C184  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 13/07/2007
modifié le 28/07/2007


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Chrétiens charnels ou spirituels

Chrétiens charnels dépendants des hommes, ou chrétiens spirituels dépendants de Jésus seul



            La question que j'aimerais vous poser ce soir est la suivante : Est-ce que vous êtes un chrétien charnel ou un chrétien spirituel ?

 

            Lisons dans la Bible, 1 Corinthiens 3, aux versets 1 à 3 : « Pour moi frère ce n'est pas comme à des hommes spirituels que j'ai pu vous parler mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent parce que vous êtes encore charnels. En effet puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels et ne marchez-vous pas selon l'homme ? »

 

            Il y a deux catégories d'hommes sur la terre. Il y a ceux qui sont sauvés et ceux qui ne le sont pas. Il n'y a personne au milieu, qui serait à demi sauvé ou à demi perdu. Il y a ceux qui sont sauvés et ceux qui sont perdus. Les sauvés sont ceux qui ont accepté vraiment le Seigneur Jésus comme leur Seigneur et leur Maître. Ils ont compris ce que Jésus est venu faire sur la Croix et ils lui ont donné leur vie à cent pour cent. Les perdus sont ceux qui n'ont pas encore entendu parler de Jésus ou qui n'ont pas encore donné leur cœur au Seigneur et qui n'ont pas cédé leur vie au Seigneur.

 

            Parmi les chrétiens, il n'y a que deux catégories : il y a les chrétiens charnels et les chrétiens spirituels. Les chrétiens spirituels ne sont pas ceux qui s'enferment dans leur tour d'ivoire et qui font de la théologie, non ! Les chrétiens spirituels sont des chrétiens qui tout simplement marchent par l'Esprit du Seigneur. C'est pour cela qu'on les appelle spirituels. Cela ne veut pas dire qu'ils ont atteint la perfection, qu'il n'y a pas de croissance possible dans leur vie, cela veut dire qu'ils sont conduits par le Saint-Esprit. Ils entendent la voix du Seigneur, ils comprennent sa Parole en Esprit et en vérité et ils marchent avec Jésus conduits par l'Esprit. Les chrétiens charnels comme leur nom l'indique, sont conduits par la chair, c'est-à- dire par eux-mêmes.

 

            Paul dit : "Ce sont encore des enfants en Christ !" C'est beau un petit enfant d'un an ! C'est merveilleux, c'est mignon ! Mais si un an après il n'a pas changé, vous commencerez à vous dire : "Il y a quelque chose qui n'est pas normal !" Et puis si deux ans après on le voit toujours avec la même taille, la même allure, on se dit : "Il doit être sérieusement malade ! Il y a quelque chose qui ne va pas du tout." Le propre d'un petit enfant quand tout va bien, c'est de grandir pour arriver à l'état adulte.

 

            Dans le plan du Seigneur, c'est la même chose. Quand on vient au Seigneur, on vient comme des petits enfants. Une petite brebis qui naît à la vie spirituelle a besoin qu'on s'occupe d'elle. C'est le Seigneur qui s'occupe de chacun de nous. Quand une brebis arrive dans le troupeau du Seigneur, le Seigneur a prévu qu'elle serait entourée par des brebis qui ont un peu plus de connaissance du Seigneur pour l'aider dans ses premiers pas. Le but du Seigneur c'est de faire grandir cette brebis pour qu'elle ne soit plus un enfant. Le Seigneur désire qu'elle puisse établir un contact personnel avec Lui. Il désire que ce soit l'Esprit seul qui la dirige et qu'il n'y ait pas d'autre intermédiaire entre Dieu et elle, que Jésus-Christ.

            Pour être utiles entre les mains du Seigneur, nous devons personnellement être conduits sans esprit d'orgueil, ni de dispute, ni de division. Un chrétien spirituel par définition ne peut pas être un chrétien orgueilleux, ni disputeur, ni sectaire ou rebelle. En effet s'il est disputeur, rebelle ou sectaire : il est charnel, il est encore un petit enfant. Si le chrétien a compris, par la grâce et le travail du Seigneur dans son cœur, ce qu'est la marche par l'esprit, alors il va pouvoir être utile entre les mains du Seigneur.

 

            Le petit enfant est mignon mais il ne peut pas s'occuper des autres, il faut qu'on s'occupe de lui en permanence. Il a toujours besoin de quelqu'un pour lui donner sa nourriture, pour l'aider, pour le faire marcher, pour le conduire. Donc un petit enfant ne peut pas vivre s'il n'a pas quelqu'un qui s'occupe de lui. Un adulte en Christ c'est quelqu'un qui a reçu du Seigneur de quoi donner aux autres. Un chrétien charnel ne peut pas s'occuper des autres, il faut constamment s'occuper de lui car il est encore un enfant en Christ. Il a besoin qu'on lui donne la cuillère, la nourriture hachée, une nourriture qui est encore du lait nécessaire à l'enfant, le lait faisant normalement grandir un enfant.

 

            Alors la question que j'aimerais vous poser ce soir est la suivante : Est-ce que vous êtes un chrétien charnel ou un chrétien spirituel ? La plupart des chrétiens charnels ne se rendent pas compte qu'ils sont charnels. Un chrétien qui est vraiment spirituel sait qu'il est spirituel et cela ne touche pas son orgueil puisqu'il est spirituel. Un chrétien spirituel c'est celui qui est passé par la Croix, qui a compris que le moi de la chair doit être mis à mort pour que l'Esprit du Seigneur le dirige. Comment voulez-vous que l'Esprit du Seigneur dirige quelqu'un qui est encore dirigé par la chair ! Il va y avoir un conflit.

 

            Le Saint-Esprit n'est pas un esprit qui nous saisit comme les mauvais esprits saisissent et contrôlent les médiums. Le Saint-Esprit n'agit pas ainsi. Le Saint-Esprit nous parle par la Parole du Seigneur et par la voix de l'Esprit de Dieu en nous, qui est toujours confirmée par la Parole. Le Saint-Esprit veut nous conduire avec une collaboration volontaire de notre part pour qu'ensemble avec Dieu nous avancions libres dans l'obéissance complète.

 

            Un chrétien charnel est une personne qui n'est pas libre. Rappelez-vous ce que Paul dit aux Galates au chapitre 5 et au verset 1 : « C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude ». Ce joug de la servitude, c'est le joug de la chair. Les Galates avaient commencé par l'Esprit, ils avaient bien commencé, mais petit à petit ils avaient accepté de se remettre sous le joug de la loi, d'une loi qui ne leur permettait pas de marcher par l'esprit. Les Galates recommençaient à judaïser alors que le Seigneur dit que lorsque nous sommes en Christ nous sommes libérés du joug de la loi. Christ a inscrit sa loi dans nos cœurs et il nous demande de marcher par une obéissance volontaire à sa loi de façon à être conduits par l'Esprit du Seigneur, dans la liberté. « Là où est l'Esprit du Seigneur là est la liberté » (2 Corinthiens 3 : 17).

 

            Si vous êtes dans un système religieux humain où il y a un "pape" (avec toute une hiérarchie qui dépend de ce pape) et au bout de la ligne les brebis du Seigneur qui ne sont pas capables d'écouter elles-mêmes la voix du Saint-Esprit, ni de marcher dans la liberté de l'Esprit, vous êtes encore dans la chair. Vous êtes encore maintenus comme des enfants en Christ dans un système qui n'est pas du Seigneur.

 

            C'est pour cela que je voudrais bien insister sur ceci : le Seigneur veut nous faire grandir de l'état d'enfant en Christ à l'état d'adulte en Christ. Un adulte en Christ ce n'est pas quelqu'un qui est au-dessus des autres, qui se croit supérieur spirituellement, c'est exactement le contraire. Jésus qui est Dieu le Fils, est descendu comme un serviteur. Il est venu non pas pour dominer sur les disciples mais pour les servir. Jésus leur a lavé les pieds. Il leur dit : "Faites comme moi ; ce que j'ai fait, faites-le aussi." Plus vous allez grandir en Christ, plus vous allez comprendre que vous devez ressembler à votre maître et faire comme lui.

 

            Est-ce que Jésus dépendait d'un comité religieux humain pour exercer son ministère ? Est-ce que Jésus a dépendu d'un comité de pharisiens, de docteurs de la loi ? A douze ans lorsqu'il allait discuter avec les docteurs de la loi qui étaient émerveillés de voir sa sagesse, d'où avait-il cette sagesse ? Du fait évidemment qu'il était Dieu incarné dans un corps d'homme. Il a été parfaitement homme c'est-à-dire qu'il a grandi comme un petit d'homme et en grandissant, il a établi ce contact spirituel avec son Père qui lui a permis de marcher par l'esprit dans une parfaite obéissance au Père, sans aucun autre intermédiaire entre son Père et lui.

 

            Il ne s'agit pas de vous pousser à l'esprit de rébellion, je ne suis pas en train de faire de vous des rebelles qui doivent s'affranchir de tout ministère. Quand nous sommes spirituels, nous savons écouter ceux qui nous parlent de la part du Seigneur. Si tu es spirituel, tu sauras écouter, même lorsqu'un petit enfant te dira une vérité venant du Seigneur ! Tu sais dans ton cœur que cela vient de Dieu et tu vas écouter ! Tu pourras aussi recevoir une parole d'une personne qui n'est jamais passée par une école de théologie. Tu pourras recevoir une parole d'une personne qui n'est ni pasteur, ni apôtre, ni prophète, ni docteur mais qui est en contact avec le Seigneur par son Esprit. Dans ton cœur, parce que tu as le Saint-Esprit en toi, tu vas reconnaître que cela vient de Dieu. Tu vas considérer ce qu'elle dit et tu vas t'incliner devant cette parole parce que tu sais qu'elle vient de Dieu.

 

           Si quelqu'un vient vers nous en disant : "Moi je suis prophète !", ou : "Moi je suis apôtre !", c'est important que nous puissions établir un contact personnel avec Dieu pour avoir le discernement. Paul disait bien : "Moi je suis apôtre" et il l'était ! Il n'avait aucune honte de le dire. Quand Paul arrivait pour donner une vérité venant de Dieu, il n'apportait pas cette vérité en tant que chef d'un système religieux auquel les autres devraient se soumettre et obéir parce qu'ils avaient devant eux le grand patron. Il disait quelque chose parce que Jésus-Christ le lui avait dit. Les brebis du Seigneur, qui l'écoutaient, reconnaissaient la voix de Jésus dans ce qui leur était dit. C'était ce que Paul voulait faire dans la vie des Corinthiens, il voulait leur dire : "Vous êtes des bébés en Christ, je vous ai donné du lait et non de la viande parce que vous êtes des bébés, et le lait doit vous permettre de grandir pour que plus tard vous puissiez recevoir la viande. Ensuite vous devez être vous-mêmes des grands, des adultes en Christ qui ne dépendent plus d'aucun homme. Vous devez être des adultes qui dépendent uniquement du Seigneur et de la relation les uns avec les autres dans le corps de Christ. Ce n'est pas dépendre des hommes ! C'est dépendre du Seigneur et de la relation dans le corps de Christ où Jésus nous permet de voir notre place et de voir comment travailler avec nos frères et nos sœurs.

 

            Donc un bébé en Christ, un chrétien charnel, c'est d'abord un chrétien qui n'a pas les moyens de pouvoir s'occuper des autres parce qu'il a toujours besoin d'une personne qui s'occupe de lui. Le plan du Seigneur, c'est de nous faire grandir pour que nous puissions dépendre de Lui seul. Le plan du Seigneur est de nous engager dans une relation de communion avec Jésus qui nous permet de marcher avec Lui par une direction personnelle et directe. Comme le Seigneur connaît nos besoins, quand nous sommes des chrétiens spirituels il va mettre sur notre route ses envoyés. Nous allons comprendre que ce sont des hommes et des femmes de Dieu, envoyés par Dieu pour nous dire quelque chose. Cela se fera par la conduite du Seigneur, sans la permission du pasteur X ou du pasteur Y ou de l'apôtre un tel. Nous aurons simplement besoin d'une relation correcte avec le Seigneur et d'une soumission complète à sa volonté. Celle-ci peut nous venir directement par la voix du Seigneur, par sa Parole, par la voix d'un autre (homme ou femme, jeune ou adulte) qui nous parle de la part de Dieu.

 

            C'est ce que veut dire : « Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte de Christ » (Ephésiens 5:21). Je le répète, quand Dieu envoie des hommes (qu'ils soient apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs ou docteurs) ces hommes, qui ont reçu un ministère du Seigneur n'ont qu'un seul but : c'est de permettre à des bébés en Christ de devenir adultes en Christ. Ils vont aussi permettre à ceux qui n'ont pas eu au début de leur vie chrétienne de relation personnelle avec Jésus, d'établir ce contact avec Jésus, et de les remettre à la grâce du Seigneur. C'est ainsi que Dieu l'a prévu. Or les hommes ont construit des systèmes religieux, des dénominations où il y a des chefs, des apôtres, des prophètes qui sont institués par le mouvement, reconnus dans le mouvement. Ceux-ci exercent une domination qui n'est pas spirituelle sur le troupeau. Dans certains de ces mouvements, ils vont même jusqu'à dire : "Si vous allez dehors vous êtes perdus, si vous sortez de l'influence de notre sphère, vous risquez de vous perdre." Je ne veux pas donner des noms d'églises mais je connais de grandes églises où l'on dit : "En dehors de telle église ou de tel mouvement, il n'y a pas de salut."

 

            Dès qu'un mouvement devient sectaire, il y a cette idée : "Si vous sortez du milieu de nous, vous risquez de vous perdre parce que vous n'êtes plus dans la révélation de la vérité." Sous-entendu, la vérité c'est seulement chez nous que vous la recevrez !" Tandis que si tu travailles vraiment pour le Seigneur, si tu es envoyé par Dieu quelque part, n'importe où dans un village d'Europe ou de l'Afrique, si tu es un chrétien spirituel, tu vas établir le vrai contact avec Jésus et tu vas dire : "Seigneur, que veux-tu que je fasse pour toi dans cet endroit isolé ? " Jésus va te dire sûrement : "Tu vas faire ce que je t'ai dit dans ma Parole, tu vas parler de moi à ceux qui ne me connaissent pas, et avec ceux qui me connaissent déjà, tu vas établir une relation fraternelle. Vous êtes tous membres du même troupeau."

 

            Jésus est en dehors de toutes les étiquettes, de toutes les dénominations, de tout ce que les hommes ont construit. Jésus veut que les brebis du Seigneur se reconnaissent comme membres du même troupeau, le corps du Seigneur, et travaillent ensemble pour Lui, là où ils sont. Que voyez-vous aujourd'hui ? Exactement l'inverse ! Vous allez quelque part, vous venez de rencontrer le Seigneur et vous êtes encore tout naïf. Il existe plusieurs milliers de dénominations ou oeuvres chrétiennes dans le monde, chacune gardant jalousement le flambeau pour elle. Lorsque tu rencontres un chrétien qui te dit : "A quel mouvement ou à quelle église appartiens-tu ? ", si tu réponds : "A l'Eglise du Seigneur Jésus ! ", il dira : "Je ne la connais pas. Où est son quartier général ? Qui est son Chef, son Pasteur, son Apôtre ? »

 

            Si jamais tu dis : "Je suis pentecôtiste" et que lui soit darbyste, vous allez voir le contact se refroidir ou se geler ! Ceux qui ont atteint la stature de chrétiens spirituels ne peuvent plus être ni darbystes, ni pentecôtistes, ni catholiques, ni protestants. Les chrétiens spirituels ont compris qu'ils sont membres d'un corps dont la tête est unique et que dans ce corps il y a des brebis que le Seigneur a sauvées par son Sang.

 

            Jésus a dit à Pierre dans Jean 21 : 15-16 : « Fais paître mes agneaux... Fais paître mes brebis ». Jésus veut dire à Pierre : "Toi Pierre, je te donne la responsabilité d'établir avec moi une relation telle que tu vas pouvoir recevoir de moi quelque chose de bon à donner à mes agneaux. Prends garde ! Si tu leur apportes de la viande avariée ou du lait pourri ou des choses qui n'ont rien à voir avec ma Parole, tu seras jugé plus sévèrement. Tu vas les perdre au lieu de les sauver." Et Pierre le savait !

 

            Jésus te dit : "Tu vas établir avec moi une relation telle que tu vas pouvoir recevoir de la bonne nourriture, soit du lait (si tu es un petit agneau en Christ), soit de la nourriture solide (si tu es un chrétien plus avancé). De toute manière tu vas recevoir quelque chose que tu pourras digérer pour te faire grandir. Tu vas recevoir quelque chose pour que tu puisses avoir avec moi ce contact personnel où je vais pouvoir te diriger, et je pourrai t'utiliser sans aucun intermédiaire." Savez-vous que les hommes religieux n'aiment pas entendre ce genre de discours ?

            Notre responsabilité est d'établir avec Jésus un contact personnel sans aucun intermédiaire. Cela signifie que si nous arrivons à établir un contact personnel avec Jésus, lui le fils de Dieu Tout puissant, qui a été soumis à son Père toute sa vie, qui sait marcher par l'Esprit, qui est venu sur cette terre, qui a vécu comme nous et qui connaît nos problèmes et nos difficultés, Il ne va pas nous donner de mauvaises choses, ni des serpents, ni des scorpions à manger ! Il va nous donner une nourriture pour que nous soyons changés à son image. Nous allons lui ressembler de plus en plus et nous allons pouvoir apporter quelque chose de bon à ceux qui nous entourent. Ce ne sera pas des oeuvres de rebelles que nous allons faire. Ce seront des travaux d'hommes et de femmes soumis à leur Seigneur, remplis du Saint-Esprit, qui ont de l'amour pour les autres, qui ne vont pas les critiquer ou les pointer du doigt pour leur dire à coups de Bible sur la tête : "Tu te trompes, tu fais cela de travers." Nous avons le devoir de dire à quelqu'un qu'il se trompe, mais dans l'amour du Seigneur parce qu'il y va de la gloire de Dieu.

 

            Si je vois un frère s'enfoncer dans des choses qui sont charnelles, qui ne sont pas de Dieu, ma responsabilité c'est de le prendre à part avec amour et de lui dire : "Mon frère tu te trompes, tu es en train de te perdre comme les Galates, dans les choses charnelles, humaines que Dieu n'a pas construites, et tu voudrais recevoir une bénédiction de Dieu dans quelque chose que les hommes ont construit ? Tu penses faire mieux que Dieu avec un système humain ? C'est ce que tu cherches ? Tu ne trouveras pas quelque chose de mieux en dehors de la Parole du Seigneur et d'un contact personnel avec Jésus."

 

            Voyez le problème de ces Corinthiens qui avaient été évangélisés par Paul. Ils ne pouvaient pas avoir de meilleur évangéliste ! Paul avait donné tout son cœur pour les faire sortir du paganisme (Corinthe était une ville païenne épouvantable), pour les amener au Seigneur, les enseigner, leur donner les rudiments et les bases. Et quelques années plus tard, Paul est forcé de leur écrire pour leur dire : "Frères et soeurs de Corinthe, mes enfants bien-aimés, mes enfants chéris, que je chéris dans le Seigneur, vous êtes charnels ! Au lieu de marcher par l'esprit, vous marchez par la chair !" Paul ne met pas en cause son propre ministère parce qu'il n'était pas en cause, il ne leur dit pas : "Est-ce que je m'y suis mal pris ou ai-je parlé de travers ou toute autre chose ?" Pas du tout !

            Prenez l'exemple des douze apôtres appelés par Jésus, formés pendant trois ans et demi. Le jour de la Cène, quelques heures avant la crucifixion de Jésus, après trois ans et demi de formation par le Seigneur lui-même, ils en étaient encore à se dire : "Qui est le plus grand parmi nous ? Qui va être le chef ? " Ce n'était pas la faute de Jésus qui leur aurait donné un mauvais enseignement, c'étaient eux qui avaient le cœur endurci. Ils n'étaient pas encore passés par la Pentecôte. Et voyez le changement quand ils ont reçu un vrai baptême du Saint-Esprit !

 

            Donc nous pouvons être formés par Jésus lui-même, mais c'est le ministère de Jésus qui doit être associé au ministère du Saint-Esprit. Quand Jésus formait ses apôtres, il ne pouvait pas bénéficier du ministère du Saint-Esprit comme il peut le faire maintenant, parce que la Pentecôte est arrivée après ! Avant il y avait un travail du Seigneur Jésus lui-même qui s'adressait à des hommes qu'il avait sortis de ce système religieux pour commencer à leur enseigner les rudiments, leur montrer qui il était et ce qu'ils devaient faire. Ces hommes étaient restés charnels, puis il s'est passé ensuite quelque chose de fondamental : la Croix. Tous ceux qui attendaient Jésus comme Sauveur, attendaient donc une bonne place dans le Royaume d'Israël avec un Roi formidable qu'ils aimaient beaucoup, et qu'ils voulaient voir sur le trône d'Israël. Qu'est-ce qu'ils voient ? Ils voient un homme qui ne se défend pas. Ils voient un homme qui n'ouvre pas la bouche, qu'on flagelle, à qui on met une couronne d'épines, qu'on cloue sur une Croix et qui meurt !

 

            Pierre disait : "Seigneur si tous t'abandonnent moi je ne t'abandonnerai pas" et il est le premier à l'abandonner quand une simple servante lui dit : « Toi aussi tu étais avec Jésus le Galiléen » (Matthieu 26 : 69-72). Il jure par trois fois avec imprécation disant : « Je ne connais pas cet homme ». Et quand Jésus enchaîné, le regarde simplement en passant, il pleure amèrement. Quand Jésus est mort, mettez-vous à la place de ses disciples ! Autour de la Croix il y avait quelques femmes et Jean, tous les autres s'étaient enfuis par peur des représailles ou de la mort. J'essaye de comprendre ce qui se passait dans le cœur de Pierre. Le grand apôtre Pierre pleurait amèrement. Et tous ces apôtres qui avaient fui quand Jésus a été arrêté, ils devaient tous pleurer amèrement de savoir que leur maître bien-aimé était mort !

 

            Jésus leur avait dit que dans trois jours il ressusciterait. Aucun n'y croyait ! Parce que s'ils l'avaient cru, trois jours après ils auraient tous été là devant le tombeau en disant : "On attend !" Pas un n'y croyait. Jésus leur avait pourtant dit plusieurs fois : "Je ressusciterai". Ils ne savaient même pas ce que cela voulait dire, ils ne comprenaient pas, cela dépassait leur entendement. Ils avaient bien vu Lazare ressuscité, mais Jésus était présent pour Lazare, c'était Jésus qui l'avait ressuscité, mais maintenant Jésus est mort !

 

            Donc tous ces apôtres sont vraiment passés par une mort véritable quand ils ont vu leur Seigneur mourir sur la Croix. Pour eux tout le système humain qu'ils avaient construit s'écroulait complètement. Tout le système qu'ils avaient en tête, ce royaume merveilleux qui était un système humain, s'est écroulé totalement. Il ne leur restait plus rien, leur Seigneur était mort, ils ne croyaient même plus à la résurrection. Pierre finit par dire : "Retournons faire notre métier, allons à la pêche." Ils en étaient là, complètement déprimés. Il fallait qu'ils passent par là parce que c'était pour eux une mort nécessaire. Ils devaient voir tout leur système humain et charnel tomber à terre complètement. Pendant trois jours ils durent ruminer leur mort complète. Ils devaient perdre toute leur confiance en eux et dans la chair. Déjà ils commençaient à être préparés à quelque chose de sérieux. Le jour de la résurrection, ce matin merveilleux, Marie parle à Jésus et va l'annoncer aux autres, mais ils ne la crurent pas. Il faut que Jésus se manifeste personnellement devant eux et encore ! Ils croyaient que c'était un fantôme ! Ils ne l'ont pas cru !

 

            Rendez-vous compte à quel point la couche d'incrédulité peut être forte et épaisse sur des cœurs d'hommes qui avaient marché et vécu personnellement avec Jésus pendant trois ans et demi, jour et nuit ! Voyez aussi comme la couche d'incrédulité peut être forte dans les cœurs des chrétiens qui sont enfoncés dans leur système humain tout en croyant servir Jésus ! Ils ne sont pas encore passés par cette mort pour pouvoir connaître la vraie vie avec Jésus, une vie de résurrection. Quand Jésus est ressuscité, les apôtres l'ont vu. Ils ont su que c'était Lui. Ils ont touché les trous de ses mains, de son côté. "C'est Lui !" Vous imaginez ce qui peut se passer dans leur tête. Il est vivant ! C'est celui-que nous servons ! Il n'est pas un Dieu mort, c'est Jésus le chef de l'Eglise, le chef unique et Il ne laissera usurper sa place par personne. Si les hommes usurpent sa place, leur système s'écroulera bientôt ! Car bientôt le Seigneur va revenir sur les nuées pour emporter les siens à sa rencontre et tout ce que les hommes ont construit sera consumé par le feu de sa bouche.

 

            Donc nous avons intérêt biens-aimés à marcher par l'esprit, à sortir de tout ce qui est humain ; nous devons le faire dès maintenant. Le jour de la résurrection de Jésus a été aussi une résurrection pour les apôtres. Ils se sont dit : "Il était mort ! Tout ce qu'on avait espéré faire était tombé à l'eau, il ne nous restait plus rien; mais maintenant Jésus revit, et nous allons nous attendre à quelque chose de différent de ce qu'on croyait avant, différent de ce qui était charnel, humain. Jésus va maintenant nous révéler des choses auxquelles nous allons commencer à croire vraiment, parce que nous avons vu sa mort et sa résurrection et nous y sommes passés avec Lui !"

 

            Jésus leur a dit : "Maintenant vous allez attendre ce que je vais vous envoyer d'en haut, le Saint-Esprit qui va venir sur vous, qui va vous remplir. Et il sera en permanence avec vous. Je serai avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. Je suis avec vous mais le Saint-Esprit sera en vous". Ils ont attendu, ils ont prié et ils l'ont reçu ! Au moment où ils l'ont reçu, tout ce que Jésus avait pu leur dire auparavant, tout s'est éclairé. La Parole est devenue vivante dans leur cœur par le Saint-Esprit. Ils étaient remplis de l'Esprit du Seigneur, de l'Esprit de Jésus, du Seigneur lui-même.

 

            Jésus leur avait dit avant le dernier repas : "Je vous enverrai le Saint-Esprit et nous ferons notre demeure chez vous, en vous" (Jean 14). Jésus n'était pas en eux avant la Pentecôte, il était à côté d'eux, il leur parlait. Ce qui s'est passé d'extraordinaire le jour de la Pentecôte, c'est que les apôtres ont reçu le Saint-Esprit en eux. Il les a bouleversés, il les a changés complètement. Ils ont pu expérimenter quelque chose de merveilleux. Maintenant ils allaient pouvoir être tous les jours et partout avec Jésus personnellement, ce qu'ils ne pouvaient pas faire auparavant. Avant ils étaient obligés de marcher physiquement avec Jésus. Parfois Jésus allait de l'autre côté du lac, les laissant tout seuls et ils devaient se débrouiller seuls. Parfois Jésus était à gauche ou à droite, les apôtres essayaient de le suivre. Maintenant il y avait quelque chose de différent par la présence du Saint-Esprit en eux. Le Père, Jésus le Fils et le Saint-Esprit habitaient en permanence en eux, et c'est cela qui a fait toute la différence entre avant et après. Avant ils n'avaient pas la présence du Seigneur en permanence avec eux, maintenant ils l'avaient.

            Quand un chrétien sait qu'en lui le Seigneur Jésus est présent en permanence, avec l'Esprit du Dieu vivant (partout où il va et du matin au soir), ce chrétien est dirigé personnellement par son Seigneur d'une manière intime et personnelle. Il n'a pas besoin de l'Apôtre suprême ou du Pasteur un tel en tant qu'intermédiaire entre Dieu et lui. J'ai rencontré des chrétiens qui m"ont dit : "Moi, j'ai un pasteur qui est très spirituel, il me transmet la pensée du Seigneur". Ma première question a été immédiate : "Qu'est-ce qui se passe si jamais ton pasteur déraille un jour ? " Il n'avait jamais réfléchi à cette possibilité, jamais ! Il faisait une confiance aveugle à l'oint du Seigneur qui lui transmettait en tant qu'intermédiaire la pensée de Dieu, que lui seul avait, bien sûr ! Quelle tragédie ! Ils étaient maintenus dans cet état d'enfants spirituels alors que Jésus était là, prêt à les guider personnellement, comme il est prêt à guider l'ensemble du corps harmonieusement.

 

            Quand Jésus dirige une réunion, si Jésus est vraiment présent dans le cœur de chacun et si chacun écoute bien sa voix et sait la reconnaître, tout va se passer merveilleusement. S'il y a des problèmes c'est qu'il y a des personnes qui ne sont pas dirigées par le Seigneur, qui suivent l'impulsion de leur chair. Ils disent : « Moi, je suis de Paul, et moi d'Apollos, et moi de Céphas, et moi de Christ » (1 Corinthiens 1 : 12). Mais ils le disent dans un sens de disputes ! Et c'est là que les problèmes arrivent, parce que si nous étions tous dirigés vraiment par le Seigneur, est-ce que vous pensez qu'il y aurait tous ces problèmes que nous pouvons voir dans l'Eglise de Jésus ? Nous lisons dans 1 Corinthiens 3 : 3-4 : « En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie, des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme ? Quand l'un dit : Moi je suis de Paul ! et un autre : Moi, d'Apollos ! n'êtes-vous pas des hommes ? »

 

            Rendez-vous compte qu'il y a des mouvements, dits chrétiens, où quand on baptise les gens, on leur dit qu'ils sont baptisés dans l'esprit du fondateur du mouvement ! Parce que c'était le grand homme de Dieu qui avait créé ce mouvement-là et qui était vraiment un apôtre du Seigneur. On leur dit : "Bien sûr on te baptise au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, mais il faut que tu saches que puisque Dieu a envoyé ce grand apôtre qui était là et qui a dirigé ce mouvement dans la vérité, tout en étant baptisé dans le Père, le Fils et le Saint-Esprit, il faut que tu saches que c'est l'Esprit de Dieu par l'esprit de ce grand apôtre qui va te diriger maintenant." Vous pensez que cela peut mener à quelque chose de bien ? Cela mène à la ruine !

 

            Et Paul dit : Apollos et les autres sont de grands serviteurs de Dieu, mais moi j'ai été directement appelé par Jésus. J'ai vu Jésus, j'ai eu une mission. Donc quand il y en a qui disent : "Moi je suis de Paul, cela ne me gêne pas parce que je vous annonce la Parole du Seigneur", souvenons-nous que Paul lui-même disait dans 1 Corinthiens 3 : 5-7 : « Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul ? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun. J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître ». Ce n'est pas Paul qui est quelque chose, ce n'est pas Apollos ou quiconque, c'est Dieu qui fait grandir les brebis et qui les conduit à la maturité. Il peut se servir de Paul, d'Apollos, de n'importe quel autre mais ils savent qu'ils ne sont que des serviteurs entre les mains du Seigneur et vont trembler à la pensée de pouvoir faire quelque chose en leur propre nom et pas au Nom du Seigneur Jésus.

 

            C'est terrible cette tendance charnelle que les hommes ont à construire leur propre système. Ils s'entourent tout de suite de leur cour et puis de leur église où les gens ont les yeux fixés sur l'homme au lieu de les avoir fixés sur Jésus. C'est pour cela que je vous lis ce passage, pour vous exhorter à établir un contact personnel avec Jésus et à marcher seul avec lui. A marcher seul avec lui pas d'une manière absolue bien sûr ! Mais dans votre marche chrétienne ne dépendez que de lui. Et après, en temps que chrétien, on est tous membre d'un corps. Chaque cellule, chaque membre de ce corps est directement relié à la tête qui coordonne le tout et tout est harmonieux.

 

            Il y a une chose dont j'ai horreur, c'est de sentir des chrétiens qui commencent à s'attacher à moi en tant que serviteur de Dieu disant : "Celui-là enseigne bien, ou il a de bons messages etc." C'est bien ! C'est très bien ! Ecoutez les messages, mettez-les en pratique et cessez de regarder à Henri, regardez à Jésus." Il y en a un qui m'a écrit un jour une lettre de quinze pages disant : "Vous êtes le prophète des derniers temps." Je lui ai répondu une courte lettre : "Mon cher frère, cesse de regarder à Henri et regarde à Jésus" Et vous savez ce qu'il a fait ? Il m'a répondu un mois après en m'envoyant une lettre encore de douze pages ! Donc vous voyez que ce n'est pas le fait de dire simplement les choses, qui fait que les gens deviennent spirituels. Vous aurez pu venir écouter des beaux messages chaque semaine pendant des années sans grandir d'un pouce. Attention à ce que je vous dis là !

 

            Si vous venez ici et que vous écoutez de beaux messages pour être remplis de belles choses, sans les mettre en pratique, vous allez déchanter un jour. Si vous venez comme des brebis qui aiment entendre la Parole du Seigneur, soit comme du lait, soit comme de la viande, pour grandir, alors tout de suite après, vous allez établir un contact personnel avec Jésus. Vous allez lui dire : "Jésus, puisque c'est ta Parole que nous avons reçue, c'est elle qui va nous faire grandir et c'est toi qui vas nous faire croître". Ce n'est pas Henri, ce n'est pas ton pasteur, ni Apollos, ni personne, c'est Jésus qui va te faire croître ! Paul avait reçu de Dieu un vrai ministère d'apôtre, il le savait, il le disait. Moi j'ai reçu un ministère d'enseignement, je le sais, je le dis mais je ne m'en glorifie pas, c'est un don de Dieu. Donc ce que je suis capable de faire, c'est de vous apporter la Parole. C'est uniquement pour vous permettre de grandir et d'établir ce contact personnel avec Jésus-Christ.

 

            Ecoutez bien ce que je vais vous dire, c'est important ! Pour pouvoir établir ce contact, il faut que vous soyez des chrétiens spirituels. Si vous êtes des chrétiens charnels, vous pouvez venir toutes les semaines ici, l'enseignement ne vous servira à rien. Vous allez vous remplir la tête de belles choses mais cela ne vous changera en rien ! Cela vaut la peine de réfléchir un peu sur ce que je viens de vous dire. Peut-être pensez-vous que pour passer de l'état de chrétien charnel à celui de chrétien spirituel il faut une certaine évolution, avec un enseignement qui vous permet de croître et de grandir. Non ! Si c'est cela vous vous trompez. Vous pouvez passer, en un instant, de l'état de chrétien charnel à celui de chrétien spirituel, en un instant !

 

            Quand vous avez compris que votre moi personnel ne vaut rien, quand vous êtes arrivés au bout de vous-mêmes, quand vous avez vu les échecs, les problèmes que cela vous a causés de suivre les hommes ou de suivre votre moi personnel, alors vous arrivez au pied de Jésus en disant : "Seigneur, maintenant j'ai compris, j'ai passé tant d'années à suivre ou les hommes, ou mon propre moi, je vois où cela m'a amené ! Maintenant Seigneur, je veux vraiment que tu te révèles à moi, je veux vraiment que tu m'ouvres l'intelligence, je veux vraiment devenir un chrétien ou une chrétienne spirituelle pour être conduit directement par Toi, par Ton Esprit, par Ta Parole, en Esprit et en vérité !" Cela, Jésus peut le faire en un instant à partir du moment où vous avez cette attitude spirituelle, où vous êtes humblement devant Jésus en ne dépendant que de lui, mais humblement. A ce moment-là vous allez être conduits d'une manière merveilleuse par Jésus parce que les brebis du Seigneur entendent sa voix et vous allez pouvoir grandir !

 

            Un chrétien charnel qui grandit, va devenir de plus en plus charnel, il va grandir dans la chair, c'est ainsi qu'on a construit la papauté ou des systèmes religieux. Cela a commencé par un petit bout de chair et on a laissé la chair grandir et c'est devenu un énorme système charnel humain. Ce que le Seigneur veut c'est, qu'étant des enfants en Christ vraiment spirituels, nous puissions grandir spirituellement, avec du lait puis de la nourriture solide. A ce moment-là nous atteindrons l'état de maturité parce que nous avons commencé dans l'Esprit, nous continuerons dans l'Esprit, pour aller dans la plénitude de l'Esprit. Ce qui est charnel restera toujours charnel, ce qui est de la chair ne peut produire que quelque chose de charnel.

 

            Donc si vous venez à des réunions en étant un chrétien charnel, je vous assure que vous n'allez pas grandir spirituellement par les messages qui vous seront donnés. A moins que par ces messages vous puissiez comprendre que vous êtes un chrétien charnel et que vous puissiez vous placer devant Jésus dans un état de vraie repentance en disant : "J'ai compris, merci Seigneur, je suis un chrétien charnel, jusqu'ici j'ai marché en suivant mon moi, ma chair, vraiment je le comprends maintenant". C'est une grâce du Seigneur d'arriver à le comprendre.

 

            C'est la bénédiction que je demande à Dieu pour moi. Demandez-la aussi pour moi à Dieu. Je dis : Seigneur donne-moi la capacité de prêcher ta Parole avec une telle onction de l'Esprit que cette onction de l'Esprit donne une conviction de péché ou une conviction à ceux qui sont charnels, pour qu'ils puissent vraiment se placer devant toi disant : "Seigneur mes yeux se sont ouverts et maintenant tu vas pouvoir traiter le mal à la racine". Je vous le répète les chrétiens charnels ne se rendent pas compte qu'ils sont charnels, c'est justement pour cela qu'ils sont charnels ! Ils ne s'en rendent pas compte. Souvent ils se croient même très spirituels parce qu'ils font beaucoup de choses pour Dieu. Certains peuvent même être équipés de dons spirituels, de miracles, de signes, de prodiges et ils sont quand même charnels en exerçant la puissance du Saint-Esprit.

 

            Pour celui qui est charnel, c'est toujours le moi qui va transparaître. Le moi d'une manière ou d'une autre va se faire le centre de quelque chose, le moi c'est très subtil ! J'écoute la manière dont certains chrétiens témoignent. Immédiatement je sais que c'est par le moi, même s'ils disent : "Je vais vous dire quelque chose à la gloire de Dieu. Aujourd'hui, Dieu s'est servi de moi pour faire ceci ou cela" et je sens la puanteur de la chair se dégager de ces phrases. Alors qu'un autre va dire exactement les mêmes mots et il va dire : "Je vais vous raconter quelque chose pour la gloire de Dieu. Dieu s'est servi de moi pour faire ceci ou cela". Mais c'est dit dans l'Esprit, donc l'odeur n'est pas la même. Pourtant apparemment ce sont les mêmes mots, rien ne change ! Mais c'est l'Esprit qui est derrière qui est différent. Et si celui qui est charnel donc qui est en train de dire quelque chose, poussé par la chair, ne s'en rend pas compte, il répand la mort au lieu de répandre la vie. Nous avons donc besoin de comprendre par une révélation du Saint-Esprit si nous sommes encore charnels ou si quelque part dans notre état spirituel c'est encore la chair qui prend le dessus.

 

            C'est alors une grande bénédiction de Dieu quand on commence à s'en rendre compte ! Nous passons de l'état de Romains 6 à l'état de Romains 7 et à l'état de Romains 8. Romains 6 décrit la situation de celui qui a compris le salut par la foi en Christ par l'œuvre de la Croix. Il a même compris ce qu'est la mort et la résurrection en Christ, mais il ne l'a pas compris d'une manière vraiment spirituelle où la chair est vraiment mise à mort. L'état de Romains 7, c'est quand vous voyez Paul s'écrier, au verset 24 : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? » "Je veux faire le bien et je sens dans ma chair, dans mon corps une loi qui s'oppose à la loi de l'Esprit et qui me fait toujours tomber". C'est une réaction de chrétien qui comprend qu'il est charnel parce qu'il dit : « Misérable que je suis ! » Le chrétien qui reste charnel ne dit pas cela, pas du tout. Quand la lumière se fait, quand le Saint-Esprit nous montre que nous sommes en fait conduits par la chair, la réaction est celle que Paul indique là. C'est de se mettre devant Jésus disant : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? »

 

            Le Seigneur Jésus lui-même va lui dire : "Maintenant je vais te montrer une chose mais pas quelque chose que tu as saisi intellectuellement, quelque chose maintenant que tu vas comprendre dans tes entrailles, dans le fond de ton cœur. La loi de l'Esprit de vie en Jésus t'a libéré de la loi de la chair, du péché et de la mort. Tu vas le sentir parce que tu es passé vraiment par ces trois jours affreux que les disciples ont connus quand Jésus est mort". Les disciples sont morts avec Jésus, doublement. Tout s'écroulait, et ils sont morts avec Lui car quand Jésus est mort, la Parole de Dieu nous dit que Dieu le Père qui nous a placés en Lui, nous a tous fait mourir en Lui ! Quand Jésus est ressuscité, il nous a tous fait ressusciter en Lui et avec Lui !

 

            Les apôtres l'ont vécu doublement. Ils sont morts complètement quand Jésus est mort ; quand il est ressuscité ils sont nés à une vie nouvelle qui n'avait plus rien à voir avec les trois ans et demi qui étaient pourtant glorieux, qu'ils avaient connus avant, où ils avaient accompli des miracles, des signes, des prodiges, chassé des démons. Ils ont pu être dirigés par le Saint-Esprit à partir du jour où ils en ont reçu la plénitude. Ils ont pu grandir, ils ne sont pas devenus parfaits du jour au lendemain.

 

            Donc l'idée que je voudrais mettre dans votre cœur c'est qu'à partir du moment où vous commencez à marcher avec le Seigneur en étant dirigé vraiment par Lui seul, vous allez entrer dans un processus de croissance. Vous ne serez pas parfaits dès le début. Vous pourrez encore faire des erreurs et des chutes, mais vous avez mis vos roues sur les bons rails, ceux de l'Esprit du Seigneur. Vous êtes tirés vraiment par le Saint-Esprit dans la bonne direction et à ce moment-là tout concourt à votre bien et vous pouvez grandir. Il faut vivre cela !

 

            Le Seigneur en a assez de ces constructions humaines où nous pouvons encore nous trouver, ou de cette marche par la chair où nous pouvons encore nous trouver. Il nous aime d'un amour infini et tout son amour infini consiste à nous révéler tout ce qu'il y a encore de charnel dans notre vie. Nous devons honnêtement nous placer devant Lui disant : "Seigneur ouvre-moi les yeux parce que je ne veux dépendre que de toi." S'il voit que dans le fond de ton cœur tu n'es pas encore décidé à ne dépendre que de Lui, Il ne t'ouvrira pas encore les yeux.

 

            Pour certains chrétiens c'est une chose terrible que de dépendre de Jésus seul. Ils sont habitués à leur système, leur église, leur pasteur, leurs activités. Et ils ont très peur si on leur dit : "Maintenant plus rien de tout cela, tu vas marcher avec Jésus seul. Ne dis plus : si je me trompe, comment je vais faire ?"

 

            Nous avons un Dieu vivant qui est capable de s'occuper de ceux qui lui donnent leur vie entièrement à cent pour cent. Si c'est votre cas et si vous dites ce soir : "Seigneur cela ne m'est jamais arrivé comme ça, mais je veux mettre toute béquille humaine de côté. Je ne veux dépendre que de toi seul pour faire ta volonté et avec humilité, obéissance et amour. Je veux tout abandonner pour te suivre y compris abandonner ma propre vie. Seigneur à partir de là, je te donne ma vie pour que tu la diriges tout seul ", il va se passer des choses intéressantes dans votre vie si vous le faites vraiment. Il va y avoir des déchirements, il va y avoir des choses difficiles qui vont vous arriver, il va y avoir des incompréhensions de la part de ceux qui se disaient vos meilleurs amis chrétiens. Ils ne vont pas comprendre du tout comment vous avez pu devenir si dévoyés, si rebelles. Vous allez être persécutés, incompris, mais Jésus sera avec vous et vous serez avec Jésus. Il va vous faire grandir, il va vous faire mûrir, il va vous faire arriver à l'état d'homme fait en Christ. Le monde a besoin de ces hommes et femmes faits en Christ, de cette Eglise du Seigneur qui est faite en Christ. Le monde en a assez de voir nos divisions, nos sectes !

 

            De nombreux chrétiens pensent : "Quand un voisin se convertit, je n'ose pas le conduire dans mon église parce que si je l'amène il va voir des choses bizarres, et si je l'amène dans une autre église, ce sera différent, mais il verra d'autres choses bizarres. Seigneur que faire ? " Dégage-toi de tout cela, amène-le à Jésus et apprends-lui au plus vite à dépendre de Jésus seul. Si c'est un petit nourrisson, au début tu vas l'aider, tu ne vas pas le laisser tomber. Tu vas lui mettre un chrétien mûr à côté pour s'occuper de lui. Tu vas vite lui apprendre à grandir en Christ pour qu'il ne dépende que de Lui. Comme c'est le plan de Jésus, Il va pouvoir se manifester beaucoup plus vite à cette personne-là parce qu'il n'y a rien d'autre entre lui et Jésus, rien ! Si tu es là pour l'aider, tu n'es là qu'en tant qu'intermédiaire, tu es là en tant que ministre envoyé par Christ.

            Dans 1 Corinthiens 3 : 14-15, il est écrit : « Si l'œuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement (c'est-à-dire Jésus-Christ) subsiste, il recevra une récompense. Si l'œuvre de quelqu'un est consumée (par le feu de Dieu) il perdra sa récompense ; pour lui il sera sauvé mais comme au travers du feu ». Cela veut dire que certainement tu peux bâtir sur le fondement de Jésus. Toutes les églises chrétiennes qui sont vraiment dans l'évangile, prétendent bâtir sur Jésus, le vrai Jésus-Christ. Mais à partir de là, avec quoi bâtissent-elles ? Qu'est-ce qu'elles sont en train de bâtir ? Jésus dit que si elles bâtissent avec des matériaux spirituels, c'est-à-dire par l'Esprit du Seigneur, avec Sa Parole seule, avec de l'or, des perles précieuses, de l'argent enfin des matériaux qui viennent du ciel, quand le feu de Dieu va venir sur cette œuvre elle tiendra ! Tout ce que tu as construit avec des matériaux qui viennent d'en haut tiendra, tandis que si tu commences à bâtir par la chair, avec du bois, du foin..., le feu du Seigneur va venir et tout sera consumé, tu perdras tout !

 

            Imaginez des gens qui ont vécu pendant trente ou quarante ans dans leur église, leur dénomination. Leur système a bâti même jusqu'au bout du monde, une dénomination puissante avec des églises partout, en Amérique, en Chine, au Japon, partout ! Tout est évidemment rattaché au même système. Le jour où le Seigneur va souffler de son feu tout puissant, tout sera brûlé ! Je me mets à la place de ceux qui ont travaillé pendant tant d'années, trente, quarante, cinquante ans parfois, pour construire un système qui va être détruit par le feu d'en haut. Vous ne croyez pas qu'ils auraient mieux fait de passer leur temps à construire quelque chose qui dure ? Si quelque chose est construit par la chair, tous ceux qui pendant ce temps-là n'ont pas été instruits à dépendre de Jésus seul vont perdre leur récompense. Ils seront sauvés comme au travers du feu mais ils auront tout perdu !

            Or je ne veux pas perdre ma vie, c'est-à-dire perdre les activités pour les voir consumées un jour par le feu de Dieu, et que Dieu me dise : "Tu n'as bâti qu'avec du foin ou du chaume. Tu as bâti avec ta propre chair, avec des préceptes humains ou des doctrines de démons " puisque Satan se sert de la chair.

 

            Dans 1 Corinthiens 3 : 16-7, il est écrit : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira car le temple de Dieu est saint et c'est ce que vous êtes ».

 

            Il veut dire par-là que si nous sommes en train de bâtir quelque chose avec des matériaux qui ne sont pas de Dieu, nous faisons un travail de destructeur. Nous sommes en train de détruire le temple de Dieu. Le temple de Dieu ne peut être bâti qu'avec des matériaux spirituels et ma vie chrétienne ne peut être bâtie qu'avec des matériaux spirituels. Donc si nous sommes des chrétiens charnels, nous détruisons le temple de Dieu ! Nous sommes en train de le détruire ! Je parle des chrétiens qui persévèrent dans une vie charnelle alors qu'ils auraient eu le temps de grandir. Je ne parle pas des jeunes bébés en Christ qui viennent de se convertir, qui sont charnels et qui sont encore enfants en Christ. Quelqu'un qui a dix, quinze ou vingt ans de conversion et qui en est encore à marcher par la chair est en train de détruire le temple du Seigneur !

 

            C'est la raison pour laquelle j'attache tellement d'importance à vous exhorter à établir ce contact personnel avec Jésus. Je vous exhorte à dépendre de lui seul, de recevoir de lui son Esprit, l'explication de sa Parole, et la confirmation de sa Parole. Je vous exhorte à recevoir la capacité de juger et de comprendre ce qui se passe quand quelqu'un est devant vous en train de parler, de pouvoir avoir au fond de votre cœur le Saint-Esprit qui vous dit : "Cela, c'est faux, ce frère est en train de bâtir avec du chaume !"

 

            Je vais vous poser une autre question : "Si demain vous saviez que vous deviez être tout seul dans un endroit complètement isolé pendant un certain temps et que c'est bien la volonté de Dieu que vous y alliez, comment réagiriez-vous ? Est-ce que vous envisageriez cela avec crainte, avec panique ? Vous devriez pouvoir l'envisagerer avec une totale et tranquille confiance, puisque vous savez que Jésus pourvoira, car Il est avec vous.

            Je veux dire que nous devons envisager cette possibilité parce qu'elle va se produire pour la plupart d'entre nous. Je vous le répète, nous allons vers des temps où les chrétiens fidèles deviendront plus rares, où les églises fidèles vont devenir très rares, où le Seigneur va nous demander de marcher vraiment seuls avec lui et il pourvoira à nos besoins comme il a pourvu quand Elie était tout seul près du torrent de Kérith et qu'il envoyait des corbeaux pour le nourrir. Il faut bien que nous réalisions dans notre cœur que nous sommes membres d'un corps dont Jésus est la tête et que dans ce corps, nous sommes tous interdépendants et que nous avons besoin les uns des autres ; cela va être conduit par le Saint-Esprit. Je peux être tout seul au monde, mais je sais que j'appartiens à un corps.

 

            En conclusion, l'homme spirituel en Christ (ou la femme) a toujours la conscience d'appartenir au corps de Christ. Donc ces deux choses doivent être dans notre vie : l'assurance que c'est Jésus seul parce que nous sommes directement en contact avec lui, et que nous sommes membres d'un corps. Je dois aussi rester attentif à ce que le Seigneur va me dire ou me donner au travers du corps de Christ. Je ne dois avoir aucune relation de dépendance ou de domination, simplement une dépendance spirituelle. Si Dieu dans sa grâce te donne des dons que je n'ai pas, c'est uniquement pour que tu puisses me donner quelque chose de Sa part. Cela ne va rien m'enlever dans ma relation personnelle avec Jésus et je sais que c'est Jésus qui a décidé de se servir de toi pour m'apporter quelque chose de bon. Tandis que si je cultivais un état d'esprit isolationniste en disant : "J'ai ma relation avec Dieu, et le reste je m'en passe !" à ce moment-là je retombe dans quelque chose de charnel.

 

            Donc les deux sont bien équilibrés, il faut qu'il y ait une dépendance unique et personnelle de Jésus, de tous. Et puis dans cette dépendance-là, je vais pouvoir discerner ce qui vient de Dieu ou pas, ce qui vient de la chair, ce qui m'est apporté par les autres en sachant que j'ai toujours besoin du corps de Christ parce que Jésus se manifeste au travers du corps. Le monde extérieur a besoin de voir que ce n'est pas une église organisée à la manière humaine, mais un corps vivant rempli de la présence de Jésus ! Et il verra bien que Jésus conduit tout seul la vie de ceux qu'il amène à Lui. Il va choisir un tel pour Lui apporter quelque chose, le lendemain ce sera tel autre, et ce sera conduit par Dieu. On va dépendre du Seigneur dans une relation vivante du corps, et c'est là la grande différence entre le corps de Christ et une dénomination chrétienne qui n'est pas son corps.

 

            Dans le groupe formé par une église locale tels que celui que vous formez ici, vous ne devez pas centrer votre intérêt seulement sur ce groupe. Vous devez centrer votre intérêt sur le Seigneur et sur le corps de Christ ! Le corps de Christ dans un village, c'est l'ensemble de ceux qui ont vraiment donné leur vie au Seigneur et qui lui appartiennent. Le corps de Christ dans un village, ce n'est pas seulement ce groupe, d'autant plus qu'il y en a plusieurs ici qui ne sont pas du village, qui viennent d'ailleurs. Le corps de Christ, ce sont mes frères et mes sœurs partout où je suis. Donc je refuse les étiquettes. Ce qui est important, c'est que je voie mon frère, né de nouveau. Aucun organisme humain ne doit nous séparer. On doit marcher ensemble pour Jésus. Nous serons empêchés de marcher ensemble d'une manière spirituelle, justement lorsqu'il y aura une emprise charnelle sur l'un ou sur l'autre. Alors à ce moment-là nous ne pouvons pas marcher comme Dieu le voudrait.

 

            Seigneur, je veux te confier tes biens aimés qui sont là et moi-même, avec la joie dans mon cœur de savoir que tu as dis "Mes brebis entendront ma voix" aussi je te prie que tu nous rendes tous capables d'écouter parfaitement ta voix et de marcher dans cette relation spirituelle avec toi. Seigneur montre-nous dans nos vies tout ce qui est encore humain, tout ce qui est encore charnel. Ouvre nos yeux, Seigneur, et que nous puissions voir comme toi. Que nous puissions nous approcher plus près de toi pour que tu ouvres notre œil spirituel, les yeux du cœur. Ouvre nos yeux pour que nous puissions comprendre Ta Parole en Esprit et en vérité ! Ouvre nos yeux pour que nous puissions te connaître et t'adorer en Esprit et en vérité ! C'est là ce que tu recherches, Seigneur, des adorateurs en esprit et en vérité qui sont unis à toi dans un lien indissoluble, personnel, direct. Des adorateurs qui sont unis les uns aux autres par ton amour merveilleux. Seigneur, je veux te bénir, et bénir ton corps, parce que tu as donné Ta vie pour Ton corps, tu habites au milieu des tiens et tu te construis une maison spirituelle. Seigneur, rends-nous entièrement libres de tout lien humain, rends-nous capables de voir où s'exerce cette domination humaine pour que seulement Ton Esprit puisse avoir un plein contrôle sur nous. C'est ma prière ce soir, mon Père, au Nom de Jésus-Christ, et je t'en remercie. Amen !