C239  Source de Vie - http://www.sourcedevie.com


© SdV - Toute reproduction autorisée et même encouragée


mis le 09/11/2006
modifié le 10/11/2006


Ce texte est la mise par écrit d'un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l'intégralité de l'enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.



Soyons tous des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, et non selon l'ordre de Lévi.

Marcher conduit par l'Esprit du Seigneur ou suivre un système religieux humain.



            

            Dieu nous a donné une Parole pour que des petits-enfants puissent la comprendre par le Saint-Esprit. Et les gens qui ont une intelligence humaine très développée ont souvent beaucoup de difficultés à comprendre la Parole parce qu'ils comptent trop sur leur intelligence et pas assez sur le Saint-Esprit. Cela ne veut pas dire qu'il faut être bête ! Mais cela veut dire que notre intelligence doit être mise au service du Saint-Esprit, et pas l'inverse.

 

Je vais commencer par vous lire un passage dans la première épître de Pierre au chapitre 2. Ce que nous allons voir doit nous permettre de mieux marcher pratiquement avec Jésus sur cette Terre parce que tout ce que le Seigneur nous donne comme enseignement dans sa Parole doit avoir un effet pratique. Il faut que le caractère de Jésus grandisse en nous, et qu'on marche de plus en plus comme Jésus. C'est ça le but du Seigneur. Ce n'est pas de remplir notre intelligence de doctrines et de théories ! Dans la première épître de Pierre au chapitre 2, au verset premier, l'apôtre Pierre dit ceci : « Rejetant donc toute malice et toute ruse, la dissimulation, l'envie, et toute médisance (Ah ! la langue ! la langue ! ...), désirez comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur de la Parole. » Avez-vous déjà vu un bébé téter ? On n'a pas besoin de lui apprendre ! Il le fait tout seul très bien ! Donc, un bébé en Christ, il a en lui la capacité de téter le lait spirituel et pur de la Parole. Nous avons un bon Père spirituel qui nous donne une nourriture, et nous avons la capacité de la téter comme un bébé nouveau-né, on n'a pas besoin d'apprendre. Nous, dès qu'on est nouveau-né dans l'Eglise du Seigneur, il nous donne la capacité de boire le lait spirituel de la Parole. Dès le début de notre vie chrétienne, dès le premier jour, le Seigneur commence à nous nourrir, et puis ensuite, on va passer du biberon à des nourritures un peu plus solides et puis ensuite au beefsteak. Mais il faut commencer par le biberon.

 

            Il dit ici : « ... désirez ... le lait spirituel et pur de la Parole afin que vous croissiez par lui » (par le lait de la Parole). Donc le lait de la Parole peut nous faire grandir si on le désire et si on le boit. Ça ne vient pas tout seul ! C'est sûr que le Seigneur, comme une maman, vous donne le biberon mais supposez que le bébé refuse. S'il refuse, c'est qu'il n'est pas bien, il est malade, il a quelque chose qui ne va pas. Un bébé en bonne santé ne refuse pas ce qu'on lui donne quand il a faim. Donc, nous sommes en bonne santé spirituelle quand nous désirons le lait de la Parole et que nous le buvons parce qu'il nous fait grandir. Il faut se plonger dans cette Parole dans un esprit de prière pour dire : "Seigneur, je vais boire le lait de ta Parole, parce que je sais qu'elle me fait grandir. Ouvre mon cœur et mon esprit pour que ça rentre et que je puisse grandir en toi ". « ...afin que vous croissiez par lui si vous aviez goûté que le Seigneur est bon. »

 

« Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes... » Vous voyez que Jésus est la pierre vivante, et nous, nous sommes aussi des pierres vivantes. Il est la tête, on est le corps. On est un avec Jésus. Il est une pierre vivante, il est la pierre vivante qui a rendu vivantes toutes les autres pierres ; et nous, nous sommes des pierres vivantes. Alors, il continue : « ...édifiez-vous pour former une maison spirituelle » comme le temple de Salomon avait été construit pour devenir la maison de Dieu, et Dieu est venu habiter dans sa maison quand elle a été terminée selon le modèle. Quand il y avait juste les fondations, le début, Dieu n'est pas venu y habiter. Il a fallu qu'il attende que la maison soit finie pour qu'il descende et vienne habiter dans le lieu Très Saint de la maison du Seigneur. Dès notre nouvelle naissance, le Seigneur vient habiter en nous, mais la maison spirituelle que nous formons n'est pas encore édifiée et finie ! Il y a encore tout un travail que le Seigneur doit faire pour qu'il soit vraiment dans une maison spirituelle ! Ce n'est pas n'importe quelle maison, la maison du Seigneur ! Ce n'est pas une maison faite de mains d'homme ! C'est nous, la maison spirituelle du Seigneur ! Alors voyez ce qu'il dit : « ...édifiez-vous ». C'est sûr que c'est le Seigneur qui est en nous qui nous édifie mais il dit bien : « édifiez-vous ». Édifie-toi ! En faisant quoi ? En buvant le lait spirituel de la Parole qui te fait grandir.

 

            Si tu commences à négliger la Parole de Dieu, tu vas t'arrêter de grandir et la maison spirituelle de Dieu ne va pas pouvoir être terminée. La plénitude de la présence de Dieu ne va pas pouvoir se manifester comme il le veut. C'est important de bien le comprendre.

 

            Et au verset 5 : « Nous formons une maison spirituelle, un saint sacerdoce ». Qu'est-ce qu'un sacerdoce ? En français simple, on dirait : une prêtrise. Une prêtrise, c'est-à-dire un ensemble de prêtres. Que font les prêtres, normalement ? Dans les religions qui nous entourent, les prêtres, d'une part rendent un culte à Dieu, puis ils transmettent à d'autres des choses que Dieu leur donne, des révélations, des bénédictions, des sacrifices. Le prêtre a deux fonctions : une fonction qui est entièrement dirigée vers Dieu - le culte, l'adoration, le service de Dieu, - et puis dans le temple, les prêtres servaient aussi d'intermédiaires entre Dieu et les hommes pour leur apporter quelque chose. Nous, nous savons qu'il n'y a pas d'autre intermédiaire entre Dieu et les hommes que Jésus, mais comme nous sommes un avec Jésus, il dit que nous devons former une prêtrise avec lui pour pouvoir travailler avec Jésus, pour transmettre sa vie à ceux qui ne l'ont pas, ou transmettre ses bénédictions ou ses révélations à ceux pour lesquels il nous demande de le faire. C'est cela la fonction d'un prêtre. Dans l'Ancien Testament, il n'y avait que certains hommes d'une certaine tribu qui étaient prêtres. C'était la tribu de Lévi composée d'hommes destinés dès leur naissance à être des prêtres. Aucune autre tribu ne pouvait fournir des prêtres que la tribu de Lévi. Contrairement ici, il parle à tous les Chrétiens en disant : "Vous êtes appelés tous, hommes et femmes, de quelque race, langue ou origine que vous êtes, à former un saint sacerdoce, des prêtres pour Dieu, des sacrificateurs." C'est ce qui est écrit ici : « ...un saint sacerdoce, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus-Christ. »

 

            Les sacrifices que Dieu nous demande de faire, ce n'est pas de se priver de certaines choses pour lui ! Ce n'est pas cela ! Cela, ce sont les sacrifices dans certaines religions du monde où on se prive de certaines choses pour Dieu. Les sacrifices qu'il nous demande de faire, c'est d'apporter à Dieu des offrandes qui lui sont agréables. Les offrandes peuvent être des prières, des louanges, de l'adoration. Mais l'offrande que Dieu désire le plus, c'est nous-mêmes ! C'est nous qui devons être un sacrifice vivant pour Dieu en tout premier ! On ne va pas sacrifier maintenant des animaux ! On ne va pas sacrifier d'autres personnes ! On va s'offrir en sacrifice à Dieu pour pouvoir devenir un sacrificateur. C'est une grande différence avec l'Ancien Testament ! Les sacrificateurs de l'Ancien Testament n'avaient pas besoin de s'offrir eux-mêmes en sacrifice ! On leur amenait des agneaux, et ils les offraient en sacrifice. Tandis que pour nous, Dieu nous demande, pour être un sacrificateur comme Dieu le demande, de commencer par nous offrir nous-mêmes sur l'autel parce qu'on ne peut pas être un saint sacrificateur s'il reste dans nos vies quelque chose de souillé, d'impur, de charnel ! Et tout le service que nous devons rendre à Dieu doit être fait dans l'Esprit. Pas dans l'âme. Pas dans la chair. Il y a trop de services divins aujourd'hui qui restent au niveau de la chair et de l'âme, des pensées, des sentiments, du décor, des belles cérémonies, des belles chorales, etc. Cela reste au niveau de l'âme ! Cela ne va pas plus loin et ce n'est pas un sacrifice qui est parfaitement agréable à Dieu. Il faut que nous puissions offrir à Dieu des « sacrifices spirituels ». Et pour cela, il faut que nous soyons nous-mêmes spirituels ! Et tout le travail du Saint Esprit dans cette croissance avec le lait de la Parole, c'est de nous faire passer du charnel au spirituel pour qu'on devienne vraiment un sacrificateur comme Dieu le veut, un prêtre comme Dieu le veut, homme ou femme.

 

            Comment est-ce que Dieu pourrait se servir d'un sacrificateur qui n'est pas encore passé par l'école de formation de Dieu, cette école qui est ouverte à tous, puisque tous sont appelés par Dieu à être des sacrificateurs spirituels ? Tant que nous serons dans le domaine de la chair, ou dans le domaine de l'âme, le Seigneur va nous faire passer par un certain nombre d'expériences, qui vont nous montrer qu'on a besoin d'aller plus loin, qui vont nous montrer qu'il faut nous offrir nous-mêmes en sacrifice, qu'on abandonne notre vie propre pour être des sacrificateurs acceptables par Dieu comme Jésus, le Grand souverain sacrificateur, a été parfaitement acceptable par le Père. « ...un saint sacerdoce. »

 

            Et il termine au verset 6, en disant : « ...Car il est dit dans les Ecritures : Voici, je mets en Sion une pierre angulaire (c'est Jésus), choisie, précieuse ; Et celui qui croit en elle ne sera pas confus. » Donc, tu as le moyen de grandir dans la sacrificature en croyant dans la pierre qui est Jésus et bien sûr en sa Parole qu'il nous a donnée. Le chef de toute cette troupe de sacrificateurs s'appelle "le Seigneur Jésus". Alors, il faut bien comprendre une chose, c'est que dans l'ancienne sacrificature de Lévi, les choses étaient une image, une ombre des choses à venir. Et il est dit dans l'épître aux Hébreux que dans cette nouvelle sacrificature, tout a été complètement changé ! Jésus était issu de la tribu de Juda et pas de la tribu de Lévi ; humainement, il n'aurait aucun droit à être sacrificateur, ni souverain sacrificateur. Mais on est passé à une autre sacrificature que celle de Lévi, on est passé à une nouvelle sacrificature dans l'esprit du Dieu vivant, qui est sous l'autorité directe du Seigneur Jésus, le souverain sacrificateur. Et de même que lui agit maintenant en souverain sacrificateur, nous devons, à son modèle, agir comme sacrificateur comme lui agit. Et en fait, c'est très simple, la sacrificature que Dieu nous demande d'exercer, c'est de marcher par l'esprit. Quand on marche par l'esprit, on est en communion avec Jésus, avec le Saint-Esprit, et on devient des sacrificateurs parfaits entre ses mains. Autrement, on ne peut pas être un sacrificateur dans la nouvelle alliance.

 

. Nous avons maintenant, nous qui sommes sacrificateurs, un grand souverain sacrificateur qui est notre chef et qui nous apprend à être des bons prêtres, à son image. Dans l'épître aux Hébreux, il est dit au chapitre 5 et au verset 5 : « Christ ne s'est pas non plus attribué la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais il la tient de celui qui lui a dit : Tu es mon Fils, je t'ai engendré aujourd'hui ! Comme il dit encore ailleurs : Tu es sacrificateur pour toujours selon l'ordre de Melchisédek. » Alors, dans la nouvelle alliance, nous sommes sacrificateurs avec Jésus selon l'ordre de Melchisédek et non plus selon l'ordre de Lévi. L'ancienne sacrificature a été abolie. Il faut comprendre ce que cela représente que d'être dans cet ordre de Melchisédek. Melchisédek est un mot hébreu, qui veut dire : "Roi de Justice". Et Jésus est sacrificateur pour toujours dans l'ordre de Melchisédek. Donc, il y a un ordre de sacrificateurs qui s'appelle "l'ordre de Melchisédek". Cet ordre-là a un chef qui s'appelle Jésus, le souverain sacrificateur, et nous, nous sommes avec lui, sacrificateurs dans l'ordre de Melchisédek.

 

Notre monde a des ordres : il y a l'ordre de la Légion d'honneur par exemple, où le niveau maximum, c'est le Grand-Croix, mais ils sont tous dans l'ordre de la Légion d'honneur. Ici, vous avez un ordre, un ensemble de gens qui appartiennent à Jésus, qui sont tous, immédiatement dès qu'ils entrent dans la vie nouvelle, avec Jésus, et qui deviennent membres de l'ordre de Melchisédek, qui est un ordre de sacrificateurs dont Jésus est le Chef. Donc, il faut comprendre comment cet ordre fonctionne puisque nous en faisons partie automatiquement par notre nouvelle naissance.

 

            Alors, je continue un peu plus loin, Hébreux, chapitre 5 et au verset 7 : « C'est lui (Jésus) qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu'il fût Fils, l'obéissance, par les choses qu'il a souffertes ; et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel, Dieu l'ayant déclaré souverain sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek. » Et c'est pour cela qu'il dit au verset 11 : « Nous avons beaucoup à dire là-dessus, des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre. » J'espère, mes bien-aimés, que ce n'est pas votre cas. Que vous n'allez pas commencer à dormir quand on vous explique des choses difficiles ! Restez bien éveillés parce qu'il y va de votre croissance spirituelle dans l'ordre de Melchisédek. Ce sont des choses difficiles à expliquer mais qui ne sont pas difficiles à comprendre puisqu'on a le Saint-Esprit qui nous les explique. Et je relis ceci, au verset 8 : Jésus « a appris, bien qu'il fût Fils, l'obéissance, par les choses qu'il a souffertes ». Jésus était, par sa naissance miraculeuse, Dieu le Fils manifesté en chair. Et nous aussi, nous avons eu une naissance miraculeuse, surnaturelle, car la nouvelle naissance est une naissance faite par le Saint-Esprit, qui change notre esprit, qui le régénère en Christ.

 

            Dans la sacrificature de Melchisédek, nous devons suivre le même chemin. Cela veut dire que, bien que nous soyons fils ou filles de Dieu par notre naissance spirituelle, nous avons tout à apprendre. Un fils de roi qui naît dans son palais va apprendre à être roi en grandissant. Bien sûr, il a une certaine hérédité qui facilite les choses s'il a de la bonne volonté, mais il va falloir qu'il apprenne ! Et l'école du Seigneur, c'est l'école de la souffrance ! Vous avez bien remarqué : « ...ayant appris, bien qu'il fût Fils, l'obéissance, par les choses qu'il a souffertes ». Cela ne veut pas dire que Jésus était désobéissant et qu'il a dû apprendre à être obéissant. Mais cela veut dire qu'il est entré pratiquement dans des actes d'obéissance parce qu'il était obéissant de nature, et qu'il a dû être placé dans des situations où son obéissance s'est manifestée par des actes d'obéissance. Et ces actes d'obéissance se sont passés dans la souffrance ! Du début à la fin de la vie de Jésus, cela a été une vie de souffrance ! Parce qu'on ne peut pas être le Fils de Dieu et quitter le Ciel pour venir dans la chair sur la Terre et voir ce qui s'y passe, et vivre sur une Terre qui est plongée dans le péché et les ténèbres, on ne peut pas le faire sans souffrir ! Il a souffert, il est venu apporter la lumière et la vie, il a été rejeté ! Il a été cloué à la Croix ! Et il a accepté tout cela en vue de la joie qui lui était réservée de pouvoir accomplir pour nous tous, un salut parfait, et de pouvoir devenir le Grand Chef de cette nouvelle caste de prêtres, de sacrificateurs qui allaient agir comme lui et qui allaient faire ce que lui a fait.

 

            « ... et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel ». Pourquoi ? Parce que, maintenant, il est devenu souverain sacrificateur pour toujours selon l'ordre de Melchisédek, du Roi de Justice. Donc, le sceau sur la vie de Jésus, ça a été l'obéissance dans la justice et la sainteté. C'est le sceau du Saint-Esprit sur les sacrificateurs que nous sommes ! La lecture de la Parole, cette capacité de boire le lait de la Parole que Dieu nous donne dès la naissance, nous est donnée uniquement pour nous apprendre à obéir à sa Parole ! Nous l'apprenons pour remplir notre esprit de la Parole du Seigneur dans l'unique but d'obéir à tout ce que Dieu nous révèle dans sa Parole. Mais dans l'Esprit ! Obéir dans l'Esprit. Pas comme ils le faisaient dans la sacrificature de Lévi : ils obéissaient sous la loi. Ils obéissaient parce qu'on leur avait donné des commandements et qu'il fallait les respecter. Ici, nous obéissons dans l'amour et dans la justice du Seigneur parce qu'on a une vie nouvelle et que le fait que le Seigneur nous révèle sa Parole nous donne le désir d'obéir quand on est sacrificateur dans l'ordre de Melchisédek. Et notre garantie, c'est que là-haut, dans le ciel, maintenant, il y a un souverain sacrificateur pour toujours, qui intercède pour nous et qui nous aide dans ce travail de croissance spirituelle dans lequel nous sommes engagés tous. Mais on ne va y arriver qu'à une condition : obéir. « il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l'auteur d'un salut éternel ». C'est Jésus, l'auteur de notre salut parfait.

 

Le salut parfait consiste à nous transformer en sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, en sacrificateurs pleinement acceptables, c'est-à-dire des hommes et des femmes qui vont pleinement marcher par l'Esprit du Seigneur, avec un cœur plein d'amour pour le Seigneur, dans l'obéissance parfaite, parce qu'on marche avec l'Esprit du Seigneur.

 

            Cette façon-là d'exercer la prêtrise n'a rien à voir avec la manière charnelle d'exécuter la prêtrise dans l'Ancien Testament sous la sacrificature de Lévi, où tout était légaliste, où tout était des commandements, des règles, des ordonnances. Il y avait plus de six cents règles et ordonnances ! Ils devaient travailler dur pour les apprendre et les mettre en pratique le mieux qu'ils pouvaient sans jamais y arriver parce que leurs cœurs n'étaient pas changés. Ils n'avaient pas l'Esprit du Seigneur. Ils n'étaient pas entrés dans la sacrificature selon l'ordre de Melchisédek, qui est spirituelle et non pas charnelle ou légaliste. Et malheureusement, aujourd'hui, beaucoup de Chrétiens, dans beaucoup d'églises chrétiennes, continuent à marcher dans l'ancienne sacrificature. Ils continuent à se comporter comme des Lévites, sous la Loi, à respecter des commandements, des ordonnances parce qu'ils ne sont pas passés ou ils n'ont pas compris qu'ils étaient passés dans une autre sacrificature dont les règles sont entièrement différentes de l'ancienne, et où la loi de Christ s'exprime dans la liberté du Saint-Esprit et la conduite du Saint-Esprit.

 

            Il y a une différence très grande, par exemple, dans une réunion d'église conduite par des sacrificateurs qui sont encore dans l'ordre de Lévi et une réunion d'église qui est conduite par des sacrificateurs (c'est-à-dire l'ensemble du Corps de Christ) qui fonctionne pleinement dans l'ordre de Melchisédek. Les premiers restent sous la loi religieuse, tout est fait selon des lois, des commandements, des habitudes, des traditions, même si elles sont bonnes en soi. Ou alors, il y a un mélange (c'est le cas le plus fréquent) de pratiques spirituelles et de pratiques lévitiques, de l'ancienne sacrificature, sous la loi.

 

            Il faut entrer dans cette nouvelle dimension qui nous attend. Et nous ne pourrons entrer dans cette manifestation du fonctionnement de la prêtrise de Melchisédek, que lorsque tout ce qui est charnel, légaliste, religieux, structuré selon les hommes, disparaîtra complètement ! Pour quelques-uns, cela semble complètement impossible et tout à fait utopique. Quand j'en parle avec des pasteurs, certains me disent : "Mais, comment est-ce qu'une église peut fonctionner comme cela ? Ça ne peut pas fonctionner en pratique ! Ça va être la pagaille ! Si tout le monde fait n'importe quoi et qu'on laisse tout le monde libre de faire n'importe quoi, ça va être la pagaille !"

 

            C'est sûr que ça va être la pagaille si les membres n'ont pas appris du Seigneur à marcher dans l'ordre de Melchisédek, c'est-à-dire, par l'esprit ! Mais si vous vous réunissez ensemble, un groupe d'hommes et de femmes, qui ont crucifié la chair, qui sont passés de l'autre côté de la Croix avec Jésus, qui ont appris par la souffrance, l'obéissance, qui ont appris à renoncer à eux-mêmes et à leur moi personnel, qui ont appris à écouter la voix du Saint-Esprit et à marcher dans la direction et le courant du Saint-Esprit, à ce moment-là, vous verrez la différence d'ambiance ! Vous verrez la différence de tenue ! Et vous verrez la différence d'onction et de présence de la gloire de Dieu ! Parce que, dans le cas dont je viens de parler, la maison du Seigneur est édifiée et la gloire du Seigneur peut s'y manifester. C'est ce que Dieu veut. Dieu veut que partout où tu vas, tu sois un sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek en exercice. Et quand nous nous réunissons, ce sont des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek qui se réunissent, chacun à l'écoute de l'Esprit du Seigneur, ayant appris par le Seigneur, à entrer dans ce travail, dans ce ministère. Il faut avoir cette vision-là et ne pas la quitter, et dire : "Seigneur, je veux que tu m'apprennes à être un sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, c'est-à-dire, à l'image de Jésus, semblable à Jésus".

 

            Lisons ce qui est écrit dans Hébreux, au chapitre 6, à partir du verset 17 : « C'est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d'évidence aux héritiers de la promesse l'immutabilité de sa résolution, intervint par un serment, afin que, par deux choses immuables dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement ». Cela veut dire qu'il y a eu deux choses qui se sont passées, qui nous donnent un puissant encouragement, c'est d'une part, que Dieu a parlé, il a donné sa Parole. Cela aurait dû suffire ! Mais en plus, il a fait un serment ! Aujourd'hui, nous n'avons pas le droit de faire des serments : dans le Nouveau Testament, notre oui est oui, notre non est non. Mais Dieu a la capacité de faire ces serments-là, et il a juré par son propre nom pour confirmer sa Parole. C'est fait par deux choses qui sont vraiment solides ! Nous avons un fondement pour notre espérance. Notre espérance, c'est de fonctionner sur cette Terre comme des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek.

 

            « ... afin que ... nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l'espérance qui nous était proposée. Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l'âme, sûre et solide » (Hébreux 6:18 et 19). « La foi est la ferme assurance des choses qu'on espère ». La foi s'accroche à l'espérance. On parle beaucoup de foi entre nous, mais il faut aussi parler de l'espérance. L'espérance, c'est ce que j'espère parce que cela m'a été montré par Dieu dans son plan. Dieu m'a donné sa Parole et Dieu a juré, en disant : "Si tu crois et obéis, cela s'accomplira. Tu vas devenir un sacrificateur vraiment manifesté, plein dans sa perfection comme je le désire, comme Jésus." Et le fait d'avoir reçu cette Parole me donne l'espérance, le fait d'avoir cette espérance me permet d'avoir la foi, c'est-à-dire une assurance pleine que cette espérance va se réaliser si j'obéis.

 

            « Cette espérance ... pénètre au-delà du voile, là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours selon l'ordre de Melchisédek (Hébreux 6:19 et 20). Donc, Jésus est allé au-delà du voile parce qu'il est le souverain sacrificateur. Dans l'ancienne alliance lévitique, le souverain sacrificateur seul pouvait, une fois par an, entrer dans la présence de Dieu dans le lieu Très Saint. Dans l'ordre de Melchisédek, nous pouvons, à chaque instant, chacun de nous, entrer librement dans le lieu Très Saint où se trouve déjà le Seigneur Jésus. Vous voyez la différence de grâce qui nous est donnée par rapport à l'ancienne sacrificature : autrefois, un seul homme une fois par an, aujourd'hui, tout le monde à chaque instant. Mais pas n'importe comment ! Nous n'entrons pas dans le lieu Très Saint en gigotant et en hurlant, en faisant n'importe quoi ; il s'agit de la présence même de Dieu, c'est-à-dire que Dieu est en nous, dans son saint temple. Nous entrons dans le saint temple de l'Eternel, en esprit, dans le lieu Très Saint pour lui offrir des sacrifices agréables. Et nous sommes couverts du sang de Jésus, nous avons un intercesseur, le souverain sacrificateur qui est à la droite du Père. Et nous sommes assis en lui. Et nous avons, à chaque instant, la liberté d'entrer, couverts du précieux sang de Jésus, dans le lieu Très Saint pour être en communion avec notre Dieu.

 

            Est-ce qu'on mesure cette grâce et est-ce qu'on en profite ? Est-ce qu'on reste encore dans le parvis extérieur ou dans le lieu Saint, au lieu d'entrer dans le lieu Très Saint ? Vous savez que le temple était composé de trois parties : le parvis extérieur, le lieu Saint et le lieu Très Saint, qui représentent le corps, l'âme et l'esprit. Tu peux exercer ton culte et ta sacrificature dans le lieu Saint. Les prêtres qui faisaient le service pouvaient entrer dans le lieu Saint pour faire le service de Dieu mais jamais dans le lieu Très Saint. Donc, si l'Eglise exerce son culte sur le parvis extérieur, c'est-à-dire sur le plan purement charnel, ou même dans le lieu Saint, c'est-à-dire sur le plan de l'âme, des beaux sentiments, des engagements émotionnels, des cultes psychiques, cela ne suffit pas ! Le Seigneur doit recevoir de nous une adoration en esprit et en vérité, un culte en esprit et en vérité, une vie toute entière en esprit et en vérité, pour que nous puissions rendre notre culte en permanence dans le lieu Très Saint et marcher sur cette Terre en permanence dans le lieu Très Saint. C'est là la place des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek parce que nous avons un souverain sacrificateur qui compatit à nos faiblesses, qui nous couvre de son sang et de sa justice, pour nous dire : "Entre maintenant dans le lieu Très Saint et demeures-y !"

 

            « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15:5). "Celui qui demeure en moi et en qui je demeure", celui-là ne va pas quitter le lieu Très Saint de la présence de Dieu. C'est là que tu peux recevoir l'onction sainte pour être un sacrificateur agréable au Seigneur. Dieu n'a que faire des sacrificateurs qui exercent leurs métiers sur le parvis extérieur, d'une manière charnelle, ou dans le lieu Saint, d'une manière légaliste, ou d'une manière psychique, "animale" dit Paul, c'est-à-dire de l'âme. Cela ne peut pas faire de bien, ni aux autres, ni au Seigneur !

 

            Cela ne fait du bien qu'à Satan. Satan voudrait que nous continuions à offrir notre culte à Dieu de la manière lévitique, sans prendre nos privilèges de sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek. Parce que quand on entre dans le lieu Très Saint, on devient vraiment dangereux pour Satan. On n'est pas dangereux quand on est dans le lieu Saint ou dans le parvis extérieur. On n'est dangereux que lorsqu'on est dans le lieu Très Saint. On a franchi, comme Jésus, le voile de la chair. Vous savez que dans l'épître aux Hébreux, la chair est comparée à un voile et que quand la chair de Jésus a été crucifiée, c'est là qu'il a déchiré le voile pour l'ouvrir pour que nous puissions entrer, nous, dans le lieu Très Saint. Ce voile a été déchiré, il est maintenant ouvert et l'entrée est libre pour tous les sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek.

 

            Il est dit dans Hébreux, au chapitre 7, quelque chose de très important : « Ce Melchisédek, roi de Salem ». Melchisédek signifie roi de justice. Salem, c'est shalom : la paix. Donc, ce roi de Justice était roi d'une ville qui s'appelait "Paix". Ce Melchisédek qui était manifesté dans le livre de la Genèse, du temps d'Abraham, comme roi de Salem, était Sacrificateur du Dieu Très-Haut. C'est lui qui alla au-devant d'Abraham lorsqu'il revenait de la défaite des rois, qui le bénit, et à qui Abraham donna la dîme de tout. Ce Melchisédek a réellement existé sur Terre. Son origine remonte aux origines de l'éternité, c'est-à-dire qu'il est éternel puisqu'il est Dieu. Et du temps d'Abraham, il a été manifesté sur la Terre. Il était roi de la ville de Salem (Jérusalem) et quand Abraham est revenu de la guerre des rois, il a offert du pain et du vin à Abraham et il l'a béni, et Abraham lui a donné la dîme de tout.

 

            « En effet, ce Melchisédek, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très-Haut, qui alla au-devant d'Abraham lorsqu'il revenait de la défaite des rois, qui le bénit, et à qui Abraham donna la dîme de tout, qui est d'abord roi de justice, d'après la signification de son nom, ensuite roi de Salem, c'est-à-dire roi de paix » (Hébreux 7:1 et 2). Il était le roi de justice, le roi de la ville de Paix qui a donné le pain et le vin à Abraham pour le bénir lui, et aussi toute sa descendance. Et nous, nous sommes tous fils et filles d'Abraham par la foi. Dans le sein d'Abraham, il n'y avait pas seulement ses enfants et petits-enfants. Il y avait tous ses fils et ses filles spirituelles dont nous faisons partie, qui ont été bénis par ce Melchisédek qui est roi de Justice, roi de paix. « Il est sans père, sans mère, sans généalogie, il n'a ni commencement de jour ni fin de vie, mais il est rendu semblable au Fils de Dieu ; ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité » (Hébreux 7:3). Ce Melchisédek-là n'était pas Jésus sinon il n'aurait pas été écrit « ...rendu semblable au Fils de Dieu ». Quand on est semblable à quelqu'un, on n'est pas ce quelqu'un-là.

 

            Ce Melchisédek était Sacrificateur du Dieu Très-Haut, du Père céleste. Il était « ...sans généalogie, il n'a ni commencement de jour ni fin de vie, ... et il demeure sacrificateur à perpétuité. » Il a toujours été sacrificateur. Donc, dans l'ordre de Melchisédek aujourd'hui, actuellement, vous avez, Jésus-Christ qui est Souverain Sacrificateur, et vous avez Melchisédek qui est aussi le chef de cet ordre puisque cet ordre porte son nom, et qui est aussi éternel, sans commencement de jour, sans fin de jour et qui est Sacrificateur du Père. Il est donc le Saint-Esprit, manifesté sous la forme de Melchisédek, sacrificateur, roi de Justice. Le Fils de Dieu est Souverain Sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek donc Jésus ne peut pas être Melchisédek. Il serait dit si Jésus était Melchisédek : "Jésus est Melchisédek, le Chef de l'ordre de Melchisédek." tandis qu'il est Souverain Sacrificateur dans l'ordre de Melchisédek donc, il y a aussi un autre chef.

 

            Il y a eu des temps dans la vie d'Israël où il y avait en même temps deux Souverains Sacrificateurs : ça a été le cas quand Jésus a été condamné à mort, il y avait Anne et Caïphe qui étaient en même temps Souverains Sacrificateurs. Mais là, dans les lieux célestes, vous avez Melchisédek qui est le Saint-Esprit, qui est Sacrificateur pour toujours, et vous avez le Fils de Dieu qui est le Souverain Sacrificateur de cet ordre-là, pour toujours aussi. Et il est important de voir comment l'oeuvre de Jésus et l'œuvre du Saint-Esprit sont étroitement associées. Ils sont tous les deux au service de Dieu le Père, bien sûr, puisque Melchisédek était Sacrificateur du Dieu Très-Haut, tout cela dans la trinité de Dieu. Donc vous avez le Saint-Esprit qui travaille avec Jésus à former un peuple de sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek dont Jésus est le Souverain Sacrificateur pour la gloire du Père. Ils travaillent ensemble pour former en nous ce temple de justice et de paix et de sainteté dans lequel Dieu veut habiter. Ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité. Le Saint-Esprit est un Dieu saint. Jésus-Christ est un Dieu saint. C'est le même Dieu manifesté en Père, Fils, Saint-Esprit. Et tout dans cet ordre de Melchisédek, doit être fait de manière spirituelle, conduit par le Saint-Esprit. Toute l'œuvre et le ministère du Saint-Esprit consistent à révéler et à glorifier Jésus-Christ.

 

            Il ne s'agit pas maintenant, pour nous, de commencer à nous tourner vers le Saint-Esprit, rendre un culte spécial au Saint-Esprit, ne prier que le Saint-Esprit, n'invoquer que le Saint-Esprit ! Certains Chrétiens font cela aujourd'hui. Ils mettent presque complètement Jésus de côté et ne parlent plus que du Saint-Esprit, que de la prière au Saint-Esprit, que de l'adoration du Saint-Esprit. C'est sûr que le Saint-Esprit est Dieu, et moi, je n'ai aucun problème pour lui parler et l'adorer. Mais je dois comprendre, dans le ministère commun du Père, du Fils et du Saint-Esprit, ce que fait aujourd'hui le Saint-Esprit, c'est me révéler Jésus-Christ et sa Parole, et c'est glorifier l'œuvre, la personne, et le ministère de Jésus-Christ. Donc, le Saint-Esprit est toujours heureux quand mes yeux sont sur Jésus, car là, il a accompli son ministère. C'est comme si le Saint-Esprit se mettait un peu en retrait bien qu'il soit Dieu, pour exercer pleinement sa fonction qui est de révéler le Fils de Dieu qui a tout accompli pour nous, qui est l'intercesseur, qui est le souverain sacrificateur, qui est celui qui a tout accompli sur la Croix. Le Saint-Esprit travaille à nous révéler toute l'œuvre de Jésus et de sa Parole, pour nous faire entrer pleinement dans l'œuvre du Seigneur Jésus et la manifester en nous. Donc, il travaille, je dirais, la main dans la main avec Jésus. Il n'y a pas de séparation dans leurs ministères sinon dans la nature de leur travail respectif pour faire de nous des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, un ordre spirituel : « ...il demeure sacrificateur à perpétuité. »

 

             Dans ce même chapitre 7, au verset 11, nous lisons : « Si donc la perfection avait été possible par le sacerdoce lévitique - car c'est sur ce sacerdoce que repose la loi donnée au peuple, - était-il encore nécessaire qu'il parût un autre sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, et non selon l'ordre d'Aaron ?  » Il y avait donc Melchisédek, sacrificateur, et maintenant, il est apparu un autre sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek : c'est Jésus. Melchisédek « ...demeure sacrificateur à perpétuité. » et il y a un autre sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek qui est Jésus, qui a été manifesté justement parce que le sacerdoce lévitique ne pouvait rien amener à la perfection ni personne ! Et c'est Jésus, par sa venue et son ministère, qui a maintenant rendu possible la perfection pour nous qui faisons partie de ce sacerdoce selon l'ordre de Melchisédek, « ...car, le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi, il y a un changement de loi ».

 

            Nous ne sommes plus sous une loi religieuse chrétienne ! Nous ne sommes plus des hommes et des femmes qui vont dans une certaine église, une certaine dénomination, un certain groupe pour faire certaines choses : le culte le dimanche, la réunion de prières le mardi, la réunion d'enseignement le samedi ou le vendredi, les réunions de jeunes...etc ! Les activités religieuses du système chrétien appartiennent entièrement à l'ordre lévitique ! Ma prière, ce soir, c'est que vous puissiez comprendre cela par le Saint-Esprit. C'est que presque toutes les églises chrétiennes aujourd'hui sont encore sous le sacerdoce lévitique, sous des lois et des ordonnances qui ne sont pas spirituelles, qui sont des traditions d'hommes, où on donne des enseignements faux ou mélangés, où la construction de ce Saint Temple formé de sacrificateurs spirituels, ne peut pas se faire comme Dieu le voudrait ! C'est sérieux ! C'est grave !

 

            Ce que j'appelle le système chrétien, ce n'est pas dans un sens péjoratif pour critiquer, mais c'est un système qui maintient les hommes et les femmes, qui sont pourtant des fils et des filles de Dieu, dans une loi religieuse chrétienne qui est encore contrôlée par un sacerdoce lévitique. Le Seigneur veut abolir ce système-là ! Et, je vous assure que le jour vient ! Il est dit que le jugement de Dieu commence par la maison du Seigneur. Tout le travail du Saint-Esprit consiste à nous le faire comprendre. Nous sommes de ceux qui prient en disant : "Seigneur, je ne veux pas passer à côté de ton plan parfait parce que je t'aime et je veux t'obéir, Je ne veux pas m'accrocher à un système qui a été aboli." Je le relis ici, au verset 12 : « ... le sacerdoce étant changé, nécessairement aussi, il y a un changement de loi. » Nous sommes maintenant sous la loi de Christ, qui est une loi spirituelle de liberté, où nous sommes conduits par le Saint-Esprit parce que nous sommes passés par la mort de la Croix et la résurrection avec Jésus, où chacun peut vraiment être un sacrificateur dans l'Eglise comme Dieu le veut. Nous ne sommes plus sous la loi lévitique, et nous n'avons pas besoin de cette soi-disant couverture spirituelle d'un pastorat religieux pour nous protéger comme si Jésus n'était pas capable en tant que souverain sacrificateur, de nous couvrir ! Vous voyez que ces doctrines ont leur source dans la sacrificature lévitique et pas dans la sacrificature selon l'ordre de Melchisédek !

 

            Il y a dans toute la Bible, du début à la fin, des exemples de personnes qui représentent un sacrificateur selon l'ordre de Lévi, et des exemples de personnes qui représentent des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek. Il y a dès le début l'exemple de Caïn et Abel. Chacun d'eux a offert un sacrifice à Dieu. Caïn a offert le produit de son travail : voilà la sacrificature lévitique. On travaille, on fait des œuvres et des actes, et on va les offrir à Dieu. Ça, c'est l'esprit religieux, même chrétien ! Il n'a pas été accepté par Dieu. Abel était un type de sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, il a offert un agneau de son troupeau parce qu'il a compris qu'on ne peut pas s'approcher de Dieu autrement que par le sang versé d'un agneau innocent. Il était en communion spirituelle avec Melchisédek, déjà. Et à cause de cela Caïn, qui était dans l'ordre lévitique, a tué son frère et il en sera toujours de même ! Si vous êtes un sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, et que vous appartenez à une église qui fonctionne dans son ensemble selon le modèle lévitique, vous allez être mis à mort ! Vous n'aurez qu'une chose à faire : partir ! Parce que les deux sacrificatures ne peuvent pas fonctionner en même temps ! Impossible ! La sacrificature selon l'ordre de Lévi finit dans Babylone parce que si les Lévites, les pharisiens, les scribes, etc. quand Jésus est venu, étaient vraiment inspirés par l'Esprit de Melchisédek, ils auraient reconnu Jésus comme le Messie ! Mais déjà, leurs cœurs étaient détournés et ils ont fini dans Babylone, à part quelques-uns comme Nicodème et Joseph d'Arimathée, qui ont compris.

 

            Sommes-nous des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, le Roi de Justice ? Dieu veut faire de nous "un peuple saint, une race élue, un sacerdoce royal." Il le dit dans la première épître de Pierre, au chapitre 2, au verset 9, il veut faire de nous des sacrificateurs, c'est-à-dire « une race élue, un sacerdoce royal », des hommes et des femmes qui ont vraiment conscience de leur statut de fils et filles de Roi, qui sont remplis de cet esprit, qui est celui de Jésus, et qui marchent par l'esprit sur cette Terre. Il faut que tu saches que c'est le plan de Dieu pour toi, et que tu l'acceptes. A partir du moment où tu dis de tout ton cœur : "Seigneur, j'en ai assez de tourner en rond, soit dans le désert, soit autour du lieu Très Saint sans jamais y entrer, ou à exercer une sacrificature lévitique qui a été abolie, je veux, Seigneur, fonctionner pleinement dans ton ordre à toi, celui de Melchisédek.", il va se passer des choses qui vont te faire souffrir ! Tes yeux spirituels vont s'ouvrir ! Mais comme tu es dans un monde qui est complètement en dehors de ces choses, et en général dans une église chrétienne qui est dans sa grande majorité dans l'ancienne sacrificature, tu vas souffrir ! Ne t'étonne pas !

 

            Si tu as dit de tout ton cœur au Seigneur : "Je veux être un sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek", tu vas apprendre l'obéissance par toutes les choses que tu vas souffrir ! Tu ne seras pas accepté les bras ouverts dans ton église ou dans ton groupe. On va commencer à te traiter d'homme (ou de femme) bizarre ou rebelle, parce que tu ne te plies pas aux traditions et aux lois du sacerdoce lévitique et de ses chefs. Ta seule présence est en train de détruire les fondements de l'ordre ancien ! Tu penses bien que l'ordre ancien ne va pas t'accepter comme cela ! Tu vas souffrir ! Mais cette souffrance va t'amener à grandir dans l'ordre de Melchisédek pour devenir sur cette Terre, un vrai sacrificateur comme Jésus le veut, à l'image de ton souverain sacrificateur, le Seigneur Jésus.

 

            Lisons dans l'épitre aux Hébreux, au chapitre 8, et au verset 15 : « Cela devient plus évident encore, quand il paraît un autre sacrificateur à la ressemblance de Melchisédek. » Vous voyez bien qu'il est écrit : "à la ressemblance de Melchisédek", et non pas : "Ce Melchisédek, c'est Jésus." Il est écrit : "à la ressemblance de Melchisédek" parce que Jésus et le Saint-Esprit ont le même cœur, les mêmes pensées, la même sainteté. « ...institué, non d'après une loi d'une ordonnance charnelle, mais selon la puissance d'une vie impérissable. » Voilà encore une différence fondamentale des deux sacrificatures : le système religieux chrétien fonctionne d'après la loi d'une ordonnance charnelle. Même les lois de Dieu, quand elles sont appliquées comme lois, deviennent charnelles lorsqu'elles ne sont pas appliquées dans l'Esprit.

 

            « ...mais selon la puissance d'une vie impérissable. » Ce qui anime le sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, c'est la puissance d'une vie impérissable. Ce n'est pas une loi, des ordonnances, des cérémonies, des services, c'est une vie impérissable, la vie de résurrection de Jésus, qui te remplit et qui te guide chaque jour.

 

            « ...car ce témoignage lui est rendu : Tu es sacrificateur pour toujours (combien de fois il le dit !) selon l'ordre de Melchisédek.  Il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure. » Abolie, cela veut dire annulée, finie, à cause de son impuissance et de son inutilité. Mais pourquoi donc y rester ? « ...car la loi n'a rien amené à la perfection. » C'est là la différence entre la vie et la loi.

 

            Comment réagirait ton église si, un dimanche matin, alors que tu es en train de t'habiller pour aller au culte, le Saint-Esprit te parle clairement et te dit : "Stop ! N'y vas pas ! Va dans la campagne, dans les près ou dans la forêt, j'ai à te parler." Certains Chrétiens diront : "Mais ça ne peut pas être Dieu qui me parle parce que le dimanche matin, il faut aller au culte." Quand on est imbibé de la sacrificature lévitique, c'est comme cela qu'on réagit ! Et si tu ne vas pas au culte le dimanche matin et que tu dis à la majorité des membres de ton église : "Le Saint-Esprit m'a demandé d'aller dans les champs ou de faire quelque chose d'autre", quelle va être la réaction la plupart du temps ? "Ça ne peut pas être Dieu qui te parle comme ça parce que le dimanche doit être mis à part pour le service de Dieu ! Tu ne travailleras pas !" Surtout si le Saint-Esprit te dit : "Ne vas pas au culte ce matin, tu vas aller couper du bois dans la forêt ce matin, parce que là je vais te parler." Ils diraient : "Mais c'est le jour du Seigneur ! On ne travaille pas !" Mais où avez-vous vu ça dans la nouvelle alliance ? Le jour du Seigneur, c'est chaque jour de la semaine. Il n'y a pas un jour spécial qui est le jour consacré ! Il n'y a pas des personnes spéciales qui sont des personnes consacrées ! Il n'y a pas des jours spéciaux qui sont des jours consacrés !

 

            Il se trouve qu'aujourd'hui en France nous sommes le week-end de la Pentecôte, selon notre calendrier. Eh bien ! dans la sacrificature selon l'ordre de Melchisédek, ça n'existe plus ! C'est une pentecôte permanente. Dans la sacrificature lévitique, on respecte les fêtes ! Dans la sacrificature selon l'ordre de Melchisédek, c'est chaque jour une fête permanente ! C'est chaque jour Pâques ! Chaque jour Noël ! Chaque jour l'Ascension ! Mais vous comprenez que dans la pratique, cela pose des problèmes à l'ordre de Lévi, cela pose de gros problèmes ! Tout le système chrétien religieux aujourd'hui ne tient que par des lois et des ordonnances charnelles qui sont des traditions d'hommes, qui s'efforcent plus ou moins de s'appuyer sur la Bible. Alors que dans la sacrificature selon l'ordre de Melchisédek, ces lois sont inscrites dans nos cœurs et c'est le Saint-Esprit qui nous conduit dans la liberté du Seigneur.

 

            Et au chapitre 8, au verset premier, il dit : « Le point capital de ce qui vient d'être dit, c'est que nous avons un tel souverain sacrificateur (qui est éternel, qui a tout accompli par l'œuvre de la Croix), qui s'est assis (maintenant) à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux, comme ministre du sanctuaire et du véritable tabernacle, qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme. Tout souverain sacrificateur est établi pour présenter des offrandes et des sacrifices ; d'où il est nécessaire que celui-ci ait aussi quelque chose à présenter » (et nous aussi avec lui puisqu'on travaille comme Jésus).

 

            Il dit au verset 6 : « Mais maintenant il a obtenu un ministère d'autant supérieur qu'il est le médiateur d'une alliance plus excellente, qui a été établie sur de meilleures promesses. En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n'aurait pas été question de la remplacer par une seconde. Car c'est avec l'expression d'un blâme que le Seigneur dit à Israël (et il pourrait le dire aujourd'hui aussi au système chrétien religieux) : Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda, une alliance nouvelle (C'est la nôtre !), non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d'Egypte ; Car ils n'ont pas persévéré dans mon alliance, et moi aussi, je ne me suis pas soucié d'eux, dit le Seigneur. Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël ces jours-là, dit le Seigneur (donc avec nous, sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, Dieu a déjà fait une alliance, c'est celle-là) : Je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur cœur, et je serai leur Dieu, ils seront mon peuple ».

 

            Quand on demande à un Chrétien : "De quelle église es-tu ?" la plupart répondent : "Moi, je suis Baptiste du Sud, ou Presbytérien du Nord, ou Mennonite de l'Ouest, ou de l'église des Vietnamiens de Paris." Mais ça ne sonne pas bien dans la nouvelle alliance ! Nous, nous sommes membres de l'Eglise du Seigneur Jésus, dont lui est le Chef, et le Seigneur est notre Dieu, et nous sommes son peuple. Je suis membre du peuple du Seigneur. C'est sûr que si quelqu'un te demande dans la rue : "Mais de quelle église tu es ?" Et si tu dis : "Moi, je suis sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek", il ne comprendrait pas ! Il y a des choses qu'il vaut mieux vivre et ne dire qu'à des frères ou à des sœurs qui peuvent comprendre parce qu'ils marchent eux-mêmes par l'esprit.

 

            Quand deux sacrificateurs selon l'ordre de Lévi se rencontrent, ils se reconnaissent tout de suite : "Tiens, un collègue pasteur !" Et quand deux sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek se rencontrent, ils se reconnaissent tout de suite, parce que le voile de la loi religieuse a été ôté. Et nous sommes ensemble dans le lieu Très Saint et nous communions avec Jésus, notre souverain sacrificateur. Et nous pouvons reconnaître un frère, une sœur, qui fonctionne avec les ornements sacerdotaux de sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek et ceux qui sont encore affublés des ornements lévitiques.

 

            Ceux qui ont compris, ouvert les yeux, par la grâce de Dieu, qui sont rentrés dans le lieu Très Saint, et qui ont revêtu les ornements du sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek, ne vont penser qu'à une chose : aider leurs frères et leurs sœurs à se débarrasser des ornements lévitiques pour se revêtir des ornements de l'ordre de Melchisédek. C'est là le travail d'un sacrificateur. Maintenant, tu vas aider tes frères et tes sœurs, pour qu'ils deviennent vraiment des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, en collaboration évidemment avec Jésus, c'est lui qui fait le travail mais il va se servir de toi pour que tu aides tes frères et sœurs à devenir des sacrificateurs vrais, pleins, selon l'ordre de Melchisédek, comme le veut le Seigneur. Et dans la Bible, tu as constamment des exemples qui te montrent que c'est le cas.

 

            Prenez l'exemple des douze fils de Jacob. Vous en avez un qui a eu un destin tout à fait particulier. C'est Joseph, rejeté par tous ses frères, qui a souffert quand il a été vendu comme esclave. C'était un jeune garçon qui avait peut-être quatorze à quinze ans. Quand il a été élevé à la deuxième place dans le royaume de Pharaon, il avait trente ans. Donc, pendant quinze ou seize ans, il a souffert, il a été emprisonné injustement, il a été maltraité, il a été rejeté. Mais partout, la bénédiction de Dieu était avec lui.

 

            Il est l'exemple typique de Jésus et du sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek alors que tous ses frères sont des exemples typiques des sacrificateurs selon l'ordre de Lévi, marchant selon la chair, se disputant, se chamaillant, y compris Juda, Lévi et les autres. Mais, dans sa souffrance, Joseph qui souffrait innocemment, de manière innocente, sans avoir rien fait de mal, a compris des choses que les autres n'avaient pas comprises. Et remarquez la manière dont il les a traités. Il les a traités d'une manière spirituelle. Il en a fait enfermer un, puis tous, puis après un autre, et puis, il les a fait languir, il les a pris par une sorte de ruse, mais tout cela n'avait qu'un but spirituel : qu'ils arrivent à la repentance, que leurs yeux s'ouvrent, qu'ils entrent dans une nouvelle sacrificature ! Parce que lui, dans son cœur, il leur avait pardonné leurs péchés et leurs offenses depuis longtemps ! Sinon, il les aurait fait mettre en prison immédiatement ! Il se serait vengé ! Mais il ne s'est pas vengé : il les a traités spirituellement. Il leur a fait comprendre qui il était, mais bien plus tard, après qu'ils aient souffert pour qu'ils puissent être conduits à la repentance et que leurs cœurs puissent s'ouvrir à autre chose.

 

            Puis, quand il s'est fait connaître, qu'il s'est mis à pleurer devant ses frères, il n'y en a qu'un qui s'est jeté à son cou pour l'embrasser : Benjamin ! Les autres tremblaient ! Benjamin était fils du même père et de la même mère. Donc, ils étaient vraiment en communion spirituelle ! De même que deux sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek sont vraiment fils du même père et de la même mère spirituelle, c'est-à-dire de l'Eternel, Dieu Tout-Puissant ! Benjamin et Joseph se sont jetés dans les bras l'un de l'autre, ils se sont embrassés. Et après, Joseph a été un instrument de bénédictions. Lors d'une grande famine dans le pays de Canaan, Joseph a fait venir toute sa famille dans un pays d'abondance dont il était le chef, juste après Pharaon, mais qui lui léguait tout.

 

            Le fait d'avoir été sacrificateur selon l'ordre de Melchisédek a été par la suite une grande bénédiction pour ceux qui étaient encore sous l'ordre de Lévi. Il en sera de même pour toi si tu remplis pleinement ton service dans l'ordre de Melchisédek. Tu vas probablement être rejeté comme Joseph l'a été, mais il y a un temps où Dieu va te faire justice et dans un temps de grande famine de la Parole de Dieu, là où tu seras, tu seras celui qui va distribuer le pain et le blé à ceux qui ont faim et soif et qui ne le trouveront nulle part ailleurs. Ce n'est pas dans les églises lévitiques qu'ils vont trouver le pain d'En haut ! Il ne peut être distribué que par des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, qui sont rentrés dans le lieu Très Saint, qui ont été nourris par Jésus lui-même et qui peuvent distribuer la seule bonne nourriture qui compte pour notre esprit, une parole du Seigneur donnée dans l'Esprit et reçue dans l'Esprit. Il y aurait tant de choses à dire aussi sur d'autres figures de la Bible qui sont des sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek.

 

            Donc, si tu veux être ce sacrificateur-là, tu dois d'abord réaliser que par ta naissance, tu l'es, et que tu es en train de grandir par la Parole si tu la bois avec entrain, dans un esprit de prière et de confiance. Le Saint-Esprit va te révéler le lieu de passage obligé de tous les sacrificateurs selon l'ordre de Melchisédek, c'est-à-dire la Croix, l'abandon de notre vie propre, pour être rempli du Saint-Esprit du Seigneur et de sa révélation, et pour pouvoir travailler avec Jésus.

 

 

            Seigneur, c'est le désir de mon cœur pour moi-même et je sais que c'est le désir de ton cœur, d'ouvrir le regard, l'œil spirituel de tes enfants pour qu'ils puissent voir où ils marchent, et dans quelle sacrificature ils sont, pour les faire entrer dans l'ordre de Melchisédek pleinement. Seigneur, béni sois-tu parce que tu es un Roi de Justice et de Paix, un Roi de Sainteté. Tu as fait de nous une nation sainte, un sacerdoce royal, et tu veux que nous puissions exercer ce sacerdoce à l'image de Jésus. Seigneur, fais ce travail dans nos cœurs et dans le cœur de ceux qui veulent t'obéir, qui ne craignent pas la souffrance, qui savent que tu es avec eux, avec nous, pour nous aider à la traverser parce que tu y es passé toi-même, que tu intercèdes pour nous et que tu es le garant suprême, éternel, de notre héritage. Sois béni, Seigneur. Fais-le, je t'en supplie, Seigneur. Et que même si ce n'est qu'un simple reste aujourd'hui dans le monde, de quelques sacrificateurs selon cet ordre-là, qu'ils puissent être amenés à être des instruments de pleine bénédiction pour les autres, pour ta gloire aussi, Seigneur. Au nom de Jésus. Amen.

 

 

Note de Source de Vie

 

Nous tenons à préciser que la sacrificature selon l'ordre de Melchisedek n'a strictement rien à voir avec l'ordre de Melchizédek des Mormons selon les "révélations" reçues par Joseph Smith, ni rien à voir avec l'ordre de Melchizédek que l'on trouve enseigné dans d'autres mouvements dont les fondements ne sont pas bibliques.