit encore. Et je ne veux pas non plus, là encore, rentrer dans toutes les controverses : baptême de l'Esprit au moment du salut ou pas, baptême de l'Esprit sans parler en langues ou pas… Pour moi la Parole de Dieu est d'une clarté limpide. Le baptême du Saint-Esprit n'est pas automatiquement reçu au moment où on reçoit la nouvelle naissance. Ça peut être le cas mais ce n'est pas toujours le cas ; et le baptême du Saint-Esprit, qui est l'irruption puissante de l'Esprit sur nous et qui nous remplit se traduit toujours par la manifestation du don des langues et de la prophétie. C'est clair et c'est net.

 

 

La suite de cette série se trouve au début du message C167b