C212  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 22/04/2004


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Reconnais que c'est la bonté de Dieu qui te pousse à la repentance



                Nos cœurs doivent brûler du désir de voir le Seigneur Jésus. Si notre cœur ne brûle pas du désir de voir le Seigneur Jésus, c'est que notre cœur est pris par d'autres passions. Jésus revient très bientôt. Il viendra au moment précis où nous ne nous attendrons pas à Le voir venir. Cependant nous L'attendons. Nous devons être prêts. Est-ce que vous êtes prêts à partir ? Es-tu prête à partir ma soeur ? Es-tu prêt à partir mon frère ? N'y a-t-il aucun poids, aucune lourdeur qui te retiendra sur la terre ? Je parle des poids spirituels. La puissance du sang de Jésus est telle qu'il est capable d'effacer tous nos péchés. Le Seigneur voudrait que tous Ses enfants, à la dernière trompette, soient attirés comme un aimant vers Lui, brûlant du désir de voir le Seigneur Jésus. Est-ce qu'il n'y a rien qui te retient ? J'ai entendu quelquefois des jeunes me dire : "Oh! il me tarde que le Seigneur Jésus revienne, mais je vais me fiancer bientôt et j'aimerais bien qu'Il tarde un peu. J'aimerais bien profiter un peu de mon mari, ou de ma femme." Cela ne va pas, quand notre cœur est rempli du désir de voir le Seigneur Jésus, Il passe en premier.

 

                Au ciel, les femmes ne prendront plus de maris et les maris ne prendront plus de femmes, mais il y aura toujours des hommes et des femmes. Jésus a dit : « Car à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris » (Matthieu 22:30). Donc il y aura toujours des hommes et des femmes. Mais nous serons dans un autre domaine que celui de la terre. Nous sommes déjà dans le royaume de Dieu, mais nous serons dans un lieu où seul comptera le Seigneur Jésus. Nos cœurs seront tellement remplis de Sa présence, que Sa présence nous comblera. Est-ce que la présence du Seigneur Jésus comble ton cœur en ce moment ? Jésus parle à des cœurs honnêtes et bons. Est-ce que (réponds honnêtement) Jésus seul te suffit ou est-ce qu'il y a autre chose qui t'attire encore ? Tu dois aimer ton mari, et tu dois aimer ta femme, comme ta propre chair. Si tu es rempli de l'amour de Jésus tu vas le faire. Tu vas aimer même ton pire ennemi, celui qui t'a piétiné, celui qui t'a calomnié, celui qui t'a rejeté. Est-ce que tu l'aimes d'un amour semblable à celui de Jésus qui a donné sa vie pour nous, alors que nous n'en étions pas dignes ? Si nous n'avons pas dans le cœur une révélation profonde du Seigneur Jésus, nous allons rater notre vie. Veux-tu rater ta vie ou veux-tu la réussir ? Veux-tu : bien la commencer et bien la finir, ou : bien la commencer et mal la finir ?

 

                Il y a deux jours j'ai eu un songe. Cela ne m'arrive pas souvent. D'habitude j'ai des rêves plutôt confus auxquels je n'attache aucune importance, mais là c'était un songe de Dieu. C'était précis et net. C'était un peu comme le voyage du pélerin. Vous avez peut-être lu ce vieux livre : "Le Voyage du Pélerin" de John Bunyan. C'était comme si je revivais en songe une partie de ce voyage. Le Seigneur revient bientôt, et nous sommes actuellement dans la dernière partie. J'étais donc avec quelqu'un, avec qui je voyageais en permanence. Je suis incapable de dire qui c'était. Je ne sais pas si c'était ma tendre épouse ou quelqu'un d'autre, mais enfin il y avait quelqu'un qui voyageait avec moi et on était arrivé à l'étape finale. Il y avait un fleuve et de l'autre côté, la Jérusalem céleste. Je la voyais de mes yeux. Il y avait donc une personne avec moi en permanence et autour de nous deux, d'autres personnes étaient là, mais qui ne faisaient pas vraiment partie de l'équipe. On pouvait parler, etc. Ils voyaient avec nous la Jérusalem céleste et je disais à mon compagnon de voyage et aux autres : "Enfin ! Elle est là, il faut y aller maintenant !". Il n'y avait que cette rivière à traverser, ce n'était pas un fleuve immense, ce n'était pas l'Amazone. C'était un fleuve qui n'était pas très large et il y avait là des petits bateaux, minuscules, un peu comme les gondoles de Venise, vous savez, tout petits. Il fallait prendre ces petits bateaux pour aller de l'autre côté.

 

                Je dis au propriétaire d'un des bateaux :

 

                - Tu me le prêtes ?

 

                - Oui, prends-le, il est à moi mais je ne suis pas pressé d'aller de l'autre côté. Pas encore.

 

                Alors mon compagnon et moi y sommes allés, tous les deux. Les autres disaient : "Encore un peu, on attend encore un peu." Quand nous sommes arrivés de l'autre côté, quelle joie ! Quel sentiment de joie, de paix ! On était tellement heureux ! On regardait les autres en face. Ils ont fini par remarquer que nous étions heureux. Ils ont dit : "Eh bien, on vient aussi", et ils ont commencé à vouloir traverser de toutes leurs forces. Certains se sont même jetés à l'eau, mais pas un seul n'arrivait de l'autre côté, aucun. C'était trop tard ! C'était comme si cela leur était impossible. Ils nageaient, je les voyais nager, ils essayaient de toucher la rive, mais ils n'y arrivaient plus. C'était curieux comme impression. C'était comme si on était devenu invisible à leurs yeux. Ils n'ont pas pu traverser. Voilà le songe que j'ai eu.

 

                Quand bientôt la dernière trompette va retentir, certains vont être attirés comme des aimants par le Seigneur Jésus. Ils partiront sans regrets, parce que leur cœur est déjà fixé ailleurs. Mais tu ne partiras pas si ton coeur est attaché ici-bas. S'il y a encore dans ta vie des choses qui sont des péchés qui n'ont pas été réglés, qui n'ont pas été confessés, des choses que tu as volées et qui n'ont pas été restituées, toutes ces choses-là t'empêcheront de partir.

 

                Cela me rappelle le songe qu'une sœur avait eu. Une sœur avait raconté qu'elle entendait la dernière trompette en songe. A la dernière trompette, elle a senti qu'elle commençait à monter, tout doucement, tout heureuse, puis tout à coup, elle a été bloquée à quelques centimètres du sol : impossible de monter plus haut. Alors elle a regardé au sol, elle a vu que sa cheville était attachée à terre par un ruban, par un simple ruban de coton ou de flanelle, pas une grosse chaîne. Elle s'est réveillée en sueur, en nage et puis immédiatement le Saint-Esprit lui a rappelé qu'elle avait volé, dans l'atelier où elle travaillait, un rouleau de ruban de couture qu'elle avait toujours gardé. Et c'est ce ruban-là qui l'empêchait de monter. Il est si simple d'aller devant le Seigneur Jésus, en disant : "Seigneur je te demande pardon pour mes péchés" et puis une fois que je lui ai demandé pardon, je mets ma vie en règle. Tu ne peux pas voler quelque chose, t'en rendre compte, dire Seigneur "Je te demande pardon" et puis garder la chose que tu as volée. Ce n'est pas l'Evangile de Jésus-Christ. Si le Saint-Esprit te convainc de péché, tu vas avoir un comportement correspondant à cette conviction et tu vas mettre ta vie en règle, tu vas rendre tout ce que tu as volé.

 

                Un jour, je parlais avec un frère qui depuis longtemps attendait le baptême du Saint-Esprit et cela ne venait pas. Je ne dis pas que c'est le cas pour tous, surtout ne prenez pas cela pour vous. C'est peut-être une question de foi simplement, d'incrédulité, mais en tout cas lui, il attendait et cela ne venait pas. Je lui dis :

 

                - Le Seigneur a dit qu'Il donnait Son Saint-Esprit à ceux qui Lui obéissent et à ceux qui le Lui demandent. Remplis-tu les deux conditions ?

 

                - Oui, oui.

 

                On prie, et puis je lui dis :

 

                - Tu sais le Seigneur donne Son Saint-Esprit à ceux qui lui obéissent, à ceux qui ont mis leur vie en règle, à ceux qui ont restitué tout ce qu'ils ont volé, à ceux qui ont rendu tout ce qu'ils ont pris de manière illégale.

 

                Il n'a rien dit, on a prié un moment. Il est resté bouche-cousue, mais à la fin de la prière il m'a pris à part et m'a dit :

 

                - Tu sais, tu as parlé par prophétie. Je suis un ancien gangster et j'ai la maison remplie d'objets que j'avais volés autrefois, et que j'ai gardés tout en étant chrétien. Maintenant je sais ce que j'ai à faire.

 

                Je ne connais pas la suite de l'histoire, mais en tout cas il est parti avec la conviction qu'il avait à rendre tout ce qu'il avait volé. Autant qu'il est possible parce qu'entre gangsters, on se vole les uns les autres.

 

                Et il m'a dit :

 

                - Je suis ennuyé parce que j'ai volé des objets à des voleurs dont je n'ai plus la trace. Je ne sais pas à qui les rendre.

 

                - Ne t'inquiète pas. Jésus va te conduire. Dans ton cœur tu as la bonne pensée du Seigneur. Jésus va te conduire, ne t'inquiète pas. Si tu ne peux pas rendre des choses parce que tu ne sais pas à qui les rendre, évalue le montant et fais un don pour le Seigneur, pour Son œuvre et Jésus sera glorifié.

 

                Avant d'aller à la Croix, dans ses derniers entretiens avec ses disciples, Jésus leur dit, dans l'Evangile de Jean, au chapitre 16 et au verset 7 : « Cependant, je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais si je m'en vais, je vous l'enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement ». Au verset 13 il ajoute : « Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité. » Le consolateur est venu. Le Saint-Esprit a été répandu le jour de la Pentecôte. Le Saint-Esprit est répandu dans la terre entière. Le Saint-Esprit travaille aujourd'hui à convaincre le monde entier en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. Voilà ce que le Saint-Esprit est en train de faire aujourd'hui. Il n'est pas venu pour provoquer des tremblements, des chutes, et des choses de ce genre. Il est venu pour convaincre le monde, le monde entier, de péché, de justice et de jugement. S'il n'y a pas cette conviction de péché, il n'y a ni salut, ni enlèvement. Jésus ajoute, au verset 9 : « en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi. » C'est le péché numéro 1. Dieu a créé le monde et il dit dans l'épître aux Romains que le seul fait de voir la création devrait nous convaincre de l'existence de Dieu. Et c'est parce que les hommes n'ont pas cherché ce Dieu qui était si visible dans la création, que Dieu les a livré à leurs sens réprouvés, à leurs passions mauvaises. C'est terrible de voir combien la rébellion est grande alors que les choses étaient tellement claires. Elles étaient faites par Dieu. Dieu savait bien que nous allions être coupés de Lui par le péché. Mais Il a fait toute la création pour qu'elle parle de la gloire de Dieu et qu'en regardant simplement la création nous puissions dire dans notre cœur : "Il y a quelqu'un qui a fait tout cela."

 

                C'est ce Dieu que je veux connaître. Le Saint-Esprit travaille alors pour me convaincre de péché, de justice, et de jugement. Et s'il n'y a pas eu ce travail en profondeur, mes bien-aimés, votre conversion ne vaut pas grand-chose. Une conversion qui n'est pas précédée d'une vraie repentance, d'une conviction de péché, de justice et de jugement, est une conversion qui chemine dans la séduction. Elle commence dans la séduction, elle finira dans la séduction.

 

                Il les convainc de péché, « parce qu'ils ne croient pas en moi. » Le Saint-Esprit étant répandu, son travail est de pousser les cœurs à croire en Jésus. Il travaille dans le cœur des hommes du monde entier, pour les pousser à la repentance. C'est son travail numéro 1. Il ne peut pas y avoir de repentance, s'il n'y a pas dans mon cœur la révélation du péché. Dieu veut me donner cette révélation, non pas pour que je vive toute ma vie sous un poids de culpabilité en disant : "Je suis pécheur, je suis pécheur et je ne m'en sors pas." mais Il me la donne pour que j'en sorte ! En me révélant le péché, Il va me convaincre de justice et de jugement. Pour sortir du péché, il n'y a que deux sorties possibles : la justice qui t'es donnée par la foi en Jésus, ou le jugement parce que tu restes dans l'incrédulité vis-à-vis de Jésus. Si tu refuses la révélation de Dieu, la colère de Dieu reste sur toi et le jugement, c'est la mort. Donc le travail du Saint-Esprit, c'est convaincre de péché pour que cette conviction de péché débouche sur la justice que Dieu veut nous donner ou sur le jugement de Dieu, parce que Dieu est juste et Il va juger. Son jugement reste sur ceux qui ne croient pas en Jésus. La colère de Dieu demeure sur ceux qui ne croient pas.

 

                Dans l'Evangile de Jean au chapitre 3 et au verset 16, il est dit : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. » Dans le même passage, il est dit aussi que la colère de Dieu demeure sur ceux qui ne croient pas. On voit ici l'amour de Dieu et la colère de Dieu, ensemble. Nous étions tous des pécheurs et nous le sommes peut-être encore. Dans son amour Dieu veut, en nous convainquant de péché, nous sortir de cet état. Comment un pécheur peut-il sortir de son état de péché, s'il n'a pas la conviction de péché ? Personne ne pourra arriver devant Dieu le jour du jugement, en lui disant : "Seigneur, comment voulais-tu que je m'en sorte, je n'avais aucune révélation du péché ?" Le Seigneur lui dira : "Mais mon Esprit a été répandu pour convaincre le monde entier de péché. Tu as refusé cette conviction. Ce n'est pas moi qui suis responsable ; c'est toi parce que le Saint-Esprit est répandu dans le monde entier. Il travaille en ce moment même dans tous les cœurs, pour les convaincre de péché, de justice et de jugement. D'autant plus que le jugement est proche."

 

                Le Seigneur qui nous aime, veut nous en sortir. Au chapitre 2 de l'épître aux Romains, il est dit au verset 3 : " Et penses-tu, ô homme, qui juges ceux qui commettent de telles choses, (tous ces péchés qu'Il vient de rapporter au chapitre 1) et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu? Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? » Le travail du Saint-Esprit c'est de nous convaincre de péché, de nous pousser à la repentance. « Ne reconnais-tu pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? » Celui qui ne se repent pas, ce n'est pas celui qui est incapable de se repentir, c'est celui qui résiste à l'action du Saint-Esprit, qui pousse en permanence les hommes du monde entier à se repentir. C'est le travail du Saint-Esprit en ce moment. Les prophètes avaient dit qu'avant la venue du Seigneur, Dieu enverrait le prophète Elie. En fait, il a envoyé Jean-Baptiste qui était revêtu de l'esprit et de la puissance d'Elie. Le message de Jean-Baptiste était un message unique : « Repentez-vous car le royaume des cieux est proche. » (Matthieu 3:2). La venue de Jésus sur cette terre était tellement proche que Dieu avait jugé nécessaire d'envoyer Jean-Baptiste avec cet unique message : " Repentez-vous ».

 

                Avant la seconde venue du Seigneur, il en sera de même. Le message de la fin des temps est un message de repentance, pour un monde prêt pour le jugement. Et dans sa grâce, Dieu fera encore souffler l'esprit d'Elie pour appeler le monde entier à la repentance. Ce qui arrive maintenant sur le monde, ce n'est pas un grand et magnifique réveil, c'est le jugement de Dieu sur un monde dont le cœur est resté endurci et sur une église dont le cœur est resté endurci (Je ne parle pas ici de l'Epouse de Jésus, cette partie de l'Eglise visible remplie de l'Esprit du Seigneur). Voilà donc le message de la fin des temps. Avant le retour de Jésus, Dieu fait et fera encore souffler l'esprit d'Elie qui en fait, est l'Esprit du Seigneur pour convaincre de péché, de justice, et de jugement et dire : repentez-vous. C'est le message de Jésus depuis le début, c'est le message de tous les apôtres depuis le début. Quand Jésus a commencé son ministère, ses premiers mots étaient : « Repentez-vous car le royaume des cieux est proche ».

 

                Le royaume des cieux est tout proche. Le règne de Jésus va venir sur cette terre. Jésus va régner sur la terre. Il va paître les nations avec une verge de fer. Mais avant ce règne vient le jugement, la grande tribulation. Jésus veut nous éviter ce jugement de la grande tribulation. Il veut nous éviter le grand jugement final. Si les hommes étaient vraiment incapables de se repentir, ce ne serait pas leur faute. Ils pourraient arriver devant Dieu en disant : "Seigneur ce n'est pas ma faute, tu m'as fait ainsi, je ne pouvais pas me repentir, c'était plus fort que moi, je ne pouvais pas résister au péché." Jamais un homme ne pourra se présenter devant Dieu avec un tel langage. Il baissera la tête, il rougira de honte et il reconnaîtra ouvertement que c'est à cause de son endurcissement et de son cœur impénitent qu'il sera jugé. Au verset 5 du deuxième chapitre de l'épitre aux Romains, il est dit : « Mais, par ton endurcissement et par ton cœur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu ". Cela fait aussi partie de l'évangile de Jésus.

 

                Je ne veux pas seulement prêcher la grâce de Jésus, mais aussi le jugement parce que les deux vont ensemble. Le jugement vient parce qu'on a refusé la grâce, pas seulement parce qu'on est né dans le péché. On est tous né dans le péché. On vient tous du même endroit, du péché. Mais quand le Saint-Esprit nous convainc de péché et nous présente la grâce de Dieu par Jésus, on se tourne vers Jésus en disant : "Seigneur je suis reconnaissant que tu m'aies ouvert les yeux sur mon péché, sur sa noirceur, sur sa saleté, sur ce qu'il t'a coûté de donner ton Fils bien-aimé, sur ce que cela a coûté à Jésus, ton fils. Et maintenant tu me révèles ta justice par la foi en Jésus. Tu me donnes une nature nouvelle par la foi en Jésus. Tu me révèles la Croix où mon péché a été expié, où tu m'as fait mourir en Christ, où tu as cloué ma vieille nature de péché, où tu m'as donné une victoire totale par la foi en Jésus."

 

                Le Saint-Esprit va convaincre du péché, de la justice par la foi, par la grâce qui est donnée, et qui est donnée à tous. Vous comprenez que la repentance est un don de Dieu. C'est un don. Ne soyez pas séduits au point de dire, comme j'ai entendu tant de personnes dire : "Ah, tu as de la chance toi de t'être repenti, moi je ne peux pas, je ne peux pas me repentir, c'est comme ça, je ne peux pas." Je réponds : "Non, ce n'est pas vrai, tu es un menteur et un séduit, parce que Jésus n'aurait jamais prêché ce message, « Repentez-vous », s'il avait su que quelques-uns ne pouvaient pas se repentir. Cela n'aurait plus été leur faute." Avant même qu'ils se convertissent les hommes sont soumis à l'action du Saint-Esprit. Ils ont été créés par Dieu, ils n'ont pas été créés pécheurs dès le départ. C'est l'homme qui s'est rebellé contre Dieu. Mais les hommes ont été créés par Dieu avec la faculté de se repentir, parce que c'est un don de Dieu. Quand Dieu répand le Saint-Esprit sur la terre entière, il donne aussi le don de la repentance. Certains n'en veulent pas, ils ne comprennent pas qu'ils choisissent eux-mêmes de se mettre sous le jugement de Dieu. Ils ne voient pas les conséquences de ce refus.

 

                Dans le livre des Actes, au chapitre 5 et au verset 29, il est écrit : « Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois. Dieu l'a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. (La repentance de Dieu va forcément avec le pardon des péchés.) Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit (est témoin de ces choses), que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » Le Saint-Esprit est derrière cette action de Dieu le Père qui donne le Saint-Esprit, la repentance et le pardon des péchés à tous ceux qui croient. « Furieux de ces paroles, ils voulaient les faire mourir. » Ils n'étaient pas des hommes spéciaux, incapables de se repentir. Ils avaient le cœur endurci, le cœur rebelle, et au lieu d'écouter ce message et dire : "Mais il est pour nous aussi, on s'est trompé, on a tué le juste, on l'a fait tuer, mais on comprend maintenant notre erreur.", ils ont refusé. Ils avaient très bien compris ce que Dieu voulait leur dire mais « Furieux de ces paroles, … ».

 

                Je suis conscient du fait, que je parle à une majorité de chrétiens et que le message de la repentance est d'abord pour les non chrétiens. Mais ne croyez pas qu'une fois que vous vous êtes repentis au début de votre conversion, vous n'avez plus besoin de repentance après. Nous avons besoin de repentance, chaque fois qu'il est nécessaire, c'est-à-dire chaque fois que nous péchons. Dans Matthieu 3, nous voyons le ministère de Jean-Baptiste, au verset 2 : « Repentez-vous car le royaume des cieux est proche. Jean est celui qui avait été annoncé par Ésaïe le prophète lorsqu'il dit : c'est ici la voix de celui qui crie dans le désert, préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers. » Il vient bientôt, il vient bientôt. Hâtez-vous de vous repentir de vos péchés, ceux qui sont concernés bien sûr. Hâtons-nous de nous repentir de nos péchés. Jésus vient bientôt. Et sans repentance, pas de salut.

 

                Au verset 7 nous lisons : « Mais voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, Il leur dit: Race de vipères, qui vous a apprit à fuir la colère à venir ? » Ils essayaient de fuir la colère de Dieu, de quelle manière ? En venant se faire baptiser. Il y a beaucoup de "chrétiens" qui veulent fuir la colère de Dieu en fréquentant les églises, en payant leur dîme, en acceptant le baptême, etc Ce sont des races de vipères, parce que la repentance n'est pas dans leur cœur. Ils essaient de fuir la colère en ayant l'apparence, mais pas la réalité. Alors vous voyez Jean-Baptiste arrivant vers eux, en leur disant : "Oh ! Mon pauvre frère, comme tu as besoin de la grâce de Dieu ! Oui tu ne t'es pas encore repenti, viens ici que je te chouchoute, viens que je te caresse un peu, pauvre pécheur, comme tu es malheureux, tu as eu une enfance difficile, tu as une hérédité épouvantable, tu as été rejeté !" Est-ce ainsi qu'il parle à ces pécheurs endurcis ? « Race de vipères, produisez donc du fruit digne de la repentance. »

 

                Quand il leur disait : « Repentez-vous », c'était un ordre de Dieu, signifiant qu'ils le pouvaient. Tu peux être le pire des pécheurs, tu peux te repentir. Pourquoi ? Parce que toute la puissance de Dieu et du Saint-Esprit est à l'œuvre pour te donner la repentance si tu ouvres ton cœur. Toute la puissance de Dieu est autour de toi pour te pousser à la repentance, comme il est dit dans Romains 2:4 : « Ne reconnais-tu pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? » Dans sa bonté, Il ne veut pas que tu périsses, Il veut que tu sois au bénéfice de la grâce de Jésus. Il veut te donner une vraie, une profonde repentance, une révélation du péché.

 

                N'essaie pas de mettre ton péché sur le compte des démons et de la délivrance dont tu as besoin. Quand je vois un chrétien venir me dire : "Je suis lié, frère, il faut que tu pries pour moi." Je dis : "Bon d'accord, c'est possible que tu sois lié, que tu aies besoin que l'on prie pour toi. Mais est-ce que tu as dans ton cœur la repentance de Jésus ? Est-ce que tu as eu la révélation de l'action du Saint-Esprit pour te convaincre de péché ? Est-ce que tu as eu la révélation de la Croix ?" A quoi ça va servir de chasser tes démons ? Oui, on va pouvoir les chasser, ils partiront s'il y a quelqu'un en face de toi qui a la foi. Ils partiront mais toi tu vas repartir sans repentance et les démons reviendront sept fois plus nombreux. Ta situation sera pire qu'avant, pour une seule raison, c'est qu'il n'y avait pas de repentance dans ton cœur et le diable le sait très bien. Il ne faut pas que tu sois comme Judas qui a eu du repentir et des regrets, mais qui est allé se pendre. Ce n'était pas la repentance selon Dieu. La vraie repentance de Dieu n'a rien à voir avec la tristesse selon ce monde où on va commencer à pleurnicher sur nous-mêmes, sans voir la grâce de Dieu et sans voir la solution qu'il nous donne en Jésus. A quoi sert de pleurer sur toi-même ? de dire : "J'ai fait une chose épouvantable, j'ai vendu le Seigneur pour 30 pièces d'argent" ? et puis d'aller se suicider ? Il a refusé la repentance que Dieu était prêt à lui donner à lui aussi. Il n'a gardé que les regrets et les remords. Les regrets et les remords mènent en enfer. La repentance de Jésus mène à la vie éternelle. Les regrets et les remords ne vont pas régler ton péché. Avec les regrets et les remords tu vas constamment retomber dans ton ornière parce qu'il n'y a pas la repentance, parce que ton coeur est encore endurci. C'est la bonté de Dieu qui le dit.

 

                Il faudrait que ton cœur ne soit plus endurci, mais devienne souple. Comment le Seigneur peut-Il l'adoucir ? En te révélant le péché, la justice et le jugement de Dieu. Quand tu as une pleine révélation du péché, tu as une pleine révélation de la justice de Dieu, parce que dans la justice de Dieu il y a une victoire sur le péché. Il n'y a pas simplement les péchés effacés. Je serais le plus malheureux des hommes si je n'avais que mes péchés effacés et si constamment je devais retomber dans le péché. Mais il y a la puissance de la Croix par laquelle j'ai été crucifié pour le monde, le monde pour moi. Cette vieille nature a été mise à mort. Ce corps de péché a été détruit en Jésus. Satan a été dépouillé de toute sa puissance à la Croix. La justice de Dieu recouvre tout cela. C'est ce que le Saint-Esprit veut me révéler. Et en même temps il me révèle, à moi mais aussi à tout le monde, le jugement de Dieu.

 

                Le terrible jugement de Dieu ! Quand Il va commencer à exercer Ses jugements, Dieu sera sans pitié, sans miséricorde. Comme le jour où la porte de l'arche de Noé a été fermée et que les foules se pressaient autour de l'arche. Il y en a sans doute qui se sont arrachés les ongles en essayant d'ouvrir cette porte qui avait été fermée par Dieu. Dieu a fait pleuvoir quarante jours et quarante nuits, sans aucune miséricorde, sur les hommes, les enfants, les nourrissons, tous les animaux terrestres... Tout le monde a péri. Les mêmes jugements par le feu s'abattront sur la terre entière et tous vont périr. Jésus dans sa bonté voudrait que nous évitions cette catastrophe. Voyez ce qui ce passe au Honduras, au Nicaragua, partout on voit de terribles tramblements de terre. Est-ce que vous pensez qu'ils sont plus pécheurs que nous ? Mais pas du tout. Lisons ce que dit Jésus dans l'évangile de Luc au chapitre 13 et au verset 4 : « Ces dix-huit personnes sur qui est tombée la tour de Siloé et qu'elle a tuées, croyez-vous qu'elles soient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? » Jésus leur dit : "La même chose vous arrivera si vous ne vous repentez pas". Donc ces pauvres gens ne sont pas plus pécheurs que nous. N'allez pas dire que c'est parce que ce sont des adorateurs de Satan qu'il se passe des choses épouvantables et que le jugement de Dieu vient sur eux. Certains disent : "Mais nous, dans notre pays, on est béni, on est de bons chrétiens depuis des siècles !" La même chose nous arrivera, parce que c'est le même péché ici qu'ailleurs, si nous ne nous repentons pas !

 

                Dans Matthieu 3, au verset 8, Jean-Baptiste dit : « Produisez donc du fruit digne de la repentance et ne prétendez pas dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père! Car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham. » Ton cœur peut être dur comme de la pierre, si tu entends le message du Saint-Esprit, message de repentance, de justice et de jugement, Dieu changera ce cœur de pierre et en fera un cœur d'adorateur. Non pas parce que Dieu est capricieux qu'il le fait pour les uns et pas pour les autres, mais parce que tu auras simplement ouvert ton cœur à l'action du Saint-Esprit qui convainc de péché, de justice et de jugement.

 

                Au verset 10 il ajoute : « La hache est mise à la racine des arbres. » La hache de Dieu est à la racine de chaque homme aujourd'hui. La hache est prête, et Dieu, en regardant cet arbre qu'Il est prêt à abattre, regarde une seule chose, le fruit. « Tout arbre qui ne produit pas de bon fruit sera coupé et jeté au feu. »

 

                Le Seigneur arrive avec sa hache (c'est l'épée de l'esprit), il regarde l'arbre, qui est ta vie et il dit : "Où est le fruit ?" Le fruit, c'est la justice de Dieu, c'est la sainteté, c'est l'obéissance de cœur parce qu'on a laissé Jésus produire ces choses en nous ; on est attaché au cep, on a laissé la sève nous nourrir et le fruit vient. Et s'il n'y a pas de fruit, l'arbre sera coupé, jeté au feu, sans aucune pitié. Et la justice, la colère de Dieu sera d'autant plus terrible, que sa grâce était infinie. Il ne pourrait pas y avoir de colère terrible de Dieu, s'il n'avait pas donné une porte de sortie avant. Il serait un Dieu injuste. Puisqu'Il a donné une porte de sortie, en donnant son fils Jésus, sa colère sera d'autant plus terrible sur ceux qui n'auront pas voulu de cette porte ouverte, qui auront fait comme les personnes du songe que j'ai raconté un peu avant. "Ah non, on attend encore un peu, on va encore profiter un peu de ce côté-ci". Et puis il y aura un moment où ce sera trop tard, où ce sera fini, où même ceux qui voudront se repentir à ce moment là ne le pourront plus, où leur repentance sera sans effet, comme Esaü qui voulait la bénédiction. Il est bien dit que sa repentance n'eut aucun effet, il était trop tard, bien qu'il la demandât avec larmes.

 

                Au verset 11, à la fin du verset 11 de Matthieu 3, il est dit : « Lui vous baptisera du Saint-Esprit et de feu ». Un vrai baptême du Saint-Esprit commence par un vrai baptême de repentance, et continue par un baptême de sainteté. Comment pouvons-nous ne pas atteindre la perfection quand elle est un don de Dieu ? Quand j'entends tous ces chrétiens qui sont dans des églises mortes, me dire : "Ah, mais la perfection n'est pas de ce monde, jamais on n'atteindra la perfection que dans l'au-delà", c'est qu'ils ne connaissent pas l'évangile de Jésus, ou alors ils font de la perfection leur travail personnel en Christ et là je comprends qu'ils n'y arrivent pas. Mais quand tu réalises que la perfection est un don de Dieu en Jésus et si tu le reçois par la foi, comme tu as reçu la repentance, la sanctification en Christ, tu reçois aussi la perfection en Jésus et tu peux arriver à dire comme Paul le dit dans l'épitre aux Philippiens (chapitre 3, versets 15 et 16) : « Nous tous qui sommes parfaits, ... marchons d'un même pas ».

 

                Croyez-vous que Paul était orgueilleux ou que Paul était complètement aveugle sur sa situation personnelle ? Non, pas du tout ! Il savait très bien qu'il était le pire des pécheurs, qu'il était un persécuteur, un homme violent, un meurtrier. Mais il a eu une telle révélation de Jésus et de la Croix et une telle repentance dès le début, que cela a été réglé pour sa vie. Rappelez-vous qui était Paul : pharisien, rempli d'un zèle ardent pour la loi, donc légaliste à fond, pharisien à fond, donc hypocrite à fond, donc plus grand des pécheurs puisque les hypocrites sont les plus grands des pécheurs. Paul était pharisien, persécuteur, homme violent. Il faisait arracher les chrétiens de leur maison pour les mettre à mort, les torturer. Il a approuvé le meurtre d'Etienne. C'était un meurtrier, il devait sûrement être lié, farci de démons, des démons de légalisme religieux, des démons de violence, de meurtre, tout. Quand il a, sur le chemin de Damas, la révélation de Jésus, il tombe à terre. « Je suis celui que tu persécutes » dit Jésus. « Seigneur que veux-tu que je fasse ? » répond Paul. Ça a été réglé pour toute sa vie. Il a compris, il a été retourné complètement, on l'a emmené, parce qu'il était devenu aveugle, par la main à Damas. Il a jeûné et prié pendant 3 jours. Quel magnifique début de vie chrétienne ! Un jeûne de trois jours, les premiers jours de sa conversion, et puis un simple chrétien est venu lui imposer les mains. « Paul mon frère, le Seigneur Jésus... m'a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint-Esprit » (Actes 9:17), et voilà, Paul a été changé ! Il n'a plus eu à suivre ce long processus pénible de délivrance de son passé, de ses démons. Il a compris, il a eu dès le départ la révélation de Jésus. Il a eu la révélation de la repentance, du péché, de la justice et du jugement par Jésus et il s'est mis aussitôt à servir de tout son cœur celui qu'il dénonçait et celui qu'il persécutait. Quand il est dit qu'Elie était un homme de la même nature que nous, moi j'aurais tendance à dire que Paul était aussi un homme de la même nature que nous. Il était meurtrier, persécuteur, violent, ce que dans le fond, nous étions tous à des degrés divers dans la chair.

 

                Il peut y avoir des hommes et des femmes dans la vie desquels le péché se manifeste d'une manière plus visible, mais dans le fond des cœurs, nous venons tous du péché. On est tous nés dans le péché. On est capable des pires choses dans la chair. Et si toi tu étais né dans l'environnement de ce meurtrier, de cet homme violent, de ce persécuteur, si tu avais été à la même école que lui, tu serais peut-être devenu pire que lui parce que la nature est la même. Si Paul a pu être retourné de cette manière par une révélation profonde de Jésus, tu dois l'être aussi. On t'a peut-être prêché un évangile édulcoré qui n'est pas l'évangile de Jésus-Christ. L'Evangile commence par ces mots : "Repentez-vous". Si on t'a prêché un évangile, en te disant : Jésus est ton ami, Jésus va t'aider, Jésus va pourvoir à tous tes besoins, oui, c'est vrai, mais dès le départ on doit aussi te dire : repens-toi, repens-toi de tes péchés. Ce qui veut dire, change de vie, détourne-toi de ta vie passée. Je ne pourrais pas le dire si je ne savais pas que c'est possible à tous les hommes. Celui qui manque de repentance met toujours la faute sur le dos des autres. Alors que celui qui a compris ce qu'est la repentance, il se tourne, à la lumière du Saint-Esprit, vers lui-même et il dit : "Seigneur je suis un homme pécheur".

 

                Vous rappelez-vous de la parabole du pharisien et du publicain ? (Luc 18:11) « O Dieu, je te rends grâce de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes... comme ce publicain... je jeûne... je donne ma dîme... » Quelle était la différence entre les deux ? L'un était convaincu de péché (le publicain), et l'autre ne l'était absolument pas. Il voyait simplement le publicain, cet homme méprisable à ses yeux. Lui se voyait très bien parce qu'il était incapable de se repentir, parce qu'il avait refusé l'action du Saint-Esprit qui voulait le convaincre de péché. Comme l'action du Saint-Esprit s'étend sur tous les hommes, à un moment donné ou à un autre de ta vie, le Saint-Esprit va te révéler ton péché. Et Il attend que tu acceptes la justice ou le jugement.

 

                Et à force de te parler, si tu as résisté au Saint-Esprit et endurci ton cœur, il arrivera un moment ou tu ne pourras plus entendre la voix du Saint-Esprit. Tu seras perdu pour toujours. Tu seras perdu non pas parce que Dieu ne t'a pas fait la grâce de la révélation, mais parce qu'Il te l'a faite bien plus d'une fois et que tu t'es endurci par ton cœur impénitent. Un cœur impénitent est un coeur qui refuse de se repentir du mal qu'il a fait à Dieu, à lui-même et aux autres par son péché.

 

                Dans Matthieu 3, au verset 12, nous lisons : « Il a son van à la main ; il nettoiera son aire, et il amassera son blé, (son blé, ce sont ceux qui ont accepté l'action du Saint-Esprit) dans le grenier (dans son paradis) mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint pas ». Alors évidemment si je te pose la question : "Tu veux brûler ou tu veux être dans le grenier du Seigneur ?" Tu vas répondre : "Moi je veux être dans le grenier du Seigneur." Mais il faut que ces paroles soient suivies d'actes. Si tu me dis que tu veux être dans le grenier du Seigneur, c'est que tu as compris ce qu'est la repentance, tu as compris ce qu'est le péché, tu as accepté l'action du Saint-Esprit. Tu as dit : "Seigneur ,je comprends, tu veux encore me révéler plus profondément mon péché pour que je te l'apporte à la Croix". A mesure que le temps passe, le Seigneur nous révèle de plus en plus la profondeur du péché, jusqu'où le péché peut aller se cacher, pour que nous puissions réaliser encore plus profondément la justice de Dieu, par la foi en Jésus. « Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé » (Romains 5:20). La Croix va jusqu'au plus profond. Quand nous disons que toute notre nature de péché a été clouée à la Croix en Jésus, cela signifie que la Croix est passée partout. La Croix a détruit cette source immonde de péché, qui se trouve dans notre vieille vie dont nous avons héritée en venant sur cette terre.

 

                Le message du Seigneur pour toi ce soir encore, c'est : repens toi, repens-toi de tes mauvaises attitudes envers ta femme, envers ton mari, envers tes enfants envers tes parents. Repens-toi de ton impureté cachée, de ces choses que tu caches, mais pas à Dieu. Il te pousse à la repentance pour te changer, pas pour faire peser sur toi un fardeau de culpabilité, mais pour t'ôter ce fardeau et te donner le joug du Seigneur qui est doux et léger, la communion avec Jésus par la foi en Lui, la puissance du Saint-Esprit qui vient dans les cœurs et qui fait respirer l'air d'en haut, de la Jérusalem céleste où nous allons bientôt.

 

                Dans le livre des Actes, au chapitre 26, presqu'à la fin du livre des Actes, Paul prêche au roi Agrippa. Paul raconte sa conversion. Lisons au verset 15 : « Je répondis : Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur dit : je suis Jésus que tu persécutes. Mais lève-toi, et tiens-toi sur tes pieds ; car je te suis apparu pour t'établir ministre et témoin des choses que tu as vues et de celles pour lesquelles je t'apparaîtrai. Je t'ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, (les païens ce sont ceux qui ne sont pas juifs d'origine) vers qui je t'envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, (Comment Paul pouvait-il leur ouvrir les yeux ? Par la prédication de l'Evangile de repentance.) pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu'ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l'héritage avec les sanctifiés. » Comment peux-tu avoir le pardon de tes péchés, sinon en te repentant ? Si tu n'es pas repenti de ton péché, tu vas retomber tout le temps. Le fait que tu retombes tout le temps, n'est que la preuve que tu n'es pas repenti. Alors le message de Dieu pour toi ce soir, c'est : "Repens-toi", avant qu'il ne soit trop tard. Et il ajoute : « En conséquence, roi Agrippa, je n'ai point résisté à la vision céleste (Tu vois comment le processus se fait ? Jésus se révèle. Paul aurait pu résister à la vision céleste comme tant d'hommes et de femmes le font. Il ne l'a pas fait.) à ceux de Damas d'abord, puis à Jérusalem, dans toute la Judée, et chez les païens, j'ai prêché la repentance. » C'était le message de base de Paul.

 

                Quand Paul arrivait quelque part, il ne disait pas : "Ah vous allez recevoir une nouvelle onction, vous allez danser, chanter, vous allez vous réjouir dans la présence de Dieu". Il commençait par leur dire : "Repentez-vous, repentez-vous." Après peut-être, le reste viendra, si Dieu le permet, si c'est fait dans le Saint-Esprit et selon sa volonté. Cela viendra, mais en tout cas ce n'est pas une promesse que Dieu nous a donnée, précise, de nous faire sauter et danser sur cette terre. On peut le faire dans certains moments quand le Saint-Esprit nous saisit, mais il faut d'abord la repentance et la conversion à Dieu. Tu vois une conversion, c'est cela : je voulais marcher dans cette direction, vers la perdition, vers le monde et les passions de ce monde ; j'ai eu la révélation de Jésus, donc j'ai eu la révélation de mon péché, de la justice de Dieu, de la colère de Dieu et de son jugement et j'ai choisi ; je me suis détourné et maintenant je marche avec Jésus. Et toute l'aide du Seigneur est pour moi. Il me prend tel que je suis, avec mes problèmes, mes faiblesses. Il me fortifie. Il me fait grandir en Lui. Il fait grandir Christ en moi. Il me rend plus que vainqueur. Mais pourquoi ? parce que mon cœur a été touché, que je n'ai pas résisté à la vision céleste. "Jésus je te donne ma vie tout entière, prends-la, pas à moitié, pas à 99 %, mais à 100 %, même si je ne sais pas trop ce qui m'attend avec toi Seigneur. Mais je veux marcher avec toi. Au bout du compte, tout va concourir à mon bien, parce que mon cœur est tout entier pour toi et que je t'aime". « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8:28). Si tu aimes Dieu, tout va concourir à ton bien.

 

                Paul dit à la fin du verset 20 du chapitre 26 du livre des Actes « J'ai prêché la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d'œuvres dignes de la repentance ». Paul est arrivé devant ces Corinthiens pécheurs. Corinthe était une ville épouvantable. Et qu'a-t-il fait ? Il a prêché la repentance, à Corinthe comme à Éphèse d'ailleurs. Éphèse était la ville du temple d'Artémis la grande déesse. Les foules y venaient par millions. Les gens achetaient des petits souvenirs d'argent... et il y avait un grand trafic, parce qu'une puissance diabolique se manifestait là. Il y avait des guérisons et des miracles. Quand Paul est arrivé, il a pris les chrétiens à part et il leur a dit : "Maintenant mes amis, il va falloir que vous vous tourniez entièrement vers Dieu. Vous avez reçu la révélation de votre péché, maintenant il va falloir que vous changiez de vie par la foi en Jésus et que vous pratiquiez des œuvres dignes de votre repentance." Paul disait : "Je veux voir dans ta vie pratique, si tu t'es repenti ou pas, si tu montres par tes œuvres, par tes actions pratiques que tu t'es repenti, sinon va te repentir. Arrête de souiller l'église par ta présence, si tu ne t'es pas repenti." En fait c'était un peu le langage que Paul leur tenait quand il disait aux Corinthiens dans la première épitre au chapitre 5 : "Comment, vous acceptez au milieu de vous quelqu'un qui couche avec sa belle-mère et vous ne vous êtes pas repentis ! Vous ne vous êtes pas humiliés devant Dieu ! Vous ne l'avez pas mis dehors celui-là ! Eh bien vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus-Christ, qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur. "

 

                C'est cela l'esprit d'Elie et c'est cela l'esprit de Jean-Baptiste. Elie par sa prière sur le mont Carmel fait descendre le feu du ciel alors que les 850 prophètes de Baal et d'Astarté (1 Rois 18:19) avaient passé toute la journée à essayer de le faire descendre. S'ils le faisaient, c'est qu'ils l'avaient déjà fait descendre avec leurs incantations diaboliques. Ils devaient s'attendre à ce que leur Baal fasse pareil et Dieu cette fois a interdit. Il a dit à Baal, c'est-à-dire à Satan, tu ne bouges pas aujourd'hui. C'est ma gloire qui va éclater aujourd'hui. C'est mon prophète qui va révéler qui est le vrai Dieu. Quand le feu du ciel est descendu, tout le peuple a dit : "Ah ! c'est lui, c'est l'Eternel, le vrai Dieu". Quelle a été alors la réaction d'Elie envers les prophètes de Baal et d'Astarté ? Elie les fit saisir, il les a emmenés au torrent et il leur a tous tranché la tête. Maintenant c'est spirituellement que nous devons appliquer le message. Nous devons prêcher une conversion sans faille, une repentance complète et réelle avec une assurance que l'on a le plein secours de Dieu, parce qu'il est là avec sa grâce et sa miséricorde pour nous aider. Quand on a un cœur honnête et bon, Dieu nous ouvre le cœur, il nous ouvre l'esprit, il nous ouvre l'intelligence.

 

                De même, pour qu'elle comprenne, Dieu a ouvert le cœur à la marchande de pourpre qui écoutait Paul à Philippe, parce qu'elle était attentive et qu'elle était une femme craignant Dieu. Si elle avait été une femme dure de cœur, résistant au Seigneur, Dieu ne lui aurait pas ouvert le cœur. Je lis ce passage dans Actes, au chapitre 16, verset 13, pour vous montrer comment la repentance agit dans les cœurs : « Le jour du sabbat, nous nous rendîmes, hors de la porte, vers une rivière, où l'on avait accoutumé de faire la prière, (c'était sans doute leur culte païen. Il y avait un lieu de prières mais ce n'était pas des prières chrétiennes qu'ils faisaient là). Nous nous assîmes, et nous parlâmes aux femmes qui étaient réunies. (Je suis certain qu'il a dû leur prêcher la repentance par la foi en Jésus, parce que c'est la base de l'évangile.) L'une d'elles, nommée Lydie, marchande de pourpre, de la ville de Thyatire, était une femme craignant Dieu (tu peux être le pire des païens mais craindre Dieu), et elle écoutait. (Tu vois, elle écoutait) Le Seigneur lui ouvrit le coeur, pour qu'elle fût attentive à ce que disait Paul. » Pourquoi Le Seigneur lui a-t-il ouvert le cœur ? Elle était une pécheresse comme les autres, mais c'était une femme craignant Dieu qui écoutait. Elle n'a pas fermé son cœur au message de l'Evangile. Dieu a ouvert son cœur et : « Lorsqu'elle eut été baptisée (ce fut rapide), avec sa famille (qui a dû croire aussi en même temps), elle nous fit cette demande : Si vous me jugez fidèle au Seigneur entrez dans ma maison et demeurez-y ».

 

                Je lirai encore dans la deuxième épître de Paul aux Corinthiens, au chapitre 7. Les Corinthiens avaient eu un grave problème vis-à-vis de Paul et il semble que ce problème-là avait déjà été réglé. Paul leur écrit donc une deuxième lettre, pour leur faire comprendre que lui avait compris qu'ils s'étaient repentis et il leur dit, à la deuxième partie du verset 7 : « Tite nous a raconté votre ardent désir, vos larmes, votre zèle pour moi (donc pour Dieu), en sorte que ma joie a été d'autant plus grande. » Il y a beaucoup de gens qui passent leur temps à pleurer sur leurs péchés, mais ça ne change rien à leur comportement pratique parce que ce ne sont pas des larmes de repentance. Donc ce n'est pas tellement le fait des larmes. Ici, les Corinthiens avaient pleuré, mais ils avaient eu vraiment la repentance. « Quoique je vous aie attristés par ma lettre je ne m'en repens pas ».

 

                Moi j'aime ce langage ferme, il les avait attristés par sa lettre. Il n'était pas toujours à essayer de leur donner la joie du Seigneur. Comment peux-tu donner de la joie du Seigneur à des pécheurs endurcis dans leur péchés, ça ne peut pas aller ! Le Seigneur dit dans Esaïe 1, au verset 13 : « J'ai en horreur l'encens, les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées, je ne puis voir le crime s'associer aux solennités. Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes. » Reprenons ce que dit Paul aux Corinthiens : « Quoique je vous aie attristés par ma lettre, je ne m'en repens pas. Et, si je m'en suis repenti - car je vois que cette lettre vous a attristés bien que momentanément - je me réjouis à cette heure, non pas de ce que vous avez été attristés, mais de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance ». Voilà une tristesse selon Dieu : "car vous avez été attristés selon Dieu". Une vraie tristesse selon Dieu vient d'une révélation de ton péché, du péché que le Saint-Esprit te montre et en même temps de la grâce que Dieu t'offre par Jésus. Chaque fois que Dieu révèle le péché, Il révèle aussi la justice, la grâce et le jugement de Dieu, tout va ensemble.

 

                « Votre tristesse vous a portés à la repentance, car vous avez été attristés selon Dieu afin de ne recevoir de notre part aucun dommage ». Il leur dit : Ecoutez bien, Corinthiens, si vous ne vous étiez pas attristés selon Dieu, vous auriez subi de ma part des dommages. Attention ! « En effet la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, (qu'on ne regrette jamais) tandis que la tristesse du monde produit la mort. » La tristesse du monde, ce n'est pas la repentance. La tristesse du monde, c'est avoir le regard tourné sur soi, sur sa misère, sur toutes les mauvaises choses que l'on voit dans sa vie, sans voir l'action du Saint-Esprit pour en sortir. C'est une tristesse qui vient de Satan, qui veut me mener à la mort, au suicide ou à la destruction, alors que l'action du Saint-Esprit produit en moi une toute autre tristesse qui me révèle le péché, mais qui me conduit à la vie. Dans l'action du Saint-Esprit il y a la révélation de mon péché et la révélation de la solution en Christ, de la grâce de Dieu, de la foi que Dieu veut me donner, de la justice qu'il veut me donner. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés, parviennent à la repentance et au salut. « Et voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n'a-t-elle pas produit en vous ! »

 

                Si tu es sous l'effet de la tristesse selon Dieu, cela va produire en toi un empressement à tout mettre en règle au plus vite. Tu as péché contre ta femme (ou contre ton mari) mais sois empressé d'aller lui demander pardon et de régler cela avec elle (ou avec lui), avec une vraie tristesse selon Dieu qui va produire la vie et la joie du Saint-Esprit parce que tout aura été réglé dans ton cœur. Si tu as décidé de te repentir, alors je te le dis : la repentance est un don de Dieu mais il t'appartient personnellement de décider de prendre ce que Dieu te donne ou de le refuser. La repentance comme le pardon c'est une décision personnelle, d'accepter ou de refuser ce que Dieu me donne. C'est tout.

 

                A la fin du verset 11, nous lisons : « Quelle justification, quelle indignation, quelle crainte, quel désir ardent, quel zèle, quelle punition! Vous avez montré à tous égards que vous étiez purs dans cette affaire. » Ils étaient purs parce qu'ils se sont repentis. Avant ils ne l'étaient pas. Ils ont été travaillés par le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit a provoqué en eux cette réaction, cette tristesse selon Dieu qui les a poussés dans les bras du Seigneur pour recevoir son pardon et qui les a poussés à changer complètement leur vie et leur comportement pour marcher droit. Je peux être un homme d'une grande faiblesse de caractère, d'une grande faiblesse de volonté, si je décide dans mon cœur de prendre le don de Dieu, il va me changer à l'image de Jésus. Je vais devenir un homme ou une femme ferme en Christ. Tu es capable de prendre cette décision ! Tu es capable ! Si tu dis : "J'en suis incapable", c'est que tu as le cœur endurci. Tu es capable de dire : "Seigneur je veux me repentir, je me repens. Amen. Seigneur, je me repens. Donc j'ouvre mon cœur à l'action de ton Esprit Saint. Et ça va changer dans ma vie."

 

                "Seigneur je te bénis parce que tu nous a donné la repentance. Tu veux que tous les hommes soient sauvés, qu'ils soient des hommes et des femmes droits, remplis de ton Esprit, ayant tout donné pour marcher dans la vérité. Tu nous donnes Jésus et avec Lui tu nous donnes tout. Seigneur, je te prie ce soir que s'il y avait au milieu de nous encore des cœurs partagés tu leur parles par ton Saint-Esprit et tu nous révèles constamment le péché dans nos vie pour que nous t'apportions ce péché et que par la puissance du sang de Jésus et de la Croix tu nous fasses entrer plus profondément dans ta victoire en Jésus. Seigneur que ton nom soit glorifié et sanctifié. Je t'en remercie mon Père dans le nom de Jésus-Christ. Amen."